Doré à point

Nadja Pobel | Mardi 9 décembre 2014

Photo : Yann Orhan


Quand en avril 2007, Julien Doré débarque dans un télé-crochet (Nouvelle Star) qui n'en finit plus de déglutir de la soupe variétoche, il y a un effet belle-gueule immédiat comme si jamais nous n'avions vu de boucles blondes auparavant ; comme, si, soudain, un tatouage, fut-il du nom de Jean d'Ormesson, était sexy et une barrette dans les cheveux le comble du chic. En dézinguant habilement Alizée et consorts façon Richard Cheese and Lounge the Machine ("cover band" américain), il faisait grincer le parquet trop ciré des petits Frenchies.

Au sortir de l'émission, il sait encore se produire sans promo dans de petites salles (comme le CCO de Villeurbanne) avec son groupe d'étudiant, les Dig Up Elvis. Trois albums plus tard, sortis à coup d'un marketing assourdissant, prétentieux et souvent ridicule (une intro dévoilée par-ci, quinze secondes d'un clip par-là…), le voilà élevé au rang des incontournables qu'il moquait. Dans Ersatz, Bichon puis Løve, il parvient pourtant, au milieu de titres conventionnels et contestables, à sortir quelques pépites, à chaque fois sur le mode introspectif et sombre : Les Bords de mer, Bouche pute dans le premier, ou Glenn Close dans le deuxième (le plus faible des trois).

Jouant sans cesse du phénomène médiatique qu'il a créé, Julien Doré s'impose comme un détestable hipster, showman surdoué mais presque trop mécanique sur scène désormais jusqu'à ce que cette carapace laisse poindre ce qu'il esquisse quand il accepte de baisser la garde : un mélodiste doué doublé d'un auteur original et d'un interprète hors pair. Viborg, Hôtel Thérèse, Mon apache (signé du fidèle complice Arman Meliès), Corbeau blanc sont la substantifique moelle de cet hybride à plusieurs têtes. « On attendra l'hiver pour s'écrire qu'on se manque » chante-t-il. Ça tombe bien, c'est maintenant.


Nadja Pobel

Julien Doré, mardi 16 décembre à 20h30, à la MC2


Julien Doré


MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Panorama rentrée 2017 | Les prochains mois, il y aura du bon, voire du très bon, à écouter dans les salles grenobloises et de l'agglo. On vous détaille nos coups de cœur.

La rédaction | Mardi 3 janvier 2017

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Yael Naim et le Quatuor Debussy À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) sont tombés en amour. D'où l'idée de prolonger cette expérience de manière plus durable et plus travaillée. La chanteuse et le quatuor baroque ont donc lancé une tournée qui revisite avec douceur – et les arrangements du Debussy – le répertoire passé et présent de la franco-israélienne. Grâce lumineuse et cordes sensibles garanties. À la Rampe (Échirolles) Jeu 12/01 et ven 13/01 _______ Camera Les années 1970 inspirent plus que jamais les artistes d'aujourd'hui et ce ne sont pas les Berlinois de Camera qui diront le contraire. Figure de proue de la renaissance du krautrock, ce genre tombé aux oubliettes pendant de longues années, le trio guitare-clavier-batterie n'a rien de conventionnel. Il épr

Continuer à lire

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

ACTUS | Comme chaque année en décembre, tout le monde se demande quoi mettre à qui sous le sapin. Laissons à nos confrères les suppléments en papier glacé vantant les mérites de produits high-tech capables de vider un porte-monnaie en deux secondes et autres biens de consommation qui en jettent une fois le papier déballé mais n’ont plus aucune utilité dès le 26 décembre, et optons pour une sélection 100% immatérielle à base de spectacles et de concerts. C'est cadeau !

La rédaction | Mardi 6 décembre 2016

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

Jeff Mills Pour les vétérans de l’électro Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artiste inspiré et figure historique de la scène techno de Détroit. Avec sa création atypique de 2014 baptisée Planets, il a réinterprété l’une des partitions les plus célèbres du répertoire symphonique classique (Les Planètes de l’Anglais Gustav Holst, composée il y a un siècle) pour un voyage dans le système solaire (d’où le titre) en dix mouvements. Et autant (voire plus) d’émotions, comme « le mélange du classique et de la musique électro produit toujours des résultats inattendus » selon lui. On le croit sur parole. À la MC2 vendredi 31 mars De 10 à 29€ ______ Julien Doré Pour les amateurs de chanson française à tendance hipster On a toujours regardé avec intérêt Julien Doré, même s’il y a toujours eu un petit quelque chose en lui qui ne nous convainquait pas totalement – son personnage de dandy adepte des références

Continuer à lire

Julien Doré en concert au Summum en avril 2017

MUSIQUES | Pour assurer la promo de son quatrième album, Julien Doré est partout en ce moment. Faut dire que & semble recueillir un max de suffrages. De notre (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 22 septembre 2016

Julien Doré en concert au Summum en avril 2017

Pour assurer la promo de son quatrième album, Julien Doré est partout en ce moment. Faut dire que & semble recueillir un max de suffrages. De notre côté, on a encore sept mois pour se faire un avis sur cette, il est vrai, séduisante aventure (et on ne parle pas de Pamela Anderson croisée dans le clip Le Lac), vu qu’une date de concert grenobloise vient tout juste de tomber : le jeudi 27 avril au Summum. La billetterie est déjà ouverte.

Continuer à lire

Le paradoxe Doré

MUSIQUES | Chaque fin de printemps, c’est la même rengaine : le Ricard Live Music Tour déploie l’artillerie lourde pour une série de concerts gratuits en France (une (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 25 mai 2011

Le paradoxe Doré

Chaque fin de printemps, c’est la même rengaine : le Ricard Live Music Tour déploie l’artillerie lourde pour une série de concerts gratuits en France (une demi-douzaine de villes, dont Grenoble), avec des têtes d’affiche capables de rameuter des djeuns. Si le plateau 2010 avait un semblant de gueule (l’électrique V.V. Brown et les gentils rebelles BB Brunes), celui de cette année nous laisse davantage perplexe. Passons rapidement sur le trio belge Puggy, au son folk-rock assez sympatoche (quoique déjà entendu un bon nombre de fois), et sur le tout jeune groupe Namasté, lauréat du concours « Lance-toi en live », pour s’intéresser au cas Julien Doré. Julien Doré, oui : le gagnant d’une ancienne édition de la Nouvelle Star qui, depuis, développe son personnage de dandy adepte des références arty en tout genre. Mais, niveau musique, malgré une production léchée et quelques postures bien trouvées, tout cela semble bel et bien factice, voire carrément pompé sur d’autres : Bichon, son dernier album en date, en est la preuve cri

Continuer à lire