Assis au concert et à la diète au cinéma : nouvelles mesures anti-Covid

ACTUS | Face à la recrudescence du nombre de cas positifs au Covid, et à la haute contagiosité du variant Omicron, le gouvernement a annoncé lundi 27 décembre de nouvelles mesures, parmi lesquelles l'interdiction des concerts debout.

Valentine Autruffe | Lundi 27 décembre 2021

Photo : Screenshot


« Les concerts debout seront interdits », « la consommation de boissons et d'aliments sera interdite dans tous les cinémas, théâtres, les équipements sportifs et les transports collectifs, y compris longue distance », a prévenu le Premier ministre Jean Castex lundi 27 décembre au soir. Le retour des jauges (2000 personnes en intérieur et 5000 en intérieur) fait également partie des mesures de freinage annoncée par le gouvernement. Le secteur culturel évite pour le moment le pire, couvre-feu ou fermeture pure et simple, mais c'est un énième coup dur - qui ne surprend pas grand monde - sur une saison qui a déjà du mal à reprendre.

Le réveillon de la Saint-Sylvestre ne fait pas l'objet de mesures de restrictions autres que celles déjà en vigueur ; mais une interdiction de consommer debout dans les bars et restaurants entrera en vigueur au 3 janvier 2022.

Par ailleurs, le télétravail, lorsqu'il est possible, sera obligatoire au moins trois jours par semaine, dixit le Premier ministre. Un projet de loi pour transformer le passe sanitaire en passe vaccinal (un test négatif ne permettrait plus d'accéder aux lieux où il s'applique) à compter du 15 janvier sera soumis au vote des parlementaires. Dès le 28 décembre, le délai pour bénéficier de la dose de rappel est abaissé à trois mois au lieu de quatre. Enfin, les sanctions à l'encontre des détenteurs de faux passes sanitaires seront renforcées.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Piqûres de rappel

Vaccin | On a plus l’habitude de vous parler du Prisme dans nos pages théâtre, il est vrai. Mais une bonne fois n’est jamais coutume (et c’est bien dommage) (...)

Hugo Verit | Mardi 18 janvier 2022

Piqûres de rappel

On a plus l’habitude de vous parler du Prisme dans nos pages théâtre, il est vrai. Mais une bonne fois n’est jamais coutume (et c’est bien dommage) : dans ce petit article, il sera question de santé publique. Puisque la salle de Seyssins se transforme en centre de vaccination éphémère les 28, 29 et 30 janvier prochains (de 9h à 17h). Attention, ce centre n’est ouvert qu'aux personnes éligibles à la troisième injection, car la demande est forte depuis quelques semaines pour les doses de rappel (bien moins pour les primo-injections – ce qui, rappelons-le, est navrant). Le communiqué nous dit : « Ce vaccinodrome permettra de vacciner près de 1200 personnes grâce aux personnels de santé de la commune (…). » Qu’ils en soient ici remerciés – et même applaudis, tiens !

Continuer à lire

Éteignoir sur les concerts

Covid | Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de freinage annoncées par Jean Castex le 27 décembre pour limiter la propagation du virus.

Valentine Autruffe | Mardi 4 janvier 2022

Éteignoir sur les concerts

Personne n’a été surpris. « On avait pris les paris avec mon collègue, il disait début janvier, je disais fin décembre », sourit Laurence Tadjine, directrice du Stud, asso gestionnaire de l’Ampérage. Le 27 décembre, Jean Castex a annoncé de nouvelles restrictions visant à limiter la circulation du Covid-19, qui flambe avec le variant Omicron. Elles restent limitées par rapport à ce que l’on a pu connaître lors des précédentes vagues de Covid. Mais pour beaucoup de salles, c’est du pareil au même : les concerts où le public est debout sont interdits et la jauge maximale pour un événement en intérieur est de 2000 spectateurs. Comme dans les bars standards, la consommation debout est proscrite. Ces règles sont valables pour trois semaines, donc du 3 au 23 janvier inclus. Concerné par la jauge à 2000 spectateurs, le Grand Angle de Voiron échappe à l’impact de ces restrictions pour le moment : le concert acoustique d’Hubert-Félix Thiéfaine, le 14 janvier, était déjà configuré en version public assis, soit 1650 spectateurs maximum (la salle peut monter à 2400 personnes en ouvrant la fosse). Au Summum - jusqu’à 5000 personnes assises et debout en temps normal -, les

Continuer à lire

Cinémas : chronique d’une reprise espérée

ECRANS | Comme si de rien n’était, ou presque… La 93e cérémonie des Oscar s’est tenue le 25 avril, avec deux mois de retard par rapport aux années précédentes. Pendant ce temps, la planète cinéma demeure encore et toujours suspendue à l’évolution favorable d’une cohorte d’indicateurs, espérant une réouverture pérenne des salles. Résumé des épisodes précédents et état des lieux avant un retour (incertain) mi-mai.

Vincent Raymond | Mercredi 28 avril 2021

Cinémas : chronique d’une reprise espérée

La fermeture des salles de cinéma s’est désormais installée dans le paysage culturel et économique : à la différence de la période mars-juin 2020, elle constitue depuis fin octobre une parenthèse qui n’en finit plus de se refermer. Et les rebondissements incessants de la crise sanitaire, dignes d’un film catastrophe à l’issue incertaine, comme sa gestion internationale cacophonique, rendent le futur immédiat illisible. Partout dans le monde. Ainsi, si l’on jette un coup d’œil aux pays limitrophes de la France, seule l’absence d’harmonisation fait figure de cohérence : si la Belgique n’envisage pas de réouverture avant début juin (avec une jauge limitée à 200 personnes), l’Allemagne la retarde encore en envisageant d’exiger la présentation d’un test Covid négatif de moins de 24h. Les salles sont en revanche ouvertes au Luxembourg (depuis janvier avec distanciation et couvre-feu à 23h), en Espagne (suivant les restrictions locales des régions), en Suisse (depuis le 19 avril avec masque, distanciation et jauge), en Italie (depuis le 26 avril, avec couvre-feu à 22h)… Et la France ?

Continuer à lire

Remobilisation festivalière

ACTUS | Vie culturelle / Les très lourdes conséquences de la crise sanitaire ne laissent pas les organisateurs de festivals indifférents. Aujourd’hui, beaucoup réagissent publiquement et témoignent de leur détermination pour 2021. Explications.

Martin de Kerimel | Mardi 8 décembre 2020

Remobilisation festivalière

Agir pour ne pas connaître une deuxième saison blanche consécutive : c’est la volonté de quelque 200 événements musicaux partout en France, qui viennent de cosigner une tribune. Un texte au titre explicite – « Festivals 2021, Pourquoi on y croit ! » – comme pour mieux secouer le cocotier. Le ton est déterminé. Extraits : « En tant qu’organisateurs de festivals, rien ne nous interdit d’y croire. Optimistes de nature, entrepreneurs de métier, nous sommes engagés pleinement dans la préparation de nos prochaines éditions (…). Nos équipes sont déjà au travail. Les artistes se préparent. Le public nous attend ». « Un message positif » Rémi Perrier, le big boss du festival Musilac, prévu du 8 au 11 juillet prochain à Aix-les-Bains, fait partie des initiateurs de cette démarche. « On avait envie de délivrer un message positif, sans pour autant s’abandonner à la politique de l’autruche, indique-t-il. Petits et grands, on est tous touchés et on sait bien que tous les scénarios restent possibles pour l’an prochain, mais on se dit que le pire n’est jamais certain. » D’où cette intention de s’adresser à tous : artistes, public, parten

Continuer à lire

Couvre-feu : une nouvelle question d’adaptation et de survie

Crise sanitaire | L’instauration d’un couvre-feu dans toute l’agglomération grenobloise oblige une fois encore le monde culturel à affronter une situation extrêmement complexe. Un nouveau coup très dur, aux conséquences pour l’heure incalculables.

Martin de Kerimel | Mardi 20 octobre 2020

Couvre-feu : une nouvelle question d’adaptation et de survie

Décidément, en 2020, le verbe s’adapter se décline à tous les temps. On espérait qu’après deux mois de confinement printanier, on saurait suffisamment se protéger du coronavirus pour pouvoir revivre "normalement". Retrouver ses proches, retourner au travail, aller au restaurant, profiter sans inquiétude de tout ce que le monde culturel peut offrir, au cinéma, au théâtre, au concert… et plus puisqu’affinités. Bien sûr, dans de nombreux cas, il a fallu conserver une distance avec les autres, porter un masque et ne pas être trop nombreux au même endroit. Ces efforts, auxquels nous avons largement consenti, n’ont pas suffi : le virus, que l’on croyait en recul, est toujours là, en force. La "deuxième vague" annoncée comme une possibilité s’est concrétisée. Nous voilà de nouveau contraints à adopter un mode de vie différent, plus austère, en rentrant chez nous avant 21 heures, pour n’en ressortir au plus tôt qu’à 6 heures le lendemain – sauf cas dérogatoire particulier. Vingt millions de Français Emmanuel Macron a pris cette décision pour Paris, l’Île-de-France et huit métropoles, dont celle de Grenoble. Au total, vingt millions de Français sont concer

Continuer à lire

Fermeture à 22h : les bars culturels s’adaptent

Actu dans la ville | Crise sanitaire / Depuis le 28 septembre, les bars ont l’obligation de fermer à 22h afin de faire face à la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 à Grenoble et ailleurs. Comment les établissements qui proposent aussi une programmation culturelle s’adaptent-ils à la situation ? Le PB a mené son enquête.

Hugo Verit | Mardi 6 octobre 2020

Fermeture à 22h : les bars culturels s’adaptent

Nouveau coup dur pour les bars. Face au rebond de l’épidémie de coronavirus à Grenoble (tout comme dans d’autres villes), le gouvernement a imposé de nouvelles restrictions dont la fermeture anticipée des débits de boisson à 22h, en vigueur depuis le 28 septembre. Une nouvelle difficile à digérer pour tous ces établissements qui tentaient, depuis le déconfinement, de mener une vie à peu près normale. Au Petit Bulletin, nous n’oublions pas que ce sont aussi des lieux culturels, où l’on peut assister à un concert ou à un spectacle, qui doivent une fois de plus s’adapter. C’est notamment le cas du Trankilou, le bar super chaleureux du boulevard Joseph-Vallier. Ici, on a accueilli la nouvelle avec une certaine sérénité : « On a déplacé notre programmation à l’heure de l’apéro. Les premiers concerts débutent à 18h30 et à 21h, tout est terminé. Ça demande simplement de s’organiser autrement. Il y a une personne en plus l’après-midi pour accueillir les artistes qui font leurs balances. » On le sait, une fermeture anticipée, c’est une inévitable baisse du chiffre d’affaires. Dont le Trankilou est bien conscient : « L’autre jour, alors même qu’il n’y avait pas de concert, on

Continuer à lire