Le (Youngblood) brass band revisité

MUSIQUES | Fort de ses dix membres et d'une discographie imposante (sept albums studio), le Youngblood Brass Band revient faire danser l'Europe (et la Belle électrique ce jeudi). Un peu de jazz, beaucoup de hip-hop et de funk pour une émeute musicale et groovy, seulement.

Gabriel Cnudde | Mercredi 28 septembre 2016

Photo : Tim Collins


On dit souvent que la musique suit un cycle, une boucle qui la ramène sans cesse à ses origines. Le regain d'intérêt pour les brass bands, ces orchestres de cuivres et de percussions, confirme cette théorie. Avec le Youngblood Brass Band, ce retour aux sources est couplé à une quête permanente d'originalité. Depuis sa création dans un lycée de l'Oregon, en 1994, celui qui fut un temps appelé le One Lard Biskit Brass Band n'a de cesse de mêler à ses instruments à vent des inspirations musicales aussi diverses que variées.

Bien évidemment, les dix musiciens du Youngblood Brass Band vont d'abord puiser dans la culture jazz des marching bands de la Nouvelle-Orléans : une rigueur militaire, une caisse claire percutante et une composition finalement assez classique. Tout y est. Pourtant, on est loin des Eureka Brass Band ou autre Olympia Brass Band. Pourquoi ? Tout simplement parce que D.H. Skogen et sa bande ont décidé de rajouter au jazz un mélange audacieux de hip-hop, de funk et de rock.

Humains après tout

Un cocktail détonnant qui passe d'abord par le sousaphone de Nat MacIntosh, ce gros tuba-contrebasse qui groove un poil plus qu'une contrebasse classique. Ajoutez à cela le flow surpuissant de Skogen qui balance les mots avec une énergie rare et vous obtenez une musique inclassable, que le groupe a lui même décidé de ranger sous l'étiquette "riot jazz".

Et c'est vrai qu'en les écoutant, on a envie de sauter partout, de taper contre les murs et d'hurler tout ce qui nous passe par la tête. C'est bien là le genre de fanfare que l'on souhaiterait croiser dans les rues grenobloises pour égayer notre journée. Avec ce Rage against the machine sans machines, justement, on redécouvre la puissance d'un ensemble d'instruments qui jouent à l'unisson.

Ici, c'est avant tout la complicité des hommes sur scène que l'on ressent. La musique est un cycle et avec le Youngblood Brass Band, elle revient à quelque chose de moins électronique, de plus humain. Avec eux, jamais le cuivre n'aura été si précieux.


Youngblood Brass Brand + Balani Sound System


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Youngblood Brass Band

MUSIQUES | Un groove hip hop et funk, un esprit punk et une touche jazzy-soul pour la forme, voici Youngblood Brass Band, une fanfare moderne d’excités du biniou (...)

François Cau | Lundi 6 avril 2009

Youngblood Brass Band

Un groove hip hop et funk, un esprit punk et une touche jazzy-soul pour la forme, voici Youngblood Brass Band, une fanfare moderne d’excités du biniou originaires du Wisconsin. Les neuf compères affichent ouvertement leurs influences, de Fugazi à Stevie Wonder en passant par The Coltrane Quartet. Divisé en 2 fractions complémentaires (trois percussionnistes qui cognent comme des sourds et six cuivres qui donnent absolument TOUT sur scène), ce cortège de prodiges n’a qu’un seul et même but : festoyer en faisant monter rapidement la température corporelle de son public. YBBB possède un don, celui de l’énergie communicative ; une aptitude qui évoque (pour le moins) l’état d’esprit live d’un James Brown punk-isé qui se serait mis au hip hop. Ce vendredi 10 avril à 21h à la Maison de la Musique de Meylan.

Continuer à lire