Quantic, la musique en toute décontraction

Concert | « Après une tournée mondiale à guichets fermés, le prolifique producteur et multi-instrumentiste anglais basé à New York sera à Grenoble le lundi 9 juillet » annonce fièrement la Belle électrique. On vous en dit plus.

Damien Grimbert | Mardi 3 juillet 2018

Pour peu que vous ne soyez pas un spécialiste affûté des sonorités soul, funk, jazz, cumbia, salsa et bossa-nova, et que vous ayez manqué son remarqué passage au festival Jour & Nuit en 2014, il est probable que le nom de Quantic vous dise vaguement quelque chose… sans réussir à le replacer plus précisément. Il faut dire aussi que le DJ et musicien multi-instrumentiste (guitare, basse, piano, orgue, saxophone, accordéon, percussions…) semble tout faire pour brouiller les cartes.

De son Angleterre natale à la Colombie où il part s'installer en 2007, en passant par Brooklyn où il réside désormais, Will Holland de son vrai nom a en effet enregistré pas moins d'une vingtaine d'albums depuis le début des années 2000. Certains en solo, d'autres en collaboration avec des chanteuses (comme Alice Russell, ou plus récemment Nidia Góngora), et la plupart, enfin, au sein de différents groupes de sa création (Quantic Soul Orchestra, Ondatrópica, Flowering Inferno… pour ne citer que les plus prolifiques). Seule constante pour ce musicien inépuisable, un sens du groove irréprochable, et une capacité à mettre en transe chacune des scènes qu'il traverse. Parions que celle de la Belle électrique ne saurait faire exception !

Quantic + Hugo Mendez
À la Belle électrique lundi 9 juillet à 20h


Quantic + Hugo Mendez

Soul, funk, latin
La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La nuit et le jour nous appartiennent

MUSIQUES | L’exigeant et excitant festival Jour & Nuit en est à sa quatrième édition. Et à sa dernière totalement hors les murs, l’asso aux commandes (MixLab) étant celle qui va s’occuper de la Belle électrique une fois que la salle sera ouverte – en décembre. Mais parlons du présent, et de la programmation découpée en plusieurs morceaux, avec un volet concert et un autre clubbing, notamment au Boulodrome de Grenoble. Classe. Stéphane Duchêne et Damien Grimbert

Aurélien Martinez | Mardi 23 septembre 2014

La nuit et le jour nous appartiennent

Côté concerts En ouverture du festival, on opère d'emblée un saut quantique vers la Bobine entre l'Angleterre et l'Amérique du Sud, avec l'Anglais de Colombie Will Holland alias euh... Quantic donc, DJ producteur et multi-instrumentiste mélangeant électro et musiques d'Afrique, des Caraïbes et de chez lui aussi pour une sorte de trip en totale flottaison – à l'image de son album Magnetica farci de collaborations venues de partout. Le lendemain au Ciel, on ne pouvait rêver mieux qu'Isaac Delusion pour continuer dans cet esprit, avec ce qu'on pourrait appeler un groupe de décollage – ou qui, au moins, nous empêchera de réaterrir. Le duo parisien nous fait renouer avec un style qui avait pu paraître désuet, ici de nouveau au goût du jour : la dream pop, cette manière de faire flotter les mélodies sur des nappes de claviers, d'y poser à peine le voile d'une voix – qui plus est si singulière – et de réussir à faire tenir tout cela à mille coudées au-dessus du sol. Sorti en juin, le premier album

Continuer à lire