La question qui tue

François Cau | Lundi 15 novembre 2010

Photo : Jif


Pourquoi se rendre à la soirée du 19 novembre à l'Heure Bleue, avec son triple plateau Brain Damage / La Phaze / High Tone ? Déjà, parce que ça réchauffe nos petits cœurs de pierre de constater que la salle de Saint-Martin-d'Hères, après un galop d'essai l'an dernier avec l'association Hadra, fricote de nouveau avec les sphères électroniques – initiative trop rare dans le paysage des salles de spectacle “tolérant“ les nouvelles musiques en son sein. Ensuite, même si les dernières productions discographiques en date de Brain Damage et La Phaze peinent toujours autant à entraîner notre adhésion, force est d'avouer que les deux formations débourrent salement sur scène. A l'instar des lyonnais de High Tone (photo), dont le dernier album, Out back, nous a par contre bousculé dans nos a priori sur le dub, à la grâce d'une prod' impeccable, qui ne se la pète pas malgré sa complexité, et qui mélange les styles musicaux avec une dextérité d'équilibriste. Enfin, parce que cette soirée, à l'instigation de l'association Drugi Most, un autre pont vers les Balkans, verra l'intégralité de ses bénéfices reversés au Centre Culturel OKC Abrasevic de Mostar. Ce lieu, construit et porté à bout de bras par les jeunes d'une ville encore frappée des contrecoups du conflit en ex-Yougoslavie, se pose comme l'alternative culturelle indispensable à une libre expression cruciale. Donc si vous me suivez, en vous rendant à cette soirée, vous ne prendrez plein la face, dans un cadre inédit pour ce genre d'agapes, tout en accomplissant une bonne action. FCHigh Tone / Brain Damage / La Phaze
Vendredi 19 novembre, à l'Heure Bleue.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À plus dans le Magic Bus

Festival | Zoom sur la programmation de la 18e édition du festival prévue du jeudi 23 au samedi 25 mai.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 mai 2019

À plus dans le Magic Bus

C'est désormais une formule immuable que propose l'association Retour de scène à l'approche de la 18e édition du festival Magic Bus : deux soirs de concerts à l'air libre sur l'Esplanade réunissant les têtes d'affiche du festival précédés d'une date à l'Ampérage en vue d'honorer la crème de la désormais incontournable Cuvée grenobloise. Où, dans ce cas, l'on pourra se familiariser avec le néo-trip-hop aux horizons élargis d'Aora Paradox, croiser Bleu Tonnerre qui réunit notamment les énergies de "Jose" Dos Santos (à mille lieues de ses Wastemen) et de Jul, ou encore s'enjailler sur le R'n'B laidback de LuLu & Young Seph. Côté Esplanade, les têtes d'affiche du vendredi seront plus familières en les personnes de Soviet Suprem et Shantel & The Bucovina Club Orkestar, pour une soirée à forte résonance balkanique qui mettra également en avant les "folk songs" de Picky Banshees et la cumbia hip-hopisante de Sidi Wacho. Le lendema

Continuer à lire

Le novo dub, l'autre French Touch

MUSIQUES | Zoom sur cette scène musicale à l'occasion du passage du groupe Ez3kiel par l'Hexagone de Meylan

Benjamin Mialot | Mardi 21 avril 2015

Le novo dub, l'autre French Touch

Au mitan des années 90, une petite bande de Parisiens se prend dans le casque la house de Chicago, relecture robotique de la "great black music" des années 50 à 70 (soul, funk, disco), et en décline une version française qui deviendra le premier produit d'exportation musicale du pays. L'histoire est connue, jusque dans ses détails les moins glorieux depuis que Mia Hansen-Løve a entrepris de raconter avec Eden la face cachée de ce safari lunaire – pour reprendre le titre de l'un des disques emblématiques du mouvement. À la même période se fomente une autre révolution à la française, souterraine celle-ci, au moment où des musiciens d'obédience rock se mettent en tête de faire éclater les nuages psychotropes du dub en des orages instrumentaux. Leurs groupes se nomment High Tone, Zenzile, Kaly Live Dub, Brain Damage ou encore Lab° et, les pieds ancrés au sol pentu de la Croix-Rousse lyonnaise (là où le label Jarring Effects gravera ses initiales dès 1993) mais les oreilles tournées vers Londres, ils ont sondé l'univers des basses fréquences bien avant qu'il

Continuer à lire