Joyeux anniversaire Posthume Records !

MUSIQUES | Le label grenoblois célébrera ses quinze ans vendredi au bar de la Belle électrique avec une soirée gratuite.

Damien Grimbert | Lundi 31 octobre 2016

Photo : llooo


Pour fêter en beauté ses quinze ans d'existence, le label grenoblois Posthume Records (dont on vous dressait en début d'année le portrait du fondateur Steph Hibou) organise ce vendredi 4 novembre une soirée d'anniversaire au bar de la Belle électrique.

Créé en 2001 et initialement orienté autour de la techno hardcore, ce dernier s'est ouvert au fil des années et des sorties (près d'une cinquantaine à ce jour) à une multitude d'influences (dark ambient, trip-hop, downtempo, électro, synth-pop, expérimental…) tout en gardant une prédilection pour les ambiances sombres et mélancoliques. Comme en témoigne d'ailleurs la très bonne compilation rétrospective Posthume Records - Anthology (2001 - 2016), disponible en libre téléchargement sur le site du label.

Aux côtés de Hibou, qui délaissera pour l'occasion son fief de La Mezzanine (un bar cours Jean Jaurès) pour officier aux platines, on retrouvera également son projet collaboratif avec Miss Keephic Strangeries Of Love (en photo), un live du toujours excellent Lokom, ainsi que des DJ-sets des Sudistes Leeloo Hardcoholics et Virtualian.


Posthume Records - 15 years party celebration

Leeloo Hardcoholics + Strangeries of Love + Virtualian + Lokom + Hibou
Bar-restaurant de la Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

GUIDE URBAIN | Il y a mille façons de célébrer la nouvelle année. Si vous êtes adepte des boums dans le salon d’un ami ou de repas en petit comité dans la salle à manger d’un autre, on vous laisse vous débrouiller. Par contre, si l’envie vous prenait de vous mêler à des inconnus dans un bar, une boîte ou une salle de spectacle, on a ce qu’il vous faut. Bonne soirée.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

Un before avec les Barbarins fourchus « Un show bouillant pour un before 2017 débridé qui vous mettra en bonne marche vers votre soirée de la Saint-Sylvestre » nous assurent les fameux Barbarins fourchus. Rendez-vous donc de 20h à 22h30 dans la très modulable Salle noire du collectif musical (mais pas que) grenoblois pour « un set rock’n’roll endiablé, des années 1950 à nos jours ». Libre à vous ensuite de célébrer minuit avec de la musique plus actuelle. 15€ Attention, jauge limitée. Réservations : 06 16 82 87 78 ________ Du clubbing au Vertigo Un 31 décembre dans l’une des boîtes les plus mythiques de Grenoble (nichée en plus en plein centre-ville, ce qui est pratique pour rentrer chez soi) ? Pourquoi pas. « Au programme, et comme le veut la tradition : cotillons, musique festive, petit-déjeuner à l'aube avec café et viennoiseries. » Tout ça de 23h30 jusqu’à 9h du matin. Alors on danse ? Entrée : 10€ avec une consommation offerte. Vestiaire obligatoire (2€). Réservati

Continuer à lire

Steph Hibou, oiseau de nuit

ACTUS | Animateur radio, DJ, producteur, organisateur de soirées, directeur de label, photographe, réalisateur, patron de bar… En activité depuis l’aube des années 1990, Steph Hibou est sûrement l’un des secrets les mieux gardés de tout Grenoble. Sans doute parce qu’il a compris mieux que personne qu’on n’évoluait jamais aussi librement que dans l’obscurité. À l’occasion des quinze ans de son label Posthume Records, rencontre avec un activiste aussi discret que passionné. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Mardi 2 février 2016

Steph Hibou, oiseau de nuit

Dans le milieu culturel grenoblois, il y a ceux qui font beaucoup de bruit et ceux qui préfèrent rester tapi dans l’ombre pour mieux construire sur le long terme. Assurément, Steph Hibou fait partie de la deuxième catégorie. Passionné par la musique gothique qu’il découvre au feu Magic de Fontaine, il lui dédie à partir de 1990 Black Planet, une émission thématique sur Radio Kaléidoscope (RKS pour les intimes). Avec l’arrivée des premières raves dans la région en 1992, il décide de s’ouvrir à cette nouvelle sphère musicale en scindant son émission en deux : d’un côté Black Planet pour les sonorités gothiques, EBM et indus, et de l’autre White Planet, plus axée rave et techno. Rapidement, l’émission se met à accueillir les premiers DJs techno de la région, tandis qu’Hibou s’initie lui-même à cette discipline, d’abord par le biais des « jeudis gothiques » organisés au Dock, puis en écumant progressivement les soirées de la région. Encore rassemblées sous l’étiquette généraliste « rave music », les musiques électroniques ne vont pas tarder à se spécialiser, permettant ainsi au jeune DJ de se découvrir, par l’intermédiaire de l’artiste Belge Liza

Continuer à lire

Le Verdouble : hymnes au bourdon

MUSIQUES | L'instrument de prédilection du duo ? La vielle à roue. En découle une musique à placer aux confins du noise, du drone, du psyché et des musiques traditionnelles.

Damien Grimbert | Mardi 2 février 2016

Le Verdouble : hymnes au bourdon

En musique comme ailleurs, il est parfois utile de remettre un peu à plat les idées toutes faites. On a ainsi souvent tendance, par facilité ou manque d’imagination, à associer la transe aux musiques électroniques, l’expérimentation au domaine du rock et les musiques traditionnelles au folklore. Jusqu’à ce que certains groupes comme Le Verdouble viennent brusquement semer le trouble dans ces raccourcis hâtifs. Duo composé de deux vielles à roue amplifiées (un instrument à cordes frottées dont l’usage remonte au Moyen Âge), Le Verdouble est ainsi l’auteur d’une musique expérimentale qui transporte dans un état de transe par le biais d’instruments traditionnels. Retraçant une filiation inavouée entre noise, drone, minimalisme, psychédélisme et musique médiévale, le groupe créé par Yvan Etienne et Yann Gourdon (également membre de nombreuses autres formations de haut vol comme le trio France, qu’on avait pu découvrir au 102 il y a un peu plus d’un an) s’insère d’ailleurs au sein d’une scène musicale plus large dédiée à « replacer la tradition au présent », réunie au sein du passionna

Continuer à lire