Loup Uberto, explorateur atemporel

MUSIQUES | Présentation d'albums (3/3) : si vous êtes en manque de bonne musique, le Petit Bulletin vous aide à y entendre clair. Parmi nos propositions : le boulot de Lou Uberto.

Damien Grimbert | Mardi 23 juin 2020

Photo : DR


Artiste singulier, actif aussi bien en solo qu'en duo aux côtés de Lucas Ravinale, en trio au sein du groupe Bégayer, voire en quatuor au sein de Sourdurent, Loup Uberto fait partie de ces musiciens qui semblent, et on s'excuse d'avance pour la platitude de la formule, plus intéressé par le chemin que par l'arrivée. Ce qui se ressent de manière particulièrement vive au sein de son dernier album solo, Racconto Artigiano, sorti début avril sur le label Le Saule. Présenté comme « l'abrégé d'un ensemble de tentatives sur matériaux divers » (téléphones mobiles, percussions, transistors radios court-circuités, limiteurs informatiques, clarinette, chants médiévaux et populaires d'Italie du Nord), ce nouvel album hautement aventureux et expérimental, nécessite une bonne dose de curiosité pour être apprécié à sa juste valeur. Ce qui ne le rend pas inaccessible pour autant : nul besoin de longues années en musicologie pour rentrer dans la transe brute, païenne et volontiers déroutante de l'artiste. Il n'est pas interdit d'apprécier, en sus, sa capacité rare à abolir l'habituelle et un peu usante hiérarchie entre instruments « nobles » et objets d'usage courant détournés de leur fonction première.

Loup Uberto - Racconto Artigiano (Le Saule)
https://ubero.bandcamp.com/album/racconto-artigiano

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Excitant occitan

Concert | Élargissant son projet Sourdure à l'aventure collective, Ernest Bergez donne naissance à Sourdurent pour mieux approfondir sa ligne de conduite : une hybridation audacieuse d'un folklore occitan ancestral et d'expérimentations musicales les plus modernes. Au Ciel samedi 15.

Stéphane Duchêne | Mardi 11 février 2020

Excitant occitan

Je sourdure, tu sourdures, il/elle sourdure, nous sourdurons, vous sourdurez, ils/elles sourdurent. Passant du je au nous, et plus précisement du il aux ils, Ernest Bergez s'est mis en tête de conjuguer son projet Sourdure au pluriel. Pour comprendre, sans doute faut-il revenir à la genèse individuelle de la chose – "chose" n'étant pas ici un terme usurpé, bien au contraire. Au départ donc, Ernest a le projet de passer le répertoire du folklore du Massif Central et de la langue occitane – idiome avec lequel les Fabulous Trobadors avaient en leur temps infiltré le monde du rap – au tamis d'une modernité, pour ne pas dire d'un futurisme largement expérimental (hybridations entre matière ancienne et compositions, synthèse modulaire, musique concrète). De cette friction spatio-temporelle naissait L'Esprova, ovni musical confirmant que, quand elles s'en donnent la peine, nos régions ont quand même vachement de ta

Continuer à lire

26 concerts pour parfaitement commencer 2019 (et tenir jusqu'à l'été)

Panorama de rentrée | Avec de la pop, du jazz, du rap, de l'électro, de la chanson... Suivez-nous !

La rédaction | Mardi 8 janvier 2019

26 concerts pour parfaitement commencer 2019 (et tenir jusqu'à l'été)

Flavien Berger Entre chanson javellisée, bidouillages électroniques et influences exponentielles, Flavien Berger s'est imposé comme l'une des figures de cette scène française qui se moque tellement des étiquettes qu'elle s'en colle partout – hip-hop, électro chanson, R'n'B et plus car affinités. Avec son récent album Contre-temps, successeur du déjà encensé Léviathan (qui lui avait valu d'être adoubé par Étienne Daho en personne), Berger a frappé très fort. Avec une sorte d'œuvre à contre-courant qui souffle l'air du temps. À la Belle électrique samedi 26 janvier Indianizer + L'Éclair Serait-ce l’influence des DJs et collectionneurs de disques rares des années 1960 et 1970 qui se ferait sentir ? Toujours est-il que depuis quelques années, un nombre croissant de jeunes formations européennes se plaît à orchestrer en live une fusion exaltante et inédite entre musiques tropicales, krautrock, grooves funk & disco, pop psychédélique, exotica, library music et autres vestiges musicaux méc

Continuer à lire

Errances musicales à la Bastille avec Bégayer

Concert | Rendez-vous samedi 20 octobre.

Damien Grimbert | Mercredi 17 octobre 2018

Errances musicales à la Bastille avec Bégayer

C’est rien de moins qu’un triple retour qui nous attend ce samedi 20 octobre à 20h30. Celui des concerts au Centre d’art Bastille tout d’abord, cadre aussi singulier qu’idéal pour accueillir des groupes musicaux aux horizons différents. Celui de l’association Plege ensuite, de retour aux affaires après une longue pause estivale. Et celui de Bégayer enfin (photo), trio alternatif unique en son genre qui viendra dévoiler ses « tristes poèmes bruyants » à l’occasion de la sortie de son très attendu premier album Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit, coproduit par Les Disques Bongo Joe et le label Le Saule. On ne peut malheureusement pas vous en dire beaucoup plus au stade actuel (seul deux des neuf titres de l’album ont été dévoilés à l’heure où l’on écrit ces lignes), si ce n’est qu’au vu des précédentes prestations du groupe, et de la très bonne formation pop folk qui les accompagne pour l’occasion (les Lyonnais de GHST), tout ça s’annonce sous les meilleurs augures.

Continuer à lire

Léonore Boulanger entre chant et expérimentations

MUSIQUES | Samedi soir, une certaine idée de la chanson française sera défendue à la Casse.

Damien Grimbert | Mardi 16 juin 2015

Léonore Boulanger entre chant et expérimentations

Pendant longtemps regardé avec défiance par les amateurs de musiques non formatées, le domaine de la chanson française s’est vu investir ces dernières années par toute une flopée de groupes et de labels aussi passionnés que passionnants, bien déterminés à en exploser les codes les plus surannés pour mieux la transformer en support propice à toutes les expérimentations. Une nouvelle scène encore largement méconnue sur laquelle l’asso Après le Chaos, toujours à l’affût de propositions artistiques alléchantes, a décidé de mettre un coup de projecteur bienvenu, par le biais d’un concert réunissant trois groupes différents ce samedi 20 juin à la Casse (« un atelier de création et d'artisanat grenoblois géré par l'association KRILL »). L’occasion de découvrir, aux côtés des poèmes tristes et bruyants de Bégayer et des compositions intimes spectrales de Hiboux, les chansons primitivistes et expressionnistes de Léonore Boulanger (en photo), jeune « weirdo » talentueuse et érudite affiliée au label Le Saule, qui convoque au sein de son étrange patchwork musical un curieux folklore où s’entrecroisent glossolalies, chants perses, poésie sonore, musiques traditionnelles d

Continuer à lire