Arnaud Rebotini : Enjoy the noise

MUSIQUES | PORTRAIT / Baroudeur musical éclectique, mélomane hardcore, actuellement membre du duo Black Strobe au côté d'Ivan Smagghe, Arnaud Rebotini viendra inaugurer de son imposante présence les soirées Electro/choc au George V, à l'initiative du Mark XIII. François Cau

| Lundi 31 janvier 2005

Tout de noir vêtu, ses deux mètres assortis d'un gabarit pour le moins robuste, sa longue mèche striant son visage fermé, Arnaud Rebotini ferait presque peur. Confronté au bonhomme en novembre dernier au Rex Club parisien, à la soirée de lancement de l'album de The Hacker, on n'osait même pas croiser son regard, de peur de se faire foudroyer sur place. Et pourtant, coincé aux platines entre ce dernier et Miss Kittin, il avait eu raison de nos défiances via un set en appelant aux sources électro, des incontournables tubes new-wave aux plus perfides des basses technoïdes. Pour sa venue en terre grenobloise aux côtés des excellents Jerome D et The Fly (et des non moins excellents Human Body et Havoc pour la before), un petit récapitulatif s'imposait. Fondu au noir, raccord hasardeux sur ses premières années parisiennes. Sous le signe du V Loin des états d'âmes versaillais récemment exorcisés par le Klub des Loosers, Arnaud Rebotini vit assez bien sa jeunesse dans le Ve arrondissement parisien. Au lycée Jules Ferry (improbable vivier de pionniers parisiens de l'électronique, pour des raisons restant à déterminer), il croise les juvéniles Alex Gopher, Etienne de Crecy ou Nicolas Godin de Air, bloque avec eux sur les sonorités funk et hip hop mais se nourrit également de toutes les tambouilles musicales imaginables. Pop anglaise, métal, punk mais aussi musique classique, où il puisera plus tard l'essence de ses compositions, revendiquant comme maîtres à penser Debussy (pour son art du contre-courant) ou Stockhausen (pour sa façon d'envisager les styles comme des "objets sonores"). En sortant du cursus scolaire, il devient vendeur au légendaire magasin musical Rough Trade, ses collègues répondant aux noms de Jérôme Mestre (futur fondateur du label Artefact) et Ivan Smagghe. Sur place, il se prend l'engouement électronique de plein fouet jusqu'à saturation, jusqu'à ce que les beats techno lui sortent par les yeux. Il s'en va dès lors chercher du côté de la musique contemporaine (Gorecki et Steve Reich en tête) et des compositeurs classiques.

Ainsi mixait Zarathoustra

Il signe ses premiers titres sous le pseudo d'Aleph (en probable référence à la nouvelle homonyme de l'argentin Jorge Luis Borges, ou à la première lettre de l'alphabet hébraïque). Après quelques tentatives jungle, ses expérimentations atteignent leur point d'orgue en 1996 sur la compilation SourceLab 3, avec le morceau Symphony of Sickness. Les rythmiques abstract y entament un pas de deux avec des boucles samplées hypnotiques, martelées de beats fracassants. Quelques morceaux et pseudos plus tard, on le retrouve pour son premier choc discographique au début de l'année 2000. Caché derrière le patronyme de Zend Avesta (terme désignant l'ensemble des textes écrits par Zarathoustra), Arnaud Rebotini signe Organique, un opus assez éloigné de ses premières amours sonores, en dépit d'incontournables échos new wave. L'ambiance est à la pop sombre et baroque, des membres de l'Orchestre National de Paris et de Montpellier signent les parties cordes et vents sur la plupart des morceaux ; et le musicien profite du rattachement du label Artefact à Barclay pour faire appel à une cohorte d'artistes prestigieux. Roya Arab (la voix cristalline du Londinium d'Archive) sur À la manière, Hafdis Huld (ex membre de Gus Gus, à présent chanteuse de Gang Bang) sur le splendide One of these days, Philippe Poirier, ex Kat Onoma qui reprendra son Qu'est-ce qui m'a pris comme titre de son dernier (et chaudement recommandé) album, ou enfin un Alain Bashung récitant deux poèmes de Jean Tardieu sur Mortel battement / Nocturne. Parallèlement, Rebotini retrouve son complice Ivan Smagghe pour le premier single signé de leur duo Black Strobe, Innerstrings. Déjà, l'alliance du producteur érudit et conceptualisant et de l'oiseau de nuit chouchou des dancefloors parisiens fait des étincelles.

Rock de synthèse

En 2002 sort un deuxième maxi, Me and Madonna, assorti du morceau joliment chaotique Fitting Together. Le dessein musical du duo se dessine, il s'agirait selon ses maîtres d'œuvre d'une tentative de "rock avec synthé". Il faudra attendre leurs premiers lives pour que l'expression prenne son sens : accompagnés d'une batterie et surtout de guitares recouvrant peu à peu les beats électro, Smagghe et Rebotini s'en donnent à c(h)œur joie. Les essais seront finalement confirmés avec la sortie de l'EP Chemical Sweet Girl, dont le morceau éponyme fait la joie des amateurs les plus exigeants, aux côtés du plébiscité “Two Fairlight Remix Bitches remix” de Me and madonna. Dans la foulée, Black Strobe sera contacté pour la récente compilation de remixs Depeche Mode 2004, pour se réapproprier le titre Something to do. En marge de son activité en duo, Rebotini participe à un autre album marquant, Artaud, sorti il y a quelques mois. Que ceux qui redoutent une adaptation speed-hardcore du Pèse-Nerfs ou de Pour en finir avec le jugement de Dieu se rassurent, cet Artaud-ci n'est pas Antonin mais Vincent, contrebassiste jazz déjà à l'œuvre sur Organique. Le résultat, complexe et limpide, lyrique et intime, ne dépareille pas dans une discographie déjà exemplaire. Une fois digéré toutes les facettes de cet artiste décidément hors norme, c'est peu dire qu'on attend le Dj set de Rebotini de ce vendredi avec impatience.

Arnaud Rebotini avec Jerome D, The Fly pour la soirée Electro/Choc le 25 février au George V de 1h à 5h Before avec Havoc et Human Body le 25 février au Mark XIII de 21h à 1h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Holocène 2019 : notre sélection d'artistes à découvrir à Alpexpo

Festival | Pour sa troisième édition, le festival Holocène fait déjà peau neuve sur les questions de format et d'accueil du public (lieu unique avec un Alpexpo revisité en trois scène, vendredi 18 et samedi 19 octobre). Reste le nerf de la guerre : la programmation. La preuve par 7.

Stéphane Duchêne | Mardi 15 octobre 2019

Holocène 2019 : notre sélection d'artistes à découvrir à Alpexpo

Hocus Pocus Voilà le grand retour, on ne sait pour combien de temps, du très culte collectif hip-hop-jazz nantais aux sympathies allègrement west-coast, après pratiquement une décennie d'absence consacrée notamment à des projets parallèles (comme C2C). C'est à Holocène qu'HP clôt une tournée des festivals particulièrement remplie. Vendredi à 21h45 Blu Samu Énième incarnation de la Belgian invasion, Blu Samu a déjà été aperçue cet été du côté du Cabaret frappé. La revoici à Holocène aux commandes d'un rap down tempo dont le flow smoothie jusqu'à l'écoeurement n'est pas sans évoquer les atmosphères soyeuses d'une Sade milléniale. Vendredi à 22h45 Lorenzo Bob vissé sur la tête, survet' vintage, flow à la résonance nasillarde, Lorenzo, Empereur du sale et prince du Rien à branler, est à la fois l'incarnation du ra

Continuer à lire

Arnaud Rebotini en six morceaux

Soirée | Résumé en six points de la passionnante carrière du musicien et compositeur de musique électronique français qui sera vendredi 13 avril sur la scène de l'Ampérage pour une "Nuit techno" très attendue – et pas seulement parce qu'il vient d'obtenir un César grâce à sa BO pour le film "120 battements par minute" !

Damien Grimbert | Mardi 3 avril 2018

Arnaud Rebotini en six morceaux

Aleph – Seed SPC1 (1995) Avec ce morceau furibard et brut de décoffrage extrait de son premier EP sans titre sorti sur Artefact (label français phare de l’époque créé par le pionnier Erik Rug) sous l'alias Aleph, Arnaud Rebotini faisait ses tous premiers pas discographiques dans la musique électronique. Mélange de breakbeat et d’électro surchargé d’énormes nappes acides, ce Seed SPC1 taillé pour les raves a, comme beaucoup de titres de cette période, plutôt bien vieilli. Zend Avesta – One of these days (2000) On a parfois un peu tendance à l’oublier, mais Arnaud Rebotini, ce n’est pas que de la grosse techno qui tape. Comme en témoigne cette petite perle downtempo jazzy délicate et subtile issue de l’album Organique de son projet Zend Avesta, portée par le chant envoûtant de l’Islandaise Hafdís Huld Thrastardottir, à l’époque vocaliste du groupe GusGus. Une fois encore, le tout n’a pas pris une ride.

Continuer à lire

Arnaud Rebotini : « Ce César est un symbole de reconnaissance pour la musique électronique »

Soirée | « Si la musique de "120 battements par minute" a une profondeur, c’est qu’elle est la voix de ceux qui sont morts, qui ont perdu des proches, qui se sont battus et qu’on n’a pas voulu entendre. Je dédie ce prix à ces héros oubliés, d’hier et aujourd’hui. Act Up existe toujours et le sida n’est pas qu’un film. » Voilà ce qu’a déclaré, ému aux larmes, le musicien et compositeur de musique électronique Arnaud Rebotini lorsqu’il a reçu début mars le César de la meilleure musique originale pour le fameux film de Robin Campillo. On a profité de cette actu pour lui poser quelques questions avant sa venue à l’Ampérage dans le cadre d’une nuit techno très attendue.

Aurélien Martinez | Mardi 3 avril 2018

Arnaud Rebotini : « Ce César est un symbole de reconnaissance pour la musique électronique »

Les organisateurs de la nuit techno à laquelle vous participez vous présentent comme un « poids lourd du mouvement électro », voire même comme un « vétéran »… Ces qualificatifs vous conviennent-ils ?! Arnaud Rebotini : Vu l’âge que j’ai [47 ans], je ne suis pas un débutant donc oui, on peut dire ça. Après, ce sont des qualificatifs de promoteurs et de journalistes, il faut donc les prendre comme tels… Un vétéran qui connaît en ce moment une "nouvelle jeunesse" du fait de l’aventure folle que fut – et qu’est encore – le film 120 battements par minute, sorti en août 2017 et dont vous avez composé la bande originale… Plus qu’une nouvelle jeunesse, c’est plutôt la continuité de mon travail avec Robin Campillo, puisqu’il s’agit du deuxième film que l’on a fait ense

Continuer à lire

Les soirées de décembre et janvier

MUSIQUES | Par Damien Grimbert

Damien Grimbert | Lundi 2 décembre 2013

Les soirées de décembre et janvier

Arnaud Rebotini Il a beau être déjà passé pas mal de fois à Grenoble ces dix dernières années, on ne se lasse jamais de revoir Arnaud Rebotini (cette fois-ci lors de la soirée Unit 2 Lesson 12, organisée par The Dare Night). D’autant que sa transition vers une techno "old-school" composée uniquement avec des boites à rythmes et synthétiseurs analogiques, amorcée dès 2008 avec son album Music Components et magistralement confirmée en 2011 avec l‘envoutant Music Gave Me Religion, s’avère aujourd’hui plus pertinente que jamais. Hypnotique, dark et sans concession, la musique d’Arnaud Rebotini possède cette dimension sans faille, profondément instinctive et intemporelle, face à laquelle tous les gimmicks et plug-ins dernier cri ne feront jamais le poids. Unit 2 Lesson 12, jeudi 12 décembre au Drak-Art   Ackeejuice Rockers Si elles ont mis quelques temps avant de trouver leur place à

Continuer à lire