Biscornue Bitch et Secteur Flèche : la glace et le feu

MUSIQUES | Encore un concert plus qu'intrigant qu'organise le Bauhaus Bar samedi 15 juin.

Damien Grimbert | Mardi 11 juin 2019

Avis aux amateurs de musiques intrigantes : samedi 15 juin verra la rencontre au Bauhaus Bar de deux électrons libres comme on n'en croise que trop rarement. Déjà découverte au sein du duo Poupard avec Bleu Russe, Laurie Morcillo viendra présenter son nouveau projet solo Biscornue Bitch, entièrement composé à l'aide d'un iPhone. Mêlant mélodies synthétiques évanescentes, rythmiques brutes et paroles hallucinées scandées / chantées avec un détachement qui ne fait qu'en renforcer la curieuse étrangeté, sa musique joue au mieux sur les contrastes pour créer un univers mental hautement singulier dans lequel on se perd avec fébrilité. Comme en témoigne avec force son premier album autoproduit Les fleurs sauvages brûlent, disponible depuis janvier sur Bandcamp.

À pas manquer non plus, la performance du mystérieux Secteur Flèche (photo), auteur d'une sorte de bordel hip-hop chaotique, bruitiste et expérimental noyé sous un déluge de samples, qui rappelle par moments le meilleur du catalogue du label états-unien indépendant de hip-hop Def Jux, en plus barré encore. De là à se hasarder à deviner à quoi pourra bien ressembler sa prestation sur scène, il y a un pas qu'on se gardera bien de franchir, tant le personnage semble capable de partir dans absolument toutes les directions musicales, a fortiori les plus surprenantes et inattendues.

Secteur Flèche + Biscornue Bitch
Au Bauhaus Bar samedi 15 juin à 20h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bleu Russe, la rage décontractée

Musique | Présentation d'albums (1/3) : Le Petit Bulletin vous propose une nouvelle mini-sélection de disques. Nous avons tout particulièrement aimé les dernières livraisons de Bleu Russe.

Damien Grimbert | Mardi 23 juin 2020

Bleu Russe, la rage décontractée

En dépit de ses cinq années d’existence et d’une discographie mine de rien déjà conséquente, il nous aura fallu un certain temps pour apprivoiser la musique de Bleu Russe, projet solo de David Litavicki (Churros Batiment, Poupard…). Le temps peut-être pour l’artiste de s’affranchir de certaines influences originelles un peu trop présentes à ses débuts (celles du Toulousain Arnaud Michniak et de son groupe Programme pour n’en citer qu’une)… Et pour nous de s’habituer à son flow en mode spoken-word, assez particulier. Sortis respectivement en février et en mai, Serrures et Palmiers, son dernier album, et Missives d’Amour vol. 2, sa dernière mixtape, viennent cependant confirmer ce qu’on avait déjà pressenti lors de ses derniers passages live : l’alchimie entre chant et instrumentaux fonctionne désormais à plein régime, ces derniers, piochant dans une gamme de registres bien trop vaste pour être ici énumérée, dépassant amplement leur simple statut « fonctionnel » pour se révéler de précieux alliés à la création d’une ambiance propre à sublimer les textes incisifs de l’artiste. Désormais frontalement assumé, le caractère parfois bancal du projet est devenu un vérit

Continuer à lire

Soirée (Petrol ) Chips

MUSIQUES | Le fameux label rhônalpin sera à l'Ampérage jeudi 17 octobre avec, dans ses valises, certains de ses passionnants artistes.

Damien Grimbert | Mardi 15 octobre 2019

Soirée (Petrol ) Chips

On a déjà eu plusieurs fois l’occasion de vous vanter les mérites du label rhônalpin Petrol Chips, créé en 2017 par le musicien Ray Borneo, et déjà à l’origine d’une flopée d’albums d’artistes (essentiellement) grenoblois hautement recommandables : Olivier Depardon, Nuage Fou, Lomostatic, Bleu Russe… Bonne nouvelle, le label organise, jeudi 17 octobre à 20h30 à l’Ampérage, un Chips Fest d’Automne, en écho au Chips Fest de Printemps de mai dernier à la Bobine, qui réunira de nouveau sur scène trois formations du cru. Outre l’excellent Gontard (sur lequel on ne reviendra pas puisqu’on l’a déjà mis maintes fois à l’honneur dans ces pages), cette nouvelle édition sera ainsi l’occasion de retrouver la splendide synth-pop hybride et déviante du duo Poupard (photo), venu défendre son nouvel album Nous avons joué tous les deux, qui sortira le lendemain. Mais également Malentendu, nouveau projet solo chanté-scandé de Nicolas Burtin aussi sombre qu’intense, déjà décliné au format album avec la sortie d’Au pays de nulle part au mois de juin dernier.

Continuer à lire