Annulation du concert de Salif Keita à la Belle électrique

Aurélien Martinez | Mercredi 9 novembre 2016

Photo : Photo : Thomas Chene / Art : Iemza


Le concert de Salif Keita initialement prévu le mercredi 16 novembre à la Belle électrique ne pourra être assuré par l'artiste. Comme nous en informe la salle, Salif Keita a été invité, en tant que haut dignitaire de la culture malienne, à donner un concert à Marrakech dans le cadre de la COP 22 qui s'y tient en ce moment.

Une date de report est actuellement en cours d'étude. Les personnes ayant acheté un billet seront remboursés.

Pour toute question, merci de vous tourner vers le service billetterie de la Belle électrique ou d'écrire à contact@la-belle-electrique.com.


Salif Keita Acoustique - ANNULÉ


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

ACTUS | Comme chaque année en décembre, tout le monde se demande quoi mettre à qui sous le sapin. Laissons à nos confrères les suppléments en papier glacé vantant les mérites de produits high-tech capables de vider un porte-monnaie en deux secondes et autres biens de consommation qui en jettent une fois le papier déballé mais n’ont plus aucune utilité dès le 26 décembre, et optons pour une sélection 100% immatérielle à base de spectacles et de concerts. C'est cadeau !

La rédaction | Mardi 6 décembre 2016

Notre sélection de concerts et spectacles à offrir à Noël

Jeff Mills Pour les vétérans de l’électro Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artiste inspiré et figure historique de la scène techno de Détroit. Avec sa création atypique de 2014 baptisée Planets, il a réinterprété l’une des partitions les plus célèbres du répertoire symphonique classique (Les Planètes de l’Anglais Gustav Holst, composée il y a un siècle) pour un voyage dans le système solaire (d’où le titre) en dix mouvements. Et autant (voire plus) d’émotions, comme « le mélange du classique et de la musique électro produit toujours des résultats inattendus » selon lui. On le croit sur parole. À la MC2 vendredi 31 mars De 10 à 29€ ______ Julien Doré Pour les amateurs de chanson française à tendance hipster On a toujours regardé avec intérêt Julien Doré, même s’il y a toujours eu un petit quelque chose en lui qui ne nous convainquait pas totalement – son personnage de dandy adepte des références

Continuer à lire

Salif Keita : bonne acoustique

MUSIQUES | L'immense chanteur malien vient parcourir son riche répertoire de musique traditionnelle mandingue à la Belle électrique, pour une soirée acoustique forcément magique. À cette occasion, on remonte le fil de son histoire.

Sébastien Broquet | Mardi 8 novembre 2016

Salif Keita : bonne acoustique

Mise à jour : mauvaise nouvelle, le concert est annulé ___ Au début des années 1980, un vent de fraîcheur souffle sur l'hexagone : les radios deviennent libres, Jack Lang annexe le ministère de la culture et des nouveaux médias issus de l'underground explosent – Actuel en tête. Pour nourrir cette décennie bien plus intense et créative qu'on ne le dit, beaucoup de protagonistes ouvrent grand leurs yeux et leurs oreilles vers les autres continents, se détachant ainsi des modes londoniennes ou new-yorkaises. La sono mondiale se révèle aux yeux de l'Occident et nombre d'artistes venus d'Afrique, des Antilles et d'Amérique latine traversent les océans pour propager groove et messages post-coloniaux. Parmi eux, le Malien Salif Keita, qui s'installe à Paris. Un albinos doublement rejeté car rompant la tradition en devenant chanteur, lui qui est issu d'une famille princière descendant directement du grand empereur mandingue Soundiata Keita. DE L

Continuer à lire

Jazz à Vienne 2015 : la programmation

MUSIQUES | La programmation de Jazz à Vienne ? Du classique jamais trop classique, des habitués qui prennent le temps de se changer, des têtes d'affiches de tous ordres. Bref, Vienne tel qu'en lui même : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mardi 24 mars 2015

Jazz à Vienne 2015 : la programmation

Après un premier vrai-faux départ sous forme d'Extra Night avec Pharrell Williams, c'est en mode pas moins happy que va débuter cette année Jazz à Vienne le 26 juin avec un week-end aux accents carnavalesques de la Nouvelle Orléans : de la légendaire figure locale Allen Toussaint au Dirty Dozen Brass Band et à la fascinante et prometteuse Leyla McCalla. En passant, on serait tenté de dire "bien sûr", par Dee Dee Bridgewater qui, après avoir gratifié Vienne de tout le spectre esthétique de la black music, revient en compagnie du New Orleans Jazz Orchestra. Et puisqu'on en est à parler des habitués du festival – ceux dont on a l'impression qu'ils sont là même quand ils ne le sont pas, comme Jean-Jacques Milteau, Éric Bibb, Didier Lockwood ou Éric Truffaz – on ne peut faire l'économie d'un Marcus Miller qui, en compagnie de l'ONL, dirigé pour l'occasion par Damon Gupton, retourne aux sources musicales et géographiques du jazz – un projet au départ discographique baptisé Afrodeezia et première in

Continuer à lire

Salif Keïta : absolu mandingue

MUSIQUES | Acte de résistance puissant, marque de l’abnégation exemplaire de son auteur contre toutes les formes de rejets dont il fut victime, la musique de Salif Keïta s’élèvera cette semaine à l’Heure Bleue, dans le double cadre du Grenoble Jazz Festival et du Mois de la Création Francophone.

François Cau | Lundi 22 mars 2010

Salif Keïta : absolu mandingue

Salif Keïta, c’est l’artiste qui devrait légitimement foutre la honte à tous ces musiciens poseurs qui décrètent, les mains caressant négligemment leur jean slim, que «la musique c’est ma vie, tu vois». Né albinos dans une région malienne considérant cette donne génétique comme une malédiction, il n’échappe que de peu à la répudiation paternelle, mais subit en permanence le poids social de sa condition. Ce sera dans les champs où l’envoie son agriculteur de père pour effrayer les oiseaux (sic) qu’il s’entraîne à ce qui allait rapidement devenir sa passion, le chant. Au sortir de ses études, ne pouvant accéder au métier d’instituteur à cause de sa vue défaillante, il choisit de se tourner vers la pratique musicale – une profession réservée à la caste des griots, et très mal considérée par sa famille, descendante d’une lignée princière. Il quitte donc sa famille pour s’installer à Bamako, puis à Abidjan, vivotant d’orchestres traditionnels mandingues en formations plus tournées vers des répertoires internationaux. Identités nationales Il y affinera sa maîtrise vocale déjà bien affirmée, peaufinera son approche sans limites de l’expr

Continuer à lire