Bonne "Confusion" au Vieux Manoir avec David Carretta

Damien Grimbert | Mardi 10 octobre 2017

S'il est avant tout connu pour sa programmation musicale "généraliste" apte à séduire le chaland en virée nocturne, le Vieux Manoir semble depuis quelque temps s'ouvrir à des sonorités plus spécifiques. Après le lancement des soirées thématiques Mystic House en 2016, c'est désormais au tour des soirées Confusion de faire leur apparition, avec une première édition ce vendredi 13 octobre marquée par un line-up des plus alléchants.

En tête d'affiche, on retrouvera ainsi au format live le Marseillais David Carretta, figure de proue de longue date du versant le plus sombre des musiques électroniques aux côtés d'artistes comme The Hacker, Terence Fixmer ou encore DJ Hell, qui fut d'ailleurs l'un des premiers à l'accueillir sur son fameux label International Deejay Gigolo en 1996. Passionné depuis toujours par les sonorités électro, techno, new beat, EBM et italo-disco, David Carretta sera accompagné pour l'occasion par ses comparses Aymeric Ponsart et Endrik Schroeder aux platines, tandis que Lucky Jules et Wayatt se chargeront du 'before' officiel de la soirée au bar le Keep It Weird d'Aymeric Ponsart.


Confusion

David Carretta + Endrik Schroeder + Aymeric Ponsart
Le Vieux Manoir 50 rue Saint-Laurent Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Confusion I

Lucky Jules + Kevin Wayatt
Keep It Weird 3 rue du Palais Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Keep It Weird fête ses trois ans ce samedi

MUSIQUES | C’est officiel : pour célébrer comme il se doit l’anniversaire de ses trois années d’ouverture, le Keep It Weird organise une grosse soirée samedi 12 (...)

Damien Grimbert | Mardi 8 octobre 2019

Le Keep It Weird fête ses trois ans ce samedi

C’est officiel : pour célébrer comme il se doit l’anniversaire de ses trois années d’ouverture, le Keep It Weird organise une grosse soirée samedi 12 octobre… en deux étapes. La première se déroulera dans l’enceinte même du bar d’Aymeric Ponsart, avec aux platines le Marseillais David Carretta, figure de longue date des musiques électroniques et spécialiste des sonorités électro, techno, italo-disco, new beat, et EBM. Comme on a déjà eu maintes fois l’occasion de vous vanter ses mérites, passons directement au deuxième volet de la soirée, qui se tiendra cette fois au Papa Club, nouveau club du complexe le Vieux Manoir dédié spécifiquement aux musiques électroniques, dont on vous annonçait l’ouverture il y a déjà plusieurs semaines. C'est l’occasion de découvrir, aux côtés du local Endrik Schroeder, le Hollandais David Vunk (photo), fondateur

Continuer à lire

« House, disco, italo, électro et techno » au menu du tout nouveau Papa Club

ACTUS | Ce samedi 14 septembre, le Papa Club, nouvel établissement de nuit dédié aux musiques électroniques, ouvrira ses portes au 52 rue Saint-Laurent, dans la partie droite du complexe le Vieux Manoir. Rencontre avec Antoine Nemoz, chargé de communication et co-directeur artistique du lieu, pour en savoir plus.

Damien Grimbert | Mardi 10 septembre 2019

« House, disco, italo, électro et techno » au menu du tout nouveau Papa Club

Sans doute plus que tout autre, le milieu de la nuit est sujet aux évolutions du temps. Et s’il n’est pas dénué d’autres qualités, à commencer par son emplacement idéal sur les quais, à deux pas du centre-ville, l’évolution, le changement et la nouveauté, ce n’est clairement pas la caractéristique majeure du Vieux Manoir. Et cela ne fonctionne pas trop mal pour les trois salles en accès libre (l’Arkange Pub, l’Ave Maria et l’Entresol, dédiées respectivement aux sonorités « rock/pop/dub/reggae, latino/reggaeton/généraliste et années 80 »), qui restent des valeurs sûres pour les fêtards désireux de prolonger leur soirée après la fermeture des bars mais qui s’avère nettement plus compliqué pour la partie payante du complexe, en perte de vitesse depuis un bon bout de temps. Et si ces dernières années ont été marquées par diverses tentatives pour redynamiser son image (on pense notamment aux soirées Mystic House, ou à la venue de pointures comme

Continuer à lire

Les trois soirées de la mi-juin

Soirées | Suivez-nous au Vieux Manoir, à l'Ampérage et à la Bobine.

Damien Grimbert | Lundi 10 juin 2019

Les trois soirées de la mi-juin

14 & 15.06.19 > Vieux Manoir Manoir Solidaire C’est le genre d’initiative qu’on ne peut que cautionner : vendredi 14 et samedi 15 juin au club le Vieux Manoir, l’entrée sera délivrée gratuitement en échange d’une denrée alimentaire non périssable (riz, pâtes, conserves…) qui sera reversée aux Restos du cœur. L’occasion rêvée de découvrir aux platines un line-up composé de quelques-unes des principales forces vives de la scène électronique locale, avec Tauceti (photo), Jissbass et Endrik Schroeder le vendredi, et Easy Tiger, Vouiz, Polaar et Sinnermen le samedi. 15.06.19 > Ampérage Subversion #7 Lancées à l’automne dernier, les soirées Subversion du collectif The Dare Night auront vu en l’espace de six éditions défiler la crème de la nouvelle scène techno, indus et EBM européenne, dans une ambiance exaltée. Pour ce septième et ultime volet en forme de bouquet final, c’est le Berlinois Inhalt der Nacht qui tiendra le haut du pavé avec un DJ-set de 3h. Également au line-up, deux lives haute intensité, l'un signé par le duo toulousain Imperial Black Unit et l'autre par

Continuer à lire

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

Sélection | Voici, si jamais un réveillon dans un appartement ne vous disait rien, une petite sélection de lieux (des bars, des clubs, des salles de spectacle…) ouverts à Grenoble le soir du 31 décembre. Alors bonne année en avance !

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

Pour danser À la Salle noire Comme chaque année, les Barbarins fourchus organisent leur « before du réveillon » (tout sera fini avant minuit) en mode « bal de fête rock'n'roll ». Une entrée en la matière parfaite (les Barbarins savent mettre l’ambiance) dans un sympathique lieu – une boîte noire entièrement décorée par leurs soins en mode bric-à-brac. 15€ Au Keep it weird Le bar grenoblois « où la musique underground est à l’honneur » dans une déco « à l’américaine » du plus chic effet (ambiance "prohibition") propose une New Year's Day party all night long très électr

Continuer à lire

Nos trois soirées pour une fin de semaine dansante

Soirées | Rendez-vous à l'Ampérage, au Vieux Manoir et au Black Lilith.

Damien Grimbert | Mardi 9 octobre 2018

Nos trois soirées pour une fin de semaine dansante

12.10.18 > Ampérage Move UR Gambettes Nées d’une envie de promouvoir la scène électronique féminine locale, les soirées grenobloises Move UR Gambettes réunissent à chaque fois aux platines Bernadette et une invitée de son choix. Après quatre éditions au Mark XIII et au Jules Verne, les voilà qui investissent désormais l’Ampérage, avec en tête d’affiche pour l’occasion la fameuse DJ berlinoise Cinthie (photo). Fondatrice de plusieurs labels de premier plan (Beste Modus, Unison Wax…) et résidente au Watergate de Berlin, cette passionnée de house music de la première heure ne devrait avoir aucun mal à trouver son public. 13.10.18 > Vieux Manoir EBM 2.0 En marge de la programmation musicale "généraliste" à laquelle il nous avait jusqu’à présent habitués, le Vieux Manoir semble désormais s’ouvrir à des sonorités plus contemporaines. Ce samedi, il réunira ainsi aux platines Kwark, Aymeric Ponsart et Lucky Jules pour une soirée EBM 2.0 dédiée, comme son

Continuer à lire

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

GUIDE URBAIN | Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de concert, boîtes, clubs…) sont là pour vous ouvrir grand les bras. Sélection.

Sandy Plas | Mardi 3 octobre 2017

Où sortir à Grenoble jusqu’au petit matin ?

L’Ampérage Musiques psychédéliques, transe, rock ou électro : l’Ampérage est la salle de concert associative où se croisent toutes les cultures. Et un point de ralliement pour tous ceux qui aiment bouger jusqu’au petit matin. Car entre deux concerts, l’endroit propose nombre de soirées marquées par un bel éclectisme. À l’image des Melting, qui permettent de sauter à pieds joints dans la culture psychédélique. 163, cours Berriat – Grenoble. Tram A, arrêt Berriat-Le Magasin. De 23h à 6h. Tarifs variables selon les soirées. Tél. 04 76 96 55 88 Le Drak-Art Amateurs de cultures alternatives, le Drak-Art est fait pour vous ! Se croisent ici une bonne partie de ce qui se fait de mieux en matière de musique techno et électro, avec des virages vers le dub et le drum and bass. Un bon mélange à apprécier sur le dancefloor qui se transforme au gré des soirées, plus ou moins intimes. Le bonus ? La fermeture à 7h du mat’, histoire de rentabiliser la soirée jusqu’au bout. 163, cours Berri

Continuer à lire

Terrasses à Grenoble : la permission de 22h ne passe pas

Vie nocturne | Alors que la municipalité grenobloise a annoncé il y a quelques semaines l’obligation pour les nouvelles terrasses de baisser le rideau à 22 heures, les gérants de bar et de restaurant s’insurgent contre ce nouveau fonctionnement.

Sandy Plas | Mardi 17 janvier 2017

Terrasses à Grenoble : la permission de 22h ne passe pas

La mesure devait débloquer le système d’attribution des terrasses en centre-ville de Grenoble. Elle est en train de provoquer une levée de boucliers de la part des bars, cafés et restaurants de la ville. Problèmes de communication ? Symbole d’une incompréhension mutuelle ? Reste qu’entre la municipalité grenobloise, Grenoble Alpes Métropole et les commerçants, il y a (une nouvelle fois) de la friture sur la ligne. Tout commence début décembre, quand la mairie annonce une modification du règlement portant sur le fonctionnement et l’attribution des terrasses. « Depuis que nous sommes arrivés à la tête de la mairie en 2014, il n’y avait pas eu de nouvelles attributions de terrasses » explique Élisa Martin, première adjointe à la Ville de Grenoble. « Nous avons fait le constat qu’il était compliqué de rester dans une situation où tout était bloqué et nous avons donc relancé la possibilité d’ouvrir de nouvelles terrasses. » Installées devant les établissements qui n’en bénéficiaient pas jusque-là, ces terrasses sont soumises à une fermeture à 22 heures. Une mesure décidée pour préserver le voisinage, comme le souligne un communiq

Continuer à lire

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

GUIDE URBAIN | Il y a mille façons de célébrer la nouvelle année. Si vous êtes adepte des boums dans le salon d’un ami ou de repas en petit comité dans la salle à manger d’un autre, on vous laisse vous débrouiller. Par contre, si l’envie vous prenait de vous mêler à des inconnus dans un bar, une boîte ou une salle de spectacle, on a ce qu’il vous faut. Bonne soirée.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

Un before avec les Barbarins fourchus « Un show bouillant pour un before 2017 débridé qui vous mettra en bonne marche vers votre soirée de la Saint-Sylvestre » nous assurent les fameux Barbarins fourchus. Rendez-vous donc de 20h à 22h30 dans la très modulable Salle noire du collectif musical (mais pas que) grenoblois pour « un set rock’n’roll endiablé, des années 1950 à nos jours ». Libre à vous ensuite de célébrer minuit avec de la musique plus actuelle. 15€ Attention, jauge limitée. Réservations : 06 16 82 87 78 ________ Du clubbing au Vertigo Un 31 décembre dans l’une des boîtes les plus mythiques de Grenoble (nichée en plus en plein centre-ville, ce qui est pratique pour rentrer chez soi) ? Pourquoi pas. « Au programme, et comme le veut la tradition : cotillons, musique festive, petit-déjeuner à l'aube avec café et viennoiseries. » Tout ça de 23h30 jusqu’à 9h du matin. Alors on danse ? Entrée : 10€ avec une consommation offerte. Vestiaire obligatoire (2€). Réservati

Continuer à lire

Aymeric Ponsart, du Mark XIII au Keep It Weird

Nouveau lieu | Le fondateur de l’emblématique bar de la rue Lakanal, qu’il a vendu en 2013, revient aux affaires près de l’Ancien palais de justice de Grenoble avec le Keep It Weird. Inauguration ce samedi 10 septembre avec The Hacker aux platines.

Aurélien Martinez | Mardi 6 septembre 2016

Aymeric Ponsart, du Mark XIII au Keep It Weird

« Keep It Weird : encore un nom compliqué ! En fait, c’est un clin d’œil à Portland, une des villes les plus créatives et underground des États-Unis dont le slogan est "Keep Portland Weird" – gardez Portland étrange, bizarre… » Voilà comment Aymeric Ponsart, fondateur de l’emblématique Mark XIII (vendu en 2013 même s’il reste propriétaire de la marque), présente sur Facebook son nouveau bar qu’il inaugurera rue du Palais, en plein centre-ville de Grenoble, samedi 10 septembre. Un retour en terres grenobloises donc pour celui qui avait quitté la ville pour « prendre du recul après 20 ans de bar musical ». Des années de pause qui l’ont notamment conduit à Portland pour essayer d’ouvrir un Mark XIII avec son associé des débuts installé aux États-Unis depuis 15 ans. Sauf que l’aventure s’est avérée compliquée à monter, même si le projet est toujours en cours… « Un cabinet de curiosités » « Pour le Mark XIII là-bas, je voulais une déco complètement européenne. Bah ici j’ai fait l’inverse ! » no

Continuer à lire

The Hacker et David Carretta vont souffler les bougies du Vertigo

MUSIQUES | Rendez-vous ce vendredi 3 juin pour la soirée des 19 ans du mythique club grenoblois.

Damien Grimbert | Mardi 31 mai 2016

The Hacker et David Carretta vont souffler les bougies du Vertigo

Histoire de fêter en beauté son 19e anniversaire ce vendredi 3 juin, le Vertigo a fait appel à deux vétérans chevronnés de la scène électronique française : le Grenoblois The Hacker et le Marseillais David Carretta (en photo). Amis de longue date et collaborateurs fréquents, les deux artistes ont émergé à peu près à la même période – deuxième moitié des années 1990 – et sorti leurs premiers EPs sur le même label – International Deejay Gigolo Records, mené de main de maître par l’Allemand DJ Hell. De quoi forger des liens solides, d’autant que leurs principales influences musicales puisent à peu de choses près dans les mêmes sources 80’s : EBM, techno et indus pour la dimension sombre, les atmosphères troubles et les rythmiques martiales, et new wave, él

Continuer à lire

Mark XIII : une page se tourne

GUIDE URBAIN | « Après 10 ans, il est temps de passer la main. » C’est officiel : Aymeric Ponsart, le fondateur du Mark XIII, a vendu l’emblématique bar de la rue Lakanal à de nouveaux propriétaires qui, il l’assure, conserveront l’esprit des lieux. On fait le point avec lui, à l’occasion de la grosse soirée d’anniversaire des 10 ans.

Aurélien Martinez | Vendredi 11 octobre 2013

Mark XIII : une page se tourne

« Musique électro, goth, indus, métal, rock, punk, et plein d'autres » : depuis dix ans, le Mark XIII est le bar référence en la matière à Grenoble. Un espace intimiste animé par la fois inébranlable d’Aymeric Ponsart en sa cause – pas forcément très populaire. Quand il nous reçoit la semaine passée, au lendemain de l’officialisation de la vente du bar, il apparaît serein, et un brin ému. Normal, le Mark XIII, c’est son bébé. Des dix ans derrière le comptoir (et parfois aux platines), il garde d’excellents souvenirs. Et une satisfaction : avoir pu faire changer les mentalités sur ce lieu dépeint par certains comme un « bar de gothiques » (ou d’autres dénominations réductrices). Alors que pas du tout, comme on l’a constamment rappelé dans ces colonnes. Les aficionados du 8 rue Lakanal ? Un public très varié, allant du simple client venant pour l’ambiance à l’amateur de musique électro. Car le Mark XIII, ce n’est pas qu’un bar. Aymeric a d’ailleurs une fierté : avoir accueilli certains DJs avant qu’ils ne deviennent des stars – Vitalic, Gesaffelstein, ou encore l’incontournable grenoblois The Hacker. Aucune amertume affichée donc de la part de celui qu

Continuer à lire

Tendance sombre

MUSIQUES | Pour fêter en beauté les dix ans du Mark XIII, le créateur du lieu Aymeric Ponsart a composé un plateau réunissant des artistes issus de trois générations (...)

Damien Grimbert | Samedi 5 octobre 2013

Tendance sombre

Pour fêter en beauté les dix ans du Mark XIII, le créateur du lieu Aymeric Ponsart a composé un plateau réunissant des artistes issus de trois générations différentes, mais partageant un amour commun pour le versant le plus sombre des musiques électroniques. Honneur aux plus anciens, on commence avec l'Italien Alexander Robotnick (photo), figure tutélaire de la scène électronique européenne issu de l'avant-garde florentine du début des années 80. Révélé au grand jour en 1983 avec le fameux tube italo-disco Problèmes d'amour, Maurizio Dami de son vrai nom va progressivement bifurquer vers les musiques ethniques, avant de retourner à ses premiers amours disco, new wave et électro il y a un peu plus d'une dizaine d'années. Un curieux parcours pour un passionnant personnage ! Place ensuite au Marseillais David Carretta, déjà présent lors du premier anniversaire du lieu, et cette fois de retour avec son acolyte Workerpoor, pour livrer un live électro/techno dark et puissant, une discipline dont il est (aux côtés de son ami

Continuer à lire

Les lois du dancing

MUSIQUES | Mesures antitabac, renforcement des contrôles de la sécurité routière, crise économique… Face aux nouvelles contraintes, les boîtes de nuit s’adaptent pour rester des lieux de fête. Tour d’horizon - non exhaustif - des discothèques grenobloises. REINE PARIS

François Cau | Vendredi 18 novembre 2011

Les lois du dancing

1h30 du matin. Le Vertigo se remplit brusquement. Cela fait vingt ans que Fred travaille dans le monde de la nuit. En experte, elle se faufile entre les tables et sert les boissons à bout de bras. Elle s’interrompt de temps en temps pour faire la bise aux habitués. Depuis 17h, elle refuse les réservations. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les effets de la crise, des mesures anti-tabac et autres lois, ne semblent pas se faire ressentir ici.  « Les gens ne viennent pas pour la déco, mais pour le service à table. On peut être dans un cube, ce qui fait tout, c’est l’accueil et la musique. Ici, on a vu naître de grands DJ », dit-elle, citant Laurent Garnier et David Guetta. « On passe de la house, quelques vieux thèmes toujours d’actualité, mais on essaie surtout de donner une éducation sur les nouveautés parce que tout le monde ne va pas à Ibiza tous les étés », s’enthousiasme-t-elle. Dans ce club qui a déjà connu plusieurs vies sous les noms du Flamand rose et de La Fièvre, les gens se pressent dès la fermeture des bars. « On est relativement bien accueilli, estime de son côté Charline, 20 ans, perchée sur son tabouret, l’air blasé. On est tranqu

Continuer à lire

Une nuit pas si noire

ACTUS | La crise a-t-elle tué les noctambules, trop fauchés pour sortir de leurs intérieurs si moelleux ? Pour le savoir, on est partis à la rencontre des gérants de bars et discothèques locaux pour recueillir leurs avis sur la question. Réponses surprenantes.

Aurélien Martinez | Vendredi 13 novembre 2009

Une nuit pas si noire

On ne vous apprendra rien : c’est la crise, depuis au moins une bonne année. De la ménagère de moins de cinquante ans à la personne âgée, en passant par l’étudiant et la majorité des travailleurs, tous nous expliquent (souvent au JT de TF1) qu’ils sont contraints de se serrer la ceinture sous peine de finir sur la paille. En s’intéressant donc au monde de la nuit en cette période morose, on s’attendait à trouver des gérants de bars et discothèques dépressifs, seuls derrière leur comptoir à attendre l’hypothétique client. Or, cette bougre alarmiste de Laurence Ferrari nous a induits en erreur : non, les Français ne sont pas tous au bord du gouffre ; oui, ils continuent à sortir, comme nous le signalent tous les patrons rencontrés au cours de cette enquête empirique. Même si évidemment, certains sont un peu moins optimistes que d’autres. « Un autre demi steuplé ! » « On a toujours été très apprécié, on n’a donc pas de soucis de ce côté-là » constate Arkange Ottaviano du Vieux Manoir, un bar-boîte de quatre salles rue Saint-Laurent. Même son de cloche au Subway où Frédéric Lachman, le gérant, « ne constate pas de réel changement dans les

Continuer à lire