Betty et Teki Latex : « Liberté, spontanéité et énergie »

MUSIQUES | Auteurs de DJ-sets épiques et passionnants, Betty et Teki Latex défendent une vision panoramique de la club-culture, largement ouverte aux micro-scènes musicales des quatre coins du monde. De passage à Grenoble à quelques jours d’intervalle, ils reviennent avec nous sur leur conception un peu à part des musiques dansantes.

Damien Grimbert | Vendredi 13 mai 2016

Photo : Hélène Feuillebois


Vous défendez dans vos DJ-sets des scènes musicales peu connues du grand-public, souvent issues d'un environnement géographique et socio-culturel très spécifique. Ça ne doit pas être pas le plus facile à promouvoir…

Betty : Oui, je pense qu'il y a parfois beaucoup d'informations dans mes sets ! Écouter du UK funky, de la ballroom, du grime, du baile funk, de l'afro trap et Drexciya dans un même set de deux heures, c'est probablement plus déroutant que de danser sur un set 100% techno. Je ne dis pas que c'est mieux ou moins bien, c'est juste ma vision du club. Je trouve davantage de liberté, de spontanéité et d'énergie dans ces mouvements.

Teki Latex : Déjà tu mets le doigt sur un truc qui est certain : je n'arrive pas à décrire ce que je joue aux gens qui ne font pas partie de ma scène. Si je dis "grime" ça n'est pas exactement vrai, si je dis "expérimental" je passe pour un DJ qui n'est pas là pour faire danser les gens, alors que ça reste ma motivation première. Depuis peu j'ai accepté le fait de me situer entre les scènes, ça me rend moins "lisible" pour les gens mais à force d'insister sur ce côté-là, ça devient mon langage à moi. Mais je me sens encore souvent incompris lorsque je mélange les genres.

On débat beaucoup ces derniers temps de l'appropriation de codes culturels créés par des minorités par des personnes non issues de ces minorités. Entre perméabilité des cultures et exploitation, où situer la limite ?

Teki Latex : Je pense que le fait de se poser la question, c'est déjà un premier point positif. Le vrai problème, ce sont les gens pour qui c'est naturel et qui se sentent dans leur bon droit, et qui n'ont aucune idée du fait qu'ils sont en train de provoquer une situation embarrassante en se servant dans des cultures qui ne leur appartiennent pas.

Betty : Je me suis beaucoup posé ces questions lorsque Teki et moi avons intégré la Paris Ballroom Scene, en tant que DJs respectifs des House of Ninja et House of Mizrahi. J'ai fait part à ma mother Stephie Mizrahi et à Lasseindra Ninja, les pionnières du voguing en France, du fait que je ne me sentais pas légitime au sein de cette culture qui ne m'est pas adressée, mais faite pour les homosexuels de couleur.

Ce qui est ressorti de cette discussion, c'est que lorsque l'on est invité à participer à une culture, il faut se comporter comme un invité. La ballroom est un monde ouvert aux femmes, et même dans une certaine mesure aux hommes hétérosexuels, mais chacun doit savoir quelle est sa place au sein de la communauté. Il faut aussi savoir rendre à une communauté à laquelle tu prends. Je pense que cette règle s'applique dans pas mal de cas. C'est du savoir-vivre finalement.

Teki Latex : Tu peux te frotter à des styles de musique créés par des minorités sans en être issu, tant que tu es respectueux de ces styles, que tu sais d'où ils viennent, que tu rends hommage aux gens qui ont créé ces styles et que tu redonnes à cette communauté. Le tout c'est de ne pas systématiquement tout ramener à soi. Il faut que ce soit un échange, pas de l'exploitation qui ne va que dans un sens.

Est-ce seulement une question de démarche, ou la qualité musicale rentre t-elle aussi en jeu ?

Teki Latex : La qualité musicale découle généralement de ça, ça se ressent dans la musique quand quelqu'un ne prend que la couche superficielle d'un style pour le recréer sans en connaitre le background... Ça donne une coquille vide. Tu ne peux pas découvrir un style un jour et publier un mix dédié à ce style musical qui ne t'appartient pas le jour d'après, juste parce qu'internet t'a donné accès à tous les morceaux que tu veux. Le fait de prendre le temps, de laisser les choses se développer organiquement, c'est une approche plus saine.


Les Mercredis Pimentés - Narco Polo invite Teki Latex & Martel Ferdan


Le Canberra 430 avenue de la Passerelle Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


50ème Go Bang !

Deux dancefloors avec Betty + Rescue + Serom vs Lucky Jules + Solutricin + Marcello Rompivetro + Mag + Cholette + Narco Polo
La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

GЯEG et Teki Latex, le feu aux platines

MUSIQUES | Têtes d’affiche de la soirée "TDN x Rinse France", ce vendredi 22 octobre au Drak-Art, GЯEG et Teki Latex incarnent une vision du dancefloor ouverte aux influences les plus vastes, et ébouriffante d’intensité.

Damien Grimbert | Mardi 19 octobre 2021

GЯEG et Teki Latex, le feu aux platines

Si en France, la culture club de ces 30 dernières années s’est essentiellement bâtie autour de la techno et de la house, ce n’est pas forcément le cas en Angleterre où les rythmiques chaloupées de la diaspora afro-caribéenne et les breakbeats de la scène rave ont également joué, dès l’aube des années 90, un rôle majeur dans son développement. Fondée en 1994 par les DJs Geeneus et Slimzee, la radio pirate londonienne Rinse FM (devenue légale en 2010) s’est fait dès ses débuts le reflet de ces origines métissées, en passant sur ses ondes tout une constellation de musiques dansantes underground (jungle, UK garage, grime, dubstep, UK funky…) restées largement marginales sur les dancefloors francophones. Née pour sa part en 2014, sa petite sœur française, Rinse France s’est également amplement fait écho de ces sonorités venues d’Angleterre, en les fusionnant allègrement avec la techno, la house, mais également le son des différentes diasporas d’Île de France. Ce long, très long préambule pour expliquer qu’une soirée Rinse France (organisée en l’occurrence à l’initiative de l’asso The Dare Night), c’est la garantie de danser sur une gamme de style musicaux amplement plus vas

Continuer à lire

Les trois soirées de la fin juin (avec, notamment, un immense DJ)

MUSIQUES | 28.06.19 > Belle électrique Ben Klock Figure incontournable de la scène techno berlinoise, résident historique du fameux club Berghain et fervent (...)

Damien Grimbert | Mercredi 19 juin 2019

Les trois soirées de la fin juin (avec, notamment, un immense DJ)

28.06.19 > Belle électrique Ben Klock Figure incontournable de la scène techno berlinoise, résident historique du fameux club Berghain et fervent défenseur d’une techno pure, dure, rigide et qui file droit, Ben Klock (photo) est de retour à la Belle électrique pour la quatrième fois en cinq ans. De quoi satisfaire ses nombreux fans, d’autant qu’il se fendra pour l’occasion d’un set exceptionnel de 4 heures en continu. Mais aussi provoquer quelques (compréhensibles) grincements de dents, même s’il faut reconnaître à la Belle électrique d’avoir fait pas mal d’efforts pour diversifier sa programmation électronique depuis un an. 28.06.19 > Drak-Art Noche de Sonido Amateurs de cumbia, reggaeton et autres styles musicaux en provenance des tropiques propices aux déhanchements (plus ou moins) contrôlés, cette Noche de Sonido devrait amplement combler vos attentes grâce à un line-up en tout point irréprochable. Aux platines, on retrouvera ainsi le DJ/producteur Me

Continuer à lire

Teki Latex : « La mixtape est, aujourd'hui, le vecteur numéro un de ma créativité »

Soirée | Passionné avec la même intensité par les cultures populaires et les niches musicales les plus pointues, Teki Latex est l’auteur de DJ-sets aussi épiques que tentaculaires qui n’occultent jamais pour autant leur fonction première : faire danser les gens. À l’occasion de son passage samedi 3 novembre au Black Lilith, on lui a posé quelques questions.

Damien Grimbert | Mardi 30 octobre 2018

Teki Latex : « La mixtape est, aujourd'hui, le vecteur numéro un de ma créativité »

Comment s’est passée votre année 2018 ? Teki Latex : J'ai passé une excellente année, ma dernière année de trentenaire ! Je me suis pas mal concentré sur mes DJ-sets et j'ai eu la chance d'en faire dans des endroits géniaux, en France, en Angleterre et jusqu'en Afrique du Sud. J'ai aussi sorti l'une des mixtapes dont je suis le plus fier : The Naked King. La première partie de l'année était surtout nostalgique, avec les dix dates de la tournée des 20 ans de TTC, et depuis la rentrée, je me tourne à nouveau vers le futur avec deux résidences à Paris et Toulouse et une nouvelle série de mixes en "back to back" sur la radio Rinse France. J'ai aussi joué à plusieurs soirées hyper inspirantes dans des registres totalement différents, comme par exemple celle du Red Bull Music Festival Diggin’ In The Carts consacrée à la musique de jeux vidéo.

Continuer à lire

Les 5 soirées de la fin février

MUSIQUES | Allons danser à l'Ampérage, à la Belle électrique, à la Bobine ou encore à Eve et au Jules Verne.

Damien Grimbert | Mardi 20 février 2018

Les 5 soirées de la fin février

Vendredi 23 février > l'Ampérage Le Camion Bazar Auteurs de DJs sets groovy, pointus et ultra-éclectiques, Romain Play et Benedetta Bertella alias Le Camion Bazar défendent une conception de la fête conviviale, décontractée et à échelle humaine, qui ne rechigne pas sur les confettis, les couleurs fluo et les boules à facettes pour mettre tout le monde dans l’ambiance. Après un premier passage remarqué à la Bobine au printemps dernier, leur retour à l’Ampérage aux côtés des Rouennais du Collectif Lucien et des locaux de Carton-Pâte Records s’annonce donc haut en couleur. Samedi 24 février > la Belle électrique Michael Mayer + Fort Romeau + Uppah Vétéran de la scène minimale de Cologne et co-fondateur du prestigieux label Kompakt, Michael Mayer est de retour à la Belle électrique pour délivrer l’un des DJ-sets épurés, élégants et mélodiques dont il a fait sa marque de fabrique. À ses côtés, Michael Greene alias Fort Romeau

Continuer à lire

Le Ministère Pimenté est de retour avec DJ Mellow

Soirée | Rendez-vous samedi 25 mars au Drak Art pour retrouver ce fameux collectif de DJs locaux adeptes de musiques tropicales modernes.

Damien Grimbert | Mardi 21 mars 2017

Le Ministère Pimenté est de retour avec DJ Mellow

Depuis l’arrêt à l’automne dernier de leur fameuse résidence du mercredi au Canberra, on était restés sans nouvelles du Ministère Pimenté, foisonnant collectif de DJs locaux défendant avec ferveur les musiques tropicales modernes dans toute leur diversité – dancehall, grime, afrobeats, tropical bass, UK house, club music, jungle, ghetto funk… Avec l’arrivée du printemps, les voici enfin de retour au grand complet, le temps d’un Samedi (25 mars, à 23h) Pimenté exceptionnel au Drak-Art qui s’annonce propice aux pas de danse chaloupés. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, on retrouvera au line-up, aux côtés des dix DJs du Ministère, l’excellent DJ Mellow (en photo), co-fondateur du label bruxellois Lowup et spécialiste incontesté des rencontres entre bass music et sonorités afro-caribéennes, ainsi que BJF, jeune recrue du très bon blog musical Couvre x Chefs et des soirées Plage Club de Nancy qui se chargera pour sa part du warm-up de la soirée.

Continuer à lire

Soirées : les Mercredis Pimentés passent en mode mensuel

MUSIQUES | Après trois années intensives à raison d’une soirée par semaine, les Mercredis Pimentés passent désormais au format mensuel. Amateurs d’ambiances décontractées en (...)

Damien Grimbert | Jeudi 15 septembre 2016

Soirées : les Mercredis Pimentés passent en mode mensuel

Après trois années intensives à raison d’une soirée par semaine, les Mercredis Pimentés passent désormais au format mensuel. Amateurs d’ambiances décontractées en plein air, de rythmes électro tropicaux chaloupés et de sélections éclectiques, rendez-vous les mercredis 21 septembre, 12 octobre, 16 novembre et 14 décembre, au Canberra sur le campus.

Continuer à lire

Les soirées de l’été à Grenoble

MUSIQUES | Où danser cet été ? Plusieurs choix s’offrent à vous. Les voici.

Damien Grimbert | Mardi 5 juillet 2016

Les soirées de l’été à Grenoble

La Bobine maintient ses apéro-mixes du mardi tout l’été avec une programmation aussi riche que diversifiée. À ne pas manquer non plus, les deux barbecues-mixes en journée les dimanches 24 juillet (Dub on The Beach) et 28 août (Garden Boogie). Les Mercredis Pimentés restent actifs au Canberra (sur le campus) pendant tout le mois de juillet, avec notamment le crew strasbourgeois cosmopolite Caterva en renfort des Narco Polo le 13, et une soirée réunissant tous les crews résidents le 27. Le bar de la Belle électrique accueillera le collectif de turntablists Downtown Mayhem à deux reprises les vendredis 8 et 29 juillet, mais également les filles du Grenoble Mixing Girls Club le vendredi 22 juillet. Le Drak-Art propose encore quelques soirées les 8, 9, 13 et 16 juillet, avant de clôturer sa saison avec la fameuse Maliboule Pool Party d’Eddy Rumas le samedi 30 juillet. Au programme : barbecue, pétanque, piscine et sound-system en plein air de 15h à 22h, suivi d’une bass party en intérieur jusqu’au petit matin ! Le Mark XIII ne restera

Continuer à lire

Les neuf vies de Teki Latex

MUSIQUES | Rap, pop, musiques électroniques… Depuis plus d’une quinzaine d’années, Teki Latex évolue sans relâche aux intersections les plus excitantes entre culture populaire et niches underground futuristes. Il sera au Vertigo ce vendredi.

Damien Grimbert | Mardi 24 novembre 2015

Les neuf vies de Teki Latex

S’il reste avant tout connu du grand public pour son activité au sein du du trio rap TTC, du label Institubes et son duo pop avec Lio (Les Matins de Paris), Teki Latex ne s’est pas arrêté en si bon chemin pour autant. Créateur en 2009 aux côtés de son ami Orgasmic du label parisien Sound Pellegrino, devenu rapidement une référence de premier plan pour les amateurs de "club music" non formatée, il est aussi le fondateur et animateur depuis maintenant deux ans de l’émission Overdrive Infinity, qui accueille chaque semaine sur Dailymotion quelques uns des DJs les plus passionnants du moment. Également impliqué au sein de la florissante scène Ballroom parisienne en tant que sélecteur musical pour le crew de danseurs vogue Legendary House Of Ninja et résident de la radio Rinse France à ses heures perdues, il est avant tout devenu un DJ club audacieux

Continuer à lire

Fiesta tropicale avec Ghislain Poirier

MUSIQUES | Le pionnier montréalais des fusions afro/éléctro/caribéennes vient faire "bouncer" le Canberra.

Damien Grimbert | Mardi 22 septembre 2015

Fiesta tropicale avec Ghislain Poirier

Si de nombreux artistes réunissent aujourd’hui dans leur DJ set rap, électro, dancehall, soca et bass music sans que personne n’y trouve rien à redire, c’est en grande partie grâce au travail de défrichage forcené d’une poignée de précurseurs officiant sans relâche depuis maintenant plus d’une dizaine d’années. Infatigable DJ/producteur originaire de Montréal, le Québécois Ghislain Poirier fait partie de ces pionniers. Après avoir fait ses premiers pas dans le versant le plus expérimental des musiques électroniques à l’orée des années 2000, puis évolué quelque temps dans l’univers de l’abstract hip-hop underground au sein du renommé label Chocolate Industries, Poirier commence à trouver son rythme de croisière au milieu des années 2000 en lançant dans sa ville natale les fameuses soirées Bounce le gros où s’entrechoquent hip-hop, ragga, grime crunk et favela funk dans un joyeux bordel lourd en basses. C’est d’ailleurs peu ou prou autour de ce même modèle que le producteur va construire ses deux premiers albums pour le label Ninja Tune (No Ground Under en 2007, puis Running High en 2010), ainsi qu’une poignée d’EPs d

Continuer à lire

Les soirées de juin

MUSIQUES | Zoom sur cinq temps forts des nuits grenobloises.

Damien Grimbert | Mardi 2 juin 2015

Les soirées de juin

Adana Twins Pour fêter ses 18 années d’existence, le Vertigo a eu la bonne idée d’inviter le duo de Hamburg Adana Twins, qui nous avait déjà rendu visite au Bar MC2 il y a un peu plus de deux ans. Signés sur le très bon label berlinois Exploited Records, Take It Easy & Friso sont les auteurs d’une house volontiers deep et néanmoins redoutable d’efficacité, qui englobe toutes les caractéristiques du son berlinois (propre, léché, minimaliste), mais sait également s’ouvrir à des influences plus souples à l’occasion, le duo cultivant en parallèle un amour de longue date pour les sonorités groove, funk, hip-hop et tropical. Les 10 ans du Vertigo avec Adana Twins, vendredi 12 juin au Vertigo

Continuer à lire

Deux ans et tous ses piments

MUSIQUES | L'incontournable soirée hebdomadaire du mercredi fête ses deux ans avec l’intégralité des résidents du Canberra aux platines.

Damien Grimbert | Lundi 27 avril 2015

Deux ans et tous ses piments

Apparus sans crier gare au printemps 2013, les Mercredis pimentés se sont rapidement imposés comme la soirée incontournable du milieu de semaine à Grenoble. Il faut dire aussi que ses atouts ne manquent pas : un cadre idyllique en plein air (l’immense terrasse en hauteur du Canberra, qui jouxte la piscine du campus), un sound-system au son à la fois propre et massif et quatre équipes de DJs se passant le relais de semaine en semaine pour diffuser une sélection musicale rafraîchissante (dancehall, tropical, grime, bass music, afrobeats, jungle, cumbia, jersey club, reggaeton, UK house, ghetto funk, électro-swing et on en passe). Toutes les conditions étaient donc réunies pour aboutir à une ambiance à la fois chaleureuse, festive et décontractée. Après un premier anniversaire qui avait déjà mis la barre très haut l'an passé, ce second mercredi 29 avril promet de battre de nouveaux records : BBQ light-shows, fumée, lance-flammes, concours en tout genre (limbo, street-golf, twerking…), et bien sûr l’intégralité des résidents du lieu aux platines.

Continuer à lire

Des filles et du fun

MUSIQUES | Pour fêter la sortie de l’EP Seattle du duo house nantais Oxxa & Mac Fleury et l’arrivée sur le label du Lyonnais Jeanne (pop, électro, nu disco), (...)

Damien Grimbert | Mardi 17 juin 2014

Des filles et du fun

Pour fêter la sortie de l’EP Seattle du duo house nantais Oxxa & Mac Fleury et l’arrivée sur le label du Lyonnais Jeanne (pop, électro, nu disco), Carton-Pâte Records revient au Drak-Art avec une Release Night Extended au plateau majoritairement féminin. Aux côtés des artistes précités, on y retrouvera ainsi l’excellente DJ Rescue de Chica-Chic, résidente des soirées Go Bang! à la Bobine, et le très en vue trio Girls Girls Girls composé des DJs Piu Piu, Betty Bensimon et ChChChen. Collectif artistique parisien multi-facettes formé fin 2011 et oscillant entre mode, photographie, graphisme, vidéo et organisation de soirées, Girls Girls Girls s’est surtout fait remarquer ces derniers temps par ses DJs-sets de haute volée, la personnalité musicale de chacune des participantes permettant d’aboutir in fine à une complémentarité stylistique des plus rafraîchissante. À la fois chanteuse et DJ redoutable, Piu Piu oscille ainsi entre ghetto house, juke, bass, jersey club, rap et techno pure et dure, tandis que ChChChen, résidente des soirées rap de Brodinski à Paris, se démarque par ses sets hip-hop et R’n’B, enrichis

Continuer à lire

Pas de repos pour les braves

MUSIQUES | Si jusqu’à présent, la vie nocturne grenobloise entrait dans une phase d’hibernation prolongée passé la mi-juillet, cette année s’annonce enfin un peu différente, (...)

Damien Grimbert | Jeudi 11 juillet 2013

Pas de repos pour les braves

Si jusqu’à présent, la vie nocturne grenobloise entrait dans une phase d’hibernation prolongée passé la mi-juillet, cette année s’annonce enfin un peu différente, grâce à l’acharnement d’une poignée d’organisateurs valeureux. On citera ainsi le team des Mercredis Pimentés (en photo), qui continuera d’inonder de ses sonorités tropicales, dancehall et bass music la terrasse du Canberra tous les mercredis de l’été à l’exception du 14 et du 21 août ; le collectif Soul Gang, qui proposera trois nouvelles éditions de ses Dynamita’s Roller Parties les mercredis 17 juillet, 7 août et 21 août à l’Anneau de Vitesse… Mais aussi l’équipe de la Bobine, dont les apéro-mixes du mardi accueilleront en juillet les DJs Sebic le 23, et Space Jockey - Aka Atso le 30, et en août Drexl & Arms’D le 6, Goodka le 20, et Little Tune & Matt Tracker le 27. À ne pas manquer enfin, les Piknics Electroniks

Continuer à lire

Contre-soirées

MUSIQUES | Grenoble bouge, la nuit aussi. Éphémères, hebdomadaires ou quotidiennes, de nouvelles soirées et de nouveaux lieux se sont installés en ville. À partir de 17h jusqu’à très tard dans la nuit ; autour d’un verre, sur la piste de danse ou à l’air libre, des nouveaux rendez-vous ont illuminé nos nuits cette année. On en a sélectionné trois. Charlotte Haas

Aurélien Martinez | Lundi 27 mai 2013

Contre-soirées

Hold Up Ladies Apéro-mix sur concept-soirée : Dior, Soon et Stéphanie, âgées de 25 à 35 ans, ne font pas les choses à moitié. Pour l’organisation de leurs événements axés sur le mélange des styles, les trois drôles de dames fonctionnent au coup de cœur. En mai, pour leur toute première soirée au bar le DiFérent (photo), elles ont fait appel aux talents du collectif de DJs grenoblois Up Tight, qui possède une collection impressionnante de morceaux allant du rockabilly au jazz, funk, reggae ou même la soul. Rien d’étonnant alors quand elles nous confient qu’elles sont animées par une volonté farouche de promouvoir la scène grenobloise, musicale – et plus largement artistique. Si vous aimez les soirées conviviales, passer du bon temps à discuter en terrasse ou au bar autour d’un verre mais si vous avez aussi envie de vous éclater sur le dance-floor à danser le swing ou le rock’n’roll, seul ou à plusieurs, alors ne manquez pas la prochaine Hold Up Ladies. Horaires : En fonction du lieu (prochaine soirée non encore programmée)Les plus

Continuer à lire

Déferlante tropicale

MUSIQUES | Le problème à Grenoble, pour peu qu’on s’intéresse un minimum aux musiques dansantes et qu’on dispose d’une connexion internet, c’est qu’on en arrive (...)

Damien Grimbert | Vendredi 5 avril 2013

Déferlante tropicale

Le problème à Grenoble, pour peu qu’on s’intéresse un minimum aux musiques dansantes et qu’on dispose d’une connexion internet, c’est qu’on en arrive rapidement à cet implacable constat : ce sont encore et toujours les éternels mêmes styles musicaux qui tiennent le haut du pavé. D’où l’intérêt d’un projet comme Les Mercredis Pimentés, qui propose, à compter de ce mercredi au Canberra (le bar de la piscine du Campus), de mettre en avant de façon hebdomadaire des genres encore sous-représentés comme la cumbia, l’african beat, la tropical bass ou encore le UK garage. Début des hostilités dès ce mercredi de 17h à 1h avec le duo de choc Narco Polo (photo), composé de Missa et Klaus Barf, auquel succèderont les semaines suivantes Velasquez et MotorHaze (le 17 avril), Selecta Lox et MC Flow du Bassroom Sound (le 24 avril) et enfin la « Mercredis Pimentés Team » featuring Matt Tracker (le 15 mai). Une initiative bienvenue qui devrait, le retour des beaux jours arrivant, engendrer un bel engouement chez les amateurs de musiques novatrices et ensoleillées ! Damien Grimbert

Continuer à lire