Le Gross Amour de Get Well Soon

MUSIQUES | (Re)venu à une forme de simplicité pop qui fait plus que jamais de lui un pendant germanique de Divine Comedy, Konstantin Gropper aka Get Well Soon nous séduit à nouveau avec son bel et grand "LOVE". Sans pourtant se départir de son goût pour l'étrangeté, comme on pourra s'en rendre compte sur la scène de la Belle électrique. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 12 avril 2016

Photo : Jens Oellermann


Konstantin Gropper, Gross plaisir que de retrouver ce petit génie teuton qui avait mis à la renverse la tête de la pop indé avec son Rest now, weary head ! You wil get well soon – objet aussi efficace que non identifié parce qu'à spectre large. C'était en 2008, déjà. Et Gropper, s'il s'était pris à son propre jeu avec ce beau succès d'estime inattendu, nous avait de la même manière surpris en nous proposant une pop comme on avait peu l'habitude d'en entendre en provenance d'outre-Rhin – sans doute aussi parce qu'on n'y prêtait guère attention, chauffées que sont nos oreilles de productions british, US, scandinaves (de Reykjavik à Stockholm) et de la prégnance de la musique technologique en Germanie.

Depuis, le laborantin de Mannheim (où il sévit enfermé dans un studio de son cru) n'a guère cessé de nous abreuver de suites pop. Plus que jamais et plus qu'avant car plus simplement porté vers l'essence mélodique (sans doute influencé par son propre amour du genre, comme en témoigne un album de reprises), son LOVE marque ce « retour », le pose en chaînon manquant entre les groupes The Magnetic Fields (sa voix, sa délicatesse, ses manières de caméléon crooner rappellent celles de Stephin Merritt) et The Divine Comedy (sa voix, sa délicatesse, ses manières de caméléon crooner rappellent aussi celles de Neil Hannon).

Étrange, comme c'est étrange

Et pourtant il demeure quelque chose d'infiniment germanique chez l'alchimiste du Bade-Wurtemberg, d'une mélancolie malaisante, à l'image du clip du tube de ce big LOVE. Quand Neil Hannon se mettait en scène dans le clip d'I Like flirtant avec une poupée gonflable, Gropper illustre l'amour d'It's love par un conte suffocant à la Natascha Kampusch, avec ce vieux méchant loup über-flippant d'Udo Kier (fétiche connu de Lars von Trier) dans le rôle du vieux tortionnaire. Manière, volontaire ou non, pour ce jeune Werther (héros d'un roman de Goethe) aux facilités pop évidentes de garder inviolé son pré carré empreint d'inquiétante étrangeté.

Get Well Soon

À la Belle électrique lundi 18 avril à 20h30


Get Well Soon + Doomhound


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cabaret frappé – jour 6 : vers le calme

MUSIQUES | Une soirée globalement calme pour ce dernier concert au Jardin de ville. Épique avec Get well soon, lyrique avec F.M, platonique avec Mineral... Deux réussites donc, qui se doivent à des innovations très riches au niveau instrumental. Eloi Weiss

Aurélien Martinez | Lundi 5 août 2013

Cabaret frappé – jour 6 : vers le calme

Get well soon : un groupe allemand, une pop qui ne fait pas semblant. Konstantin Gropper (chanteur et meneur) intériorise les chansons avec fougue, tantôt au clavier, tantôt à la guitare sèche, tantôt au ukulele, transportant les consciences vers un univers épique vibrant. Les instruments sont pluriels : une diversité qui fait la force de cette pop baroque. Avec beaucoup de simplicité, les sonorités tantôt d'un mélodica, ailleurs d’une calebasse ou d'un tambourin, apparaissent furtivement et agrémentent en totalité cette puissante transe musicale. Un mélange homogène et limpide. Le violon transporte le tout, rythmé sur une ligne de basse impeccable. C'est un moment d'évasion pure que nous a donné à parcourir Gropper et son groupe pour ce concert sous le chapiteau du Cabaret frappé. Leur dernier album Scarlet Beast O'Seven Heads est un long film à regarder en écoutant. Chaque piste est riche en références cinématographiques : une musique d'images et de sentiments, une musique de film qui se ressent sans ménagement en live. Il n'y a qu'à voir leur clip R

Continuer à lire

Au Cabaret !

MUSIQUES | Tout se passe à Grenoble entre la poire et le fromage et entre kiosque (pour les concerts gratuits programmés à 19 h ou à minuit) et chapiteau. Avec néanmoins (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 12 juillet 2013

Au Cabaret !

Tout se passe à Grenoble entre la poire et le fromage et entre kiosque (pour les concerts gratuits programmés à 19 h ou à minuit) et chapiteau. Avec néanmoins une exception le 28 juillet avec un concert final de Dark Dark Dark qui méritera bien de monter jusqu'au Ciel pour l'occasion. Et puisqu'on parle d'occasion, Le Cabaret frappé est toujours l'occasion de (re)découvrir dès le premier soir de bien étranges créatures comme le Big Ukulele Syndicate qui reproduit l'esprit de l'Ukulele Orchestra of Great Britain, fameuse formation de reprise tous horizons au Ukulele donc (d'où le nom). Le même soir, le métissage musical se poursuivra avec le folk hybride de la canadienne d'origine haïtienne Melissa Laveaux et le soul man casqué Cody Chesnutt.   Le mardi, on se refait un coup de 14 juillet avec neuf jours de retard. Au programme : l'électro-rock de Pan en gu

Continuer à lire

Encore des nouveaux noms pour le Cabaret Frappé

ACTUS | Et voici que le Cabaret Frappé frappe à nouveau avec l’annonce de nouveaux talents conviés à venir ambiancer le festival grenoblois entre le 22 et le 27 (...)

Aurélien Martinez | Lundi 13 mai 2013

Encore des nouveaux noms pour le Cabaret Frappé

Et voici que le Cabaret Frappé frappe à nouveau avec l’annonce de nouveaux talents conviés à venir ambiancer le festival grenoblois entre le 22 et le 27 juillet. Outre les Jurassiens de Catfish ; Mineral, le projet de Craig Walker, ex-voix des désormais pénibles Archive ; et la venue quasi obligatoire de Lescop (c’est bien simple, on le verra partout cet été, si tant est qu’on ne l’ait pas déjà beaucoup vu), on notera le grand retour du petit prodige allemand Konstantin Gropper, plus connu sous le nom de Get Well Soon, dont le premier album, Rest Now Weary Head ! You Will Get Well Soon, avait tant marqué les esprits qu’on s’est presque trop habitué à son talent sur les deux suivants. En voici d’autres qui marquent les esprits depuis quelques mois et n’ont sans doute pas fini de le fai

Continuer à lire

Get Well Soon / Dear Reader

MUSIQUES | La musique de Get Well Soon a un côté déstabilisant pour qui aime mettre les gens dans des cases. Bien sûr, il y a du folk dans tout ça, mais aussi des (...)

François Cau | Lundi 27 avril 2009

Get Well Soon / Dear Reader

La musique de Get Well Soon a un côté déstabilisant pour qui aime mettre les gens dans des cases. Bien sûr, il y a du folk dans tout ça, mais aussi des accents pop à la Radiohead ou la Arcade Fire, d’autres plus doux qui rappellent un certain Sufjan Stevens, et d’autres encore évoquant les grands espaces version Ennio Morricone. Un style foisonnant donc, pour le premier album de ce jeune Berlinois. Album ouvert par un magnifique Prélude, et qui renferme de très beaux titres tel If this hat is missing I. On vous laissera découvrir tout ça dimanche à 18h sur la scène du Ciel, où l’on croisera aussi Dear Reader, duo de Johannesburg porté par la voix cristalline de Cherilyn MacNeil. Leur album Replace why with funny vient de sortir, et nous offre quelques folk-songs appréciables (The Same, mêlant piano et chœurs, fonctionne à merveille).

Continuer à lire