Les soirées du mois de décembre

Damien Grimbert | Lundi 3 décembre 2012

Myd, Panteros666 et Crackboy

Alléchant plateau que celui composé par l'association Roots'n'Culture pour sa prochaine Nuit électro. Au programme, deux des quatre membres du collectif Club Cheval (Myd (photo) & Panteros666), dont on avait déjà célébré à plusieurs reprises dans ces colonnes l'éclectisme des sélections, l'efficacité redoutable des productions, et surtout l'absence totale d'œillères musicales qui rend chacun de leur set si excitant. Et pour les accompagner, rien de moins que le mystérieux Crackboy (dont on gardera l'anonymat), talentueux producteur parisien auteur de plusieurs EPs irréprochables pour Get The Curse, Tigersushi, I'm a Cliché ou encore Zone Records, mais également de DJ-sets de très haute volée. On a déjà hâte d'y être !

La Nuit électro, samedi 8 décembre au Bar MC2


Aeroplane

Oscillant à la croisée de la cosmic disco, de la pop synthétique et de la balearic house, l'italo-belge Vito De Luca a réussi à s'imposer en l'espace de quelques années seulement comme l'un des artistes électroniques les plus singuliers de la scène européenne. Sa marque de fabrique : ne pas céder à la pression du dancefloor, mais au contraire ralentir le tempo pour embarquer son public dans un voyage cotonneux et psychédélique, bercé par l'influence conjointe des Pink Floyd et des producteurs phare des 80's comme Giorgio Moroder ou Tangerine Dream. Ajoutez à cela son goût prononcé pour les vocaux de crooners mélancoliques, et  cela vous donnera une idée assez claire du potentiel de séduction de la musique d'Aeroplane…

Aeroplane, jeudi 13 décembre au Bal Ptit Club

 

Yes We Cab

Actuellement en proie à des difficultés financières risquant de compromettre la poursuite de ses (hautement recommandables) activités, le Centre d'Art Bastille (Cab pour les intimes) organise une soirée de soutien intitulée Yes We Cab. Au programme, le rock psychédélique des Rockandys, un live entre électronica, synthpop et chiptune music signé Binary Digit, un DJ-set de Villeneuve, des performances artistiques d'Alice Assouline et Alexandra David, et quelques guests surprise. Ajoutez à cela « bières, vin chaud, hot-dogs, crêpes, chaleur et convivialité », et vous aurez largement assez d'arguments en main pour convaincre vos amis de venir en nombre pour soutenir le Cab !

Yes We Cab, samedi 15 décembre au Centre d'Art Bastille

 

Exploited LabelNight

Fondé en 2007, le label Berlinois Exploited Records s'est rapidement démarqué de la masse par son esthétique musicale à la fois audacieuse et subtile, mêlant house music percussive, influences tropicales marquées, et bass music futuriste. Pour défendre les couleurs du label, trois de ses artistes feront le déplacement à l'occasion de la soirée organisée par le collectif Avalanche : l'incandescente figure de proue Joyce Muniz (photo), productrice, DJ et chanteuse de Sao Paulo désormais installée à Vienne, le duo Cocolores, dernière signature en date, et enfin Shir Khan le big boss et fondateur du label. On en reparle très vite !

Exploited LabelNight, samedi 22 décembre au Bar MC2

Aeroplane


Le Bal Ptit Club 1 ter rue d'Agier Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Musée électronique : électro en vue

Festival | Et un nouveau festival grenoblois, un. Organisé par la société de production grenobloise le Périscope, il s’appelle Musée électronique, et sa première édition aura lieu vendredi 14 et samedi 15 juin dans les jardins du Musée dauphinois. Un cadre littéralement splendide (quelle vue !) pour un événement qui se veut « élégant mais pas pédant » avec une programmation riche en grands noms électro français. On détaille tout ça.

Aurélien Martinez | Lundi 10 juin 2019

Musée électronique : électro en vue

Un festival électro organisé de 18h à minuit ? Un choix curieux, mais que le programmateur Robin Direr nous avait expliqué en mars. « C’est une plage horaire intéressante qui permet de toucher un public large, et notamment les jeunes parents qui sortent moins facilement sur des minuit-6h. » Comprendre qu’avec Musée électronique, on ne sera donc pas sur des sons tapageurs ou abrasifs façon gros raout techno, mais plutôt sur une électro-pop dansante et légère. Et qu’on sera face à une programmation peu risquée pour cette première édition, avec des noms (quasiment tous masculins) bien référencés dans le vaste monde de l’électro. Tel, le vendredi soir, le Français Breakbot, que l’on connaît notamment grâce à son tube Baby I’m Yours sorti en 2010 sur le label français Ed Banger – celui de Justice, Cassius, Mr. Oizo, Uffie…. Une petite bombe électro-pop qui rentre instantanément en tête (la télé l’a beaucoup utilisée) du fait, notamment,

Continuer à lire

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

Panorama de rentrée culturelle 2018/2019 | De quoi nous emmener énergiquement vers la fin d'année avec une flopée de DJs et de musiciens que l'on croisera tard le soir à la Belle électrique, au Black Lilith, à l'Ampérage ou encore à la Bobine.

La rédaction | Jeudi 20 septembre 2018

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

Cut Killer DJ emblématique de la scène hip-hop française s’il en est, Cut Killer a marqué d’un sceau indélébile les années 1990 par le biais d’innombrables mixtapes, émissions de radio et collaborations en tout genre. Fin connaisseur des grands classiques old-school, mais toujours un œil posé sur les dernières nouveautés fraîchement sorties, il viendra dévoiler sa science du mix le temps d’une soirée qui risque bien de faire salle comble. Au Black Lilith jeudi 27 septembre Subversion #1 Nouveau rendez-vous nocturne initié par l’équipe de The Dare Night, les soirées Subversion entendent mettre à l’honneur les sonorités techno, rave, indus et EBM. Au programme de cette première édition, trois live-acts qui s’annoncent prometteurs avec le trio lyonnais J-Zbel, électron libre du label défricheur Brothers From Different Mothers ; Codex Empire, projet techno indus du vétéran anglais basé à Vienne Mahk Rumbae ; et enfin Illnurse, membre fondateur du collectif noisy techno parisien Container. Les DJ-set

Continuer à lire

Panteros666 : « En musique, je suis polygame »

MUSIQUES | Passionné de musiques club comme de sonorités plus expérimentales, fasciné par les nouvelles technologies et la cyberculture, Panteros666 du collectif Club Cheval est avant tout un artiste généreux et exalté par le futur. Interview avant son DJ-set de vendredi au Vertigo. Par Damien Grimbert

Damien Grimbert | Mercredi 2 mars 2016

Panteros666 : « En musique, je suis polygame »

Vous avez une approche de la musique très décloisonnée, pas du tout hiérarchisée… Panteros666 : En fait, j’ai commencé la musique à sept ans par la batterie et j’ai tellement été baigné dans l’académisme depuis le début que vers 14/15 ans, j’en ai eu marre de cet univers fermé et j’ai envoyé tout valdinguer. On bossait des morceaux vraiment pas fun, très techniques, qui étaient centrés sur la performance, la virtuosité et les nuances. Mais pour moi, la qualité musicale ne venait pas de là, je cherchais autre chose. Du coup, j’ai commencé à m’autoformer en écoutant de la jungle, et plein de trucs qui étaient fait par des boîtes à rythmes… J’en avais marre des humains qui jouaient de la musique ! Vous êtes connu pour votre passion de la grosse techno/house belge des années 1990, très chargée, très mélodique… Pour moi, ça représente vraiment un fantasme musical, cette techno à la fois hyper futuriste mais aussi marrante, conviviale… Si je suis tombé amoureux de la musique électronique c’était aussi pour l’acte humain qu’il y avait derrière : se marrer pendant des heures avec ses potes, danser, discuter

Continuer à lire

Les soirées d'octobre

MUSIQUES | Myd au Vertigo C’était il y a cinq ans à peine, autant dire, à l’échelle de la musique électronique, une éternité. Tandis qu’aux États-Unis, Skrillex entamait sa (...)

Damien Grimbert | Mardi 6 octobre 2015

Les soirées d'octobre

Myd au Vertigo C’était il y a cinq ans à peine, autant dire, à l’échelle de la musique électronique, une éternité. Tandis qu’aux États-Unis, Skrillex entamait sa domination des charts, les clubs kids européens élevés aux sonorités tapageuses de la french touch 2.0 et de la fidget house britannique se réveillaient avec une gigantesque gueule de bois et partaient, non sans mal, à la recherche d’une nouvelle identité musicale plus subtile pour danser en soirée. Puisant à la fois dans le rap, le R’n’B, la house vintage, la club music américaine, la bass music anglaise, les sonorités tropicales et les musiques de jeux vidéo, Club Cheval, un jeune collectif de quatre DJs/producteurs lillois, s’attelait au travail pour relever le défi. Avance rapide en 2015 : figure de proue du label Bromance de Brodinski aux côtés de ses collègues de Club Cheval Sam Tiba, Canblaster et Panteros666, Myd est désormais un artiste installé à la carrière internationale florissante, et son retour à Grenoble aux platines du Vertigo l’un des temps forts de la rentrée. Comme quoi la vie est bien faite.

Continuer à lire

Les soirées de février

MUSIQUES | Balkan Beat Circus Pour son tout premier événement, la jeune association grenobloise Bakkus propose une alléchante soirée pluridisciplinaire au Drak-Art, (...)

Damien Grimbert | Mardi 4 février 2014

Les soirées de février

Balkan Beat Circus Pour son tout premier événement, la jeune association grenobloise Bakkus propose une alléchante soirée pluridisciplinaire au Drak-Art, placée sous le double signe de la musique balkanique et des bazars forains d’antan. Au programme, des Dj-sets orientés balkan beat par le Barcelonais Grounchoo (photo) et les locaux du BSP Crew (Little Tune, Matt Tracker et DJ Akor), mais également trois spectacles visuels signés par les Lyonnais de Freaks Factory : Lady Dada (show burlesque), Erica Jolibellule (hula-hoop) et E Kartel Perf (fakirisme). Le tout sous l’égide de la mystérieuse femme à barbe Jessica Morrigan, qui jouera le rôle de maîtresse de cérémonie tout au long de la soirée. Histoire de rajouter encore un peu à l’ambiance, précisons que les déguisements insolites seront les bienvenus… Balkan Beat Circus, samedi 8 février au Drak-Art

Continuer à lire

Les soirées du mois de novembre

MUSIQUES | 10 ans de Chica-Chic On vous en parlait déjà dans le précédent Insomniak, mais cette fois, c’est bel et bien parti. Après une soirée de lancement à la Bobine (...)

Damien Grimbert | Lundi 4 novembre 2013

Les soirées du mois de novembre

10 ans de Chica-Chic On vous en parlait déjà dans le précédent Insomniak, mais cette fois, c’est bel et bien parti. Après une soirée de lancement à la Bobine le 22 octobre dernier vaillamment assurée par la jeune et talentueuse Léonie Pernet, nouvelle signature du label Kill The DJ, les 10 ans de Chica-Chic battront leur plein du 16 au 23 novembre avec pas moins de cinq évènements distincts. À retenir notamment pour les noctambules, une Go Bang ! Spéciale 10 ans le mardi 19 à la Bobine, qui débutera par un live de C.A.R. (nouveau projet solo de Chloé Raunet du groupe Battant) à 19h, et terminera par un Dj-set réunissant tous les « amis DJs et selectors de la galaxie Chica-Chic ». Et surtout la Chica-Chic Party ! du 23 novembre au Drak-Art qui accueillera aux côtés de Mag, Rescue, et Lucky Jules, la toujours bienvenue DJ Wet, et l’excellent Crackboy (photo), dantesque et jouissif side-project ghetto/acid-house/jackin’ techno d’un producteur bien connu de la scèn

Continuer à lire

Décollage en douceur

MUSIQUES | Passionné de disco et de pop 70’s et 80’s, Aeroplane insuffle dans sa musique une subtilité mélodique et un groove qui la distingue instantanément du lot. Rencontre avec un DJ-producteur singulier, qui refuse de céder à la « pression du dancefloor ». Propos recueillis par Damien Grimbert

Damien Grimbert | Lundi 10 décembre 2012

Décollage en douceur

Quel est votre background culturel ?Aeroplane : Je viens de la région de Charleroi, en Belgique. J’ai passé la plupart de ma vie là-bas. J’ai grandi dans une famille d’Italiens, dans laquelle on écoutait évidemment beaucoup de musique italienne. Quand j’ai été en âge de comprendre la musique, en 1986, 1987, une bonne partie était produite par tous les mecs qui avaient fait de l’italo-disco les cinq années d’avant. Donc ça sonnait très électronique, c’était une espèce de pop très sucrée, très "over-the-top" dans les harmonies, mais produite de manière électronique avec des DX7 [synthétiseurs – NDLR], des boîtes à rythmes… Et je pense qu’encore aujourd’hui, c’est un des musiques qui m’influence le plus. Étant donné votre passion pour la musique des années 70 et 80, vous n’avez pas parfois la tentation de ne passer que des vieux disques ?C’est un peu difficile, parce le public d’Aeroplane se divise vraiment en deux parties. Il y des gens qui comp

Continuer à lire

Les soirées du mois de juin

MUSIQUES | Zoom sur… Myd & Canblaster Si vous n’avez pas suivi de très près ce qu’il y a eu de nouveau et d’excitant sur la scène club française ces deux dernières (...)

Damien Grimbert | Vendredi 25 mai 2012

Les soirées du mois de juin

Zoom sur… Myd & Canblaster Si vous n’avez pas suivi de très près ce qu’il y a eu de nouveau et d’excitant sur la scène club française ces deux dernières années, la réponse tient en deux mots, et un hennissement : Club Cheval. Soit un collectif de quatre jeunes DJs/producteurs originaires du Nord de la France (Canblaster, Sam Tiba, Myd et Panteros 666), qui a réussi à ramener fun, érudition, énergie et originalité sur des dancefloors où l’on commençait à s’ennuyer ferme. Leur marque de fabrique ? Des sets rollercoaster où il se passe toujours quelque chose d’excitant pour les oreilles, des productions à la fois très club et très nerd, aux textures sonores ultra-travaillées, et un éclectisme total dans les goûts musicaux qui leur permet d’incorporer des influences venues des quatre coins du monde et de transformer chacun de leur mixes en véritable tribune pour les nouvelles formes de dance music émergentes. Avec autant d’atouts dans leur poche, inutile de préciser que le succès ne s’est pas fait attendre : signés sur la crème des labels digitaux du moment (Marble, Nightshifters, Sound Pellegrino, Top Billin, Mental Groove…), et suivis avec attention bien au-delà de n

Continuer à lire

Le nombre de la bête

MUSIQUES | Quand un artiste nommé Panteros666 appartenant à un collectif intitulé Club Cheval signe un mix du nom de Plus Belle la Life décrit comme la rencontre entre (...)

François Cau | Lundi 12 septembre 2011

Le nombre de la bête

Quand un artiste nommé Panteros666 appartenant à un collectif intitulé Club Cheval signe un mix du nom de Plus Belle la Life décrit comme la rencontre entre « exotic tribal garage », « gabber » et « hardstyle », la curiosité a vite fait de vous faire presser la touche Play. C’était il y a un peu plus d’un an (soit une éternité en âge-internet), et pour être honnête, on n’est pas sûr d’avoir écouté plus excitant depuis. A la fois brutale et mélodique, envoûtante et déroutante, cette alliance de sonorités contre-nature annonçait l’arrivée sur la scène électronique française d’un électron libre prêt à faire voler en éclats les conventions d’usage. Et c’est peu dire qu’il n’a pas déçu depuis : un deuxième mix aussi réussi que le premier (Terminator 2 Erotica), un EP de premier ordre (Kegstand) sur le label Sound Pellegrino de Teki Latex et Orgasmic, une série de remixes hauts en couleur… En l’espace de quelques mois, Panteros666 et ses acolytes du Club Cheval Myd, Sam Tiba et Canblaster se sont imposés comme les nouveaux espoirs de la scène post-Institubes / Ed Banger, en conservant les meilleurs atouts (curiosité musicale, mélange des styles, absence de tabous) tout en se débarrass

Continuer à lire