Une belle et sombre inconnue

Benjamin Mialot | Mardi 8 avril 2014

Photo : Siggi Eggertsson


Le premier album de Dillon s'intitulait This Silence Kills. « Ce silence tue. » Et effectivement, chaque fois que cette charmante Brésilienne à la bouleversante voix de poupée parlante à court de piles s'y taisait, c'était comme si notre corps se délestait de vingt-et-un grammes – le poids supposé de l'âme. Nous étions alors en 2011 : autant dire que depuis, et quand bien même cette merveille de techno-pop à fleur de peau (de porcelaine) a laissé dans nos écouteurs le dessin d'une petite mélodie qui lui ressemble, ce sont des dizaines de kilos de principe vital que nous avons laissé filer vers l'inconnu.

L'inconnu justement, ou plutôt The Unknown, c'est le titre du deuxième recueil de « poèmes chantés » au piano de la jeune protégée de DJ Koze. Plutôt des contes, à bien y réfléchir, avec ce que cela suppose d'émerveillement bien sûr (son phrasé heurté, ses mélodies si fragiles qu'on voudrait les préserver sous bulle, son toucher lourd de peine) mais aussi de noirceur et de cruauté : des penchants auxquels elle s'abandonnent désormais plus volontiers, ici le temps de chœurs funèbres comme surgis d'un disque de Matt Elliott (le très beau final démultiplié de A Matter of Time, Nowhere et ses plaintes ectoplasmiques), ailleurs en s'immergeant jusqu'à ses lèvres boudeuses dans des textures électroniques dissipant pour de bon la méprise entourant sa signature sur le label Bpitch Control (les reflux de basses du titre éponyme, le kick sous-marin d'Into the Deep). Magnifique de bout en bout.

Benjamin Mialot

Dillon, dimanche 13 avril à 17h30, au Ciel


Dillon

Rock électro
Le Ciel 2 rue du Général Marchand Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Proxima" : Maman est au ciel

ECRANS | De Alice Winocour (Fr.-All., 1h47) avec Eva Green, Matt Dillon, Sandra Hüller…

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Sélectionnée pour une mission d’un an à bord de l’ISS, la spationaute Sarah Loreau s’entraîne intensivement. Mais elle doit composer avec un paramètre de plus par rapport à ses collègues masculins : le fait d’être mère. Et anticiper la séparation d’avec sa fille Stella s’avère compliquée… À la toute fin de son film, Alice Winocour fait défiler les portraits des femmes astro-cosmo-spationautes posant avec leurs enfants. Si le doute subsistait encore, son intention était bien avec Proxima d’inscrire la situation particulière de la mère (et donc de la femme) dans la conquête spatiale particulièrement, et dans le milieu professionnel en général. Signant un film hautement documenté sur la marche d’une mission – on n’a d’ailleurs rarement vu les protocoles aussi bien détaillés, et sans la poudre aux yeux hollywoodienne –, la cinéaste fait pourtant de ce barnum un sujet satellite. En effet, c’est autant à la symbolique "ombilicale" de l’arrachement – le terme revient d’ailleurs dans le vocabulaire astronautique – avec toutes ses dérivées (naissance, fin de l’enfance, deuil…) qu'aux rapports entre les genres que

Continuer à lire

"The House that Jack built" : la mort va si bien à Lars von Trier

ECRANS | Le cinéaste danois s'insinue dans la tête d’un serial killer aux ambitions (prétentions ?) esthétiques démesurées pour en retirer une symphonie en cinq mouvements criminels. Une variation sur la mégalomanie et le perfectionnisme artistiques forcément un brin provoc’ mais adroitement exécutée.

Vincent Raymond | Lundi 15 octobre 2018

Jack (Matt Dillon) aurait tellement voulu être architecte… Un destin contraire l’a fait ingénieur et affligé de TOC lui empoisonnant la vie, surtout lorsqu’il vient de commettre un meurtre. Car si l’on y réfléchit bien, le principal tracas de Jack, c’est de devoir obéir à ses pulsions de serial killer… Peu importe si son esthétique ou ses dogmes évoluent au fil de sa prolifique filmographie (et lui confèrent au passage l’apparence d’un splendide magma), Lars von Trier parvient à assurer à celle-ci une indiscutable cohérence par son goût maladif du défi stylistique et de la provocation morale, que celle-ci transparaisse dans la diégèse ou dans le discours d’accompagnement. Épouser, comme ici, le point de vue d’un détraqué jouissant dans l’esthétisation de la mise à mort de ses victimes participe évidemment de cette démarche : la mécanique humaine et celle, perverse, du suspense conduisent inconsciemment le spectateur de The House tha

Continuer à lire

« Une rave party pour insectes »

CONNAITRE | Franchement, à l’idée de visiter une installation sonore et visuelle prenant la forme d’un « manège polyphonique » à base de haut-parleurs recomposés, (...)

Damien Grimbert | Mercredi 13 mai 2015

« Une rave party pour insectes »

Franchement, à l’idée de visiter une installation sonore et visuelle prenant la forme d’un « manège polyphonique » à base de haut-parleurs recomposés, on était partagés entre saine curiosité… et appréhension de ne rien capter. Première surprise, la visite se déroule à la nuit tombée, téléphone portable coupé. Une fois arrivés à l’étage, à l’entrée des deux salles dans lesquelles se déroule l’installation, on ne voit pas grand-chose (si ce n’est un assemblement de petites structures diverses plongées dans la pénombre et quelques ombres mouvantes) ; et, surtout on entend encore moins. Pourtant, après une bonne dizaine de minutes à errer les bras ballants, d’attraction en attraction, la magie commence à opérer. Dans la salle du fond, des micro-sons cycliques à peine discernables au premier abord prennent peu à peu plus d’importance jusqu’à former un intrigant ballet sonore. Et sous la yourte improvisée de la première pièce, on se retrouve immergés par diverses sources sonores aléatoires, évoluant dans un chaos apparent Portés par l’ambiance singulière, les jeux de lumières et les bruits et chuchotements discrets des quelques personnes présentes, on ent

Continuer à lire