Noblesse de l'Arlt

MUSIQUES | Duo si singulier qu'il parvient à désosser la langue, qui est pourtant un muscle, Arlt invente dans la déconstruction une nouvelle chanson française dont la noblesse est dans la démarche, bancale et incertaine, réaliste et insensée. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 10 novembre 2015

« Ça tremble et tout ce qui tremble est vrai » chantait le duo Arlt sur l'album Feu la figure. Ainsi est la musique d'Arlt : elle tremble et elle est vraie. Elle est vraie parce qu'elle tremble. Parce qu'elle vibre et saute comme un nerf sous la peau, parce qu'elle roule des galoches à la langue française mais sans salive, à sec, comme pour la râper autant que la faire déraper, bien décidée à casser le moule de ce boulet au pied de la chanson française qu'est le (néo-)réalisme.

Ses paroles, Sing Sing (Florian Caschera, moitié masculine), les voit comme des riffs de langage. On pourrait tout aussi bien dire des rifts, séparant les phrases, coupant la narration comme on scinderait un continent d'un tremblement. Un art de la découpe et du rafistolage où Arlt manie les vents contraires du souffle, les paradoxes linguistiques et les filouteries de la lo-fi comme personne.

En fait, la langue française intéresse moins le duo que la langue tout court et la musique qu'elle produit. Pas étonnant que le duo chante « Je ne sais plus de quoi on parle, si c'est de la mort qui vient ou bien si c'est du café qui brûle, si c'est de l'amour qui s'en va ou bien de quoi » sur un titre extrait du récent Deableries, intitulé Nous taire un peu.

Palais

Arlt, c'est donc un peu chanter comme une manière de se taire, de verbaliser le verbeux comme on lui colle une prune, de substituer le « o » de « sons » au « e » de « sens », de dessiner « sans [les] bras » avant de signifier, de faire de l'énonciation non pas d'un confort ou d'une pratique mais quelque chose d'aussi impraticable que leur nom, une manière d'aller à l'essentiel en marchant sur le fil du superflu.

Quant à faire tenir cela ensemble, c'est tout un ar(l)t évidemment qui fait la noblesse d'Arlt. À ce sujet, l'inénarrable écrivain Christian Laborde, auteur du dernier roman censuré en France (L'os de Dionysos, 1987), d'ouvrages sur Bernard Hinault et Lance Armstrong, poète slammeur, performer, biographe, ami et imitateur perpétuel de Claude Nougaro, répète très souvent que « la noblesse est dans la bouche car elle est couverte d'un palais ».

Mais la bouche aussi noble et belle soit-elle, Arlt le sait, est aussi le royaume des bactéries, vibrantes et grouillantes. La langue en tant qu'organe, à la fois sensuelle et repoussante et en tant que système linguistique, le siège de la poésie comme des pires saloperies.

Si bien qu'avec ses chansons en guenille empreinte de la grâce aristocratique des "hobos", Arlt fait office de cour des miracles autant que de miracle de cour. Gravissant et dévalant en un mouvement perpétuel les marches tremblantes du palais.

Arlt + Josef Van Wissem, vendredi 13 novembre à 20h30 à la Bobine


Jozef van Wissem + Arlt

Luth baroque + chanson ou presque
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Soleil vert

Reprise | On s’en approche de plus en plus. En 1973, le film post-apocalyptique de Richard Fleischer apparaissait comme une dystopie du même acabit que La Planète (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 octobre 2020

Soleil vert

On s’en approche de plus en plus. En 1973, le film post-apocalyptique de Richard Fleischer apparaissait comme une dystopie du même acabit que La Planète des Singes : on frissonnait pour rire sans y croire vraiment. Légèrement dépassé dix ans plus tard, Soleil vert revient comme un boomerang aujourd’hui, en particulier grâce sa visionnaire séquence d’ouverture résumant la course à l’abîme créée par la révolution industrielle. Pollution, désertification, famines, inégalités sur-creusées, ciel ocre et humains légalement asservis (coucou Uber). Ne manque qu’un élément faisant tout le sel de ce film se déroulant en 2022, c’est-à-dire demain, que le Pays Voironnais vous propose de découvrir gratuitement mercredi 14 octobre à 20h30 au Cap de Voreppe, dans le cadre du mois de la transition alimentaire. Bon appétit !

Continuer à lire

Août dans le Trièves avec le festival Mens alors

CONNAITRE | Entre le 8 et le 13 août, on croisera notamment le duo Arlt ou encore le spectacle "Le Petit cirque" de Laurent Bigot. Deux grands moments.

Aurélien Martinez | Lundi 18 juillet 2016

Août dans le Trièves avec le festival Mens alors

Treizième édition pour Mens alors, festival « d’échange et de création » situé à Mens (forcément), au sud de Grenoble. Et une édition qui, comme toujours, va sur plusieurs terrains, dont des passionnants. Ainsi du duo (et couple) Arlt, qu’on pourrait négligemment ranger dans la boîte chanson française, mais qui est plutôt à rapprocher de la famille des déglingueurs de langue. Arlt, ce sont ainsi des jongleries poétiques frémissantes voire bondissantes, lorgnant vers le folk, livrées en toute intimité, en mode trio pour leur concert du mercredi 10 août. À noter que d’autres beaux noms de la musique d’aujourd’hui (le bluesman suédois Bror Gunnar Jansson, le flûtiste Joce Mienniel en mode quartette, le trio du très jazzy François Raulin...) se côtoieront pendant la semaine de festivités. Côté spectacles, entre un ciné-concert pour orgue et une fantaisie théâtrale tout public, on aura notamment droit le vendredi 12 aoû

Continuer à lire

Les dix concerts immanquables de l'automne

MUSIQUES | Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...

Stéphane Duchêne | Mercredi 16 septembre 2015

Les dix concerts immanquables de l'automne

Jay Jay Johanson « Hey ! Content de te voir, ça va Jay Jay ?! » Toujours bof apparemment à en croire la pochette d'Opium et son contenu. Jay Jay, ça va tellement que lors d'une interview sur France Culture, à la journaliste qui fait le bilan de sa carrière « Alors, vous avez 45 ans... », il répond sans rire « non j'en ai 50 » – alors qu’en fait, il en a 45. Bon. Mais Jay Jay, ça va tellement qu'il a sorti cette année – à 50 ans bientôt 68, donc, ne le contredisons pas – son dixième album studio en un peu moins de 20 ans. Sur la période, le Suédois aura à peu près tout fait, y compris s'afficher en Bowie capillairement attenté sur un disque qui flirtait parfois avec la grande époque de Steph de Monac' (Comme un ouragan, donc). Mais Jay Jay, ça va tellement, donc, qu'il nous revient avec un truc bien opiacé qui semble regarder directement dans le verre de Whiskey qu'il nous avait servi en 1996 et nous l'avait révélé en Chet Baker efflanqué aux cheveux blonds et à l'âme bleue faisant le sexe avec Portishead : une sorte de trip-hop jazz comme on aurait même plus l'idée d'en écouter en 2015, n'était

Continuer à lire

Chappie

ECRANS | Déroute intégrale pour Neill Blomkamp avec ce blockbuster bas du front, au scénario incohérent et à la direction artistique indigente, où il semble parodier son style cyberpunk avec l’inconséquence d’une production Luc Besson. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 5 mars 2015

Chappie

S’il fallait une preuve que la politique des auteurs a des limites, Chappie jouerait à merveille ce rôle : on y voit un cinéaste, le Sud-Africain Neill Blomkamp, dont on a pu apprécier la cohérence de ses deux premiers films (District 9 et Elysium), commuer sa rage punk en une grotesque parodie sur un scénario écrit à la va-vite, incapable d’élaborer le moindre discours et même pas foutu d’assurer le minimum syndical en matière de blockbuster futuriste. Pourtant, tout est là : l’alliance entre l’humain et la machine (ici, un robot policier doté d’une intelligence artificielle est récupéré par des gangsters très méchants pour lui faire commettre un braquage permettant d’honorer leurs dettes), un futur proche qui ressemble à une extrapolation de nos ghettos sociaux contemporains, un goût de la destruction et des ruines urbaines… Cet effet de signature n’est qu’un trompe-l’œil : Blomkamp ne retrouve jamais la substance politique, même maniché

Continuer à lire

Andrevon au pays du soleil vert

ECRANS | Il le dit lui-même : c’est un « monstre » dont il va accoucher, et comme souvent dans ces cas-là, l’accouchement n’est pas facile ! L'écrivain (mais pas (...)

Christophe Chabert | Mercredi 30 octobre 2013

Andrevon au pays du soleil vert

Il le dit lui-même : c’est un « monstre » dont il va accoucher, et comme souvent dans ces cas-là, l’accouchement n’est pas facile ! L'écrivain (mais pas que) isérois Jean-Pierre Andrevon s’apprête en effet à sortir aux éditions Rouge profond une somme de plus de 1000 pages retraçant cent années de cinéma fantastique et de science-fiction, et il devait fêter sa naissance ce 7 novembre à la Cinémathèque. Mais voilà, la sortie a pris du retard – mi-novembre, a priori ; la soirée est toutefois maintenue, et c’est tant mieux car Andrevon y présentera le formidable Soleil vert de Richard Fleischer. Joyau du cinéma d’anticipation américain des années 70, Soleil vert raconte, dans un futur pas si lointain, comment un flic – Charlton Heston, pas encore icône de la NRA mais acteur-producteur dans des films plutôt progressistes – découvre en enquêtant sur un meurtre que le gouvernement règle le problème de la surpopulation en nourrissant les pauvres avec… leurs propres congénères, transformés en barres protéiniques. C’est le «soleil vert» du titre, même si en Anglais, le mensonge est plus explicite

Continuer à lire

À la Arlt

MUSIQUES | On avait découvert Arlt avec le bien nommé La Langue, où celle-ci – organe comme idiome – était travaillée à la laine de verre d'une drôle de chanson française, (...)

Aurélien Martinez | Mardi 29 janvier 2013

À la Arlt

On avait découvert Arlt avec le bien nommé La Langue, où celle-ci – organe comme idiome – était travaillée à la laine de verre d'une drôle de chanson française, bancale et fantasque, râpeuse et joueuse, précieuse et dilettante. Cela donnait des titres comme La Rouille, Les Dents ou Après quoi nous avons ri, dont il était bien difficile de se défaire. Feu la figure, la deuxième saillie du duo, pour l'occasion soutenu par The National (!), est à l'image de son prédécesseur et à vrai dire on n'en demandait ni n'en attendait pas davantage. On y trouve toujours ces guitares tordues et dissonantes, ces rythmiques cinoques au bord de la syncope et cette poétique de la terre (langue ?) brûlée. D'emblée l'hypnose opère avec Le Pistolet dans le chevauchement d'une poignée de phrases équivoques et de quelques vocalises de plaisir : « tu as la bouche pleine, tu as les dents froides, tu m'aimes bien ça se voit - Tu m'as pris pour un p

Continuer à lire

Made in France

MUSIQUES | Depuis le temps – 20 ans de carrière quand même ! – on aurait pu se lasser de Dominique A. De sa production métronomique, du fait qu'il ne cultive pas la (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 7 septembre 2012

Made in France

Depuis le temps – 20 ans de carrière quand même ! – on aurait pu se lasser de Dominique A. De sa production métronomique, du fait qu'il ne cultive pas la rareté en concert, des rééditions de ses albums. Du moins pourraît-il avoir la décence, de temps à autre, d'avoir un coup de moins bien. Mais c'est peine perdue et ce n'est pas le sublime dernier album du Nantais qui continue sa route Vers les lueurs qui commencera de donner les signes d'un affaissement. Dominique A n'apparaît pas pour rien en toute première place du dictionnaire virtuel du rock français : il restera à jamais le premier, le pionnier de cette chanson française qui alla fureter avec le rock, entraînant plusieurs générations nourries au Lithium, du nom de ce fielleux label où il débuta avec quelques autres guérilleros chantants à la langue fendue par leurs propres mots (Mendelson, Diabologum, Françoiz Breut, Bertrand Betsch). Une influence qui continue aujourd'hui de faire des émules comme en témoigne le duo Arlt, dont le nom résonne comme un raclement de gorge et les chansons tragi-comiques et dépouillées, comme une craie écrasée sur le tableau noir de notre époque. SD Do

Continuer à lire