Mulatu l'Éthiopien

Concert | Reconnu tardivement comme le maître de ce trésor longtemps semi-caché que fut la folie éthio-jazz, Mulatu Astatke jouit aujourd'hui d'une reconnaissance aussi mondiale que méritée. Et c'est en légende vivante qu'il se présente à la Belle électrique dans le cadre des Détours de Babel.

Stéphane Duchêne | Mardi 2 avril 2019

Photo : Alexis Maryon


Si l'on considère que Mulatu Astatke est le fondateur – disons le pionnier – de l'éthio-jazz, alors il faut savoir que cette révolution de la musique est-africaine que les compilations Éthiopiques ont ressorti de la malle au trésor au tournant des années 2000 a débuté à des milliers de kilomètres d'Addis-Abeba. Là où, au cœur des années 1960, tout se passait ou presque en matière d'avant-garde.

C'est que le dénommé Mulatu était "américain" depuis belle lurette puisque, après un passage par Birmingham pour des études d'ingénieurs rapidement abandonnées et le Trinity College of Music de Londres, le percussionniste fut le premier africain à intégrer le célèbre Berklee College of Music, le Harvard de la création musicale. La rencontre avec l'univers de Duke Ellington le conduit alors à s'interroger sur la pertinence d'un mariage entre les musiques occidentales (le jazz bien sûr, mais aussi la soul et la musique latine) et les nombreuses traditions musicales éthiopiennes.

Swinging Addis

À l'époque, tous les grands musiciens africains (comme Fela Kuti, le père de l'afrobeat) sont à New York. Et c'est depuis la Grosse Pomme que l'Éthiopien pose les bases, en 1966, d'Afro-Latin Soul volumes 1 & 2, pierre angulaire de ce qui deviendra ensuite le son...d'Addis-Abeba. Astatke y adapte ici un chant guerrier éthiopien en espagnol ; là opère le mariage de la musique éthiopienne et du rhythm & blues ; plus loin souligne les points communs entre musique latine et musique africaine, posant les bases du groove abyssinien...

L'essai sera ensuite transformé avec Mulatu of Ethiopia en 1972 (histoire de rappeler d'où vient le maître). Ce n'est pourtant que tardivement qu'il parviendra à une notoriété mondiale avec la sortie de la précitée collection Éthiopiques parue chez Buda Musique et par l'entremise du mélomane Jim Jarmusch qui, en 2005, convoque deux titres du musicien sur la BO de son Broken Flowers.

En 2013, Mulatu Astatke publiait Sketches of Ethiopia, nouvelle démonstration de son génie artistique, avant que ne soit réédité, par le label Strut, Mulatu of Ethiopia et, l'an dernier, les deux volumes d'Afro-Latin Soul. Consécration tardive mais désormais irréversible pour le maître du "Swinging Addis".


Mulatu Astatke
À la Belle électrique vendredi 5 avril à 20h


Mulatu Astatke


La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Détours de Babel 2019 en 14 concerts

Festival | C’est parti pour la neuvième édition des Détours de Babel, festival estampillé « musiques du monde, jazz, musiques nouvelles ». Soit l’occasion, pendant plus de trois semaines (du 15 mars au 7 avril), de découvrir des artistes de tous horizons et des musiques non formatées. Histoire de se repérer dans le vaste et passionnant programme, on vous livre une sélection de nos attentes à écouter à Grenoble, dans l'agglo et même, parfois, au-delà.

La rédaction | Mardi 12 mars 2019

Les Détours de Babel 2019 en 14 concerts

Traversées – Constantinople et Ablaye Cissoko Il y aura une belle teinte mandingue cette année aux Détours de Babel, pas mal de kora, et quelques Cissoko. À commencer, par ordre chronologique, par Ablaye, qui vient ici flirter avec la musique des cours persanes aux côtés notamment de Kiya Tabassian, chantre irano-canadien de la musique traditionnelle et savante venue de Perse, et grand spécialiste du sétâr, lointain cousin persan de la kora. Ablaye se produira également en solo vendredi 15 mars aux Salons de musique de la Maison de l’international. Samedi 16 mars à 19h à la salle des fêtes de Commelle et dimanche 17 mars dans le cadre du Brunch #1 du quartier Très-Cloîtres Trois lettres de Sarajevo – Goran Bregović Dans ce Sarajevo d'avant la guerre où a grandi Goran Bregović, les cultures et les religions cohabitaient avec bonheur. C'est cette Jérusalem des Balkans, ce paradis perdu du vivre-ensemble que les national

Continuer à lire

26 concerts pour parfaitement commencer 2019 (et tenir jusqu'à l'été)

Panorama de rentrée | Avec de la pop, du jazz, du rap, de l'électro, de la chanson... Suivez-nous !

La rédaction | Mardi 8 janvier 2019

26 concerts pour parfaitement commencer 2019 (et tenir jusqu'à l'été)

Flavien Berger Entre chanson javellisée, bidouillages électroniques et influences exponentielles, Flavien Berger s'est imposé comme l'une des figures de cette scène française qui se moque tellement des étiquettes qu'elle s'en colle partout – hip-hop, électro chanson, R'n'B et plus car affinités. Avec son récent album Contre-temps, successeur du déjà encensé Léviathan (qui lui avait valu d'être adoubé par Étienne Daho en personne), Berger a frappé très fort. Avec une sorte d'œuvre à contre-courant qui souffle l'air du temps. À la Belle électrique samedi 26 janvier Indianizer + L'Éclair Serait-ce l’influence des DJs et collectionneurs de disques rares des années 1960 et 1970 qui se ferait sentir ? Toujours est-il que depuis quelques années, un nombre croissant de jeunes formations européennes se plaît à orchestrer en live une fusion exaltante et inédite entre musiques tropicales, krautrock, grooves funk & disco, pop psychédélique, exotica, library music et autres vestiges musicaux méc

Continuer à lire