Apparat, épopée pop

Electro | Auteur d’une pop ciselée et élégante teintée de subtiles textures électroniques, le prodige allemand Apparat sera de passage mercredi 22 septembre à la Belle Electrique le temps d’un live qui s’annonce prometteur.

Damien Grimbert | Mardi 7 septembre 2021

Photo : DR


Figure emblématique de la scène électronique allemande depuis maintenant plus de deux décennies, Sascha Ring alias Apparat aura consacré une bonne partie de sa carrière à apprivoiser et faire sien un format auquel il était à l'origine totalement étranger : celui de la pop music.

Après quelques années à écumer les clubs en tant que DJ techno, il sort ainsi en 2001 sur le label Shitkatapult qu'il dirige avec Marco Haas son premier album Multifunktionsebene, qui propose une IDM minimaliste peuplée de rythmiques brutes et de mélodies mélancoliques. Puis, au fil des années et des sorties d'albums, ses compositions vont s'étoffer progressivement d'instruments acoustiques, de chants et de collaborations avec d'autres musiciens comme Ellen Allien, au côté de laquelle il signe en 2006 un remarqué Orchestra of Bubbles sur Bpitch Control, le label de cette dernière. Un cap est passé, qui va encore s'affiner dans les années qui suivent au point qu'à la sortie de son album The Devil's Walk sur Mute en 2011, les orchestrations pop, l'ambient et les inspirations shoegaze jouent déjà amplement à part égale avec les sonorités plus ouvertement électroniques de ses débuts.

Il faut dire aussi que dès la fin des années 2000, Sascha Ring entame en parallèle un travail de composition pour divers films, séries télévisées et pièces de théâtre qui lui permettent d'ajouter de nouvelles cordes à son arc. L'autre fait marquant des années 2010 étant bien évidemment sa collaboration de longue durée, Moderat, avec le duo berlinois Modeselektor. Aujourd'hui artiste pop pleinement accompli, Apparat a emmené sa musique vers des sommets d'orfèvrerie et de raffinement encore inédits. Au point de nous faire (presque) regretter les expérimentations IDM plus modestes de ses tout débuts…

Apparat (live), mercredi 22 septembre à 20h à la Belle Electrique


Apparat live

En tant que membre de Moderat ou en solo, Apparat cherche à transcender le dance-floor et la salle de concert.
La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

Panorama de rentrée culturelle 2018/2019 | De quoi nous emmener énergiquement vers la fin d'année avec une flopée de DJs et de musiciens que l'on croisera tard le soir à la Belle électrique, au Black Lilith, à l'Ampérage ou encore à la Bobine.

La rédaction | Jeudi 20 septembre 2018

Électro, techno, funk... : les 10 soirées de l'automne

Cut Killer DJ emblématique de la scène hip-hop française s’il en est, Cut Killer a marqué d’un sceau indélébile les années 1990 par le biais d’innombrables mixtapes, émissions de radio et collaborations en tout genre. Fin connaisseur des grands classiques old-school, mais toujours un œil posé sur les dernières nouveautés fraîchement sorties, il viendra dévoiler sa science du mix le temps d’une soirée qui risque bien de faire salle comble. Au Black Lilith jeudi 27 septembre Subversion #1 Nouveau rendez-vous nocturne initié par l’équipe de The Dare Night, les soirées Subversion entendent mettre à l’honneur les sonorités techno, rave, indus et EBM. Au programme de cette première édition, trois live-acts qui s’annoncent prometteurs avec le trio lyonnais J-Zbel, électron libre du label défricheur Brothers From Different Mothers ; Codex Empire, projet techno indus du vétéran anglais basé à Vienne Mahk Rumbae ; et enfin Illnurse, membre fondateur du collectif noisy techno parisien Container. Les DJ-set

Continuer à lire

Liam Neeson : « Ma vie pendant le tournage de "The Passenger" était monastique »

ECRANS | Regard bleu mélancolie et silhouette émaciée, Liam Neeson marque une pause pour évoquer sa nouvelle course contre la montre à grande vitesse dans "The Passenger". En voiture s’il vous plaît…

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

Liam Neeson : « Ma vie pendant le tournage de

C’est la quatrième fois que vous travaillez avec Jaume Collet-Serra ; dans quelle mesure parvenez-vous à vous surprendre mutuellement ? Liam Neeson : Nous ne nous surprenons pas vraiment. En tout cas, à chaque fois c’est de plus en plus facile pour nous de travailler ensemble et nous sommes de plus en plus proches. On ne cherche pas à suranalyser chaque chose ni des motivations aux personnages ; on est tout de suite dans le concret. J’arrive sur le tournage, on regarde les mouvements de caméra, et puis on met en boîte – c’est aussi simple que cela. Sauf s’il y a une scène un peu plus complexe, auquel cas on fait une répétition. Nous aimons notre énergie mutuelle. L’équipe le perçoit ; elle sait qu’on ne va pas attendre jusqu’à la cinquième prise. Et puis, il est très inventif ; sa caméra est au service de l’histoire et j’adore ça. Après Non Stop, il m’a fait passer d’un avion à un train – j’étais curieux de savoir comment il allait filmer. Et l’on va recommencer pour notre cinquième film ensemble, dans un espace encore plus petit : un placard (sourires). Non, en fait je ne peux pas encore en parler.

Continuer à lire

La techno autrement avec Modeselektor et Avalon Emerson

Soirée | S’ils officient chacun dans des registres distincts, le duo de vétérans berlinois Modeselektor et la jeune artiste américaine Avalon Emerson n’en partagent pas moins une volonté commune de sortir la techno et la house des ornières dans lesquelles elles semblent trop souvent embourbées. On en aura la confirmation samedi soir sur la scène de la Belle électrique.

Damien Grimbert | Mardi 21 novembre 2017

La techno autrement avec Modeselektor et Avalon Emerson

Il en va des musiques électroniques comme de tout autre champ artistique : une fois passées les premières années d’existence, on a vite tendance à sombrer dans la routine, le confort et la répétition. Et cela, l’iconoclaste duo Modeselektor l’a compris mieux que quiconque : de leurs premiers EPs remarqués pour le label BPitch Control au début des années 2000 à leur acclamée trilogie d’albums de 2005, 2007 et 2011 en passant par les sorties de leur label Monkeytown, Gernot Bronsert et Sebastian Szary n’ont eu de cesse d’introduire de nouvelles influences dans la techno pour mieux en ressusciter sa puissance d’évocation initiale. L’œuvre de Modeselektor est ainsi définie en bonne partie par son caractère collaboratif : rappeurs avant-gardistes (TTC, Busdriver, Antipop Consortium), rockers alternatifs (Thom Yorke, PVT), sans oublier bien sûr leur side-project au long cours Moderat aux côtés d’Apparat. Pour autant, la véritable force du duo réside avant tout dans sa capacité à conserver une cohérence parfaite au sein de projets qui, entre des mains moins habiles, auraient vite pu virer au fourre-tout indigeste. Cohérence

Continuer à lire