Les drôles d'animaux musicaux du Foreztival

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Photo : Birdy Nam Nam


Dans la forêt lointaine, on entend le hibou, d'accord. Mais dans le Forez lointain, qu'entend-on ? Cette année, principalement le Birdy Nam Nam, drôle d'oiseau à six pattes – depuis que DJ Pone est allé voir ailleurs si le ciel y était plus bleu – qui n'a de cesse d'emmener le hip-hop instrumental vers de nouveaux horizons, là où ses suiveurs, paresseuses poules aux œufs d'or, se contentent d'en picorer les racines black "ad nauseam". Mais aussi le Fauve, inoffensive bestiole dont le cri, sorte de logorrhée de fan de Diabologum en pleine mue, a tendance à nous rendre fou de la gâchette (de fusil hypodermique, on n'est pas des bêtes).

Et puis des punks en voie d'extinction (Les Sheriff), une chimère afro-funk (Vaudou Game), un ex-lion au régime strict de vers libres (Kacem Wapalek), des mélodies électroniques serpentines (charmées par Fakear) ou encore des animaux migrateurs se repérant par écholocalisation de basses fréquences (les pionniers du french dub High Tone, "featuring" le MC halluciné Oddateee).

Autant d'espèces et à découvrir dans un habitat on ne peut plus naturel, vaste pré bordant le petit village de Trelins, où Foreztival se conclura par une journée dédiée aux arts de la rue.

Benjamin Mialot

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter