69, année électrique

Benjamin Mialot | Mardi 25 février 2014

Dans le Kâmasûtra, le 69, cette position qui permet à deux partenaires de se stimuler oralement l'un l'autre (et dont Jean-François Copé s'imagine sans doute qu'on l'enseigne en cours de SVT dès le collège), est appelé « congrès du corbeau ». Pourquoi ? Nul ne semble le savoir, pas même les dénommés Armand Gonzalez et Virginie Peitavi, "partners in crime" de lèche-majesté au sein du duo 69. Ignorance qui ne les empêche pas de produire, depuis 2007, une musique luisant du même éclat de jais que celles de Joy Division, Public Image Ltd et Wire, entre autres oiseaux de mauvais augure de l'après-punk.

Ce mauvais penchant ornithologique est toutefois bien antérieur : il date très exactement de 1991, année de naissance de Sloy, trio au sein duquel ils ont, avec pour seul ramage un yaourt psalmodique et la complicité du batteur Cyril Bilbeaud (désormais citoyen de la Zone Libre de Serge Teyssot-Gay), fait passer en France ces mélodies insanes et riffs mutilateurs comme on fait entrer un charognard dans une bergerie décimée par la fièvre aphteuse.

Un passage aux Transmusicales et trois albums plein d'urgence et danger plus tard (dont un, le premier, enregistré par un autre modèle du groupe, le grand ordonnateur du noise rock anguleux Steve Albini), Sloy se liquéfiait en une soupe primordiale dans laquelle puiseront des types aussi divers que Miossec et Éric Pasquereau (Papier Tigre). Et 69 donc, qui l'a déliée, à coups de boites à rythmes et claviers rudimentaires et à ce jour sur deux disques, en une coldwave aussi sinistre et obsédante qu'un lointain croassement.

Benjamin Mialot

69  + Siân Pottok, dimanche 9 mars à 17h30 au Ciel


69 + Siân Pottok

Post punk new wave electronica + pop
Le Ciel 2 rue du Général Marchand Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le double effet Claire Diterzi

MUSIQUES | Il y a (au moins) deux niveaux de lecture possibles de l’œuvre de Claire Diterzi. Le premier consiste à prendre ses chansons pour ce qu’elles (...)

Aurélien Martinez | Mardi 10 novembre 2015

Le double effet Claire Diterzi

Il y a (au moins) deux niveaux de lecture possibles de l’œuvre de Claire Diterzi. Le premier consiste à prendre ses chansons pour ce qu’elles sont : des petits bijoux très bien écrits (Infidèle sur son premier album Boucle) et orchestrés (Ce que j'ai sur le cœur sur Rosa la Rouge) à placer très haut dans le monde hétéroclite de la chanson française. Le deuxième consiste à déceler toute l’ironie dont l’auteure-compositrice-interprète est capable, très loin d’un premier degré bas de plafond. Car depuis plus de dix ans, Claire Diterzi s’amuse avec tous les codes de la chanteuse très féminine (À Quatre Pattes sur Tableau de chasse) cherchant l’amour (Aux marches du palais sur Rosa la Rouge, en duo avec Lambert Wilson) quitte à se ramasser ens

Continuer à lire