À plus dans le Magic Bus

Festival | Zoom sur la programmation de la 18e édition du festival prévue du jeudi 23 au samedi 25 mai.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 mai 2019

Photo : Johann Dorlipo


C'est désormais une formule immuable que propose l'association Retour de scène à l'approche de la 18e édition du festival Magic Bus : deux soirs de concerts à l'air libre sur l'Esplanade réunissant les têtes d'affiche du festival précédés d'une date à l'Ampérage en vue d'honorer la crème de la désormais incontournable Cuvée grenobloise. Où, dans ce cas, l'on pourra se familiariser avec le néo-trip-hop aux horizons élargis d'Aora Paradox, croiser Bleu Tonnerre qui réunit notamment les énergies de "Jose" Dos Santos (à mille lieues de ses Wastemen) et de Jul, ou encore s'enjailler sur le R'n'B laidback de LuLu & Young Seph.

Côté Esplanade, les têtes d'affiche du vendredi seront plus familières en les personnes de Soviet Suprem et Shantel & The Bucovina Club Orkestar, pour une soirée à forte résonance balkanique qui mettra également en avant les "folk songs" de Picky Banshees et la cumbia hip-hopisante de Sidi Wacho.

Le lendemain, la clôture de Magic Bus (et sans doute son climax) sera elle plus urbaine puisque quasi entièrement tournée vers le hip-hop : celui du Grenoblois Resca, du Sétois Demi Portion et de la tête d'affiche du soir Disiz La Peste (photo). Une dynamique que viendra tout juste infléchir l'autre grand nom de la soirée, High Tone, qui, pour son septième album, a mis pas mal d'eau dans son dub et surtout beaucoup d'autres ingrédients glanés du côté de l'électro et même de l'Asie du Sud-Est. Ouvrant ainsi l'Esplanade aux quatre vents et aux quatre points cardinaux.

Magic Bus
À l'Esplanade et à l'Ampérage du jeudi 23 au samedi 25 mai


Aora Paradox + Lulu + Bleu Tonnerre

Dans le cadre de la soirée d'ouverture du 18ème festival Magic bus
L'AmpéRage 163 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Shantel & The Bucovina Club Orkestar + Soviet Suprem + Sidi Wacho + Picky Banshees


Esplanade Porte de France Boulevard de l'Esplanade Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Disiz La Peste + High Tone + Demi Portion + Resca + Palavas Vegas

Esplanade Porte de France Boulevard de l'Esplanade Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Disiz la Peste, High Tone et d'autres seront fin mai au festival Magic Bus

Festival | Du jeudi 23 au samedi 25 mai, ce sera la dix-huitième édition du festival Magic Bus, et la cinquième sur le site (en plein air) de l'Esplanade, devenu son (...)

Aurélien Martinez | Mardi 22 janvier 2019

Disiz la Peste, High Tone et d'autres seront fin mai au festival Magic Bus

Du jeudi 23 au samedi 25 mai, ce sera la dix-huitième édition du festival Magic Bus, et la cinquième sur le site (en plein air) de l'Esplanade, devenu son QG – même si le premier soir, plus découvertes locales, sera à l'Ampérage. Avec, comme chaque année, une programmation variée et festive, qui vient d'être annoncée. Le vendredi, on aura notamment droit au DJ allemand Shantel, accompagné de son Bucovina Club Orkestar ; aux fameux (et potaches) Soviet Suprem, souvent vus dans l'agglo avec leurs chansons en français mais aux accents très russes ; ou encore au collectif cumbia hip-hop Sidi Wacho, emmené par deux ex du feu Ministère des affaires populaires (mais si, écoutez ce gros tube). Le lendemain, la tête d'affiche sera le rappeur Disiz la Peste, que l'on connaît depuis presque 20 ans grâce à son tube

Continuer à lire

Le novo dub, l'autre French Touch

MUSIQUES | Zoom sur cette scène musicale à l'occasion du passage du groupe Ez3kiel par l'Hexagone de Meylan

Benjamin Mialot | Mardi 21 avril 2015

Le novo dub, l'autre French Touch

Au mitan des années 90, une petite bande de Parisiens se prend dans le casque la house de Chicago, relecture robotique de la "great black music" des années 50 à 70 (soul, funk, disco), et en décline une version française qui deviendra le premier produit d'exportation musicale du pays. L'histoire est connue, jusque dans ses détails les moins glorieux depuis que Mia Hansen-Løve a entrepris de raconter avec Eden la face cachée de ce safari lunaire – pour reprendre le titre de l'un des disques emblématiques du mouvement. À la même période se fomente une autre révolution à la française, souterraine celle-ci, au moment où des musiciens d'obédience rock se mettent en tête de faire éclater les nuages psychotropes du dub en des orages instrumentaux. Leurs groupes se nomment High Tone, Zenzile, Kaly Live Dub, Brain Damage ou encore Lab° et, les pieds ancrés au sol pentu de la Croix-Rousse lyonnaise (là où le label Jarring Effects gravera ses initiales dès 1993) mais les oreilles tournées vers Londres, ils ont sondé l'univers des basses fréquences bien avant qu'il

Continuer à lire

La question qui tue

MUSIQUES | Pourquoi se rendre à la soirée du 19 novembre à l’Heure Bleue, avec son triple plateau Brain Damage / La Phaze / High Tone ? Déjà, parce que ça réchauffe nos (...)

François Cau | Lundi 15 novembre 2010

La question qui tue

Pourquoi se rendre à la soirée du 19 novembre à l’Heure Bleue, avec son triple plateau Brain Damage / La Phaze / High Tone ? Déjà, parce que ça réchauffe nos petits cœurs de pierre de constater que la salle de Saint-Martin-d’Hères, après un galop d’essai l’an dernier avec l’association Hadra, fricote de nouveau avec les sphères électroniques – initiative trop rare dans le paysage des salles de spectacle “tolérant“ les nouvelles musiques en son sein. Ensuite, même si les dernières productions discographiques en date de Brain Damage et La Phaze peinent toujours autant à entraîner notre adhésion, force est d’avouer que les deux formations débourrent salement sur scène. A l’instar des lyonnais de High Tone (photo), dont le dernier album, Out back, nous a par contre bousculé dans nos a priori sur le dub, à la grâce d’une prod’ impeccable, qui ne se la pète pas malgré sa complexité, et qui mélange les styles musicaux avec une dextérité d’équilibriste. Enfin, parce que cette soirée, à l’instigation de l’association Drugi Most, un autre pont vers les Balkans, verra l’intégralité de ses bénéfices reversés au Centre Culturel OKC Abrasevic de Mostar. Ce lieu, construit et porté à bout de bras

Continuer à lire