Tindersticks : meilleur espoir

Concert | Retour en grâce pour les Tindersticks dont le tout chaud "No Treasure but Hope" est une nouvelle pierre dans une discographie qui explore les confins de la mélancolie, où broyer du noir rime avec espoir.

Stéphane Duchêne | Mardi 18 février 2020

Photo : (c) Richard Dumas/Suzanne Osborne


Voilà quatre ans qu'on n'avait plus eu de nouvelles des Tindersticks : depuis The Waiting Room – dont le titre énonçait une invitation à la patience. Avant cela, on avait déjà pu constater un ralentissement de la part du groupe de Nottingham, depuis quelques albums. Une raréfaction que venaient masquer quelques live (à San Sebastian, à la Philharmonie de Paris) et des recueils d'anciens morceaux ré-enregistrés (Across Six Leap Years).

Une frustration aussi que vint soigner la production solo de leur leader-chanteur Stuart Staples, installé depuis des années au cœur de la Creuse. Dans l'intervalle, Staples avait commis Singing Skies, un livre cosigné avec sa femme artiste-peintre ; un album, Arrhytmia, tout en expérimentation et dynamitage des formats (quatre morceaux de 5 à 30 minutes) ; puis, dans la foulée, la BO hypnotique du High Life de Claire Denis (dont, avec ou sans les Tindersticks, il a composé la plupart des scores depuis 25 ans).

Dans une interview à notre édition lyonnaise, à l'occasion de son passage au dernier Petit Bulletin Festival à la Chapelle de la Trinité de Lyon, Staples confiait combien, après ces années de repli monacal et de création en solitaire, il avait hâte de retrouver ses compagnons et la dynamique collective. Il avait d'ailleurs réduit sa tournée Arrythmique à son seul concert lyonnais pour accélérer les retrouvailles.

Sous le soleil

Et voilà donc les Sticks de retour sur scène avec une nouvelle splendeur de poche, No Treasure but Hope, tissée de comptines pour adultes et de berceuses éthyliques, lorgnant davantage vers la pop de chambre que vers les bourrasques de cordes des débuts – Pinky in the Daylight et Tree Falls faisant figure de douces exceptions.

Un disque qui démontre à quel point, après trente ans, les Tindersticks continuent à creuser un sillon sinueux dont on ne sait jamais très bien où il va nous emmener, sinon au bord des larmes (Trees Fall, Pinky in The Daylight), abandonnés à l'étreinte de la mélancolie (The Old Mans Gait), penchés au-dessus du gouffre de la crise de nerfs (See my girls, For The Beauty), dans un entre-deux de la conscience (Take Care in Your Dreams), aussi perdus qu'éperdus.

En somme, et c'est heureux, rien de neuf sous le soleil des Tindersticks – un soleil au contact duquel on ne risque guère l'insolation, lumière voilée dardant ça et là un rayon entre les nuages pour réchauffer sans les brûler l'atmosphère et les cœurs. Ici, les Tindersticks, comme le titre de l'album l'annonce et sa chanson de clôture le psalmodie, ne promettent pas de trésors clés en main, mais de l'espérance. Par les temps qui courent, qui oserait refuser ?

Tindersticks + Thomas Belhom
À la Belle Électrique mardi 10 mars, à 20h


Tindersticks + Thomas Belhom

Pop
La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Nuits de Fourvière (Lyon) en trois coups de cœur

MUSIQUES | Si, d'ici le 30 juillet, des grands noms fouleront la scène de l’amphithéâtre lyonnais (Michel Polnareff, les Pixies, Christophe, The Last Shadow Puppets…), d’autres sans doute un peu moins connus – mais tout aussi passionnants – seront également de la partie. La preuve par trois.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 juin 2016

Les Nuits de Fourvière (Lyon) en trois coups de cœur

Vinicio Capossela S'il fallait comparer Vinicio Capossela, déjà présent l'an dernier mais cette fois-ci mis à l'honneur en grande pompe, à un chanteur italien, sans hésiter on choisirait Shane MacGowan, qui est irlandais – mais ça n'a pas beaucoup d'importance. Comme MacGowan, chanteur historiquement édenté des Pogues, Capossela est un pur rockeur qui a toujours su puiser au plus profond du folklore de son pays pour bâtir une œuvre qui puisse être à la fois populaire, pétrie d'indépendance, foutraque au dernier degré et immédiatement classique, et qui évoque la berceuse comme la chanson à boire – l'usage peut-être commun. Avec, dans la voix, cette fêlure qui ferait pleurer un caillou et dans l'attitude, cette folie furieuse qui donne envie de danser sur les mains. Samedi 9 juillet _____________________ Silvain Vanot Lui aussi était déjà à Fourvière il y a deux ans, pour rendre hommage à Robert Wyatt. Lui aussi est mis à l'honneur à un degré supérieur : une résidence à l'Épicerie m

Continuer à lire

Musiques en Sticks

MUSIQUES | En guise d'invités pas comme les autres, "Musiques en Stock" convoque à Cluses la mélancolie traînante des Tindersticks, idéale pour les couchers de soleil tardifs ou les couchers tout court. Stéphane Duchêne

Aurélien Martinez | Jeudi 21 juin 2012

Musiques en Sticks

C'est sans doute parce qu'ils ne sont pas à proprement parler un groupe de festival que les Tindersticks, et donc ici Musiques en Stock, se démarquent quelque peu de l'ensemble des programmations estivales. Si l'on résume, cela fait maintenant une vingtaine d'années que l'étrange formation de Stuart Staples, l'une des voix les plus envoûtantes et les plus mélancoliques de la scène musicale, nous régale de ses étrangetés cotonneuses et éthyliques. Et pourtant, depuis le premier album éponyme, le groupe et sa musique ont considérablement évolué. Il y a la première période qui démarre en 1993 avec ce premier album, directement élu album de l'année par l'hebdomadaire anglais Melody Maker, qui alterne, comme sur les disque suivants, balades atonales, envolées de violons à s'ouvrir les veines et duos masculin-féminin déchirants (A Marriage Made in Heaven, Travelling Light, Buried Bones). Une période qui culmine avec les sublimes Live in Bloomsbury Theatre, l'album Curtains, où Staples se fait plus grave et désespéré que jamais, et une superbe BO pour le sanglant Trouble Every Day de Claire Denis avec laquelle le groupe collaborera quatre fo

Continuer à lire