Croisade pop

Damien Grimbert | Lundi 19 novembre 2012

Composés, pour reprendre leurs propres termes, de « trois jeunes freluquets accompagnés d'une jeune et jolie damoiselle », les Lillois de Crusaders Of Love ne sont visiblement pas trop du genre à se prendre au sérieux. Petit chef-d'œuvre de power pop surefficace et ensoleillée, Take It Easy… But Take It, leur dernier album sorti cet été sur le label de Philadelphie FDH Records, sonne d'ailleurs comme un véritable hymne à la Californie des séries télé 90's, aux amours d'été, à l'insouciance et aux milk-shakes. Portés par des riffs ravageurs, des mélodies 60's acidulées, un son garage crade à souhait, et un chant juste assez punk pour ne pas virer dans le sirupeux, les onze courts morceaux qui le composent semblent empreints d'une adolescence éternelle, qui les rend d'autant plus savoureux. Accrocheuse dès la première écoute, cette succession ininterrompue de tubes instantanés n'en témoigne pas moins d'un talent évident de composition, la simplicité étant dans la pop (comme dans tant d'autres styles musicaux, d'ailleurs) l'un des objectifs les plus difficiles à atteindre. Groupe de scène par excellence, fort d'innombrables tournées en Europe et aux États-Unis, et de quelques premières parties prestigieuses (Jay Reatard, The Black Lips…), les Crusaders Of Love débarqueront enfin à Grenoble ce vendredi, et on vous conseille de ne rater ça pour rien au monde !

Damien Grimbert

Crusaders Of Love et The Buvettes, vendredi 23 novembre à 20h au Centre d'art Bastille

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Retour au garage

MUSIQUES | Ça peut sembler une évidence pour certains, mais rappelons-le quand même au cas où : depuis maintenant quelques années, la scène rock underground française (...)

Damien Grimbert | Lundi 29 avril 2013

Retour au garage

Ça peut sembler une évidence pour certains, mais rappelons-le quand même au cas où : depuis maintenant quelques années, la scène rock underground française affiche une santé artistique rien moins qu’éclatante, tant sur scène que sur album. Encore peu médiatisée, elle bénéficie en revanche d’un réseau de fans solide, et d’une lisibilité accrue, grâce au travail d’une poignée de labels phares (en gros, Pan European pour le versant psyché, African Tape pour la noise et le math-rock, et Teenage Menopause et Born Bad pour le garage). Auteurs de deux albums (Amazon Hunt en 2011, et Earth Slime en 2013) sortis respectivement sur les deux derniers labels cités, ainsi que d’une poignée de splits sur K7 et vinyl, les Parisiens de Catholic Spray officient dans un registre garage lo-fi et crasseux à souhait, où la diversité des influences (psyché 60’s, punk 70’s…) ne verse jamais dans la citation pédante, mais s’efface au contraire devant une immédiateté ultra-jouissive. À même de séduire aussi bien aficionados du genre que néophytes c

Continuer à lire