Notes estivales

MUSIQUES | L'équipe du Petit Bulletin a repéré pour vous des événements musicaux qui valent le coup d'être entendus. Comme autant d'idées de sorties pour les jours à venir...

La rédaction | Vendredi 2 juillet 2021

Musiques actuelles

Notes dans le Vercors

Configuration à la fois assise et debout cette année : du côté d'Autrans, du 2 au 4 juillet, on attend du beau monde pour la septième édition du Vercors Music Festival ! Des artistes en pleine progression comme Suzane, par exemple, ou des groupes expérimentés dont la musique nous ravit, à l'image de La Rue Kétanou (photo). Pour faire une fête dantesque, on compte aussi sur le côté pin-up assumé des Swingirls ou le look des musiciens de Tigadrine, dont le blues du désert ne cesse d'envoûter les festivals isérois.

Vercors Music Festival. À Autrans du 2 au 4 juillet.
www.vercorsmusicfestival.com

Insolite

Et au milieu coule une rivière

Des musiques enchanteresses dans un cadre enchanteur (des grottes en pleine forêt, bordées par un torrent et soumises à un microclimat rafraichissant), des frites, des bières « et du thé froid citron gingembre » ? C'est peu ou prou ce que propose l'association Six Seaux avec son mini-festival 12°C (Toute l'Année), qui se déroulera samedi 3 et dimanche 4 juillet dans et en bordure des grottes des cuves de Sassenage. Au programme, des performances sonores spatialisées sur un orchestre de haut-parleurs et des concerts de Vague Imaginaires (ambient équatorial sauvage), Spor Tranquil (synthé, k7 et boîte à rythmes) et Fossatosse (voix, guitare). DG

12°C (Toute l'année). Aux Cuves de Sassenage les 3 et 4 juillet.
Facebook : Six Seaux.

Blues

Grésiblues six fois

On croise les doigts très fort et on s'enthousiasme à l'idée de retrouver l'essentiel des artistes invités l'an passé (avant l'annulation) : six étapes sont prévues du 4 au 9 juillet au Touvet, au Cheylas, à Barraux, à Bernin, à Montbonnot et à Crolles, avec deux concerts par soir. On aime particulièrement l'idée que Grésiblues donne sa chance à des artistes de tous horizons et de toutes générations. Exemples : la Finlandaise Ina Forsman, 17 ans, et dont la voix rappelle Nina Simone ou Aretha Franklin, ou Cisco Herzhaft (photo), septuagénaire français inspiré par John Lee Hooker. En un mot : ça promet ! MK

Grésiblues. Dans le Grésivaudan du 4 au 9 juillet.
www.gresiblues.com

Événement

Authentiks is back

L'an dernier, les Authentiks avaient dû renoncer pour les raisons qu'on sait et qui sont les mêmes pour tous les événements empêchés sur la période. Malgré l'incertitude qui a pesé sur les festivals de l'été 2021, le festival viennois a quand même décidé de se tenir en son théâtre antique, les 13 et 15 juillet, ce qui est heureux. Et à bricoler une programmation qui tienne la route. Bon, la première soirée est davantage frappé du sceau de la découverte que de la tête d'affiche avec une vraie orientation électro (Synapson, Bon Entendeur, Worakls Orchestra, Romane Santarelli). La deuxième, en revanche, est plus premium avec les petits jeunes Thais Lona et Cyrious, et surtout les maîtres Jedi du rap : IAM (photo). Authentiks contre-attaque. SD

Festival Authentiks. À Vienne les 13 et 15 juillet.
Facebook: FestivalLesAuthentiks

Classique

Berlioz évidemment

« Le retour à la vie » : dès son titre, le festival Berlioz fait une belle promesse à son public, attendu du 17 au 30 août prochains. Le compositeur natif de la Côte-Saint-André sera bien sûr à l'honneur à plusieurs reprises. En ouverture, une Grande fête de l'eau est programmée autour du lac de Roybon, avec un grand concert de l'Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble consacré, entre autres, à Tchaïkovski, Beethoven et Haendel. Parmi les temps forts, on attend aussi avec gourmandise l'intégrale des suites pour violoncelle de Bach par Marc Coppey (photo), le 21 août. MK

Festival Berlioz. À la Côte-Saint-André, Roybon et Saint-Antoine-L'Abbaye du 17 au 30 août.
www.festivalberlioz.com


Crédits photos :
Et au milieu coule une rivière : (c) Bory Ung
Grésiblues six fois : (c) Noël Doizi
Authentiks is back : (c) Didier D Darwin
Berlioz évidemment : (c) Ulrike von Loeper

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festivals estivaux : des incertitudes demeurent

MUSIQUES | Roselyne Bachelot a tranché : pour la ministre de la Culture, les festivals estivaux ne pourront accueillir que 5 000 personnes assises et distanciées, dans le respect des gestes barrières. Les organisateurs sauront-ils s’adapter ? Certains d’entre eux ont déjà renoncé. D'autres nous ont répondu et fait part de leurs difficultés.

La rédaction | Mercredi 3 mars 2021

Festivals estivaux : des incertitudes demeurent

Magic Bus en format réduit En novembre dernier, l’association Retour de Scène se voulait optimiste (on ne sait plus trop, mais il y avait peut-être de quoi, à l’époque !) et annonçait des dates pour son prochain festival Magic Bus. La 20ème édition devait se tenir du 6 au 8 mai, avec une programmation presque bouclée. Aujourd’hui, l’équipe du festival est largement revenue sur ces projets initiaux, mais elle ne s’en démène pas moins pour maintenir un événement adapté aux contraintes sanitaires annoncées. Damien Arnaud, coordinateur de l’association grenobloise, nous explique tout : « On est en cours de réflexion pour proposer un format assis en jauge réduite (pas plus de 500 personnes) courant juin. Ce ne sera pas à l’Esplanade, mais on cherche tout de même un lieu en plein air. La programmation sera axée sur la découverte de la scène locale avec, tout de même, un ou deux artistes d’envergure nationale en tête d’affiche. Certaines esthétiques, comme l’électro, ne seront malheureusement pas représentées. Ce sera une autre approche, plus tranquille. Ce que je peux d’ores et déjà annoncer, c’est que le Student Groove Orchestra, en partenariat avec le Crous

Continuer à lire

Grésiblues : « En 20 ans, l’image du blues a vraiment changé »

Festival | Créé en 1999, Grésiblues fête cette année sa 20e édition. Pour l’occasion, le festival itinérant du Grésivaudan mettra à l’honneur certains artistes qui ont marqué son histoire, aux côtés de nouveaux venus prometteurs.

Sandy Plas | Mardi 18 juin 2019

Grésiblues : « En 20 ans, l’image du blues a vraiment changé »

Pas de ballons ou de cotillons pour célébrer la 20e édition de Grésiblues. Du 30 juin au 5 juillet, ce sera la musique et rien d’autre. « Nous avons voulu fêter cet anniversaire en faisant revenir des musiciens qui avaient marqué le festival depuis ses débuts » explique Brigitte Nakachdjian, présidente de l’association Grésivaudan Blues, en charge de l’organisation de la manifestation. On retrouvera donc sur les différentes scènes de ce festival itinérant, qui s’installe chaque soir pour deux concerts dans une commune différente du Grésivaudan, plusieurs habitués du festival. À commencer par Barefoot Iano, qui avait fait ses débuts ici il y a quelques années avec le groupe Mountain Men, ou encore Jack Bon, un des pionniers du rock lyonnais dont ce sera la troisième participation au festival. Grésiblues accueillera également le retour du bluesman Fred Chapellier, un temps guitariste de Jacques Dutronc, dans une nouvelle formation, Fred Chapellier & The Gents (photo). Un guest de choix pour la clôture du festival, le 5 juillet à Crolles, qui est généralement le concert le plus couru de la semaine, avec 2000 specta

Continuer à lire

Vercors Music Festival : nos quatre coups de cœur

Festival | En dépit de sa jeunesse (c'est sa 5e édition), le Vercors Music Festival sait déjà attirer les grands noms autour d'une ligne qui mêle le populaire et la découverte, l'exploration de la chanson française et l'expression multiculturelle et multigenre. En marge des Zaz, Grand Corps Malade, Sanseverino, Gauvain Sers et Ibrahim Maalouf, petite sélection de (nos) choix à découvrir entre le 4 et le 7 juillet à Autrans.

Stéphane Duchêne | Mercredi 19 juin 2019

Vercors Music Festival : nos quatre coups de cœur

Djazia Satour C'est devenu une tarte à la crème que d'accommoder la ou les musiques des origines à la sauce pop. Tout autant que de faire l'inverse. Le fait est que cela donne souvent un résultat absolument envoûtant. D'où vient que cela est particulièrement vrai avec la musique traditionnelle algérienne (de Rachid Taha à Imarhan) ? On ne sait guère... Mais c'est cette alchimie gracile que la Grenobloise Djazia Satour obtient sur ses disques, à commencer (pour ainsi dire) par le dernier, Aswât, où le blues se mêle au chaâbi, le banjo à l'oud, et l'esprit de conquête western à la mélancolie orientale. Où l'on a parfois l'impression que le Mississippi se jette dans la Méditerranée. Vendredi 5 juillet à 20h The Blue Butter Pot "Dis petit

Continuer à lire

Un Festival Berlioz tout en majesté

Festival | Pour l’acte 2 du 150e anniversaire de la mort du fameux compositeur français, le Festival Berlioz nous annonce "Le roi Hector". L’an passé, l’acte 1 nous avait montré un "sacré Berlioz". In fine, on célèbre chaque année à La Côte-Saint-André un sacré roi Hector Berlioz par toutes ses facettes, dans tout son génie. La preuve une nouvelle fois cet été.

Pascale Clavel | Mercredi 19 juin 2019

Un Festival Berlioz tout en majesté

Hector Berlioz (1803 – 1869), compositeur si singulier dans l’histoire de la musique, est chaque année fêté en grande pompe en Isère, et toujours avec de la démesure, du faste, du grandiose mais aussi beaucoup d’émotions. Car il ne faut jamais oublier que si Berlioz fut un immense compositeur, cela ne peut le résumer entièrement, lui qui était aussi chef d’orchestre, écrivain, journaliste, grand voyageur, amoureux transi, visionnaire fou… Et surtout autodidacte talentueux. Pour cette édition 2019 du Festival Berlioz, clin d’œil appuyé au roi Hector (le compositeur) donc, doublé d’un autre clin d’œil au fameux roi Hector de L’Énéide (la fameuse épopée de Virgile écrite entre 29 et 19 av. J.-C.) tué par Achille au cours de la guerre de Troie. Cette programmation a ainsi été tricotée à partir de cette histoire et de ce que Berlioz en a fait. Ouverture en fanfare De la démesure pour l’ouverture samedi 17 août, puisqu’un village troyen sera installé au cœur même de La Côte-Saint-André (dans lequel on pourra notamment se prendre au jeu du tir à l’arc – encore un clin d’œil, pauvre Achille !) ; de la démesure en

Continuer à lire

Le Vercors Music Festival annonce quatre premiers noms pour cet été

Annonce | Cinquième édition, déjà, pour le (plus si) nouveau festival du coin répondant au doux (et explicite) nom de Vercors Music Festival. Un événement qui a d'emblée (...)

La rédaction | Jeudi 7 février 2019

Le Vercors Music Festival annonce quatre premiers noms pour cet été

Cinquième édition, déjà, pour le (plus si) nouveau festival du coin répondant au doux (et explicite) nom de Vercors Music Festival. Un événement qui a d'emblée aligné les têtes d'affiche, s'assurant ainsi une médiatisation certaine et une place régionale importante (17 500 personnes ont été accueillies l’an passé selon l’organisation). La prochaine édition, prévue du jeudi 4 au dimanche 7 juillet à Autrans (dans le Vercors donc), suit la même logique au vu des quatre noms qui viennent d'être annoncés : la fameuse Zaz (jeudi 4), le trompettiste star Ibrahim Maalouf (vendredi 5), la révélation chanson Hoshi (samedi 6) et les revenants Ogres de Barback (dimanche 7). D'autres noms seront dévoilés les prochaines semaines. La billetterie est déjà ouverte sur

Continuer à lire

Berlioz, un sacré musicien ; et ce n'est pas le Festival Berlioz qui va dire le contraire !

Festival | Chaque fin d’été à La Côte-Saint-André, Berlioz renaît. Le Festival est ainsi devenu un événement musical incontournable pour les amoureux d’une musique française romantique inclassable. 2018, un cru prestigieux.

Pascale Clavel | Mardi 19 juin 2018

Berlioz, un sacré musicien ; et ce n'est pas le Festival Berlioz qui va dire le contraire !

Après le succès d'une édition 2017 "so british", le Festival Berlioz se tourne cette année vers les œuvres sacrées de Berlioz et, en même temps, annonce l'acte 1 des commémorations du 150e anniversaire de la mort du compositeur (disparu en 1869). Par son ambiguïté, le thème "Sacré Berlioz" résume bien l’homme à la personnalité singulière : compositeur romantique avant-gardiste, écrivain, poète, orchestrateur hors cadre, maître de l’idée fixe (ce thème principal obsessionnel qui ne vous lâche jamais…), Berlioz poussa l’écriture de ses mélodies comme personne : des phrases fiévreuses, des envolées charnelles, jamais décoratives, des thèmes qui vous collent aux oreilles, absolument. Il fallait oser, sacré festival ! Un festival qui s’ouvrira, samedi 18 et dimanche 19 août à Saint-Pierre-de-Bressieux, sur une grande fête des moissons avec musiques et métiers d’antan. On y retrouvera la folle ambiance d’un village dauphinois comme on y vivait au XIXe siècle : les batteuses,

Continuer à lire

Grésiblues : tant que vivra le blues

Festival | Le festival Grésiblues c'est, du 1er au 6 juillet, six soirées gratuites dans six villages du Grésivaudan. Sa boss nous en dit plus.

Alice Colmart | Mardi 19 juin 2018

Grésiblues : tant que vivra le blues

Du dimanche 1er au vendredi 6 juillet est prévue la 19e édition du festival itinérant Grésiblues, et ce dans six communes du Grésivaudan. « L’objectif est de faire découvrir le blues aux gens près de chez eux » explique Brigitte Nakachdjian, présidente de l’association Grésivaudan Blues Festival. Parmi les 12 concerts gratuits proposés (deux par soir), cette dernière recommande notamment « l’originalité du blues touareg d’EZZA », ou encore le blues « tout public, entre la modernité et l’âme du blues » du Flo Bauer Blues Project, « quatuor multi générationnel » composé notamment du jeune Flo Bauer, révélé par The Voice en 2014. Rendez-vous aussi avec Dazzle, groupe grenoblois qui viendra faire résonner nos oreilles avec « la musique noire américaine des années 1960/1970 ». Et le festival se terminera avec l’Anglais Randolph Matthews (photo) dont les collaborations insolites (il a aussi bien travaillé avec la légende du jazz Herbie Hancock que le rappeur Will.i.am) le sont autant que la diversité d

Continuer à lire

Vu dans le Vercors (Music Festival)

Festival | Entre grande scène payante (le Foyer) et une à entrée libre (le Club), têtes de gondole et têtes chercheuses, le Vercors Music Festival poursuit son intéressante ascension dans le grand cirque des festivals d'été. Sélection de saison à découvrir du vendredi 6 au mardi 10 juillet à Autrans, Isère.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Vu dans le Vercors (Music Festival)

Bigflo & Oli Au Foyer, vendredi 6 juillet à 20h Des rappeurs formés au conservatoire, en France, ça fait mauvais genre, on se méfie. On cherche l'"authentique" d'un Eddy de Pretto greffé à son I-pod, on guette le Booba en eux, Orelsan les évite. Oui, les frérots du flow toulousain Bigflo & Oli souffrent de n'avoir pas l'image de mauvais garçons élevés à Scarface ou aux mixes crasseux. C'est sans doute ce qui les a conduits au sommet des charts français, partisans d'un rap à l'ancienne où la richesse de la rime le dispute à celle des instrus (leur totem : IAM). À force de clichés, le rap hexagonal a fini par faire de la place à ceux qui n'en étaient pas, quitte à leur coller, peut-être injustement, l'étiquette commerciale. En ouverture de leur deuxième album l'an dernier, le duo toulousain règle ses comptes et clame : « Le rap français choqué, il pensait pas nous trouver là / On m'écoute en Suisse, en Belgique, à la Réunion, à Nouméa (…) quand les chiffres sont

Continuer à lire

Vercors Music Festival : une prog faite de stars, de futures stars et de découvertes

Festival | Zoom sur la quatrième édition du festival prévue du 6 au 10 juillet 2018 à Autrans, dans le massif du Vercors.

Aurélien Martinez | Vendredi 6 avril 2018

Vercors Music Festival : une prog faite de stars, de futures stars et de découvertes

Le Vercors Music Festival, c’est le festival qui monte, qui monte, même si l’équipe qui le dirige l’assure : il « restera à taille humaine ». Pourtant, les têtes d'affiche qu’il nous sort pour sa quatrième édition prévue du 6 au 10 juillet peuvent laisser penser le contraire. Avec French Fuse et, surtout, les jeunes stars du rap français Bigflo & Oli​ le vendredi 6 juillet ; le revenant Keziah Jones, le reggae de Danakil et le dub de High Tone le samedi ; Panda Dub (qui porte bien son nom) et Caballero + JeanJass (deux rappeurs belges) le dimanche ; l’Israélien à la voix de cristal Asaf Avidan et le tango électro de Gotan Project porté par la voix de Catherine Ringer le lundi ; et Juliette Armanet (la révélation de la nouvelle scène c

Continuer à lire

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Noël | Noël approchant à grands pas, voici notre traditionnelle sélection de cadeaux immatériels. Soit des concerts et des spectacles dont il reste des places (on s’en est assuré) et qui, lors du déballage des paquets, vous placeront pour sûr du côté de celles et ceux qui refusent ce monde matérialiste-capitaliste et qui préfèrent offrir des émotions vivantes – même si bon, une tablette, ça peut toujours faire plaisir.

La rédaction | Mardi 5 décembre 2017

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Pour les cinéphiles qui n’ont rien contre aller de temps en temps au théâtre Créé cet automne, le spectacle Festen de Cyril Teste est l'une des claques théâtrales de l'année, justement parce que c'est plus que du théâtre. Qualifié de « performance filmique » par son metteur en scène, c'est l'adaptation sur le plateau du fameux film Festen de Thomas Vinterberg sorti en 1998 sur une réunion de famille qui part en vrille du fait de la révélation d’actes terribles commis par le père il y a des années. Un récit anxiogène à l'écran, qui se déploie sur scène dans une scénographique immense… et sur un écran retransmettant des images tournées en direct, notamment derrière le décor. Remarquable. Festen À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier De 10€ à 25€ Pour celles et ceux que le burlesque n’effraie pas, bien au contraire Le théâtre, ce n'est pas que des spectacles bavards et longs. C'est aussi des propositions sans paroles au potentiel comique incroyable, dans la

Continuer à lire

Un été musical… et gratuit

Les temps forts de l'été | L’été, les musiciens sortent des salles de concert obscures pour aller jouer à l’air libre, sous le soleil exactement. Zoom sur quatre possibilités pour en voir de près, à Grenoble ou juste à côté, et tout ça sans se ruiner.

Aurélien Martinez | Mardi 4 juillet 2017

Un été musical… et gratuit

Le Cabaret frappé Du 15 au 20 juillet Si vous ne le savez pas encore, c'est que vous ne nous lisez jamais parce qu'on l'a déjà évoqué 1000 fois. Mais puisqu’on est sympa et que, surtout, on est dans des pages sur les temps forts de l'été, on en remet une couche : depuis l'an passé, à la demande de la Ville de Grenoble qui pilote l'événement, le festival musical le Cabaret frappé est 100% gratuit. Du coup, la scénographie du Jardin de Ville, où se déroule le festival, a judicieusement été repensée autour d'une grande scène à ciel ouvert (fini le chapiteau-étuve) devant laquelle on a de la place pour s’ébrouer. Et, à côté, l'espace bar a été agencé sous le kiosque de façon à pouvoir profiter aussi bien de la musique que de ses potes. Vraiment bien. Pour la prog, on la détaille ici. Mais sachez déjà qu’en bons chenapans que nous sommes, le lundi 19 juillet nous excite vraiment !

Continuer à lire

Le Vercors Music Festival côté coulisses

Festival | « La création du Vercors Music Festival est née d’une double opportunité. Je savais que le réseau Spedidam [une société de perception et de répartition des (...)

Aurélien Martinez | Mardi 20 juin 2017

Le Vercors Music Festival côté coulisses

« La création du Vercors Music Festival est née d’une double opportunité. Je savais que le réseau Spedidam [une société de perception et de répartition des droits des artistes-interprètes – NDLR] était en train de s'agrandir. Et j'étais par ailleurs au courant que la communauté de communes du Massif du Vercors était à la recherche d'un événement culturel pour sa saison d'été. Il m'a semblé important de faire se rencontrer ces deux aspirations. » Voilà comment Jean-Philippe Bruttmann, musicien et surtout programmateur du festival depuis sa création en 2015, nous explique la naissance du Vercors Music Festival. « Le réseau des festivals labellisés "Réseau Spedidam " représente 13 festivals en 2017 sur l'ensemble du territoire français. Pour mettre en œuvre chacun des événements du réseau, une équipe de production accompagne chaque association locale pour développer le projet de A à Z afin d'en faire un événement d'envergure nationale » – extrait du site web dudit réseau, qui a donc pour vocation de voir naître des festivals partout en France, notamment sur les te

Continuer à lire

Grésiblues : tous les blues sont dans la nature

Festival | Du dimanche 2 au vendredi 7 juillet, la vallée du Grésivaudan sonnera blues avec plusieurs concerts gratuits ici et là. On vous en dit plus.

Nicolas Joly | Mardi 20 juin 2017

Grésiblues : tous les blues sont dans la nature

Entre les rives du Mississipi et la vallée du Grésivaudan, il n’y a a priori que peu de points communs. Toutefois, grâce aux efforts des bénévoles de l’association Grésivaudan blues festival, on peut entendre à Crolles, Montbonnot et ailleurs la même musique que dans les clubs de Memphis. Du 2 au 7 juillet, le festival Grésiblues invite ainsi des artistes de blues à se produire gratuitement et en plein air dans des communes de la vallée. Fidèles à leur volonté de faire découvrir le blues sous toutes ses formes, les organisateurs ont concocté pour cette 18e édition une programmation pour le moins éclectique. Par exemple, les amateurs de ballades traditionnelles apprécieront la retenue du classieux Luke Winslow-King, qui sillonne les routes étatsuniennes depuis plus de 10 ans. Quant aux afficionados de blues/rock plus musclé, ils apprécieront le côté sauvage des Miss America et du Quintana Dead Blues eXperience, le nouveau projet de l’électrique Piero Quintana.

Continuer à lire

Bruno Messina : « Berlioz était un punk ! »

Festival | Cela fait maintenant 24 ans que La Côte-Saint-André accueille un festival dédié au compositeur français Hector Berlioz (1803 – 1869). D’année en année, l’événement prend de l’ampleur, à tel point qu’il est aujourd’hui l’un des plus grands festivals de musique classique de la région. Pour Bruno Messina, son directeur artistique depuis 2009, un tel rassemblement est un hommage logique pour celui qui, de son temps, a toujours vu les choses en grand.

Nicolas Joly | Mardi 27 juin 2017

Bruno Messina : « Berlioz était un punk ! »

Grâce à vous, Berlioz est un véritable un globe-trotter : après l’Italie en 2012 et l’Amérique en 2014, il se rend cette fois en Angleterre (le sous-titre de cette nouvelle édition est "Berlioz à Londres au temps des expositions universelles"). Pourquoi ce choix ? Bruno Messina : En réalité Berlioz était un vrai voyageur. Au XIXe siècle, il fut l’un des premiers compositeurs à connaître plus de succès à l’étranger qu’en France, et notamment en Angleterre. Mais surtout, la musique classique est quelque chose qui peut tenir à l’écart les gens qui ne la connaissent pas. C’est donc plus facile d’amener le public à s’y intéresser en lui racontant une histoire, qui est celle de l’aventurier qu’était Berlioz. D’autant plus que Berlioz vouait un amour profond à l’Angleterre, un amour de cœur. Il découvrit Shakespeare à 24 ans, qui le fascina, et se découvrit en même temps une passion pour une actrice irlandaise, Harriet Smithson, qui sera le deuxième grand coup de foudre de sa vie et pour laquelle il écrira la Symphonie fantastique. C’est aussi cette histoire que l’on va raconter. Son voyag

Continuer à lire

Vercors Music Festival 2017 : des têtes d’affiche en veux-tu en voilà

Festival (en juillet) | Pour sa troisième édition, le festival musical d’Autrans (dans le Vercors, à moins d’une heure de Grenoble) voit encore plus grand. Rendez-vous du vendredi 7 au mardi 11 juillet pour le constater.

Aurélien Martinez | Mercredi 22 mars 2017

Vercors Music Festival 2017 : des têtes d’affiche en veux-tu en voilà

On savait déjà pour Camille, Tryo et Chinese Man. Voilà que l’équipe organisatrice du Vercors Music Festival, nouveau venu dans la cour des manifestations estivales, vient de rajouter quelques gros noms à sa prochaine prog. Dont : la sensation pop française La Femme l’ex Rita Mitsouko Catherine Ringer nos copines d’A-Wa (que l’on adore leur tube Habib Galbi !) les jeunes Français de Radio Elvis

Continuer à lire

Vercors Music Festival : Camille, Tryo et d’autres déjà annoncés

Festival | Du vendredi 7 au mardi 11 juillet aura lieu la troisième édition du Vercors Music Festival qui, comme son nom l’indique (presque), a lieu depuis (...)

Aurélien Martinez | Lundi 20 février 2017

Vercors Music Festival : Camille, Tryo et d’autres déjà annoncés

Du vendredi 7 au mardi 11 juillet aura lieu la troisième édition du Vercors Music Festival qui, comme son nom l’indique (presque), a lieu depuis maintenant trois ans à Autrans. Et pour titiller les mélomanes, l’équipe du festival a lâché le nom de quelques artistes que l’on découvrira cet été. Certains donnent très envie, à l’image de la chanteuse Camille (mardi 11 juillet) qui signera son grand retour six ans après son fabuleux Ilo Veyou. Elle défendra sur scène son nouvel album qui devrait sortir au printemps – elle le dévoilera fin avril au Printemps de Bourges. On croisera aussi à Autrans les beatmakers martiaux de Chinese Man (vendredi 7 juillet) ou encore les légendaires Tryo (lundi 10 juillet), toujours Vent debout, du nom de leur dernier album. D’autres artistes seront annoncés les prochaines semaines. À noter que la billetterie est déjà ouverte sur le site d

Continuer à lire

Pèlerinage blues à Grésiblues

MUSIQUES | Le festival Grésiblues se donne comme mission de prêcher la bonne parole musicale venue d’outre-Atlantique avec, pendant une semaine, des concerts gratuits dans tous le Grésivaudan. Mais loin de se cantonner à une vision étriquée de ce style, le festival va chercher les différentes nuances d’une musique complexe et subtile.

Jean-Baptiste Auduc | Mardi 21 juin 2016

Pèlerinage blues à Grésiblues

Le blues va envahir le Grésivaudan lors du Grésiblues. Le festival, qui en est à sa dix-septième édition, s’approche de la majorité : de quoi galvaniser une équipe qui ressemble d’ailleurs beaucoup plus à un groupe en tournée. Des camions, des ingénieurs sons et lumières, des gros bras (bénévoles) pour monter et démonter la scène ; bref, une effervescence qui n’arrête jamais durant la semaine. Tous les soirs, le rituel se perpétue. « C’est un peu le bazar, entre guillemets » en rigole Brigitte Nakachdjian, présidente de l’association organisatrice. Mais cela vaut le coup. À lire le nom des artistes programmés (Andy J Forest, la formation Daddy MT and the Matches …), on se croirait plus dans le Tennessee (ou le Mississippi, on ne sait plus). Mais en fin de compte, on est bien dans le massif isérois. Ce festival ne se contente d’ailleurs pas d’un bout de montagne. Son originalité : il est ambulant. Le Grésiblues va commencer à Saint-Vincent-de-Mercuze, puis va redescendre un poil pour atteindre Le Touvet. La caravane du blues va alors traverser la vallée pour foncer sur Le Cheylas pour redescendre ensuite à Montbonnot. « On aime digre

Continuer à lire

Le Festival Berlioz, les sorcières et les loups-garous

Festival | La Côte-Saint-André se prépare : fin août, l’incontournable Festival Berlioz va résonner dans tous les contreforts de l’Isère. Une nouvelle programmation qui a une couleur toute particulière : les sorcières seront au rendez-vous, les monstres et les diables vont sortir du bois.

Pascale Clavel | Lundi 18 juillet 2016

Le Festival Berlioz, les sorcières et les loups-garous

Berlioz : un romantique génial, un orchestrateur hors-norme, un chef d’orchestre impétueux, un compositeur rare écrivant avec autant de brio une symphonie qu’un oratorio. Il a composé des mélodies sublimes, des opéras grandioses, a été nourri aux œuvres de Shakespeare et de Virgile, s’est immergé dans les légendes les plus énigmatiques. La musique de Berlioz reste unique. C’est logiquement dans sa ville natale que s’est installé depuis longtemps un festival qui lui rend un vibrant hommage. Pour cette nouvelle édition s'invitent du décalage, de l’humour, du grand, du beau, un brassage d’ingrédients subtils, des chemins musicaux de traverse. Une recette succulente à faire pâlir les chefs les plus étoilés ; et dans la marmite, un mélange plutôt original avec du cinéma, une intégrale pour piano de Chopin, des monuments de la musique berliozienne, de la poésie de Baudelaire, de la danse et d’autres joyeuses surprises. Recette gagnante L'ouverture est en forme de bizarrerie, le public étant invité à se rendre au château et, devant, à se laisser surprendre : ici des contes et des légendes, là une dégustation de produits du terroir, là-bas des concerts,

Continuer à lire

Vercors Music Festival : les stars prennent le massif

MUSIQUES | Deuxième édition pour la grand raout musical d'Autrans. Rendez-vous du vendredi 8 au lundi 11 juillet, avec pas mal de stars.

Aurélien Martinez | Mardi 28 juin 2016

Vercors Music Festival : les stars prennent le massif

Nouveau venu dans la galaxie des festivals isérois, le Vercors Music Festival a annoncé la couleur dès sa première édition en 2015 : ici, les grosses têtes d’affiche sont chez elles. Pour cette deuxième édition, toujours pensée par le guitariste Jean-Philippe Bruttmann, on retrouvera donc à Autrans des noms porteurs (et potentiellement sources d’affluence – le nerf de la guerre des festivals de l’été), aussi bien nationaux qu’internationaux, comme Selah Sue, Charlie Winston, La Yegros ou encore Deluxe. Côté chanson française, on aura droit à l’éternel Hubert-Félix Thiéfaine, au plus passionnant qu’il n’en a l’air Alex Beaupain ainsi qu’à la petite nouvelle (enfin, plus tant que ça depuis le temps) L alias Raphaële Lannadère. Et on est contents de retrouver le groupe Dionysos, qu’on avait un peu perdu depuis son grandiose Western sous la neige en 2002. Il revient avec un très fort Vampire en pyjama, porté par un Mathias Malzieu en pleine renaissance, autant artistique que personnelle (il sort d’une grave maladie). «

Continuer à lire

L'été des festivals autour de Grenoble

ACTUS | Certes, on a sorti fin juin notre supplément consacré au festivals en Rhône-Alpes, mais ce n’est pas une raison pour ne pas reparler de ceux prévus autour de Grenoble en juillet et août ; qu’ils soient branchés musique, spectacle vivant ou les deux ! Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 7 juillet 2015

L'été des festivals autour de Grenoble

10 – 12 juillet Le Vercors Music Festival Pour la première édition de ce nouveau festival prévu à Autrans, les organisateurs (et notamment le programmateur Jean-Philippe Bruttmann, compositeur et guitariste de son état) se sont offert quelques têtes d’affiche, sans doute pour marquer les esprits. Les excellents Moriarty, groupe au folk tendrement barré et bricolé, et la pimpante Yael Naim seront de la partie. Tout comme l’Américaine Ilene Barnes, à la voix impressionnante, et le guitariste américain de jazz fusion Al Di Meola. « Toutes les esthétiques musicales seront présentes autour des deux scènes du festival, mais auront toutes pour point commun de placer la guitare au centre des attentions. » Ça se tient. 15 – 19 juillet Merci, Bonsoir ! Encore un nouveau festival ! Dans le cadre de la première édition de l’événement spectacle vivant (versant arts de rue) et musique Merci, Bonsoir ! organisé à Grenoble (à la Bifurk et au parc Flaubert) par l’association

Continuer à lire

Le Festival Berlioz surprend encore !

MUSIQUES | Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)

Philippe Yves | Mercredi 24 juin 2015

 Le Festival Berlioz surprend encore !

Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un programme à l’inspiration chaque fois renouvelée, grâce à une maline approche thématique. Sans oublier les tubes berlioziens tels la Symphonie Fantastique, le festival nous emmène cette année sur la route Napoléon (qui relie les Alpes et la Côte d’Azur) et sous la figure impériale de… Napoléon. Bonaparte est au centre des choix musicaux des invités, dont le chef Daniel Kawka avec trois évocations napoléoniennes (Schönberg, Castérède, Honegger), ainsi que d’une création mêlant les polyphonies corses d’A Filetta et un orchestre signée Bruno Coulais. Et comme on ne saurait fêter Berlioz sans ses œuvres XXL pour masses orchestrales et chorales, le festival investira le Théâtre antique de Vienne pour une nuit autour du monumental Te Deum dirigé par François-Xavier Roth réunissant près de 1000 pros et amateurs. Une nuit symboliquement ouverte aux jeunes et clôturée par une relecture jazz avec Louis Sclavis, Vincent Segal et l’Arfi. Excusez du peu. Philippe Yves

Continuer à lire

Vienne : les Authentiks sont de retour

MUSIQUES | Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival Les Authentiks retrouvera cet été le chemin du Théâtre antique de Vienne. Connaissant le (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Vienne : les Authentiks sont de retour

Hors les murs depuis l'annulation de son édition 2013, le festival Les Authentiks retrouvera cet été le chemin du Théâtre antique de Vienne. Connaissant le climat de morosité financière dans lequel baigne le secteur culturel ces temps-ci, cette résurrection est déjà un petit miracle en soi. Sa programmation, exclusivement dédiée au hip-hop, ce sabir des peuples périphériques, offre elle aussi quelques raisons de se réjouir. À commencer par la venue de Joeystarr, qui partagera le haut de l'affiche avec les "beatmakers" martiaux de Chinese Man, le temps d'une "Caribbean Dandee Block Party" en bonne compagnie (derrière les platines : Cut Killer et DJ Pone) qu'on nous promet "caliente". C'est toutefois en bas de la carte que se nichent les propositions les plus excitantes, à savoir les frangins BigFlo & Oli, petits prodiges d'un rap salutairement déconneur, et la pair Anton Serra/Lucio Bukowski, la plus lettrée et loyale du collectif lyonnais L’Animalerie. Reste à savoir s'ils se produiront comme prévu avec le poète des trottoirs Kacem Wapalek, qui a récemment réglé ses comptes en public avec l'ensemble de cette prolifique meute. Réponse mi-juillet.

Continuer à lire

Harold en Amérique

MUSIQUES | Après les Bleus, c’est au tour du Festival Berlioz de s’envoler pour l’Amérique du Sud à l’occasion de sa vingt-et-unième édition, ordonnée par Bruno Messina sous l’intitulé imaginaire “Berlioz en Amérique au temps de la révolution industrielle”. En point de mire : le Brésil et la ville de Rio de Janeiro, dont Hector Berlioz fut membre correspondant de l’Académie impériale des Beaux-Arts. Régis Le Ruyet

Régis Le Ruyet | Mardi 24 juin 2014

Harold en Amérique

Ça commencera fort : lors de sa journée inaugurale, le jeudi 21 août, le Festival Berlioz reprendra le concert monstre qu’Hector Berlioz échafauda à Paris le 1er août 1844 dans le cadre de l’Exposition de l’Industrie. Ce jour-là, devant un parterre de 8 000 spectateurs, le fils du docteur de la Côte-Saint-André mobilisa l’essentiel des forces musicales de la capitale dans une grande œuvre qu’il dirigea pour mille exécutants. Un désir que Berlioz caressa d’abord comme un rêve, mais qu’il put répéter à quatre reprises dans la salle du vaste Cirque Olympique. Afin de réitérer cet exploit, le festival se déploiera à grande échelle et investira l’Usine-pensionnat Girodon. Cité ouvrière édifiée à Saint-Siméon-de-Bressieux dans les années 1870, l’établissement réunissait, dans un même espace, lieu de production et d’habitation. Pour cette odyssée monumentale, le jeune chef français Nicolas Chalvin (photo) dirigera, outre son Orchestre des Pays de Savoie, l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, le Chœur Emelthée et les amateurs rhône-alpins ayant voulu souscrire à cette aventure. Escale transatlantique Admiré par Berlioz, à qui il succéda en 1869 à l’Institut de F

Continuer à lire

Le blues est une musique chaude

MUSIQUES | Si l’on pense, au prétexte que – comme disait Jojo – tout vient de là, le blues est uniforme, il convient d’aller faire un tour au festival Grésiblues pour (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 24 juin 2014

Le blues est une musique chaude

Si l’on pense, au prétexte que – comme disait Jojo – tout vient de là, le blues est uniforme, il convient d’aller faire un tour au festival Grésiblues pour y applaudir, notamment, deux bluesmen français. Lesquels, enfants, n’ont même pas trempé leurs pampers dans le Mississippi. On découvrira alors toute l’étendue de cette musique, son infini delta, pourtant jailli de la même minuscule source. Mr. Bo Weavil, parti d’un blues tout ce qu’il y a de plus traditionnel, dégaine à présent la trancheuse à jambon pour livrer une musique hybride où les instruments vintages le disputent aux machines, le hip-hop au psychobilly, le naturel à la voix filtrée, rappellant en cela l’une de ses connaissances, Don Cavalli, les deux étant des piliers de la scène blues françaises. De l’autre côté du spectre se situe Harold Martinez, dont on vous a déjà parlé. Harold Martinez, son Dead Man et ses ambiances ad hoc, entre enterrement jarmuschien, prêche vaudou à la 16 Horsepower et transe malaisante qui déchausse les dents et fait grésiller les transistors. L’un des trucs les plus hab

Continuer à lire

Berlioz à la Côte

MUSIQUES | Du 22 août au 1er septembre, le Festival Berlioz fêtera ses vingt ans avec "L'homme-orchestre", programme anniversaire en l'honneur du fils du pays né le (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 20 juin 2013

Berlioz à la Côte

Du 22 août au 1er septembre, le Festival Berlioz fêtera ses vingt ans avec "L'homme-orchestre", programme anniversaire en l'honneur du fils du pays né le 11 décembre 1803 à la Côte-Saint-André. Un sous-titre qui nous rappelle une caricature anonyme de 1850 dépeignant le compositeur affublé d'un tambour et portant dans le dos un instrument à vent plus proche du tromblon que du trombone. Maître des expériences orchestrales et des effectifs géants, Hector Berlioz consigna ses études et pratiques dans deux livres : un Traité de l'instrumentation et de l'orchestration moderne, suivi de l'essai Le Chef d'orchestre : théorie de son art, recherches que certains considérèrent en leur temps comme des extravagances. À l'exemple de la symphonie Harold en Italie, qui sera donnée le 25 août par la Chambre philharmonique d'Emmanuel Krivine (photo), où sur un sujet emprunté au poète anglais Byron, le maestro développe une ballade symphonique tracée comme un chemin d'honneur pour le violon alto. Autre orfèvre des masses musicales, Ludwig von Beethoven, que Berlioz considérait à la fois comme un génie, un bienfaiteur et un ami, sera présent chaque jour p

Continuer à lire

Berlioz à la Côte

MUSIQUES | C’est traditionnellement fin août que la Côte-Saint-André honore Hector Berlioz, le fils prodige né dans la capitale de la Bièvre le 11 décembre 1803. Régis Le Ruyet

Régis Le Ruyet | Vendredi 22 juin 2012

Berlioz à la Côte

Niché au milieu des terres froides, le village de la Côte-Saint-André voit grandir Hector Berlioz jusqu’à ses dix huit ans. L’âge du départ pour Paris, où un Bac es lettres en poche, le côtois se destine à faire médecine comme papa. Mais rapidement, les études du carabin se voient contrariées, celui-ci préférant la musique à la thérapie. Inscrit au Conservatoire de Paris, il se consacre alors exclusivement à sa muse, jusqu’à obtenir en 1831 un premier prix de Rome en récompense de sa cantate Sardanapale. Protégé de l’Académie de France, il quitte dès lors la capitale pour mettre pied à terre à la Villa Médicis, « palais » d’attache des lauréats. Nuits romaines Après les nuits fantasmagoriques de Berlioz Liszt et le Diable, c’est la période italienne du compositeur que s’attache à faire vivre Berlioz et l’Italie, un carnaval romain. Du 22 août au 2 septembre et aux quatre coins du village, l’évocation du voyage transalpin de Berlioz imaginé par Bruno Messina, directeur de l’agence iséroise de diffusion artistique, donnera lieu à plus de cinquante événements. Onze soirées orchestrales se dérouleront dans la cour du

Continuer à lire

Dans la vallée, oh, oh...

MUSIQUES | « Tiens, si on faisait un festival de blues dans le Grésivaudan ? Et si on l’appelait Bluesaudan ? Mouais... Attends, on peut inverser sinon... (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 21 juin 2012

Dans la vallée, oh, oh...

« Tiens, si on faisait un festival de blues dans le Grésivaudan ? Et si on l’appelait Bluesaudan ? Mouais... Attends, on peut inverser sinon... Grésiblues, qu’est-ce que t’en penses ? Ça claque, non ? » (monologue complètement fictif, bien entendu). En effet, ça claque. D’autant plus que depuis douze ans, l’idée est parfaitement mise en pratique par l’équipe du festival. Cette dernière a ainsi investi la vallée située entre Grenoble et Chambéry, pour une manifestation itinérante qui propose chaque soir des concerts gratuits dans six communes. Outre les ateliers à destination des amateurs et encadrés par des artistes (la marque de fabrique du festival), c’est la programmation qui chaque année retient l’attention. Cette fois-ci, le public aura entre autres droit à Pat « Mother Blues » Cohen (photo) : venue tout droit de la Nouvelle-Orléans, elle a écumé les différentes scènes de la ville à un rythme effréné, offrant au public sa voix impressionnante et groovy, comme l’on peut aisément s’en rendre compte sur les vidéos live disponibles sur le web. Sinon, Philippe Grancher, que beaucoup considèrent comme l'un des meilleurs guitaristes de blues en France (même lui, puisque l’on retro

Continuer à lire

Rock star classique

MUSIQUES | Cette année, le plantureux Festival Berlioz consacre une part non négligeable de sa programmation au contemporain hongrois d’Hector, le compositeur et (...)

François Cau | Vendredi 8 juillet 2011

Rock star classique

Cette année, le plantureux Festival Berlioz consacre une part non négligeable de sa programmation au contemporain hongrois d’Hector, le compositeur et pianiste virtuose Franz Liszt. Mieux : dans le cadre du Château de la Côte-Saint-André sera projetée une œuvre à même de secouer violemment le public, Lisztomania (1975) de Ken Russell. Ce réalisateur anglais malheureusement trop méconnu (seulement deux de ses films, Tommy et Le Repaire du Ver Blanc, sont édités en DVD chez nous) procède ici comme dans toutes ses biographies cinématographiques. A l’instar de ses films consacrés à Mahler, Tchaïkovski ou encore Rudolph Valentino, le cinéaste, profondément iconoclaste, ne se soucie pas vraiment de coller stricto sensu aux grandes étapes de la vie de son sujet (la relation “vampirique“ entre Liszt et Richard Wagner est ainsi totalement fantasmée), mais livre sa propre interprétation de son œuvre, à travers une imagerie très – d’aucuns diront trop – baroque. Au gré d’une mise en scène évoquant la frénésie d’Andrzej Zulawski, Ken Russell transforme Franz Liszt (campé par Roger Daltrey, chanteur des Who) en véritable rock star de son temps, notamment lors d’une scène de concert éloquente. E

Continuer à lire

L’influence shakespearienne

MUSIQUES | Cinés concerts classiques / Deux semaines de programmation, 18 000 spectateurs et pas moins de 16 éditions, le festival Berlioz de la Côte-Saint-André (qui (...)

François Cau | Mercredi 8 juillet 2009

L’influence shakespearienne

Cinés concerts classiques / Deux semaines de programmation, 18 000 spectateurs et pas moins de 16 éditions, le festival Berlioz de la Côte-Saint-André (qui n’est autre que la ville natale du compositeur Hector Berlioz) est aujourd’hui un rendez-vous estival très prisé des amateurs de musique classique de la région Rhône-Alpes. Loin de s’enterrer dans un processus de programmation « facile » et convenue, le festival s’attache plutôt à développer les sens et la réflexion de son auditoire. La preuve en image cette année avec les cinés concerts, qui seront à l’honneur les 19, 21 et 23 août au sein du cinéma le Club de la Côte-Saint-André. Trois films seront ainsi projetés et mis en musique par l’Ensemble Carpe Diem, dirigé par Jean-Pierre Arnaud : deux productions d’Orson Welles, MacBeth (1948) et Othello (1952), puis une version de Falstaff réalisée pour le festival par l’Ensemble Carpe Diem lui-même. Point commun, ces trois projections se voient réunies sous la musicalité de Verdi, le cinéma d’Orson Welles (qui avait réalisé son propre Falstaff - Chimes at Midnight en 1965) et la littérature de Shakespeare. Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que les travaux respectifs de Ve

Continuer à lire