ON VA Où CE SOIR ?

MUSIQUES | Ami étudiant, que fais-tu de tes soirées ? Où sors-tu, où danses-tu, où bois-tu ? Intrigué par ton comportement festif, nous t’avons suivi (secrètement) dans les lieux que tu préfères pour détendre ton cerveau fatigué. Linda Kerfa

| Mercredi 31 janvier 2007

Le Tord Boyauxun nom qui annonce la couleur«Des étudiants ? Il n'y a que ça ici», lance Cyril, barman. La recette du succès: «le produit, les prix, l'ambiance». Ici, le produit d'appel, c'est plutôt le vin aromatisé à 10 euros la bouteille. Et oui, comme le dit Cyril, «l'étudiant est pauvre» et il faut réussir à l'attirer. Pari réussi. Pour la musique: variété française et rétro. Mélanie, ancienne étudiante, vient depuis l'ouverture, il y a 5 ans. «C'est rare des bars avec une bonne ambiance comme ça». 22h30, les hordes d'étudiants débarquent. On enlève les quelques tabourets tolérés pendant les Happy Hours. Cyril fait le calcul : «Moins t'as de tables, plus tu rentres de monde, plus les gens font la fête, plus tu rentres d'argent». C'est parti pour la soirée : bonne en perspective, si on ne craint pas la chaleur et la proximité. Un videur filtre. «Cinq mecs avec des dreads et des tongs ne rentreront pas», prévient le barman. Ça a le mérite d'être clair... Un mardi par mois, le Tord Boyaux invite le groupe Faut qu'ça guinche. «Dans le concept, tu peux rien faire de mieux», assure Cyril.4, rue Auguste Gaché 38000 Grenoble.Le Couche-Tardle bar où on peut écrire sur les mursIci il y a des tables, mais plutôt pour danser dessus quand la fête bat son plein que pour s'y accouder. Très apprécié des étudiants en général et étrangers en particulier, dans ce bar, on boit de tout : aussi bien de la bière que de la vodka, tequila ou de la Chartreuse. Tous les soirs un DJ mixe du son commercial et de la variété. Comme le dit Amine, un des serveurs, «c'est le même système qu'une boîte de nuit». Ouvert sur l'international, les serveurs viennent de Suède, Angleterre, Russie... Le bar est presque toujours bondé, avec tout ce qui va avec : l'ambiance, la rencontre et la queue pour l'unique toilette du bar. À la porte, on retrouve un portier et un physionomiste. C'est la loi du bar de centre-ville qui s'impose. Détail amusant : les messages qu'on peut écrire sur les murs (et retrouver des années plus tard). Même fatigué et imbibé d'alcool, ce que dicte un cerveau d'étudiant est toujours pris au sérieux et gardé précieusement. Mieux, depuis le 19 janvier, un blog a été mis en place pour échanger messages et photos des soirées. Moins charmant, certes. 1, rue du Palais 38000 Grenoble.L'Estancotles pieds dans le sableL'Estancot, c'est “le bar avec le sable par terre“. En plein centre-ville, il est généralement bondé. La vodka aromatisée est la spécialité du lieu : vodka tagada, vodka caramel... Plus de trente parfums sont proposés. Et de nombreux cocktails. L'ambiance est chaude, et c'est tout un travail... D'une part, la décoration qui change tous les trois ou quatre ans. La disposition passe, mais le sable reste. Forcément, on se détend. La musique ensuite, avec des rythmes latino qui sentent bon le soleil... et le sable chaud. L'ambiance enfin, conviviale par la danse et par la foule qui vous entoure. Il y a toujours un moyen de rencontrer des gens au milieu de cette atmosphère festive et détendue. Fabien, Eric et Thomas, étudiants en comptabilité, confirment : «Le concept est original et sympa, on adore aller là-bas». Ici aussi, peu de tables, il faut arriver tôt pour en profiter. Sandales et nu-pieds sont toutefois déconseillés.3, rue de la Paix 38000 Grenoble.E.V.E.culture et dépendanceL'Espace Vie Etudiante a été inauguré en 2003. L'idée était de créer un lieu fédérateur avec des associations et des services comme Internet... En peu de temps, le lieu s'est imposé comme une référence. Pour les associations qui y organisent des événements et pour le public. «Il faut qu'il y ait un intérêt culturel», précise Véronique Mino, responsable de la pépinière d'associations ADAM. Les avantages : les locaux sont mis à la disposition des associations gratuitement et les recettes des entrées sont pour elles. Cette structure située en plein cœur du domaine universitaire compte près de 5000 adhérents. Les étudiants restent désormais plus longtemps sur le campus. E.V.E. programme des concerts, des conférences, des projections de cinéma. Pour les concerts, les styles sont divers et variés : du hip-hop à l'électro en passant par le ska, ragga... 5 euros la soirée pour les adhérents, avec la bière à 1, 50 euro. C'est ouvert de 9h à 22h, et jusqu'à minuit les jours de concert. «L'avantage c'est qu'il se passe toujours un truc à E.V.E, au final, on devient un peu incontournable», conclut Véronique. Quand culture et fête font bon ménage. 701, Avenue Centrale 38400 Saint Martin d'Hères www.eve-grenoble.net A.D.A.E.P.des soirées, des styles et des gensComme E.V.E., l'ADAEP est un lieu de diffusion. Il s'agit d'une pépinière d'associations qui organisent bien plus que des soirées. Il y en a pour tous les goûts. Soirées slam, scènes ouvertes, électro, dub, hip-hop, bals folk, tout est tendance. Fanette et Aurélie, aficionados de ce lieu, le soutiennent car «cela a un côté militant». Un lieu associatif, convivial, avec du bon son, et qui reste très varié. L'entrée n'est jamais trop chère : de 5 à 7 euros quand ce n'est pas prix libre, et la bière est à 2, 50 euros. «J'y vais plutôt pour le style de musique, car c'est le genre de soirée que tu trouves nulle part ailleurs» précise Fanette. Et c'est vrai. Le lieu étant éclectique et ouvert, les gens qui s'y rendent viennent de tous les milieux, étudiants y compris. Bref, un lieu associatif sympa où on passe de très bonnes soirées et qui ne lésine pas sur les moyens pour diversifier son public. Association pour le développement des arts et expressions populaires (ADAEP) - 163 cours Berriat 38000 Grenoble www.adaep.orgAmi étudiant, nous te lâchons ici la main, car le foie humain a des limites que la raison ne doit pas ignorer.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter