Cinq nouveaux noms pour le Cabaret frappé 2016

MUSIQUES | On savait déjà que la tête d’affiche qui, le lundi 11 juillet, allait ouvrir la semaine de festivités musicales gratuites était Mickey 3D. Voici cinq autres artistes que l’on pourra écouter cet été au Jardin de Ville de Grenoble.

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Photo : Jamie Harley


On l'écrit chaque année, mais divulguer une programmation au compte-gouttes est une stratégie payante puisque le festival qui fait ce choix se retrouve plusieurs fois au centre de l'actu. Le Cabaret frappé, qui on le rappelle sera entièrement gratuit cette année, l'a bien compris et lâche en ce mardi les cinq premiers noms de sa future programmation, sans néanmoins les associer à des jours précis.

Entre le 11 et le 16 juillet, on croisera donc au Jardin de Ville de Grenoble :

  • L'inclassable Koudlam (photo), auteur notamment du tube See you all (mais si, la pub Meetic). Comme on l'aime beaucoup au PB, on avait fait son portrait en novembre 2014.

  • Le tout jeune (et Parisien) Theo Lawrence, plongé dans une musique américaine plus Johnny Winter que Beyoncé.

  • L'African Salsa Orchestra qui porte plutôt bien son nom.

  • Les très chanson festive à base d'accordéon Yeux d'la tête.

  • La très rock (et grenobloise) Nadj.

Voilà pour cette annonce. À bientôt pour une nouvelle !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

PB d'or 2016 : musique

C'était 2016... | Avec du changement côté Cabaret frappé, des images fortes ou encore une confirmation.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

PB d'or 2016 : musique

Le PB d’or de la bonne surprise : la nouvelle configuration du Cabaret frappé En janvier 2016, la Ville de Grenoble convoquait la presse pour annoncer un changement de taille : le Cabaret frappé, festival musical qu’elle organise chaque été au Jardin de Ville, passerait en gratuité totale – contre, auparavant, une première partie sous le kiosque en accès libre et, ensuite, une série de concerts payants sous chapiteau. Une décision politique motivée par un souci de faire évoluer le festival né en 1999, mais surtout par des considérations financières, cette gratuité permettant paradoxalement de réduire pas mal de coûts – plus de chapiteau par exemple. Pourquoi pas, même si, du coup, nous pouvions craindre une édition 2016 au rabais… Sauf que ça ne s’est pas produit, grâce justement à cette nouvelle organisation qui a redonné du souffle au dispositif. Le Jardin de Ville fut ainsi judicieusement repensé par l’équipe organisatrice autour d’une grande scène et d’un bar sous le kiosque, ce qui ne donnait

Continuer à lire

Cabaret frappé 2016 : cabaret cabré

Festival | Zoom sur la dix-huitième édition du festival musical grenoblois, prévue du lundi 11 au samedi 16 juillet, au jardin de Ville.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juillet 2016

Cabaret frappé 2016 : cabaret cabré

Dans un club de foot arrive toujours le moment où, pour des raisons financières, le directeur sportif s'efface devant la toute puissance du trésorier et de sa machine à faire des nœuds sur les cordons de la bourse. La chose, on ne le sait que trop, vaut dans la culture où le crédit laissé à la direction artistique prend alors des airs de débit (et de dépit). C'est peu ou prou ce qui arrive cette année au Cabaret frappé. Contraint de passer à la gratuité totale pour des raisons qui ne sont pas que budgétaires, il s'agit donc de se cabrer tout en continuant de miser sur « les têtes d'affiche de demain ». Et non seulement de faire comme si c'était 100% volontaire, mais en plus comme si c'était vrai. Car, en auscultant la programmation, ça ne l’est qu'à moitié : on a beau étirer le mot « émergence » jusqu'à rompre l'élastique, Mickey 3D, c'est du découvert, recouvert puis redécouvert – ce qui importe peut puisque en bon fan de l'ASSE, Mickaël Furnon est d'une certaine façon toujours vert à la fin. Mai

Continuer à lire

Cabaret frappé : « On présente les têtes d’affiche de demain »

MUSIQUES | Pour sa dix-huitième édition, le Cabaret frappé, incontournable temps fort musical de l’été grenoblois, change de peau en devenant 100% gratuit. Pourquoi ? On est allés poser la question (et d’autres) à Loran Stahl, responsable du festival depuis 2004.

Aurélien Martinez | Lundi 20 juin 2016

Cabaret frappé : « On présente les têtes d’affiche de demain »

Grand changement cette année : le festival abandonne ses soirées en deux temps (première partie gratuite sous le kiosque et concert payant sous le chapiteau) pour des soirées toutes gratuites. Pourquoi ce choix ? Loran Stahl : C’est la volonté de la Ville de Grenoble. Comme le Cabaret frappé est un événement municipal, il est tributaire de la politique de la Ville. En dix-huit ans, il en a d’ailleurs vu passer des municipalités ! Après, cette gratuité est un choix tout à fait cohérent avec le projet de la municipalité actuelle ; comme il est cohérent que, pour harmoniser les propositions sur le territoire, la Ville ait demandé que le festival ait lieu une semaine plus tôt [pour notamment ne pas se retrouver sur la même semaine que les Rencontres Brel – NDLR]. Même si on joue maintenant sur la semaine la plus chère de tous les festivals de France ! Forcément, le travail du programmateur que vous êtes doit être différent… L’équation

Continuer à lire

Cabaret frappé : voici neuf nouveaux artistes !

MUSIQUES | Qui verra-t-on au Jardin de Ville de Grenoble entre le lundi 11 et le samedi 16 juillet pour six jours de concerts gratuits ? On fait le point, avec des liens pour écouter tout ça !

Aurélien Martinez | Mardi 17 mai 2016

Cabaret frappé : voici neuf nouveaux artistes !

On savait déjà que Mickey 3D allait ouvrir la 18e édition du Cabaret frappé le 11 juillet, et qu’on croiserait aussi pendant la semaine des artistes comme Koudlam, Theo Lawrence, L’African Salsa Orchestra, Les Yeux d’la tête et Nadj. Voici neuf (oui neuf) autres artistes qui se produiront sur la grande scène du Jardin de Ville – leur jour de passage sera précisé plus tard par l’équipe du festival. La géniale Dom La Nena, Brésilienne parisienne que l’on avait déjà pu croiser sur scène avec Rosemary Standley. Le rappeur JP Manova. Le duo pop/soul

Continuer à lire

Mickey 3D en ouverture du Cabaret frappé 2016

MUSIQUES | Rendez-vous du 11 au 16 juillet au Jardin de Ville. Le reste de la programmation sera dévoilé plus tard.

Aurélien Martinez | Jeudi 28 avril 2016

Mickey 3D en ouverture du Cabaret frappé 2016

On savait déjà que le festival musical de l’été grenoblois allait devenir 100% gratuit. Et qu’il était avancé d’une semaine par rapport aux autres années – on vous expliquait tout ici. Niveau programmation, on nous avait aussi assuré que l’exigence resterait la même. Si la prog sera dévoilée au fil du mois de mai, l’équipe du festival vient d’annoncer un gros nom pour l’ouverture le lundi 11 juillet, histoire de marquer le coup : le groupe de rock français Mickey 3D, qui est revenu avec un nouvel album (Sebolavy) après six ans d’absence. On vous tiendra bien sûr au courant quand on connaîtra les autres noms.

Continuer à lire

Festival : le Cabaret frappé devient 100% gratuit !

ACTUS | Rendez-vous au Jardin de Ville de Grenoble une semaine plus tôt que les années précédentes pour six jours de concerts en accès libre donc.

Aurélien Martinez | Mercredi 20 janvier 2016

Festival : le Cabaret frappé devient 100% gratuit !

Mercredi 20 janvier, 11h, à la Maison de l’international. Conférence de presse organisée par la Ville de Grenoble pour détailler les changements autour du Cabaret frappé, le festival musical de l’été grenoblois géré justement par la Ville. Et quels changements ! Le plus spectaculaire : la semaine de concerts devient entièrement gratuite. Fini donc la première partie gratuite devant le kiosque et la suite payante sous le chapiteau : cet été, il n’y aura plus qu’une seule scène, en accès libre toute la soirée donc – une décision qui se veut en lien avec la politique culturelle de la municipalité actuelle. Le tout sans « changement de ligne artistique » explique le directeur Loran Stahl, qui assure que la Ville lui a maintenu l’intégralité de son budget artistique (quelque 90 000 euros), même s’il a subi une baisse sur son budget global, passé de 450 000 à 380 000 euros – baisse qui s’explique par « la situation économique » (argument de la Ville) comme par la disparition de certains coûts du fait de la gratuité (plus de location de chapiteau par exemple). À noter tout de même que le festival se prive de 40 000 à 50 000 euros de billetterie. Au

Continuer à lire

L'autre monde de Koudlam

MUSIQUES | Près de cinq ans après son flamboyant "Goodbye", l’inclassable Koudlam est de retour avec un nouvel album-monde, "Benidorm Dream", qu’il viendra défendre (à guichets fermés) sur la scène du Ciel. L’occasion rêvée de faire le point sur son univers singulier. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Mercredi 12 novembre 2014

L'autre monde de Koudlam

On pourrait partir sur d’innombrables pistes pour expliquer l’étrange pouvoir d’attraction de la musique de Koudlam, et le consensus aussi bien critique que public que cette dernière rencontre à chaque nouvelle sortie. Sa manière d’emprunter à différentes esthétiques sans jamais se fondre dans aucune, cette capacité à être profondément ancrée dans notre époque et à simultanément sonner complètement hors du temps… S’il ne fallait en garder qu’une cependant, outre d’évidents talents de composition, ce serait sans doute sa puissance d’évocation hors-norme, sa faculté à projeter l’auditeur dans un univers à la fois inconnu et étrangement familier où décadence, romantisme, violence, aventure et mystère s’entremêlent en permanence. Alors que tant de musiques actuelles, aussi bien foutues et pertinentes soient-elles, tombent rapidement dans le piège de la fonctionnalité, celle de Koudlam évoque surtout un océan de fantasmes sur lequel chacun va greffer sa propre interprétation. Il faut dire qu’avant d’atteindre la reconnaissance en 2009, à l’âge de trente ans, l’artiste avait déjà pas mal bourlingué entre temps : une enfance passée en Afrique, une adolescence marquée par le ska

Continuer à lire

Les soirées de la rentrée

MUSIQUES | Ivan Smagghe Figure tutélaire de tout un pan de la scène électronique française, Ivan Smagghe sera l’invité d’honneur de la soirée Mark XIII Revival 01 au (...)

Damien Grimbert | Mardi 7 octobre 2014

Les soirées de la rentrée

Ivan Smagghe Figure tutélaire de tout un pan de la scène électronique française, Ivan Smagghe sera l’invité d’honneur de la soirée Mark XIII Revival 01 au Vertigo. Pointure underground multicarte et érudite, le co-fondateur du label et collectif Kill The DJ, désormais installé à Londres, viendra défendre sa vision sombre, sans concession, mais néanmoins éclectique au possible, des musiques dansantes de ces trente dernières années. À ses côtés, le jeune producteur français Markus Gibbs et les locaux de Micropop Records Serom et Omaria, et en première partie de soirée au Mark XIII les valeurs sures Rescue, Smart et Space Jockey. Mark XIII Revival 01, vendredi 24 octobre au Vertigo, première partie au Mark XIII Kenny Larkin S’il n’a jamais bénéficié d’un rayonnement aussi vaste que celui des pères fondateurs du mouvement (à savoir Juan Atkins, Kevin Saunderson et Derrick May), Kenny Larkin n’en reste pas moins considér

Continuer à lire

Koudlam en concert gratuit au Ciel

MUSIQUES | Rendez-vous le samedi 15 novembre

Aurélien Martinez | Mardi 16 septembre 2014

Koudlam en concert gratuit au Ciel

Quatre ans après son passage au feu festival Lumières sur la Bastille, Koudlam sera à Grenoble (au Ciel le samedi 15 novembre) pour défendre Benidorm Dream, album créé en partie dans le cadre d'une résidence dans la petite salle grenobloise. L'auteur de la bombe See you all semble revenir sur la scène musicale en très grande forme au vu des extraits disponibles (l'album sortira le 13 octobre). À noter que ce concert sera gratuit et sur invitation – billetterie exclusivement sur www.regie2c.com ou ici.

Continuer à lire

En plein cœur

MUSIQUES | Tête d’affiche du Festival Lumières Sur La Bastille, l’ex-Grenoblois Koudlam, alias Gwenhael Navarro, est l’auteur du passionnant "Goodbye", “album-monde“ onirique entre électro, pop, world et cold wave, à la puissance d’évocation inégalée. Entretien avec un artiste singulier. Propos recueillis par Damien Grimbert

Damien Grimbert | Vendredi 21 mai 2010

En plein cœur

Petit Bulletin : Vous ne semblez appartenir à aucune scène musicale bien établie ?Koudlam : Quand j’étais ado, je suis passé par pas mal de “scènes“ différentes. J’ai pas mal traîné en rave, en free party, avant ça, j’ai eu un groupe de rock… J’aime tellement de styles musicaux que j’aime bien changer, en fait, et quand je tombe sur quelque chose de puissant, je m’investis vraiment dedans. Quand tu commences, tu fais plein de trucs différents, tu multiplies les expériences, et puis après tu finis par trouver ton propre truc… Vous aimez bien jouer dans des endroits hors-normes, en dehors des salles de concert traditionnelles. C’est un vestige de votre période rave ?Il y a peut-être un peu de ça… J’essaie toujours de faire des trucs un peu plus intéressants que simplement faire mon job comme tout le monde, et gagner mon salaire. Mais ça vient aussi du boulot que je fais avec un artiste contemporain, Cyprien Gaillard. Quand j’ai commencé à faire mes concerts sous le nom de Koudlam, on a pas mal travaillé ensemble, et on était souvent invités à faire des concerts un peu partout à l’étranger par des sortes de mécè

Continuer à lire