Maîtres de cérémonie

MUSIQUES | Ils contribuent au dynamisme des nuits grenobloises, en offrant régulièrement au public des plateaux musicaux de qualités. Rencontre avec deux organisateurs de soirée, Alban d’Interface Electronics, et Pam* d’Hadra.

| Mercredi 31 janvier 2007

ALBAN (INTERFACE ELECTRONICS)L'asso a bientôt 1 an. Quel premier bilan tires-tu ?Alban : On a commencé les soirées Electronic music for open minded people en février 2006 à la MC2 et jusque-là, on n'a eu que des succès : un bon retour du public par rapport au lieu et à la programmation, et un esprit très festif qui se dégage des soirées. En termes de fréquentation, on a fait entre 350 et 400 personnes à chaque soirée, donc c'est un bon résultat.Comment décrirais-tu le public de vos soirées ?On a commencé à fidéliser un certain public, mais il y a toujours des nouvelles têtes. Dans l'ensemble, j'ai l'impression qu'on a un public un peu plus âgé, il y a peu de jeunes entre 18 et 20 ans, qui constituent pourtant la majeure partie des gens qui sortent. En fait, les gens viennent surtout pour découvrir, ils ne sont pas forcément férus de musique électronique, ce sont des personnes qui ne trouvaient pas forcément de lieux à Grenoble qui leur correspondent pour sortir et faire la fête.Depuis début janvier, vous avez mis en place une programmation bi-hebdomadaire au bar MC2…Oui, tous les vendredis et tous les samedis. L'objectif, c'est de proposer un endroit festif, mais pas cher, il y a 8 soirées dans le mois en moyenne, dont 6 gratuites, et 2 payantes à 6 euros. On essaye aussi que ça soit assez hétéroclite, il y a une grosse base électronique le samedi, mais le vendredi, on varie un peu : on a eu du reggae et on en aura encore, il y a eu Goodka, il y aura Lorenzo, des gens qui ne baignent pas dans la musique électronique, mais que l'on connaît et dont on connaît la qualité. Et on a commencé depuis peu mais ce que je remarque déjà, c'est qu'à chaque fois que les gens viennent, que ce soit du reggae, Goodka, ou de la musique électronique, c'est avant tout pour danser, et faire la fête, ils ne sont pas la pour “venir boire un verre au Bar MC2“. Ensuite, ça commence doucement, mais j'espère que ça va s'amplifier avec le temps. Pour les mois à venir, la programmation sera identique ?Il y aura peu de changements, on essaye quand même de mettre en place une sorte de résidence, pour ne pas que les gens soient trop perdus. En février, pour la résidence Goodlife, Kiko va succéder à Oxia et Eric Borgo, et il n'y aura pas de soirée Electronic music…, ce sera un Ipod Battle, avec Tekilatex et Orgasmic à la place. Autrement il y aura Fantaz, Goodka, Lorenzo, Inbeatwin aussi, qui n'était pas là au mois de janvier... Au mois de mars, on essaye de mettre en place des concerts avec Dynamusic et on s'occupera sans doute des afters du festival de jazz au bar MC2.Quelques grosses dates sont déjà prévues ?Le 3 mars, il y aura Kiki de Bpitch control, et le 7 avril, une collaboration avec les Nuits Sonores pour présenter le festival. Le 12 mai, Jack de Marseille et pour les résidences Goodlife, Yannick de Human Body et Gino S. le 17 mars, et, a priori, Anthony en avril et The Hacker en mai. Autrement, on a un projet a plus long terme, une collaboration avec Fluid Image autour de la 2e édition de leur festival dédié aux arts technologiques et numériques, Zone IP, du 19 au 27 octobre. Ce n'est pas encore fait, et c'est loin d'être fait, mais notre objectif est de faire un plateau assez expérimental au CNAC pour la soirée d'ouverture, avec des personnes soit de Warp, soit de Rephlex. Et puis, si c'est possible, de faire un plateau de clôture à la MC2 consacré à Detroit, avec des gens comme Carl Craig ou bien Juan Atkins. Mais, pour l'instant, ce n'est encore qu'un projet.PAM* (Hadra)Comment se porte l'asso. ?Pam* : Le gros événement de 2006 c'était le festival Hadra en juillet à Chorges, qui s'est super bien passé au niveau public, artistique, et financier, ce qui nous a permis de redémarrer en septembre à bloc avec des projets vraiment made in Hadra, j'entends par là des projets dont on s'occupe de A à Z, du bar à la sécu en passant par la programmation et la déco. On a fait la soirée Crystal Dreams à la Bastille fin novembre, qui a super bien marché avec un gros turn-over sur toute la nuit. Au niveau du public c'était un peu plus difficile parce qu'on a normalement un public d'habitués, des gens qui sont un peu “peace” dans l'esprit, et là comme c'était en centre-ville un samedi soir, il y a eu vraiment tous les styles, donc ça a été plus dur à gérer au niveau logistique, sécurité… Notre public habituel a été un peu surpris mais le côté positif, c'était l'ouverture vers tous les types de public.Et concernant le label ? À la fin du mois, on sort une compil réalisée par DJ Driss, Fantasia, et ensuite le premier album de Shotu en février. On a lancé le label en 2004 et déjà sorti 4 compils, dont, le principe est de mélanger artistes locaux et artistes internationaux, la plupart du temps des artistes qui ont joué à nos soirées et nous passent un morceau exprès pour l'occasion. À l'étranger, on est super bien distribué dans le monde entier par Arabesque. En France, par contre, la distribution est plutôt fait maison : on vend les compils dans nos soirées, sur notre site internet, à la FNAC de Grenoble et de Lyon.Quels sont vos projets pour 2007 ?Là on se prépare pour la soirée de la semaine prochaine, Constellation, à Marcieux, dans une boîte de nuit qui accueille uniquement les collectifs. C'est juste à côté de Chambéry, à une heure de Grenoble, on aura Menog qui vient du Portugal et des lives de nos deux poulains Hadra, les compositeurs Shotu et Sine Die qui vont chacun sortir leurs albums sur le label. Ensuite une grosse grosse soirée le 10 mars à Porcieu Amblagnieux, c'est plus loin mais c'est une salle en or, qui ouvre plein de possibilités artistiques. Il va y avoir une équipe de décorateurs qui viennent d'Allemagne avec deux camions remplis de décos, de projection… Ensuite on a en prévision une Hadra Party à Londres, a priori fin mars, et on va sûrement s'occuper de la salle trance de la prochaine Hypnotic. C'est l'occasion de toucher un nouveau public qui ne nous connaît pas forcément.C'est quelque chose qui vous tient à cœur ?C'est super important pour que le mouvement ne devienne pas un mouvement de dinosaures, qu'il puisse évoluer… J'ai peur qu'il se sclérose s'il ne se diversifie pas. Je pense qu'actuellement la trance se repose un peu sur ses acquis. C'est un mouvement qui a vraiment des valeurs très fortes à la base et doit rester authentique, mais il ne faut pas que ça ne s'adresse qu'aux initiés. Le public trance n'est plus forcément très jeune, beaucoup sont dans le mouvement depuis 15 ans ! C'est donc un milieu quand même assez traditionaliste et qu'il faut bouger…www.hadra.net

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter