Ayo en concert gratuit cet été pour le Cabaret frappé

MUSIQUES | Rendez-vous le samedi 25 juillet au Jardin de Ville de Grenoble

Aurélien Martinez | Jeudi 9 avril 2015

L'an passé, l'équipe du Cabaret frappé avait terminé son édition avec un grand concert gratuit au Jardin de Ville. Cette année, ce sera la même chose : la semaine de concerts prévue du lundi 20 au samedi 25 juillet s'achèvera par un de la chanteuse allemande d'origine nigériane Ayo comme l'a annoncé la Ville de Grenoble dans un communiqué de presse. Mais si, Ayo ; celle à qui l'on doit notamment ce tube :

« La programmation complète sera révélée à partir de fin avril : concerts, cinéma, jeux du monde, lectures et peut-être même quelques surprises seront dévoilées » dixit toujours le communiqué, qui évoque aussi une dix-septième édition naviguant « au rythme des musiques venues des quatre coins de la planète : disco punk, indie pop, folk soul, électro breakbeat, accordéon tzigane, DJ sets et concerts entre autres ».

On vous tiendra au courant dès qu'on en saura plus, notamment sur le projet évoqué l'an passé de, pourquoi pas, faire bouger le Cabaret ailleurs en ville.

P.S : Bon bah finalement, ce sera toujours au Jardin de Ville comme l'a annoncé le Cabaret sur sa page Facebook: « Premier nom dévoilé ! La suite bientôt. Patience... On vous attend cette année du 20 au 25 juillet au Jardin de Ville comme d'habitude. Save the date ! »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bonnie Banane, pop chaotique

Pop | Si vous êtes un peu désarçonnés à la première écoute d’un morceau de Bonnie Banane, on vous rassure : c’est parfaitement normal. Il faut dire que ces dernières (...)

Damien Grimbert | Vendredi 16 juillet 2021

Bonnie Banane, pop chaotique

Si vous êtes un peu désarçonnés à la première écoute d’un morceau de Bonnie Banane, on vous rassure : c’est parfaitement normal. Il faut dire que ces dernières années en France, on avait un peu perdu l’habitude de voir des artistes musicaux s’emparer d’esthétiques mainstream a priori bien balisées (chanson, pop, variété…) pour les transformer en autant de vivifiants terrains d’expérimentations. Il faut dire aussi que Bonnie Banane n’en est pas à un paradoxe près. Actrice formée aux arts dramatiques devenue musicienne à plein temps en l’espace d’une petite dizaine d’années, elle dispose de capacités vocales impressionnantes sans en faire pour autant un usage purement performatif, joue d’une désinvolture apparente pour mieux aborder en chanson des sujets tout sauf désinvoltes, concilie un certain héritage pop vintage très français et un goût prononcé pour les sonorités hyper-contemporaines venues d’outre-Atlantique (rap, électro, R’n’B)… Autant de grands écarts peu courants qui bousculent les attentes de l’auditeur dans un premier temps pour mieux le séduire insidieusement ensuite. Difficile en effet de résister au charme débridé et à la créativité folle qui se dégagent de son pre

Continuer à lire

L'Anneau en attendant...

Culture | Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.

Martin de Kerimel | Mardi 29 juin 2021

L'Anneau en attendant...

Deux soirées complètes et une troisième qui a elle aussi bien fonctionné : le Festival Magic Bus n’a pas à regretter d’avoir dû quitter l’Esplanade pour rallier la scène de l’Anneau de vitesse. Après le premier soir, Damien Arnaud, coordinateur de Retour de Scène, jugeait que le public avait plutôt joué le jeu des consignes sanitaires. « Cela a fonctionné en bonne intelligence, dans une douce euphorie. » De quoi anticiper positivement le second événement confié à l’association cet été : le Cabaret frappé, du 16 au 20 juillet. Et même si ce n’est pas comparable – cette fois, on parle de concerts gratuits et sans doute de spectateurs autorisés à rester debout. Et 2022 ? Il est trop tôt pour dire si Retour de scène voudra revenir à l’Anneau de vitesse : « Cela pose question. On se dit que la volonté de la Ville n’est pas forcément de s’y installer durablement et l’Esplanade, elle, pourrait être en travaux. Les discussions se poursuivent. » Et la cohabitation entre associations ? « L’idée est bonne et, pour en avoir parlé avec d’autres organisateurs d’événements ailleurs en France, c’est assez rare pour être souligné. Après, c’est bien aussi que chacun

Continuer à lire

Grenoble : la Ville se positionne

Été culturel | On savait déjà que, pour son édition 2021, le Festival Magic Bus allait quitter l’Esplanade et rejoindre l’Anneau de Vitesse. La Ville de Grenoble a confirmé, vendredi 30 avril en fin de matinée, qu’elle prévoit d’autres événements culturels sur le site. Premiers détails.

Martin de Kerimel | Vendredi 30 avril 2021

Grenoble : la Ville se positionne

Bis… ou ter repetita : l’été dernier, après plusieurs mois de confinement, la Ville de Grenoble témoignait d’une intention d’accompagner le rebond de la culture, en programmant une "saison" d’événements en plein air, déclinée en quatre programmations de quinze jours et 188 propositions différentes (pour 214 levers de rideau). Plus tard, au début de cette année, elle a récidivé avec les Éclats de culture, une mini-série d’événements extérieurs organisée le 14 janvier, dans chacun des secteurs de la ville. Et voilà que l’on nous annonce pour le début de l'été « une programmation culturelle et festive », adaptée aussi aux normes sanitaires. Avec plusieurs partenaires locaux du monde culturel, la Ville travaille à la mise en place d’une scène à l’Anneau de Vitesse du parc Paul Mistral. Jusqu’à 1000 personnes devraient pouvoir trouver place autour de cette structure éphémère. « Y seront accueillis, du 17 juin au 9 juillet : le Festival Magic Bus, une programmation de la Bobine, une soirée exceptionnelle proposée par la MC2 et le Festival du Film Court en Plein Air, indique un communiqué. Cette scène sera aussi le théâtre de l’édition exception

Continuer à lire

Des étudiants à l’écoute

Solidarité | Ils n’ont pas voulu rester les bras croisés face au mal-être de certains de leurs camarades : des étudiants de l’Université Grenoble-Alpes ont lancé Alpaline, une ligne téléphonique d’écoute. Avec l’ambition qu’elle demeure active au-delà même du terme de la crise sanitaire. Explications.

Martin de Kerimel | Vendredi 19 février 2021

Des étudiants à l’écoute

Flashback : à la fin du mois d’octobre dernier, plusieurs associations présentes sur le campus grenoblois se réunissent et discutent du mal-être étudiant. Leur constat : les conséquences de la pandémie de coronavirus viennent accroître ce phénomène, déjà vivace du fait de la précarité sociale, de l’isolement physique, de la situation familiale ou de la rupture numérique subie par certains de leurs camarades. « Après avoir réfléchi à divers supports possibles, nous avons l’idée d’une ligne d’écoute », indique Alexis Fayolle, président d’Interasso Grenoble Alpes et trésorier d’Alpaline, l’association qui gère ce nouvel outil d’entraide. Comment fonctionne-t-il ? Très simplement : les vendredis, samedis, dimanches et lundis, de 20h à 23h, tout étudiant(e) peut appeler le 04 65 84 44 24 pour être accueilli par un(e) autre, avec bienveillance : « Nous ne souhaitons stigmatiser, ni juger personne. Notre but est que celui ou celle qui appelle puisse parler sans tabou, avec quelqu’un qui peut comprendre ses galères et répondre à ses questions. Cet accompagnement est gratuit. Il

Continuer à lire

"L'Adieu (The Farewell)" : …Et bonne santé grand-mère !

Cinema | De Lulu Wang (É-U-Chi., 1h41) avec Awkwafina, Tzi Ma, X Mayo…

Vincent Raymond | Mardi 7 janvier 2020

Vivant à New York, Billi apprend qu’on a diagnostiqué un cancer incurable à sa grand-mère en Chine sans le lui annoncer. Pire : la diaspora familiale prétexte un mariage au pays pour lui faire ses adieux. Arrivée sur place, la jeune femme hésite à révéler à son aïeule la réalité de son état… Éternel débat philosophique, l’interrogation "toute vérité est-elle bonne à dire ?" trouve une nouvelle vigueur dans ce film partiellement autobiographique, puisqu’il est « inspiré d’un mensonge authentique ». Car il ne s’agit pas ici seulement d’un problème de casuistique taraudant Billi, ni de la supposée lâcheté de sa parentèle, encore moins d’une omission visant à ne pas miner psychologiquement la malade, mais d’une combinaison de ces différents éléments, complexifié par deux paramètres supplémentaires : le hiatus générationnel, ainsi que le fossé culturel entre l’Orient et l’Occident – que Ang Lee a jadis dépeint dans Garçon d’honneur (1993). En effet, ce qui est donné pour juste ou légal dans le pays où Billi a construit sa vie et s’est imprégnée de morale culpabilisatrice protestante n’a pas la même valeur en Chine où prévaut encore le resp

Continuer à lire

Les 10 saveurs de l’été en ville

GUIDE URBAIN | L’été, Grenoble et son agglo ne se vident pas totalement, grâce notamment à divers acteurs culturels qui proposent ici et là, souvent en plein air, des événements culturels alléchants. En voici dix pour rendre votre été en ville le plus ragoûtant possible.

La rédaction | Mardi 2 juillet 2019

Les 10 saveurs de l’été en ville

Une semaine de concerts gratuits Depuis 2016, le Cabaret frappé, festival d’été de la Ville de Grenoble, est 100% gratuit. Soit, cette année du lundi 15 au samedi 20 juillet, six soirs de musique dans le Jardin de Ville repensé pour l’occasion (avec notamment une grande scène et un bar sous le kiosque) mêlant artistes installés (Neneh Cherry et Camélia Jordana le lundi par exemple), découvertes d’ici et (surtout) d’ailleurs (le Québécois Hubert Lenoir le mardi, les Palestiniens de 47Soul le mercredi, la Capverdienne Mayra Andrade le jeudi…) et scène locale. Le tout dans une ambiance parfaite faisant du festival le temps fort de l’été grenoblois, qu’on y vienne pour voir des concerts que l’on attend avec impatience (on vous les détaille ici), pour se laisser surprendre musicalement ou pour simplement se remplir de bière. Des lectures à la fraîche Chaque été, les bibliothécaires de l

Continuer à lire

Cabaret frappé 2019 : mélange des genres

Festival | À la croisée de toutes les esthétiques et découvertes possibles (à commencer par les talents de la Cuvée grenobloise), le Cabaret frappé se livre à un autre mélange des genres que celui des styles musicaux, en proposant une programmation haut de gamme où la parité femmes-hommes est plus que respectée. Alors voilà ce que l'on pourra écouter chaque jour au Jardin de Ville de Grenoble.

Stéphane Duchêne | Mercredi 19 juin 2019

Cabaret frappé 2019 : mélange des genres

Lundi 15 juillet Pourquoi commencer doucement quand on peut d'emblée frapper fort ? C'est ce que semble nous dire le Cabaret cette année en son ouverture. Aux côtés du trip-hop local d'Aora Paradox, issu du cru annuel de la Cuvée grenobloise, le festival dégaine d'entrée ses deux plus grosses têtes d'affiche. D'abord, Camélia Jordana, créature Nouvelle Star qui n'a jamais su choisir entre le versant populaire de la chanson et une liberté d'expérimenter à tout va (en témoigne son dernier disque sous le nom de Lost). Ensuite, la grande Neneh Cherry, carton jamais démenti des années 1990 toujours sur le pont après un long hiatus et quelques collaborations dans les années 2000 (CirKus, The Thing). À 54 ans, cette pionnière du hip-hop féministe a toujours autant la rage contre tous les impérialismes politiques, comme le prouve son dernier album Broken Politics, produit comme le précédent par le très pointu Four Tet. Mardi 16 juillet Après une soirée

Continuer à lire

Festival : et voici la programmation du Cabaret frappé

Annonce | Rendez-vous du lundi 15 au samedi 20 juillet au Jardin de Ville de Grenoble, avec quelques têtes connues et, surtout, pas mal de chouettes découvertes. On fait un rapide point avant la sortie en juin de notre numéro festivals.

Stéphane Duchêne | Vendredi 17 mai 2019

Festival : et voici la programmation du Cabaret frappé

C'est un événement attendu à Grenoble que le dévoilement de la programmation du festival Cabaret frappé qui, tel un phare dans la nuit (certes courte) de juillet, vient éclairer l'été grenoblois. Et surtout l'animer musicalement. Avec toujours chevillées au corps et au cœur (de la programmation donc) une certaine idée de l'éclectisme et une idée certaine de la gratuité, puisque le prix est, rappelons-le, de nada, walou, que tchi. Or, à ce tarif défiant toute concurrence, rien qu'en ouverture lundi 15 juillet, on nous offre la très tendance caméléone Camélia Jordana et la légende Neneh Cherry. Et le lendemain, deux pépites, deux ovnis même, venus tout droit de la belle province (le Québec) pour lesquels la critique s'enflamme : Hubert Lenoir et Charlotte Cardin. S'ensuivront comme ça, au débotté (l'entièreté de la programmation est à consulter en bas de cet article), pour les jours suivants : un autre ovni

Continuer à lire

"Je vois rouge" : brassée façon bulgare

ECRANS | De Bojina Panayotova (Fr-Bul, 1h23) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 23 avril 2019

Son père sculpteur et sa mère professeure ayant émigré de Bulgarie dans les années 1970, Bojina Panayotova a grandi en France. La récente ouverture des archives de son pays d’origine la pousse à partir enquêter sur sa famille, contre l’avis de celle-ci. Elle y découvrira d’inattendues collusions avec le régime communiste… Documentaire en "voix-je" comme son titre l’indique, ce film-enquête inscrit un récit familial dans la grande Histoire avec un mixte d’ingénuité et d’exhibitionnisme : Bojina Panayotova semble indifférente aux remarques embarrassées de ses proches lorsqu’elle leur annonce vouloir fouiller ce passé, pas plus qu’elle ne prend la peine de les prévenir qu’elle les filme ou enregistre leurs conversation à leur insu. En découlent des crispations et des crises entre la fille et ses parents, faisant apparaître un psycho-drame extime comme second motif dans le documentaire, aux enjeux dramatiques si puissants (le tournage devient la cause d’une brouille) qu’il prend presque le pas sur le mystère originel. Par ce film, la cinéaste semble vouloir faire la démonstration que toute vérité est bonne à découvrir, quitte à ce que l’inventeur

Continuer à lire

Anniversaire artistique pour les 50 ans du Conservatoire de Grenoble

ACTUS | Achevé en 1969, le Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Grenoble souffle ses 50 bougies cette année. Ses équipes ont ainsi travaillé de concert pour concocter une programmation spéciale pour cet anniversaire. Nathalie Markarian, sa directrice, nous en dit plus sur ces événements, et notamment sur la performance prévue samedi 16 et dimanche 17 mars.

Nathalie Gresset | Mardi 12 mars 2019

Anniversaire artistique pour les 50 ans du Conservatoire de Grenoble

2019 n’est pas une année comme les autres pour le Conservatoire de musique, danse et théâtre de Grenoble. Et pour cause, l’édifice, dessiné par les architectes Jean-Constant Duboin et Jacques Goubet et labellisé "architecture contemporaine remarquable", célèbre son jubilé. Même si son histoire est un peu plus ancienne… Créé en 1935 et fermé pendant une partie de la Seconde Guerre mondiale, le Conservatoire a souvent déménagé. Il faudra attendre 1950 et l’arrivée d’un nouveau directeur, Éric-Paul Stekel, « pour voir émerger le projet d’un bâtiment plus adapté aux activités de l'institution » confie Nathalie Markarian, l’actuelle directrice. « Éric-Paul Stekel a profité de la dynamique constructrice autour des Jeux olympiques de 1968 pour concevoir, avec les équipes municipales, un nouvel édifice, livré en 1969. » Pourvu notamment d’une salle de ballet, d’une régie son et d’une salle d’orgue (choses rares à l’époque), le bâtiment, situé à côté de la Maison de la culture tout juste inaugurée, « était un modèle d’architecture en France et en Europe lorsqu’il a vu le jour ».

Continuer à lire

Loran Stahl : « J’ai une responsabilité qui va un peu plus loin que le simple fait de choisir les artistes »

ACTUS | Après s’être occupé pendant quatorze ans de la programmation du Cabaret frappé, fameux festival musical de l’été grenoblois, Loran Stahl rejoint la Source, l’ambitieuse salle de concert de Fontaine. On l’a rencontré pour en savoir plus.

Aurélien Martinez | Mardi 4 septembre 2018

Loran Stahl : « J’ai une responsabilité qui va un peu plus loin que le simple fait de choisir les artistes »

Début 2018, Jean-François Braun, directeur et programmateur de la Source de Fontaine depuis son ouverture en 2010, annonçait son départ. Le voilà aujourd’hui remplacé par une figure bien connue dans l’agglo : Loran Stahl, ex-programmateur du Cabaret frappé qui vient tout juste de quitter le festival après avoir célébré ses 20 ans. Enfin, "remplacé", pas tout à fait. « Je suis maintenant responsable du spectacle vivant pour la Ville de Fontaine, ce qui inclut un travail de programmation à la Source mais aussi de, par exemple, prendre en compte la salle Edmond-Vigne ou encore la Fête de la musique. » Loran Stahl travaillera donc en lien avec Pascaline Thorel, directrice du Conservatoire de Fontaine qui, elle, a pris la direction de la Source, comme le Conservatoire se trouve dans les mêmes murs que les salles de concert. « Ce nouveau mode de fon

Continuer à lire

Quand, l'été, la musique est bonne (et gratuite)

Sélection | Que celles et ceux qui n’ont pas prévu de déserter la chaleur iséroise tout l’été se rassurent : il y aura de quoi s’occuper en ville en juillet et en août, notamment avec des concerts haut de gamme et, ce qui ne fait pas de mal, gratuits. Suivez-nous.

La rédaction | Mardi 3 juillet 2018

Quand, l'été, la musique est bonne (et gratuite)

Des concerts au Jardin de Ville de Grenoble Du 16 au 21 juillet C’est le temps fort de l’été grenoblois, encore plus depuis qu’il est devenu gratuit : le Cabaret frappé revient pour une 20e édition qui offrira chaque soir pas mal de belles promesses musicales. Comme le lundi 16 juillet, jour d’ouverture, qui verra le psychédélisme turc d’Altin Gün se produire à nouveau à Grenoble après un passage envoûtant en début d’année à la Bobine. Le mardi, on célébrera entre autres le retour du groupe grenoblois mythique Gnawa Diffusion. Le mercredi en fin de soirée, on en prendra plein les oreilles (et, surtout, on dansera à n’en plus pouvoir) avec les Congoloais de KOKOKO! et leurs instruments créés avec des matériaux de récupération qui s’avèrent être percussifs à souhait. Le jeudi sera plus calme avec, notamment, le folk du génial H-Burns. Le vendredi, on sera là pour la Franco-Camerounaise (et très classe) Sandra Nkaké. Enfin, le samedi, on terminera en beauté avec Seun Kuti & Egypt 80, mythique formation afrobeat. Six soirs de musique passionnante (sachant que nous n’avons pas listé ici tous les artistes programmés) : merci le C

Continuer à lire

Une Mens affaire

Festival | Du mardi 7 au samedi 11 août aura lieu la quinzième édition du festival Mens Alors ! Avec, comme toujours, une sacrée programmation.

Stéphane Duchêne | Mercredi 20 juin 2018

Une Mens affaire

On peut s'afficher dans une petite commune de l'Isère, sur le plateau du Trièves (c'est-à-dire, disons-le, en pleine ruralité) ; souffrir, comme tout le monde mais sans doute un peu plus que la grosse concurrence, de la fonte des subventions (et donc s'adosser à un budget en peau de chagrin) ; reposer uniquement sur une équipe de bénévoles ; offrir des spectacles gratuits... Et ne rien renier de la qualité de ses services. C'est bien ce que démontre depuis de longues années le bien nommé festival Mens Alors ! Au point d'avoir gagné une résonance nationale que beaucoup de festivals dits modestes lui envieraient. Sans doute aussi parce que son leitmotiv réside dans la rencontre, la création, l'échange, à base d'ateliers, d'animations, de concerts... Parmi ces derniers, on retiendra notamment une relecture du mythique album L'Incendie (1974) de Brigitte Fontaine & Areski par deux régionaux de l'étape (Xavier Machault et Martin Debisschop

Continuer à lire

Cabaret (frappé) d'ici et d'ailleurs

Festival | Toujours en renouvellement, avec ses (plus ou moins) jeunes pousses locales et, cette année, de belles têtes d'affiche sans frontières, le Cabaret frappé vise juste. Et frappe haut, comme on s'en rendra compte du lundi 16 au samedi 21 juillet au Jardin de ville de Grenoble.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Cabaret (frappé) d'ici et d'ailleurs

Derrière les têtes d'affiche qu'elle propose chaque année, il y a du côté de l'équipe du Cabaret frappé un prisme qui se veut d'abord grenoblois (ou local) et qui, en toute logique, s'attache à mettre en avant les talents d'aujourd'hui et de demain, à des degrés d'émergence plus ou moins avancés. Fait de découvertes et d'artistes affirmés en attente de confirmation (c'est la raison d'être de la Cuvée grenobloise, avec qui le Cabaret bosse), ce millésime annuel de talents qu'il est bon d'encourager est toujours enthousiasmant. Ainsi d'Arash Sarkechik, dont on avait évoqué ici la sortie du premier album solo Toutirabien ; de la chanson mauvaise herbe du trio Pelouse de l'activiste Xavier Machault ; de l'électro world fouineuse de Deyosan ; de la surf-music zinzin d'I'd Like to Surf ; ou encore du ta

Continuer à lire

"L'Homme dauphin, sur les traces de Jacques Mayol" : né pour l’apnée

ECRANS | de Lefteris Charitos (F.-Gr-Can-Jap, 1h19) documentaire

Vincent Raymond | Mardi 29 mai 2018

Voici l’eau-dyssée de Jacques Mayol, petit Français si fasciné par le monde du silence et l’espèce des dauphins qu’il tenta à sa façon d’en devenir un en se lançant, avec succès, dans la plongée en apnée, discipline dont il fut l’un des précurseurs et surtout le charismatique ambassadeur… Aller plus profond. Tel était le leitmotiv de cet aventurier à l’ancienne, ayant tout du play-boy international sans attaches, oubliant qu’il avait une famille pour vivre son rêve d’absolu ; sa quête ô combien paradoxale de lumière menée en s’enfonçant toujours plus loin dans l’impénétrable obscurité des abysses… À sa façon, le réalisateur Lefteris Charitos va lui aussi sous la surface, derrière l’image lisse rendue par la fiction inspirée de sa vie dans Le Grand Bleu (1988) de Luc Besson. En explorant les moindres images d’archives, en faisant parler les ultimes témoins, les proches de l’apnéiste, ses disciples comme son maître bouddhiste, le documentariste tente de plonger dans le secret d’un homme dépressif – et qui fut vaincu par la maladie. Sobre et apaisé, son portrait révèle, sans pathos aucun, un May

Continuer à lire

Cabaret frappé 2018 : voici (enfin) les premiers noms

Festival | On attendait depuis des semaines (au moins !) la programmation de la vingtième édition du festival d’été gratuit de la Ville de Grenoble. La voici, du moins en partie. Rendez-vous au Jardin de Ville entre le lundi 16 et le samedi 21 juillet pour découvrir tout ça en live.

Aurélien Martinez | Mardi 24 avril 2018

Cabaret frappé 2018 : voici (enfin) les premiers noms

Douze : c’est le nombre de noms que vient de lâcher l’équipe aux commandes du Cabaret frappé. Avec, déjà, deux têtes bien connues à Grenoble : Arash Sarkechik, qui vient de sortir son premier album solo Toutirabien, et le trio Pelouse de Xavier Machault, qui malaxe rock et chanson pour le meilleur. On retrouve également dans cette première annonce d’autres têtes connues, cette fois-ci au niveau national : les fameux Gnawa Diffusion, le folkeux H-Burns et la grande Sandra Nkaké. Rayon événements, on note la venue de Seun Kuti (& Egypt 80), fils du légendaire Fela Kuti à qui l’on doit le term

Continuer à lire

"Razzia" : Casablanca avant le chaos ?

ECRANS | Après "Much Loved", Nabil Ayouch poursuit son auscultation des fractures du Maroc contemporain. Derniers instants avant le cataclysme dans un Casablanca qui n’a plus rien à voir avec l’image idéalisée par Michael Curtiz en 1942.

Vincent Raymond | Lundi 12 mars 2018

Maroc, entre les montagnes de l’Atlas et Casablanca, en 1982 et 2015. Portraits croisés de plusieurs personnages en proie au durcissement du régime et des mœurs, aux préjugés, alors que le religieux gagne du terrain et que les différences sociales mènent à un inévitable chaos… Cette manière de brasser les époques et les protagonistes autour d’une communauté de destins (et de cet événement final annoncé par le titre, cristallisant les tensions, rancœurs et humiliations accumulées) rappelle le "cinéma-choral" à la Alejandro González Iñárritu ou le Magnolia de Paul Thomas Anderson. Mais Nabil Ayouch ne le fait pas glisser vers ce panhumanisme lyrique à la mode il y a une dizaine d’années. Les temps ont changé ; un voile de désenchantement s’est abattu sur le monde, douchant les espérances. Y compris celles suscitées par les Printemps arabes. Au feu Jadis apprécié à Rabat pour l’aura internationale dont ses œuvres bénéficiaient, Nabil Ayouch est passablement tombé en disgrâce avec Much Loved

Continuer à lire

Tribute to Marvin Gaye + Ayo : et là, le Crous nous sort un double concert qui promet

MUSIQUES | Rendez-vous jeudi 5 avril à 19h30 à l'Anneau de vitesse (parc Paul-Mistral).

Alice Colmart | Mardi 13 mars 2018

Tribute to Marvin Gaye + Ayo : et là, le Crous nous sort un double concert qui promet

Notez bien la date de cet événement organisé par le service culturel du Crous Grenoble Alpes. Une quarantaine d'étudiants musiciens et chanteurs, accompagnés de Ben l'Oncle Soul, rendront hommage au roi de la soul et du funk Marvin Gaye, qui a autant marqué les années 1960 avec Heard it through the grapevine que les années 1980 avec Sexual Healing. Ce sera également, dans un deuxième temps, l’occasion de découvrir le nouvel album aux sonorités blues, funk et soul de la chanteuse Ayo. Qui plus est, c’est un concert gratuit. À ne pas manquer donc !

Continuer à lire

"Razzia" de Nabil Ayouch en avant-première mercredi au Club avec une partie de l'équipe

ECRANS | Rendez-vous mercredi 7 mars à 20h15, au Club donc

Aliénor Vinçotte | Mardi 27 février 2018

Dans Razzia, Nabil Ayouch, réalisateur du très fort Much Loved (2015), dévoile un Maroc déchiré entre les élites francophones de Casablanca et la population berbère pauvre de l’arrière-pays contrainte d’abandonner pour l’arabe sa langue amazigh. Reliées à leur insu pendant trente ans, cinq vies vont se déployer sur l’écran, toutes ayant en commun une quête de liberté. Et face à la colère qui monte et au chaos touchant le pays, chacune réagira différemment… Le cinéaste ainsi que Maryam Touzani, actrice et co-scénariste du film, seront présents pour cette avant-première grenobloise prévue une semaine avant la sortie nationale.

Continuer à lire

Le Mois de la photo : voisins du monde

ARTS | Zoom sur la nouvelle édition de l'événement organisé chaque année par la Maison de l'image de Grenoble à l'Ancien musée de peinture.

Charline Corubolo | Mardi 7 novembre 2017

Le Mois de la photo : voisins du monde

De la Chine aux Philippines, du Canada au Liban, de l’Angleterre à l’Arménie, le Mois de la photo dessine les Quartiers du monde, thème de cette cinquième édition, via l’objectif de 9 photographes. Portée par la Maison de l’Image de Grenoble, la manifestation met à l’honneur cette année le photojournaliste Peter Bauza avec sa série Copacabana Palace. À ses côtés dans l’enceinte de l’Ancien musée de peinture, 7 autres photographes dévoilent leur propre réflexion sur ce qui fait un quartier et s’ouvrent sur le monde pour des narrations visuelles matricielles variées. De la Chine brumeuse cinématographique de Yann Bigant au Beyrouth désenchanté de Vincent Lecomte en passant par les populations philippines vivant sur l’île poubelle de Manille mises en images par Jean-Félix Fayolle, la photographie infiltre le journalisme pour une cartographie riche de nos voisinages. Le regard es

Continuer à lire

Un été musical… et gratuit

Les temps forts de l'été | L’été, les musiciens sortent des salles de concert obscures pour aller jouer à l’air libre, sous le soleil exactement. Zoom sur quatre possibilités pour en voir de près, à Grenoble ou juste à côté, et tout ça sans se ruiner.

Aurélien Martinez | Mardi 4 juillet 2017

Un été musical… et gratuit

Le Cabaret frappé Du 15 au 20 juillet Si vous ne le savez pas encore, c'est que vous ne nous lisez jamais parce qu'on l'a déjà évoqué 1000 fois. Mais puisqu’on est sympa et que, surtout, on est dans des pages sur les temps forts de l'été, on en remet une couche : depuis l'an passé, à la demande de la Ville de Grenoble qui pilote l'événement, le festival musical le Cabaret frappé est 100% gratuit. Du coup, la scénographie du Jardin de Ville, où se déroule le festival, a judicieusement été repensée autour d'une grande scène à ciel ouvert (fini le chapiteau-étuve) devant laquelle on a de la place pour s’ébrouer. Et, à côté, l'espace bar a été agencé sous le kiosque de façon à pouvoir profiter aussi bien de la musique que de ses potes. Vraiment bien. Pour la prog, on la détaille ici. Mais sachez déjà qu’en bons chenapans que nous sommes, le lundi 19 juillet nous excite vraiment !

Continuer à lire

Cabaret frappé : cabaret de curiosités

Festival | On a bien ausculté la programmation de la 19e édition du Cabaret frappé, festival d’été de la Ville de Grenoble prévu du samedi 15 au jeudi 20 juillet et entièrement gratuit depuis l’an passé. Scoop : il y aura du beau monde à écouter au Jardin de Ville.

Stéphane Duchêne | Lundi 26 juin 2017

Cabaret frappé : cabaret de curiosités

À l'aube d'en finir avec sa deuxième décennie de frappadingueries musicales, le Cabaret grenoblois poursuit bien entendu cette année dans sa chère lignée : à savoir brasser les talents et les curiosités musicales en nombre et en qualité, entre rock, électro, world music ; talents du bout du monde comme du pas de la porte. Parfois les valeurs sûres peuvent être des découvertes et inversement : type Raul Midón (samedi 15 juillet), sorte de Stevie Wonder à guitare ; Nouvelle Vague (dimanche 16), qu'on ne présente plus (mais qui s'est adjoint les services d'Elodie Frégé) ; Olivier Depardon (lundi 17), qu'on ne présente plus non plus à Grenoble (et un peu partout ailleurs) ; le super duo world Fatoumata Diawara/Hini Zahra (mercredi 19) ; la musique pan-égyptienne d'Orange Blossom (mercredi 19 aussi) ou en

Continuer à lire

Cabaret frappé 2017 : voici la programmation complète

Festival | L'équipe du festival d'été de la Ville de Grenoble, prévu du 15 au 20 juillet au Jardin de Ville en mode 100 % gratuit, vient de dévoiler les quatre derniers noms de sa programmation.

Aurélien Martinez | Mardi 2 mai 2017

Cabaret frappé 2017 : voici la programmation complète

Aufgang, Nouvelle Vague, Molécule, Orange Blossom, Hindi Zahra & Fatoumata Diawara, Raul Midón, Lucille Crew, Marta Ren & The Groovelvets, Part-Time Friends et The Next Tape ont été annoncés précédement par le Cabaret frappé. Voici les quatre derniers artistes qui seront cet été sur la grande scène du Jardin de Ville : l'ovni français Jacques, à la coupe de cheveux aussi originale que sa musique – son mini tube Dans la radio en meilleur exemple. le fameux Grenoblois Olivier Depardon, guitariste-chanteur du feu groupe Virago qui poursuit sa route musicale en solo depuis quelques années – on a souvent vanté ses mérites ! les Grenoblois du Balani Sound System, qui couplent des sonorités électros à des percussions traditionnelles africaines pour un résu

Continuer à lire

La poussière fantomatique de Nanouck Braque

Exposition | D’un éclairage flou surgit une histoire nébuleuse, saisie par la photographie de Nanouck Braque. Pour son exposition "Dormir entre deux chats et un taille crayon", actuellement au Bauhaus, l’artiste déploie un panorama visuel cinématographique où la mise en scène raconte l’éphémère à travers une poésie esthétique sombre.

Charline Corubolo | Mardi 25 avril 2017

La poussière fantomatique de Nanouck Braque

Telle une trainée de poudre, Nanouck Braque égraine sa narration cinématographique à la tombée de la nuit pour la saisir dans un jet de lumière. Et s’il lui arrive de Dormir entre deux chats et un taille crayon, il semblerait qu’elle ait photographié ses fantômes oniriques entre deux rêves éveillés. Ondulant sur une pellicule lynchienne à la lisière de l’inquiétant, versant par moments dans une vision trouble psychédélique, Nanouck Braque parcourt un chemin ponctué d’errances duquel elle ramène des clichés sous forme de nature morte nocturne entre courbes sensuelles, reflets nébuleux et végétation picturale. Au creux de la nuit sombre ou à la tombée du manteau bleu, elle esquisse par la photographie un récit entre chien et loup où les clairs-obscurs révèlent les détails de l’histoire qui habite le bois. De paillettes minérales en gouttelettes scintillantes, la photographe compose un énigmatique panorama visuel sur le fil d’un songe, et se raconte par bribes à travers le titre de l’exposition. Des photographies, où la mise en scène pénètre l’irréel, à découvrir au Bauhaus. Dormir entre deux chats et

Continuer à lire

Cabaret frappé 2017 : encore trois nouveaux noms (dont les géniaux Aufgang)

Festival | Le festival musical de la Ville de Grenoble, prévu cette année du samedi 15 au jeudi 20 juillet (toujours au Jardin de Ville, et toujours en mode 100 % gratuit), vient d'ajouter trois artistes à sa programmation. Les voici.

Aurélien Martinez | Mardi 18 avril 2017

Cabaret frappé 2017 : encore trois nouveaux noms (dont les géniaux Aufgang)

« Deux pianos et une batterie, telle est l’équation miraculeuse du groupe Aufgang » comme on l'écrivait avec enthousiasme en 2013 lors du passage du groupe par la Bobine. Depuis, ils ne sont plus que deux : Rami Khalifé (le pianiste et accessoirement fils et frère de grands musiciens) et Aymeric Westrich (le batteur), le troisième ayant quitté l'aventure. À Grenoble, ils débarqueront avec dans leurs valises un nouvel album baptisé Turbulences qui confirme qu'ils n'ont rien perdu de leur énergie. Le Cabaret en profite pour également annoncer deux nouveaux groupes qui fouleront la scène du Jardin de Ville mi-juillet : le duo pop-folk français Part-Time Friends et les locaux de

Continuer à lire

Cabaret frappé 2017 : voici quatre nouveaux artistes

Festival | Le festival musical de la Ville de Grenoble, prévu cette année du samedi 15 au jeudi 20 juillet (toujours au Jardin de Ville, et toujours en mode 100 % gratuit), va dévoiler chaque semaine à partir d'aujourd'hui sa programmation. On fait le point.

Aurélien Martinez | Mardi 11 avril 2017

Cabaret frappé 2017 : voici quatre nouveaux artistes

On savait déjà pour le groupe à géométrie variable Nouvelle Vague, les Français d'Orange Blossom et le duo entre la Franco-Marocaine Hindi Zahra et la Malienne Fatoumata Diawara (notre article est ici). Voici que le Cabaret frappé vient de dévoiler le nom de quatre nouveaux artistes qui se produiront cet été au Jardin de Ville. Le jazzman américain Raul Midón, sorte de version à six cordes de Stevie Wonder. Lucille Crew, collectif basé à Tel Aviv dont on avait vite fait causé lors de son premier passage en terres grenobloises. La chanteuse portugaise très soul Marta Ren, accompagnée du groupe The Groovelvets. Le Français Molécule (photo), qui viendra défendre l'album 60°43’ Nord créé s

Continuer à lire

Mais que se passe-t-il au Conservatoire de Grenoble ?

ACTUS | Depuis quelques années, la section théâtre du Conservatoire de Grenoble semble dans la tourmente, au vu des nombreux échos nous parvenant régulièrement ici (des élèves) et là (des anciens étudiants et professeurs). Alors on a enquêté. Et en effet, presque chaque rentrée amène son lot de confrontations, de presque annulation de spectacle et de cours parfois boycottés. On remonte le fil (bien emmêlé) de cette histoire de conservatoire.

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 21 mars 2017

Mais que se passe-t-il au Conservatoire de Grenoble ?

Dans une salle en béton sombre, défraîchie et sans fenêtre, les élèves répètent en chaussettes sur scène. Un jeune homme, face caméra, récite un texte, trébuche sur une phrase, se reprend et rigole. L’ambiance a l’air détendue en ce lundi de février. Nous sommes dans les murs du Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Grenoble, près de la MC2, en compagnie de la section théâtre (il y en a aussi une en danse et une en musique). Une institution prestigieuse qui a vu naître nombre de talents qui s’épanouissent aujourd’hui sur les scènes grenobloises et d’ailleurs. Car l’établissement, tourné vers les amateurs, propose également des classes Cepit (Cycle d’enseignement professionnel initial de théâtre). Mais depuis 2013, cette section théâtre du conservatoire tangue… Pendant une quinzaine d’années, deux grandes figures l’ont chapeautée : le comédien Patrick Zimmermann, qui démissionne en 2013, et la metteuse en scène Muriel Vernet, qui se retire en 2015. Ils ont suivi de nombreux acteurs débutants jusqu’à leur professionnalisation et restent très liés

Continuer à lire

Isabelle Carré : « Olivier m’a amenée ailleurs en me rendant plus âpre »

ECRANS | La maternité présente de multiples facettes, difficiles à traiter pour certaines lorsque la loi s’en mêle. Entretien avec Isabelle Carré et le réalisateur Olivier Peyon, en écho au film "Une vie ailleurs" qu'ils sortent ce mercredi 22 mars.

Julien Homère | Mardi 21 mars 2017

Isabelle Carré : « Olivier m’a amenée ailleurs en me rendant plus âpre »

Est-ce l’histoire ou le pays (l'Uruguay) qui a construit Une vie ailleurs ? Olivier Peyon : L’histoire. Quand Isabelle a lu le scénario, ces problèmes de couples binationaux l’intéressaient. Dans ce type de récit, on se dit que la mère serait naturellement dans son droit. Ça l’a rassurée lorsqu’elle a vu que le personnage avait ses propres limites. Ce que j’ai dit à Isabelle, c’est qu’elle n’avait plus le temps d’être aimable. Elle est usée par quatre années de recherches et ne s’embarrasse de rien. Isabelle Carré : C’est un mélodrame qui aurait pu être facile mais tout ce qu’elle prévoit ne se déroule pas comme elle l’attendait. Comment avez-vous construit la psychologie de votre personnage ? I.C : La première piste était de changer de voix vers le grave durant les répétitions. La première mise en scène au théâtre que je venais de faire, De l’influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites,

Continuer à lire

Cabaret frappé 2017 : les premiers noms

Festival | Le directeur du festival musical de la Ville de Grenoble, prévu cette année du samedi 15 au jeudi 20 juillet, vient d'annoncer trois des concerts que l’on découvrira cet été au Jardin de Ville. En mode gratuit, comme l’an passé.

Aurélien Martinez | Jeudi 16 février 2017

Cabaret frappé 2017 : les premiers noms

C’était la grande nouveauté de 2016 : le passage du Cabaret frappé en mode 100% gratuit. Un changement dicté par diverses considérations qui s’est avéré plus que payant (la Ville a annoncé quelque 50 000 spectateurs sur la semaine de concerts), d’où notre PB d’or enthousiaste de la fin décembre. Concernant la programmation de la prochaine édition, qui aura lieu du samedi 15 au jeudi 20 juillet (un chevauchement sur deux semaines pour éviter de rentrer en concurrence avec le festival Le Grand Son, prévu lui du 18 au 23 juillet), quelques noms ont été dévoilés par le directeur du festival Loran Stahl : Le groupe français à géométrie variable (beaucoup d’artistes fém

Continuer à lire

PB d'or 2016 : musique

C'était 2016... | Avec du changement côté Cabaret frappé, des images fortes ou encore une confirmation.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

PB d'or 2016 : musique

Le PB d’or de la bonne surprise : la nouvelle configuration du Cabaret frappé En janvier 2016, la Ville de Grenoble convoquait la presse pour annoncer un changement de taille : le Cabaret frappé, festival musical qu’elle organise chaque été au Jardin de Ville, passerait en gratuité totale – contre, auparavant, une première partie sous le kiosque en accès libre et, ensuite, une série de concerts payants sous chapiteau. Une décision politique motivée par un souci de faire évoluer le festival né en 1999, mais surtout par des considérations financières, cette gratuité permettant paradoxalement de réduire pas mal de coûts – plus de chapiteau par exemple. Pourquoi pas, même si, du coup, nous pouvions craindre une édition 2016 au rabais… Sauf que ça ne s’est pas produit, grâce justement à cette nouvelle organisation qui a redonné du souffle au dispositif. Le Jardin de Ville fut ainsi judicieusement repensé par l’équipe organisatrice autour d’une grande scène et d’un bar sous le kiosque, ce qui ne donnait

Continuer à lire

Cabaret frappé 2016 : cabaret cabré

Festival | Zoom sur la dix-huitième édition du festival musical grenoblois, prévue du lundi 11 au samedi 16 juillet, au jardin de Ville.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juillet 2016

Cabaret frappé 2016 : cabaret cabré

Dans un club de foot arrive toujours le moment où, pour des raisons financières, le directeur sportif s'efface devant la toute puissance du trésorier et de sa machine à faire des nœuds sur les cordons de la bourse. La chose, on ne le sait que trop, vaut dans la culture où le crédit laissé à la direction artistique prend alors des airs de débit (et de dépit). C'est peu ou prou ce qui arrive cette année au Cabaret frappé. Contraint de passer à la gratuité totale pour des raisons qui ne sont pas que budgétaires, il s'agit donc de se cabrer tout en continuant de miser sur « les têtes d'affiche de demain ». Et non seulement de faire comme si c'était 100% volontaire, mais en plus comme si c'était vrai. Car, en auscultant la programmation, ça ne l’est qu'à moitié : on a beau étirer le mot « émergence » jusqu'à rompre l'élastique, Mickey 3D, c'est du découvert, recouvert puis redécouvert – ce qui importe peut puisque en bon fan de l'ASSE, Mickaël Furnon est d'une certaine façon toujours vert à la fin. Mai

Continuer à lire

Cabaret frappé : « On présente les têtes d’affiche de demain »

MUSIQUES | Pour sa dix-huitième édition, le Cabaret frappé, incontournable temps fort musical de l’été grenoblois, change de peau en devenant 100% gratuit. Pourquoi ? On est allés poser la question (et d’autres) à Loran Stahl, responsable du festival depuis 2004.

Aurélien Martinez | Lundi 20 juin 2016

Cabaret frappé : « On présente les têtes d’affiche de demain »

Grand changement cette année : le festival abandonne ses soirées en deux temps (première partie gratuite sous le kiosque et concert payant sous le chapiteau) pour des soirées toutes gratuites. Pourquoi ce choix ? Loran Stahl : C’est la volonté de la Ville de Grenoble. Comme le Cabaret frappé est un événement municipal, il est tributaire de la politique de la Ville. En dix-huit ans, il en a d’ailleurs vu passer des municipalités ! Après, cette gratuité est un choix tout à fait cohérent avec le projet de la municipalité actuelle ; comme il est cohérent que, pour harmoniser les propositions sur le territoire, la Ville ait demandé que le festival ait lieu une semaine plus tôt [pour notamment ne pas se retrouver sur la même semaine que les Rencontres Brel – NDLR]. Même si on joue maintenant sur la semaine la plus chère de tous les festivals de France ! Forcément, le travail du programmateur que vous êtes doit être différent… L’équation

Continuer à lire

Cabaret frappé : voici neuf nouveaux artistes !

MUSIQUES | Qui verra-t-on au Jardin de Ville de Grenoble entre le lundi 11 et le samedi 16 juillet pour six jours de concerts gratuits ? On fait le point, avec des liens pour écouter tout ça !

Aurélien Martinez | Mardi 17 mai 2016

Cabaret frappé : voici neuf nouveaux artistes !

On savait déjà que Mickey 3D allait ouvrir la 18e édition du Cabaret frappé le 11 juillet, et qu’on croiserait aussi pendant la semaine des artistes comme Koudlam, Theo Lawrence, L’African Salsa Orchestra, Les Yeux d’la tête et Nadj. Voici neuf (oui neuf) autres artistes qui se produiront sur la grande scène du Jardin de Ville – leur jour de passage sera précisé plus tard par l’équipe du festival. La géniale Dom La Nena, Brésilienne parisienne que l’on avait déjà pu croiser sur scène avec Rosemary Standley. Le rappeur JP Manova. Le duo pop/soul

Continuer à lire

Cinq nouveaux noms pour le Cabaret frappé 2016

MUSIQUES | On savait déjà que la tête d’affiche qui, le lundi 11 juillet, allait ouvrir la semaine de festivités musicales gratuites était Mickey 3D. Voici cinq autres artistes que l’on pourra écouter cet été au Jardin de Ville de Grenoble.

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Cinq nouveaux noms pour le Cabaret frappé 2016

On l’écrit chaque année, mais divulguer une programmation au compte-gouttes est une stratégie payante puisque le festival qui fait ce choix se retrouve plusieurs fois au centre de l’actu. Le Cabaret frappé, qui on le rappelle sera entièrement gratuit cette année, l’a bien compris et lâche en ce mardi les cinq premiers noms de sa future programmation, sans néanmoins les associer à des jours précis. Entre le 11 et le 16 juillet, on croisera donc au Jardin de Ville de Grenoble : L’inclassable Koudlam (photo), auteur notamment du tube See you all (mais si, la pub Meetic). Comme on l’aime beaucoup au PB, on avait fait son portrait en novembre 2014. Le tout jeune (et Parisien)

Continuer à lire

Mickey 3D en ouverture du Cabaret frappé 2016

MUSIQUES | Rendez-vous du 11 au 16 juillet au Jardin de Ville. Le reste de la programmation sera dévoilé plus tard.

Aurélien Martinez | Jeudi 28 avril 2016

Mickey 3D en ouverture du Cabaret frappé 2016

On savait déjà que le festival musical de l’été grenoblois allait devenir 100% gratuit. Et qu’il était avancé d’une semaine par rapport aux autres années – on vous expliquait tout ici. Niveau programmation, on nous avait aussi assuré que l’exigence resterait la même. Si la prog sera dévoilée au fil du mois de mai, l’équipe du festival vient d’annoncer un gros nom pour l’ouverture le lundi 11 juillet, histoire de marquer le coup : le groupe de rock français Mickey 3D, qui est revenu avec un nouvel album (Sebolavy) après six ans d’absence. On vous tiendra bien sûr au courant quand on connaîtra les autres noms.

Continuer à lire

Zhao Dayong : « La Chine est en transition »

ECRANS | Rencontre avec le réalisateur de "Shadow Days", en salle ce mercredi 30 mars. Propos recueillis par Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Zhao Dayong : « La Chine est en transition »

Comment peut-on tourner sereinement un film aussi critique sur et dans la Chine contemporaine ? Zhao Dayong : Je savais bien que le sujet ne passerait pas la censure, c’est pour cela que je n’ai pas pensé à le diffuser en Chine. De plus, je n’ai pas demandé d’autorisation de tournage — mais c’est classique pour un film indépendant chinois à petit budget. Malgré tout, il a été montré sur place lors de 3 ou 4 projections privées. Mais devant moins de 1000 spectateurs. Le cinéma chinois nous montre d’habitude le progrès, l’urbanisation, mais oublie le monde rural… La Chine est dans une étape de transition : les frontières entres les villes et les régions rurales ne sont pas très claires et l’on peut sentir parfois deux civilisations en même temps. L’endroit choisi pour le tournage était dans les années 1960-1970 un centre administratif (on voit beaucoup de vestiges de la Révolution culturelle). Mais ensuite, la ville a été désertée, elle est devenue cette cité fantôme, très triste… Votr

Continuer à lire

Shadow Days

ECRANS | de Zhao Dayong (Chi., 1h35) avec Li Ziqian, Liang Ming, Liu Yu…

Vincent Raymond | Mardi 29 mars 2016

Shadow Days

Sujet tabou s’il en est pour la société chinoise, la politique publique de contrôle des naissances (et singulièrement dans les campagnes) ne fait pas partie des questions que le régime doit apprécier de voir traitées. Loin de renvoyer la réussite fulgurante des grands centres urbains du "pays aux deux régimes", Shadows Days décrit des zones rurales délabrées, abandonnées par la modernité, où l’autorité locale (le maire) entretient avec la capitale des relations ambigües : d’un côté application à la lettre de directives barbares (stérilisation de force des femmes trop fécondes), de l’autre pratique sereine de la prévarication ou du népotisme. Ce grand écart moral se double d’une perte très symbolique de repère spirituel et idéologique : frappé par la maladie, le maire ne sait plus Gotesman littéralement Gotesman à quel saint se vouer. Naviguant d’un exorcisme traditionnel à l’exhumation d’une statue de Mao, tentant le christianisme, il cherche une lueur d’espoir. En vain. Voilà qui ajoute au pessimisme de Zhao Dayong : que

Continuer à lire

Festival : le Cabaret frappé devient 100% gratuit !

ACTUS | Rendez-vous au Jardin de Ville de Grenoble une semaine plus tôt que les années précédentes pour six jours de concerts en accès libre donc.

Aurélien Martinez | Mercredi 20 janvier 2016

Festival : le Cabaret frappé devient 100% gratuit !

Mercredi 20 janvier, 11h, à la Maison de l’international. Conférence de presse organisée par la Ville de Grenoble pour détailler les changements autour du Cabaret frappé, le festival musical de l’été grenoblois géré justement par la Ville. Et quels changements ! Le plus spectaculaire : la semaine de concerts devient entièrement gratuite. Fini donc la première partie gratuite devant le kiosque et la suite payante sous le chapiteau : cet été, il n’y aura plus qu’une seule scène, en accès libre toute la soirée donc – une décision qui se veut en lien avec la politique culturelle de la municipalité actuelle. Le tout sans « changement de ligne artistique » explique le directeur Loran Stahl, qui assure que la Ville lui a maintenu l’intégralité de son budget artistique (quelque 90 000 euros), même s’il a subi une baisse sur son budget global, passé de 450 000 à 380 000 euros – baisse qui s’explique par « la situation économique » (argument de la Ville) comme par la disparition de certains coûts du fait de la gratuité (plus de location de chapiteau par exemple). À noter tout de même que le festival se prive de 40 000 à 50 000 euros de billetterie. Au

Continuer à lire

Much Loved

ECRANS | Salué dans tous les festivals où il est projeté, le nouveau film de Nabil Ayouch parle avec force et subtilité d’amours occultes et tarifées, mais aussi de la condition féminine. À votre avis, laquelle des deux thématiques lui a valu une censure totale au Maroc ? Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 15 septembre 2015

Much Loved

Elles sont trois colocataires, bientôt quatre, vivant à Marrakech. Menées par Noha, elles survivent en se prostituant, participant quand elles le peuvent à des soirées-orgies données en l’honneur de Saoudiens venus "se distraire". Traquant la moindre opportunité leur permettant d’accroître leur pécule, elles doivent faire face à la violence des clients et de la rue, à l’opprobre public, à la corruption de la police, au rejet de leurs proches… C’est un flot ordurier qui se déverse durant les premières minutes ; un torrent de grivoiseries que Noha et ses comparses évacuent en surabondance devant Saïd, l’homme mutique leur servant de chauffeur de taxi et de garde du corps. Qu’on s’y trompe pas : ces obscénités langagières ne révèlent aucune prédisposition à la frivolité ; il s’agit d’une sorte de mise en condition. Comme un maquillage de souillure dont les prostituées se revêtent pour s’éloigner d’elles-mêmes, avant d’aller exercer leur besogne. Nabil Ayouch assène une claque d’entrée, ce ne sera pas la seule. Il veut montrer la société marocaine sans fard : engluée dans le paradoxe de sa morale élastique, tellement libérale pour les touristes f

Continuer à lire

Épisode MMXV : une rentrée cinéma en Force

ECRANS | Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes ! Enfin… chaussez vos lunettes. Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 1 septembre 2015

Épisode MMXV : une rentrée cinéma en Force

C’est l’étoile Jacques Audiard, tout de Palme laurée, qui a annoncé la fin de la trêve estivale en mettant Dheepan en orbite le 26 août. Une précocité qui n’égale pas celle de Winter Sleep l’an passé : le film de Nuri Bilge Ceylan avait jailli début août sur les écrans. Dans son sillage, l’intégralité (ou presque) du palmarès cannois va se révéler : Mon roi de Maïwenn (Prix d’interprétation féminine pour Emmanuelle Bercot) et Chronic de Michel Franco (Prix du scénario) le 21 octobre ; The Lobster de Yorgos Lanthimos (Prix du Jury) le 28 ; Le Fils de Saul de László Nemes (Grand Prix) le 4 novembre. Si l’on excepte Maïwenn, il y a là un étonnant tir groupé ; comme si les jeunes cinéastes étrangers distingués sur la Croisette s’étaient ligués pour tenter d’exister commercialement. Car la concurrence en salle sera rude : d’abord, les poid

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 6 : « Grénoble is on fire » (Ayo)

MUSIQUES | C'était le dernier soir du festival, c'était un gros concert gratuit devant 10 000 personnes, c'était Ayo et c'était bien.

Aurélien Martinez | Dimanche 26 juillet 2015

Cabaret frappé – jour 6 : « Grénoble is on fire » (Ayo)

C'est quand même une excellente idée que cet énorme concert gratuit de fin de festival, avec un chapiteau ouvert à tous – et ouvert sur le Jardin Ville puisque son quatrième mur est démonté. Une idée mise en place l'an passé et poursuivit cette année avec notamment une tête d'affiche capable de rameuter du monde : Ayo, convoquée à 22h45. Photo par Little World Music. Un concert du coup très bon enfant, avec un public varié (10 000 personnes selon les organisateurs) qui donnait à cette soirée spéciale un petit côté fête de la musique. Mais avec du solide sur scène, l'Allemande francophone d'origine nigériane ayant livré un remarquable show d'1h30, empli de messages généreux (oui, on a trouvé que ce ce terme allait bien pour les qualifier) sur le vivre ensemble et la nécessite de s'aimer les uns les autres, qu'importent «

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 5 : satisfaction

MUSIQUES | Un vendredi soir au sommet sous le chapiteau avec les "ambianceurs" Acid Arab et WhoMadeWho. Et une excellente découverte en amont : Nova Heart.

Aurélien Martinez | Samedi 25 juillet 2015

Cabaret frappé – jour 5 : satisfaction

Bon, ça c'est fait. La dernière soirée payante du Cabaret frappé aura été la plus réussie niveau ambiance. Il faut dire que le festival avait convoqué des artistes qui savent excellemment bien retourner un dancefloor. Ça a commencé sans préliminaires avec le duo de DJs (en mode trio pour ses concerts) Acid Arab et sa musique orientale passée au shaker électro. Une heure intense, commencée à 21h devant une foule grandissant au fil des minutes, qui a démontré l’originalité et la réussite de ce projet atypique musicalement solide. Du coup, avec les trente minutes d'attente avant l'arrivée du second groupe, changement de plateau oblige, on aurait pu craindre une baisse significative de tension côté public. Surtout que placer Acid Arab en ouverture de soirée était risqué… Mais les heures de passage sont visiblement décidées en fonction de la renommée des artistes. Et ce

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 4 : écouter ou taper des mains

MUSIQUES | Pour la quatrième journée de festival, une soirée pop (au sens large) délimitée par deux groupes (Baden Baden et Shake Shake Go) aux conceptions musicales très différentes. Avec, au milieu, le folk de Neeskens.

Aurélien Martinez | Vendredi 24 juillet 2015

Cabaret frappé – jour 4 : écouter ou taper des mains

« C'est mignon » (un spectateur). Oui, c'est ça. De la musique naïve en quelque sorte, qui parle beaucoup d'amour, de nostalgie, de ressentis… Jeudi soir, le kiosque du Jardin de Ville a une nouvelle fois changé de couleur avec la pop élégante des cinq Français de Baden Baden. Une pop simple, humble même, sans effets de manche, pourtant solidement construite, notamment au niveau mélodique. C'était, comme le laissaient supposer leurs deux albums (qu'on vous invite à écouter si ce n'est pas déjà fait), très beau, même si l'heure de concert était un poil monocorde – beaucoup de morceaux se ressemblent. Côté public, avec une foule encore une fois importante devant le kiosque (revenu sous le soleil), ça a fonctionné avec, forcément, une ambiance plus calme qu'hier soir. Et tu tapes, tapes, tapes… À 22h30 sous le chapiteau, juste après Nees

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 3 : une pluie aux couleurs chaudes

MUSIQUES | Un Vieux Farka Touré impérial sous le chapiteau et des exaltants Meridian Brothers en concert gratuit juste avant : de quoi faire oublier la pluie qui tombait à verse sur Grenoble hier soir.

Aurélien Martinez | Jeudi 23 juillet 2015

Cabaret frappé – jour 3 : une pluie aux couleurs chaudes

Hier soir il a plu. C'est peut-être un détail pour vous mais pour l'équipe du Cabaret frappé ça veut dire beaucoup. Le concert de 19h aurait ainsi rincé les valeureux venus écouter les Meridian Brothers s'il avait été maintenu sous le kiosque. Du coup, il a été délocalisé à quelques mètres, sous le chapiteau en accès libre pour l'occasion, ce qui était une bonne idée. Voilà pour la petite histoire. À 19h donc, on allait découvrir les Meridian Brothers du Colombien Eblis Alvarez sans trop savoir à quoi s'attendre vu ce que l'on avait pu écouter en amont. La surprise fut du coup grande. Une réappropriation et un détournement des rythmes traditionnels sud-américains (la cumbia, mais aussi la salsa voire même des inspirations caribéennes) devenus de véritables machines à danser 2.0. Cinq musiciens très colorés (une chemise rose et un short vert pour le leader), qui ne sont d'ailleurs pas frères et sœurs, à l'énergie communicative et à la dérision assumée : le multi-instrumentiste (il joue même avec un Mac) Eblis Alvarez s'amuse ainsi

Continuer à lire

Cabaret frappé jour 2 : girls and (surtout) boys

MUSIQUES | Mardi soir au Cabaret frappé, les girls et les boys bands ont fait la loi (musicale). Avec des esthétiques on ne peut plus variées, et un public nombreux du coup beaucoup plus réveillé que la veille. Enfin, on parle surtout de nous dans cette dernière phrase !

Aurélien Martinez | Mercredi 22 juillet 2015

Cabaret frappé jour 2 : girls and (surtout) boys

L'ouverture fut déconcertante ; la deuxième soirée a elle été sans (mauvaises) surprises. Ce qui est plutôt une bonne chose, vu qu'on se doutait bien qu'un plateau associant Sallie Ford et Bikini Machine ne pouvait que fonctionner. Sallie Ford donc pour commencer sous le chapiteau à 21h, en mode "girls band" comme on l'expliquait ici. Accompagnée de trois musiciennes (dont une batteuse survoltée), elle a fait le show. Ambiance rock de la fin de la dernière décennie à la The Breeders, loin du rockabilly de l'ancien projet de l'Américaine. Sonorités "garage" qui, hier soir, s’accommodaient parfaitement avec le mode concert. Le

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 1 : drôle d'ouverture

MUSIQUES | Pour la première soirée de sa semaine de concerts, l'incontournable festival musical de l'été grenoblois, logé en plein centre-ville, a choisi d'envoyer du lourd avec une programmation très électro. Au risque de vraiment dérouter. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 21 juillet 2015

Cabaret frappé – jour 1 : drôle d'ouverture

Cette semaine, niveau musique, c'est au jardin de ville de Grenoble que ça se passe – bon, aussi à Saint-Pierre-de-Chartreuse pour les Rencontres Brel ; mais on ne peut pas être partout ! Pour la première soirée de sa nouvelle édition, le Cabaret frappé (qui a une « une mission de service public » selon son boss) a conservé la formule qui fait sa force : un concert gratuit sous le kiosque à 19h et une soirée payante à 21h sous le chapiteau avec plusieurs groupes. Un lundi comme un samedi Pour débuter une semaine de concerts, on a plutôt l'habitude de se voir offrir des musiques "posées" (oui, on met le terme entre guillemets), comme l'an passé avec la rencontre très réussie entre Moriarty et Christin

Continuer à lire

Le PB au Cabaret frappé

MUSIQUES | Le fameux festival musical de l'été grenoblois aura lieu du lundi 20 au samedi 25 juillet, au Jardin de ville. L'équipe du Petit Bulletin vous le fera vivre en ligne.

Aurélien Martinez | Jeudi 16 juillet 2015

Le PB au Cabaret frappé

On a déjà dit dans notre numéro festivals en Rhône-Alpes tout le bien que l'on pensait de la programmation de cette nouvelle édition du Cabaret frappé. Ces six jours de concerts débuteront officiellement ce lundi 20 juillet avec le Grenoblois Lakay de l'écurie Hadra et son « dub - dubstep - jungle psychédélique - downtempo - psytrance » (à vos souhaits) comme il le dit lui même. Ce sera sous le kiosque du Jardin de ville, et ce sera gratuit comme tous les soirs à 19h. L'occasion donc de découvrir des artistes dans un cadre agréable, une bière (ou autre) à la main, entouré de plein de monde, du mélomane chevronné au simple passant : c'est ça l'esprit Cabaret frappé.

Continuer à lire

L'été des festivals autour de Grenoble

ACTUS | Certes, on a sorti fin juin notre supplément consacré au festivals en Rhône-Alpes, mais ce n’est pas une raison pour ne pas reparler de ceux prévus autour de Grenoble en juillet et août ; qu’ils soient branchés musique, spectacle vivant ou les deux ! Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 7 juillet 2015

L'été des festivals autour de Grenoble

10 – 12 juillet Le Vercors Music Festival Pour la première édition de ce nouveau festival prévu à Autrans, les organisateurs (et notamment le programmateur Jean-Philippe Bruttmann, compositeur et guitariste de son état) se sont offert quelques têtes d’affiche, sans doute pour marquer les esprits. Les excellents Moriarty, groupe au folk tendrement barré et bricolé, et la pimpante Yael Naim seront de la partie. Tout comme l’Américaine Ilene Barnes, à la voix impressionnante, et le guitariste américain de jazz fusion Al Di Meola. « Toutes les esthétiques musicales seront présentes autour des deux scènes du festival, mais auront toutes pour point commun de placer la guitare au centre des attentions. » Ça se tient. 15 – 19 juillet Merci, Bonsoir ! Encore un nouveau festival ! Dans le cadre de la première édition de l’événement spectacle vivant (versant arts de rue) et musique Merci, Bonsoir ! organisé à Grenoble (à la Bifurk et au parc Flaubert) par l’association

Continuer à lire

Cabaret frappé : notre sélection

MUSIQUES | Les choses ont pas mal bougé à Grenoble ces derniers mois depuis l'élection d'un maire vert. Mais pas Cabaret frappé, festival d'été de la ville, si éco-citoyen que sa programmation semble être le fruit d'un tri de talents hautement sélectif. Exemples. La rédaction

Stéphane Duchêne | Mercredi 24 juin 2015

Cabaret frappé : notre sélection

Sallie Ford Avec Slap Back (littéralement "gifler en retour" ou "rendre une gifle"), la rockeuse vintage à lunettes Sallie Ford a laissé de côté le revival rock fifties et ses oripeaux de Buddy Holly 2.0 à chromosomes XX pour un garage rock à fort effet décapant sur lequel elle a entièrement pris les rênes après la séparation d'avec The Sound Outside – remplacé par un groupe 100% féminin. Et c'est un peu des Breeders – et même des Pixies parfois – en mode psychédélique que l'on entend au détour de ces pop songs cinglantes. SD Mardi 21 juillet, sous le chapiteau Vieux Farka Touré Digne fils de son père, la légende Ali Farka Touré, Vieux Farka Touré est davantage célébré aux États-Unis où l'on sait mieux que tout vient de là et donc du blues que dans nos contrées. Son album The Secret y avait fait un carton quand, sur Mon Pays, il célèbre tout à la fois son Mali natal – se désolant de ce qui s'y passe – en une approche transversale du blues que

Continuer à lire

Baden Baden et Acid Arab cet été au Cabaret frappé

ACTUS | La prog du festival prévu du 20 au 25 juillet au Jardin de Ville de Grenoble est enfin complète. On fait le point.

Aurélien Martinez | Mercredi 20 mai 2015

Baden Baden et Acid Arab cet été au Cabaret frappé

Le Cabaret frappé en avait gardé sous le coude pour sa dernière annonce. On apprend donc ce mercredi le nom des quatre derniers artistes qui joueront cet été à Grenoble, sous le kiosque ou le chapiteau. Les Français de Baden Baden et leur indie pop en français (c’est assez rare pour le souligner) seront de la partie pour défendre Mille Éclairs, leur second album : une excellente nouvelle ! Durant la semaine, on croisera aussi le hip-hop cuivré de Sax Machine et Racecar ; le reggae-ragga de l’Ivoirien Kajeem ; ou encore Acid Arab, duo parisien qui porte très bien son nom. Voilà pour les derniers arrivants. On rappelle les artist

Continuer à lire