Joyau Gilberto(s)

MUSIQUES | C'est en solo, à la guitare acoustique, que la légende Gilberto Gil, homme aux milles vies et aux mille musiques, vient faire résonner l'Auditorium de douce sambas livrées en hommage à un autre maître brésilien : Joao Gilberto. Stéphane Duchene

Stéphane Duchêne | Mardi 30 septembre 2014

Photo : (c) Daryan Dornelles


L'an dernier, le Brésil nous avait envoyé l'un des dignes successeurs de Gilberto Gil et de son compère en tropicalisme Caetano Veloso en la personne de Rodrigo Amarante. Comme ses aînés, ce dernier est un musicien de l'exil : géographique d'abord, entre Etats-Unis et France – même si le sien est un peu plus volontaire que ceux, londoniens, de Gil et Veloso, "contraints" par le contexte de la dictature militaire qui ne voyait pas d'un très bon œil ces types un peu trop libres pour être honnêtes – mais aussi musical – comme eux, il pratique un art nourri du brassage pop. Une dernière chose toutefois relie Amarante et les tropicalistes en chef : il a été le compère musical au sein de L'Orquestra Imperial de Moreno Veloso, le fils de Caetano. Or c'est ce même Moreno qui vient de produire le dernier album de Gilberto Gil. Un album qui constitue pour l'enfant du Nordeste une sorte de retour aux sources : un hommage à la samba et plus précisément à Joao Gilberto.

Desafinado

De la part d'un musicien qui fut en son temps hué car accusé à la fin des années 60 – celles du tropicalisme donc – de fouler au pied la tradition musicale de son pays – un peu comme lorsque Bob Dylan électrifia le folk – pour l'abâtardir à grand renforts de pop occidental, de rock psychédélique et d'influences mondialistes ; qui a ensuite ratissé les genres musicaux sur tous les continents le long d'une cinquantaine d'albums, voilà une manière, si ce n'est de boucler la boucle, du moins de payer avec un doux panache un tribut à ses aînés, à ses totems. De faire, comme il le dit non sans humour, du «Joao Gilberto Gil» (et cela, au moins, constitue une belle boucle). Pour cela, l'ancien ministre de la Culture de Lula a réuni dix sambas qui sont autant de classiques passés entre les mains de Tom Jobim, Caetano Veloso, toujours lui, et bien d'autres. Dont Gil lui-même, qui complète le menu de ce Gilbertos Samba avec deux compositions originales à l'avenant... fort avenant. Autant dire que la chose relève de l'enchantement : entendre Gil interpréter en acoustique et de sa voix soufflée des sambas de miel, classiques absolus comme ce Desafinado qu'il attife volontiers de fantaisistes mais toujours discrètes fanfreluches, c'est comme voir un vénérable maître revenir fouler les plages de son enfance – celles de Bahia, communes aux deux Gilberto. Non pas avec la nostalgie qui sied aux vénérables en auto-pélerinage final mais avec la joie naïve d'une jeunesse retrouvée. Ou peut-être jamais perdue.

 

Gilberto Gil
A l'Auditorium, lundi 6 octobre


Gilberto Gil


Auditorium de Lyon 149 rue Garibaldi Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Caetano & Gil : amicalement vôtre

MUSIQUES | « Deux amis, un siècle de musique », c'est ainsi qu'est baptisée la tournée qui réunit Caetano Veloso et Gilberto Gil. Et qui les verra monter sur scène (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 30 juin 2015

Caetano & Gil : amicalement vôtre

« Deux amis, un siècle de musique », c'est ainsi qu'est baptisée la tournée qui réunit Caetano Veloso et Gilberto Gil. Et qui les verra monter sur scène avec chacun une guitare et un répertoire immense. Caetano & Gil se sont un peu les Brett Butler et Danny Wilde de la musique brésilienne, aux trajectoires individuelles marquées mais dont le destin restera irrémédiablement lié pour l'Histoire, l'esprit indissociable malgré les désaccords et les différences. Nés la même année, en 1942, et tous deux grandis à Salvador de Bahia, l'un est blanc issu d'un milieu modeste, l'autre noir et fils de médecin, les deux sont très engagés politiquement mais quand Gil est nommé ministre de Lula (premier président de gauche depuis leurs propres tribulations tropicalistes), Veloso est dubitatif avant de se raviser. Leurs caractères aussi sont rigoureusement opposés – Veloso est un hyperactif et bon vivant, Gil un gros dormeur (et c'est lui qui sera ministre) et quasiment maître zen – mais ils se complètent comme se complétaient Lennon et Macca et se sont trouvés comme on trouve l'amour, chacun vouant à l'autre une admiration sans bornes et jamais envieuse.

Continuer à lire

Caetano Veloso et Gilberto Gil : tropicales mélodies

MUSIQUES | Réunis pour une tournée commune très attendue qui passe par Jazz à Vienne, Caetano Veloso et Gilberto Gil ont initié, à la fin des années 1960 et en amont de leurs immenses carrières internationales, l'une des grandes révolutions musicales et culturelles du Brésil : le tropicalisme. Un mouvement contestataire contesté qui a durablement marqué les esprits en libérant, parfois contre leur gré, les consciences brésiliennes. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 30 juin 2015

Caetano Veloso et Gilberto Gil : tropicales mélodies

Trop radicales ou trop avant-gardistes, il est des épiphanies dont on ne mesure pas immédiatement la portée. On connaît par cœur l'histoire de l'électrification de Bob Dylan qui, un soir de 1965 au festival de Newport, en dépit de l'incrédulité qu'elle suscita, changea à jamais la face du rock. C'est à peu près au même phénomène qu'ont assisté les Brésiliens en 1967, lorsque sur la scène de TV Record, Gilberto Gil, Caetano Veloso et Os Mutantes ont fait exploser ce qui était alors le canon de la musique brésilienne, à savoir la bossa nova, laissant l'acoustique et les costumes bien mis au placard au profit d'une pop à tête chercheuse arborant cheveux longs et idées pas plus courtes. Vite conspués pour cette rupture radicale avec l'ordre culturel établi, Veloso et Gil, hippies poussés dans le chaudron culturel bahianais, ne font pourtant rien d'autre qu'actualiser les principes édictés par le concept de «cannibalisme culturel» d'Oswaldo Andrade qui, en 1928, prônait la nécessité pour le Brésil d'absorber la culture internationale.

Continuer à lire