Monsieur Crâne et Mulan Serrico, mauvais esprits

Concert | Ces deux artistes originaux, adeptes du lo-fi synthétique, seront ​vendredi 10 mars en concert au Fréquence Café. On vous les présente.

Damien Grimbert | Mardi 7 mars 2017

À contre-courant de la débauche de moyens de production permise par la démocratisation des technologies modernes, certains artistes préfèrent miser sur un minimalisme lo-fi synthétique plus brut de décoffrage, sans doute plus en phase avec leurs aspirations artistiques. S'ils possèdent évidemment chacun leur univers propre, Monsieur Crâne (photo) et Mulan Serrico, tous deux affairés en parallèle dans une multitude de side-projects (Strasbourg et Lonely Walk pour le premier, MACON, Murer Sports et Spor Tranquil pour le second), n'en puisent pas moins leur inspiration dans le même bain d'influences 80's.

Quelque part entre minimal wave, synth-punk et early electronics, leurs compositions franches, rugueuses, froides et revêches servent avant tout d'écrin dépouillé à une certaine forme de misanthropie pince-sans-rire scandée sur un ton neutre. Loin des postures cyniques désabusées ou du chantage à l'émotion tiède, leurs entêtantes rengaines déshumanisées semblent au contraire servir d'exorcisme collectif à un air du temps passablement anxiogène, comme s'il fallait peut-être surenchérir de froideur pour mieux échapper au spleen ambiant. Concentré vivifiant de sonorités rêches et mal peignées, leur musique mérite quoi qu'il en soit amplement le détour.

Monsieur Crâne, Mulan Serrico et Lynhood
Au Fréquence Café ​vendredi 10 mars à 20h


Monsieur Crâne + Mulan Serrico + Lynhood


Fréquence Café 1 rue Expilly Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Chanson, punk & synthés avec Maria Violenza

Concert | C’est un chouette plateau qui se réunira mardi 17 septembre à 19h au Café du Nord, à l’initiative d’une petite bande de passionnés tout entière dévouée à la cause (...)

Damien Grimbert | Mardi 10 septembre 2019

Chanson, punk & synthés avec Maria Violenza

C’est un chouette plateau qui se réunira mardi 17 septembre à 19h au Café du Nord, à l’initiative d’une petite bande de passionnés tout entière dévouée à la cause underground. Aux côtés du rap "hors-catégorie" des Chevals Hongrois et de la minimal wave lo-fi et rugueuse de Mulan Serrico, on pourra ainsi (re)découvrir sur scène les hymnes punk synthétiques addictifs de la chanteuse, originaire de Palerme, Maria Violenza. Composés à l’aide de… pas grand-chose (une boîte à rythmes, un synthé et un looper), les petites perles dépouillées qui ornent son album Scirocco, sorti en décembre dernier sur le label genevois Kakakids Records, marquent en effet par leur impact immédiat sur l’auditeur, portées par le charisme à la fois acide et tendre d’une chanteuse qui donne à peu près tout ce qu’elle a sur chaque morceau (Crying over you, La Ballade de l’indifférence…). Un conseil enfin pour ceux qui souhaiteraient en profiter : venez tôt, la visibilité de la scène n’étant malheureusement pas le point fort du lieu.

Continuer à lire

Danse dans l’ombre avec Boy Harsher

Concert | Dimanche 3 décembre au Ciel (qui rouvrira exceptionnellement pour l'occasion), on a rendez-vous avec un étrange jeune duo américain. On fait les présentations.

Damien Grimbert | Mardi 28 novembre 2017

Danse dans l’ombre avec Boy Harsher

Auteur d’une pop synthétique à la fois dansante, mélodique et torturée venant puiser ses influences dans le versant le plus sombre de la musique des années 1980 (cold wave, indus, drone, noise et EBM), Boy Harsher évolue dans un créneau musical déjà passablement défriché ces dix dernières années. Pour autant, ce qui fait toute la force de ce jeune duo américain formé en 2013 à Savannah, dans le sud des États-Unis, et désormais relocalisé dans le Massachusetts, c’est justement sa capacité à s’approprier cet univers comme si personne ne l’avait jamais fait avant lui, conférant de fait à sa musique une intensité et une puissance d’évocation assez stupéfiantes au regard de la frugalité des moyens à sa disposition. Hypnotiques et entraînantes, les compositions synthétiques minimalistes de Gus Muller, couplées au chant vaporeux de Jae Matthews, happent ainsi l’auditeur de leurs trois sorties discographiques dans un univers sonore hanté et mélancolique d’une amplitude assez impressionnante, déclinant avec subtilité une myriade de microclimats et d’atmosphères au fil des différents morceaux. Un mot pour finir sur le

Continuer à lire