Diabaté, pair et fils

MUSIQUES | En matière de kora, un Diabaté peut aisément en cacher un autre, comme on en aura la preuve mercredi à la Source.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 novembre 2015

On ne présente plus Toumani Diabaté, sans doute le plus grand joueur de kora vivant – on peut discuter de l'attribution du titre avec Ballaké Sissoko. Mais en matière de kora, si Sissoko c'est Maradona, Diabaté c'est Pelé. On ne soulignera pas non plus que, traditionnellement, le droit d'exercice du luth malien se transmet de père en fils au long de lignées de griots, seuls autorisés, en théorie, à pratiquer cet instrument.

Tradition plus que respectée dans la famille Diabaté puisque Toumani tient de son père, Sidiki, ce qu'il a transmis à son fils, Sidiki, symboliquement baptisé en hommage au précédent. Et il faut croire que l'obsession généalogique de la tradition malienne n'est pas vaine tant il semble que le génie attaché à la kora coule quelque part dans les veines et se transmet biologiquement (ce qui est rare en matière de génie).

Car, âgé d'à peine un quart de siècle, Sidiki est déjà lui-même une référence en matière de kora à laquelle l'ombre pourtant pesante du paternel ne semble pas parvenir à faire de l'ombre. Ce serait d'ailleurs bien là la dernière intention de papa Diabaté qui, l'an dernier, invita son fils à enregistrer, à Londres, un disque prodigieux en forme de duel familial et koral. Son titre ? Toumani et Sidiki. Comme si le nom de Diabaté devenait superflu tant il est empreint d'évidence à l'écoute de ces arpèges coulant avec le naturel d'un affluent se jetant dans un fleuve plus grand. Un fleuve qui pourrait être le Niger mais qui rime en fait avec Diabaté.

Toumani & Sidiki Diabaté, mercredi 18 novembre à 20h30 à la Source (Fontaine)


Toumani & Sidiki Diabaté


38 avenue Lénine Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les dix concerts immanquables de l'automne

MUSIQUES | Il y aura du monde les prochains mois dans les différentes salles de l'agglo grenobloise, dont beaucoup de très bons musiciens. Comme Jay Jay Johanson, Kraftwerk, Christophe, The Jon Spencer Blues Explosion, Socalled...

Stéphane Duchêne | Mercredi 16 septembre 2015

Les dix concerts immanquables de l'automne

Jay Jay Johanson « Hey ! Content de te voir, ça va Jay Jay ?! » Toujours bof apparemment à en croire la pochette d'Opium et son contenu. Jay Jay, ça va tellement que lors d'une interview sur France Culture, à la journaliste qui fait le bilan de sa carrière « Alors, vous avez 45 ans... », il répond sans rire « non j'en ai 50 » – alors qu’en fait, il en a 45. Bon. Mais Jay Jay, ça va tellement qu'il a sorti cette année – à 50 ans bientôt 68, donc, ne le contredisons pas – son dixième album studio en un peu moins de 20 ans. Sur la période, le Suédois aura à peu près tout fait, y compris s'afficher en Bowie capillairement attenté sur un disque qui flirtait parfois avec la grande époque de Steph de Monac' (Comme un ouragan, donc). Mais Jay Jay, ça va tellement, donc, qu'il nous revient avec un truc bien opiacé qui semble regarder directement dans le verre de Whiskey qu'il nous avait servi en 1996 et nous l'avait révélé en Chet Baker efflanqué aux cheveux blonds et à l'âme bleue faisant le sexe avec Portishead : une sorte de trip-hop jazz comme on aurait même plus l'idée d'en écouter en 2015, n'était

Continuer à lire

Ballaké Sissoko le Koriste

MUSIQUES | Au cœur de la programmation babélienne des Détours, qui s'ouvre plus que jamais aux têtes d'affiche (Bregovic, Abd-Al Malik), on retrouvera cette année celui qu'un instrument traditionnel ancestral d'Afrique subsaharienne a élevé au rang – et tant pis si le terme est affreusement éculé – de « citoyen du monde » : le prince de la kora Ballaké Sissoko qui a su, comme peu de ses congénères, semer un peu de graine d'avenir dans une tradition vieille comme le monde. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 17 mars 2015

 Ballaké Sissoko le Koriste

On le sait au Mali, comme partout en Afrique subsaharienne mais là particulièrement, la kora (un croisement de luth et de harpe doté de 21 cordes, « sept pour le passé, sept pour le présent, sept pour le futur », dit-on) est un instrument noble aux origines mythiques. Un objet précieux qu'on ne met pas entre toutes les mains car sa pratique est réservée à une élite : les « griots ». Cela peut paraître anti-démocratique (et il existe des musiciens maliens qui n'ont pas hésité à contourner cette règle, et même des musiciennes comme Madina N'Diaye, femme, peule et koriste volontaire) mais c'est là le résultat d'une tradition séculaire construite sur une société de caste qui veut que, par exemple, les Diabaté et les Sissoko soient le plus souvent des dynasties de joueur de kora. De destin plus noble en tant que musicien, on ne peut guère rêver. Nouvelles cordes anciennes L'héritage familial de Ballaké Sissoko pourrait ainsi laisser croire qu'il est un pur fruit de cette tradition quand en réalité, il est surtout un autodidacte, un outsider musical que ses parents destinaient à une carrière d'avocat ou de médecin, comme c'est souvent l

Continuer à lire