Lee Fields : « Je préfère le rythme humain aux algorithmes »

MUSIQUES | À l'heure où les modes défilent à une vitesse impressionnante, certains artistes parviennent encore à s'inscrire dans la continuité. Roi incontesté de la soul, l'Américain Lee Fields chante l'amour et l'esprit depuis la fin des années 1960 avec une chaleur et un grain inimitables. De retour avec un nouvel album baptisé "Special Night", il défendra sur la scène de la Belle électrique une musique naturelle et humaine. Entretien avec celui qui est bien plus qu'un "Little James Brown".

Gabriel Cnudde | Mardi 31 janvier 2017

Vous avez débuté votre carrière en 1969 avec le single Bewildered. Un demi-siècle plus tard, vous êtes toujours là, avec la même passion et un nouvel album, Special Night. Est-ce que votre amour de la musique est éternel ?

Lee Fields : Oh oui ! Ce domaine ne devient jamais ennuyant, jamais. C'est toujours très excitant de faire de la musique, parce qu'on est avec des gens, vous voyez. Je ressens la même chose pour la musique depuis toujours.

Les artistes avec une carrière aussi longue et riche que la vôtre sont rares. Quel est ce secret qui vous motive depuis tant d'années ? Avez-vous déjà pensé arrêter la musique ?

Dans les années 1980, j'ai un petit peu pensé arrêter. Je croyais que le genre de musique que je faisais ne plaisait plus. J'ai imaginé acheter une petite poissonnerie. Ma femme m'a alors demandé : « Qu'est ce que tu y connais en poisson ? » Je lui ai répondu : « Je ne sais pas vraiment mais ils ont bon goût ! » (Rires). Elle m'a alors conseillé de continuer à faire ce que je savais faire. C'est la seule fois où j'ai pensé faire autre chose.

Votre nouvel album Special Night a été enregistré très rapidement, en un peu plus de deux mois...

Oui, mais c'était beaucoup d'efforts consentis. Nous [avec son live band The Expressions – NDLR] voulions créer l'album que les gens avaient envie d'entendre. Nous nous réunissions dans le studio et chacun jouait quelque chose de différent, un rythme, un groove. Et avant la tombée de la nuit, tout le monde était sur la même ligne, tout le monde groovait ensemble.

Avez-vous toujours fonctionné de la sorte au long de votre carrière ?

Je fais de la musique aujourd'hui comme je le faisais au début de ma carrière. Je laisse sortir ce qui sonne naturel, ce qui est naturel. Si ça sonne réel, je garde. Je veux que ma musique sonne aussi vraie que notre conversation là, maintenant. Généralement, nos chansons viennent naturellement. Nous n'avons pas de formules. Les formules s'épuisent. Elles peuvent marcher un moment mais finissent toujours par s'épuiser. Nous, nous croyons simplement en nos instruments.

Nous pourrions jouer avec des instruments électroniques, mais ça ne nous ressemblerait pas. Nous n'y croyons pas. Nous jouons pour des humains et nous voulons qu'ils ressentent la puissance d'un orgue, par exemple. Nous préférons le rythme humain aux algorithmes, nous souhaitons être le plus proche des sentiments humains que possible. C'est le seul moyen de rester... compatissant. Nous voulons rester naturels. "Nature" est un très joli mot ! (Rires)

Puisque vous évoquez les mots, pouvez-vous nous parler de vos paroles ? À quel point sont-elles importantes pour vous ?

Les paroles sont très importantes pour la simple et bonne raison que si je m'apprête à chanter une chanson, j'ai intérêt à lui insuffler une vérité. Il y a tellement de chansons frivoles dans les médias de masse aujourd'hui... Or, la société dépend beaucoup, et ce depuis des siècles, de ce qu'elle entend et voit dans ces médias de masse. Je pense que je pourrais aujourd'hui écrire un grand tube avec des paroles légères pour me faire de l'argent, mais ce serait très égoïste de ma part.

On base notre jugement individuel sur ce qu'on voit. Nous, nous essayons de baser nos paroles sur la chose qui a survécu à l'épreuve du temps, c'est-à-dire l'amour. Car si un jour l'amour est renversé par la haine, alors nous disparaîtrons...

En vous penchant sur votre carrière, pouvez-vous identifier le moment précis où la musique a semblé être une évidence pour vous ?

Au tout début des années 1990, j'ai fait une chanson qui s'appelait Meet me tonight. C'est un blues du sud. J'utilisais beaucoup de modules différents à l'époque. J'ai conçu tout l'album tout seul dans ma cave à l'exception de deux morceaux que j'ai enregistrés dans un studio avec de vrais musiciens. Pour le reste, j'utilisais des boîtes à rythmes, des choses comme ça.

Je pensais que c'était une bonne méthode à l'époque, c'était très lucratif, je n'avais personne à payer. Mais quand je suis rentré en contact avec les premiers membres des Expressions, qui étaient à l'époque dans un groupe appelé The Soul Providers, j'ai compris que j'aimais plus que tout au monde la musique jouée par de vrais instruments. Et c'est à ce moment que j'ai compris que j'adorais la musique, que j'adorais en jouer avec des gens. J'adore ces gars, c'est une bénédiction de pouvoir jouer et voyager avec eux.

Lee Fields & The Expressions + The Mystery Lights
À la Belle électrique le samedi 4 février à 20h30


Lee Fields & The Expressions + The Mystery Lights


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Champs d'amour signés Lee Fields

Concert | Le chanteur américain de soul, véritable légende, repassera par la Belle électrique mercredi 4 juillet.

Stéphane Duchêne | Mardi 26 juin 2018

Champs d'amour signés Lee Fields

50 ans après la sortie de son premier 45 tours, Bewildered, l'Américain Lee Fields, qui retrouve la Belle électrique en ce mercredi 4 juillet après un premier passage l'an passé, fait un peu figure de dernier des Mohicans soul, le dernier témoin de cet âge d'or qui abrita Sam Cooke, Otis Redding, Marvin Gaye et le Godfather James Brown. Mais au-delà de l'aspect patrimonial, il faut bien admettre, et nous l'avons maintes fois souligné dans ces pages, que le bonhomme est encore aujourd'hui, en 2018, et à un âge canonique, une référence non seulement vivante mais vivace de son art. Comprendre : Fields, qui continue, avec son groupe The Expressions, de produire des disques avec une régularité métronomique (il rattrape le temps perdu après une longue éclipse), en remontre volontiers à tout ce qui pourrait s'assimiler à une nouvelle génération – d'ailleurs combien de "nouvelles générations" sont passées entre temps ? Parce que cette musique, que l'on n'appelle pas "soul" pour rien, n

Continuer à lire

"Special Night" : une nuit soul avec Lee Fields

MUSIQUES | Deux ans après "Emma Jean" (2014), son dernier album avec The Expressions, l'Américain Lee Fields est revenu, en fin d'année dernière, avec "Special Night" (2016). Un album complet, groovy et charmeur, porté par un prophète à la voix chaude qui érige l'amour en guide absolu de la vie quotidienne. À découvrir samedi 4 février sur la scène de la Belle électrique.

Gabriel Cnudde | Mardi 31 janvier 2017

Il y a des albums qu'on aime écouter dans certaines situations : ceux qu'on garde dans la voiture, pour les longs voyages, ceux qui sont stockés dans notre téléphone, pour courir, ou ceux qu'on conserve dans le salon, prêts à l'emploi en cas de dîner romantique surprise. Et puis il y a ceux qu'on veut conserver tout le temps près de son cœur parce qu'ils nous font un bien fou. Special Night, le dernier album de Lee Fields & the Expressions, fait assurément partie de ceux-là. On passe bien une nuit spéciale en découvrant cette soul tantôt puissante et entraînante, tantôt douce et charmeuse. On se glisse dans les draps pour s'entendre susurrer des mots doux par une voix si ronde, si chaude et si douce qu'on la préfère rapidement à notre oreiller. Lee Fields est un incorrigible amant qui chante l'amour et le glorifie comme personne. Precious love le prouve bien : tant d'amour mielleux déversé dans nos oreilles pourrait paraître sirupeux, mais c'est en réalité d'un réconfort bienvenu. Voilà ce qui fait de la soul une musique à frissons. Tout le long de cet album, Lee Fields et ses musiciens, qui respirent en harmonie avec leurs instruments,

Continuer à lire

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Panorama rentrée 2017 | Les prochains mois, il y aura du bon, voire du très bon, à écouter dans les salles grenobloises et de l'agglo. On vous détaille nos coups de cœur.

La rédaction | Mardi 3 janvier 2017

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Yael Naim et le Quatuor Debussy À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) sont tombés en amour. D'où l'idée de prolonger cette expérience de manière plus durable et plus travaillée. La chanteuse et le quatuor baroque ont donc lancé une tournée qui revisite avec douceur – et les arrangements du Debussy – le répertoire passé et présent de la franco-israélienne. Grâce lumineuse et cordes sensibles garanties. À la Rampe (Échirolles) Jeu 12/01 et ven 13/01 _______ Camera Les années 1970 inspirent plus que jamais les artistes d'aujourd'hui et ce ne sont pas les Berlinois de Camera qui diront le contraire. Figure de proue de la renaissance du krautrock, ce genre tombé aux oubliettes pendant de longues années, le trio guitare-clavier-batterie n'a rien de conventionnel. Il épr

Continuer à lire