Mansfield.TYA, corps-à-corps électro-baroque

MUSIQUES | En dépit d'un nouvel album et donc de nouveaux indices, on ne sait toujours pas vraiment et à vrai dire de moins en moins qui est Mansfield.TYA. Ennuyeux, non ? Non, bien au contraire, comme les deux musiciennes le prouveront lundi soir en ouverture du festival Rocktambule.

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 septembre 2015

Photo : Théo Mercier - Erwan Fichou


« Jamais jamais tu ne me trouveras, je suis devenue une montagne. » Ah. Une montagne ou autre chose. Mais quoi ? On ne trouve pas Mansfield.TYA, on ne les situe que très peu – en dehors de leur ville d'origine, Nantes, et de leur état civil, Julia Lanoë et Carla Pallone.

Ça commence par ce pseudo, hommage à June Mansfield Miller, femme d'Henry, aux motivations énigmatiques, suivi de ce TYA sans raison. Ça continue avec une musique qui ne souffre guère l'accolement d'adjectifs et des textes qui semblent ne jamais vouloir choisir entre premier et second degré, gravité pudique et humour masqué, innocence et roublardise, Bleu Lagon et « rouge sang ».

Pour ne rien arranger, leur dernier disque, Corpo Inferno, dont la pochette semble signifier l'envers de son titre, est comme vaporisé aux quatre coins des genres, éparpillé façon puzzle entre les cordes baroques et les gourdins électro, « Lully et Garnier » (Laurent, pas le Tony ni le shampooing), Moroder et les Növö, Les Contemplations d'Hugo et Sodome et Gomorrhe.

C'est que, depuis plus de dix ans déjà, le duo tient beaucoup de l'hydre à deux têtes, l'une enflammée, Julia (également membre de Sexy Sushi), l'autre, Carla, formée aux rigueurs du classique. Deux extrémités qui ne demandent qu'à se rejoindre et s'embras(s)er. Comme elles le chantent sur Le Dictionnaire Larousse, « Il y a une vie à occuper entre "amour" et "zoophilie" ». Si vous cherchez Mansfield.TYA, la créature est là, quelque part entre ces deux mots, ces deux extrémités jointes dans un espace presque infini.


Mansfield. TYA - COMPLET

Chanson populaire mélodramatique
Chapelle du Musée dauphinois 30 rue Maurice Gignoux Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Voici les premiers noms pour Rocktambule 2015

MUSIQUES | Rendez-vous du 5 au 11 octobre, sur l’Esplanande de Grenoble et ailleurs. Oui, c’est dans longtemps.

Aurélien Martinez | Mercredi 17 juin 2015

Voici les premiers noms pour Rocktambule 2015

Alors qu’on en est au tout début de la saison estivale des festivals, voilà que Rocktambule, le festival de l’automne grenoblois, annonce déjà plusieurs noms histoire de ne pas se faire oublier avant les vacances. Pour le concert d'ouverture, excellente nouvelle, c’est le duo Mansfield.TYA (photo) qui investira la très chouette (et petite – les réservations sont donc déjà ouvertes) chapelle du Musée dauphinois. Une musique magnétique bourrée d’émotions, composée par deux musiciennes… dont la chanteuse de Sexy Sushi, qui délaisse ses apparats punk et foutraques. Grand moment en perspective.

Continuer à lire

Dansons sous la foudre

MUSIQUES | Mansfield.TYA, c’est une musique magnétique bourrée d’émotions, composée par deux musiciennes… dont la chanteuse de Sexy Sushi, qui délaisse ses apparats punk et foutraques. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 25 novembre 2011

Dansons sous la foudre

Dans la mythologie grecque, Nyx est la déesse de la nuit. Dans le monde musical, Nyx est le nom du troisième album du duo féminin nantais Mansfield.TYA. Nyx est donc un album évidemment centré sur des sentiments sombres, qui ne peuvent s’exprimer qu’une fois la clarté et l’évidence du jour retombées. Des sentiments redoutant l’arrivée de l’aube, qui les annihilera en un rayon de soleil. Il faut donc s’exprimer avant, avec toute l’urgence que cela implique. « Emmène-moi danser » osent demander Julia Lanoë et Carla Pallone sur le titre Des coups, des cœurs. Une proposition pour le moins saugrenue, sachant qu’au même moment, comme elles l’expliquent, « dans la nuit, la foudre a résonné ». Sur un autre titre, elles se retrouvent au bord de la mer du Nord, mais s’imaginent à Rio. « Et le bronzage de tes fesses dessinent un cœur, vulgaire mais beau… Comme notre amour. » Étonnant… « Un cerf blessé, ou un enfant » Si la mer du Nord devient l’océan Atlantique, c’est que l’on a affaire ici à une mystification d’esprits vagabonds. Une mystification subtilement opérée à la grâce de mélodies minimalistes étranges, portées par des violons et des claviers (le titre 22h38, ban

Continuer à lire

Soleil noir

MUSIQUES | Chanson / Les deux bretonnes de Mansfield Tya nous surprennent avec des ballades heurtées et étrangement allègres. Deux personnalités marquées aux univers bien (...)

François Cau | Lundi 2 novembre 2009

Soleil noir

Chanson / Les deux bretonnes de Mansfield Tya nous surprennent avec des ballades heurtées et étrangement allègres. Deux personnalités marquées aux univers bien distincts : l’un rock et l’autre classique. L’une chanteuse - à ses heures perdues – du groupe moqueur et détendu Sexy Sushi, et l’autre violoniste, plutôt adepte de Bach. La Bobine accueille le duo avec son nouvel album Seules au bout de 23 secondes. Comme dans le précédent, June (pour June Mansfield, la muse de l’écrivain Henry Miller : oui, la référence est récurrente), on note le changement incessant d’une langue à l’autre – anglais et français – symptomatique d’une musique à l’identité non figée. Sous la mélancolie se dissimulent légèreté et innocence, derrière l’entrain un désespoir dont la béance apparaît seulement subrepticement. La voix de la chanteuse, claire et mystérieuse à la fois, illustre bien l’ambivalence de la force qui anime leurs chansons : calme et puissance. Un rock feutré emporté par des fulgurances au violon, habillé de textes rythmés à souhait, faisant honneur à l’humeur équivoque émanant de la musique. L’atmosphère, parfois sombre, n’est pourtant jamais pesante. A ce titre, on vous conseille

Continuer à lire