Au Black Lilith, DJ Rescue compte « revenir aux sources du clubbing »

Soirée | La grenobloise lancera ce samedi 17 novembre une série de soirées baptisée "Toute une nuit". La Fraicheur sera sa première invitée.

Damien Grimbert | Mardi 13 novembre 2018

Photo : Christophe Mauberqué


Après quinze années d'activisme passionné et sans concession en faveur du versant le plus aventureux des musiques électroniques, DJ Rescue présentera ce samedi 17 novembre la première édition de Toute une nuit, sa nouvelle résidence au Black Lilith. Un rendez-vous bimestriel orienté « techno mais pas seulement », qui inclura également post-punk, synth wave, électro old school, italo-disco, house déviante… mais surtout des valeurs de partage et de respect trop souvent absentes des dancefloors actuels.

« Avec cette soirée, j'ai envie de revenir aux sources du clubbing, que ce soit un moment de rassemblement autour d'un amour partagé de la musique et de la danse. L'idée, c'est d'avoir un public mélangé, où chacun se sente libre d'être comme il est et se sente respecté comme il est, tout en respectant les autres. Ça me ferait plaisir aussi de voir des looks extravagants ou des chorégraphies délirantes. Bref, qu'on se lâche, dans le sens positif, et pas forcément sur fond de musique étiquetée "festive" car ça pourra être assez sombre musicalement. »

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, La Fraicheur (photo), talentueuse DJ/productrice française installée à Berlin, sera l'invitée de cette première édition et défendra aux platines son premier album Self Fulfilling Prophecy, sorti au début de l'été sur Infine.

La Fraicheur
Au Black Lilith samedi 17 novembre à 23h55


La Fraicheur


Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Trois soirées pour bien commencer avril

MUSIQUES | Direction le Musée dauphinois, le Black Lilith et la Belle électrique.

Damien Grimbert | Mardi 2 avril 2019

Trois soirées pour bien commencer avril

03.04.19 > Musée dauphinois Carista C’est clairement le bon plan de la semaine : pour la clôture du festival culturel interuniversitaire Rêve(s), The Dare Night et Un Tramway Nommé Culture organisent une soirée en "open air" dans la splendide enceinte du Musée dauphinois. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, c’est l’excellente DJ hollando-surinamaise Carista (photo), résidente sur Red Light Radio et NTS, qu’on retrouvera aux platines, pour une sélection soulful à souhait entre house, hip-hop, bass music, disco et jazz. Un conseil, venez (très) tôt pour pleinement en profiter. 05.04.19 > Black Lilith Borusiade Naviguant entre « dark disco, minimal wave et house brute teintée d’acid », la DJ et productrice roumaine Borusiade, aujourd’hui installée à Berlin et sig

Continuer à lire

Mix en eaux profondes avec Debonair

Soirée | La DJ britannique sera au Black Lilith vendredi 25 janvier. Et c'est un événement.

Damien Grimbert | Mardi 22 janvier 2019

Mix en eaux profondes avec Debonair

Si elle reste encore relativement méconnue en France, la radio londonienne NTS constitue une référence ultime en Angleterre, sorte de Saint Graal incontournable pour les amateurs de musiques défricheuses venues de tous horizons. Autant dire qu’en tant que résidente de la radio depuis sa création en 2011, et directrice de sa programmation pendant ses premières années, Debonair s'y connaît rayon musiques underground. On en veut pour preuve son incroyable mix à la Tate Modern Turbine Hall en 2017, fascinante odyssée sonore à mi-chemin entre ambient, expérimental et musiques électroniques vintage, considéré par la DJ elle-même comme l’un des moments les plus marquants de toute sa carrière. Pour autant, Debi Ghose de son vrai nom n’est pas seulement une spécialiste hors pair des musiques souterraines. Derrière les platines d’un club, elle dévoile ainsi une facette nettement plus explosive de sa personnalité, embarquant les danseurs dans un véritable maelstrom d’énergie pure où s’entrecrois

Continuer à lire

Question simple de l’été #2 : que fait vraiment un DJ derrière ses platines ?

ACTUS | Il est facile d’imaginer qu’il suffit d’appuyer sur un bouton et de lever les bras pour être DJ. Or c'est un peu plus que ça, comme nous l'explique DJ Rescue, artiste de la scène grenobloise.

Nicolas Joly | Jeudi 20 juillet 2017

Question simple de l’été #2 : que fait vraiment un DJ derrière ses platines ?

« Le travail d’un DJ c’est de mixer, c’est-à-dire mélanger des sources sonores – la plupart du temps des morceaux de musique – pour créer une continuité cohérente. Selon le style du DJ, cette continuité peut raconter une histoire, être une continuité émotionnelle ou bien faire danser le public. Le DJ va donc faire s’enchaîner des morceaux différents, sans qu’il y ait de coupure ou de variation de rythme ou de tonalité entre eux. » Et concrètement ? « Il y a différentes techniques de mix. Celle que j'utilise le plus est le mix au tempo. Tout d’abord, il faut une table de mixage, avec autant de pistes que de sources sonores que l’on va employer. Ensuite, il faut un outil pour diffuser les différents morceaux. Personnellement, j’utilise un contrôleur avec 2 platines à plateau de CD et une mixette intégrée. La table de mixage est équipée d’un système de pré-écoute, ce qui me permet d’entendre le morceau au casque sans qu’il soit diffusé au public. C’est grâce à ça que je peux caler les morceaux sur le même rythme, afin qu’ils s’enchaînent de façon harmonieuse. Pour cela, j’écoute un morceau avec l’oreille gauche et l’autre avec l’oreille droite, ce qui demande

Continuer à lire

Soirées à venir

MUSIQUES | Actualité oblige, on se focalise une fois n’est pas coutume sur les soirées se déroulant cette semaine, sans omettre pour autant de vous balancer quelques news sur ce qui vous attend dans les mois à venir. Enjoy ! Damien Grimbert

François Cau | Lundi 31 janvier 2011

Soirées à venir

Pump Up The ValiumÀ ceux qui se plaignent que la musique électronique « c’est toujours pareil », on ne saurait que trop conseiller la soirée Pump Up The Valium de ce jeudi. Au programme, une série de lives sets placés sous le signe de l’ultra-violence musicale, mais également de l’originalité la plus farouche. Originaire de Barcelone, Autopsy Protocol propose ainsi un live « grindcore expérimental sombre et destructeur aux accents harsh noise », tandis que leurs collègues lyonnais Randomatik Blast et Gameboy Physical Destruction tendront respectivement vers « un breakcore obscur, puissant, précis et vocal » et « un mélange de sonorités 8-bits et de métal-hardcore ». À ne pas manquer non plus N’yo Morrison et son « rock psychédélique vintage remixé à la sauce acid hardcore » et Anti Set et son « hardcore bête et méchant » parcouru de chansons pop et de samples de films d’horreur. Et si tout ça vous semble un poil trop bruyant pour vos frêles oreilles, c’est sans doute juste que vous êtes déjà un peu trop vieux… Pump Up The Valium, jeudi 3 février au Drak-Art DJ Rescue Si l’on réserve en règle générale l’espace de cette r

Continuer à lire