Asian Dub Foundation x La Haine, l'insurrection qui vient

Ciné-concert | Soirée énervée en perspective à La Source, le mardi 28 septembre, avec un ciné-concert Asian Dub Foundation x La Haine.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 septembre 2021

Photo : DR


En pleine ère brit-pop, au milieu des années 90, une bande de jeunes angliches d'origine paki était venu dynamiter ce paysage musical pour petits blancs grandes gueules mais inoffensifs. Sa gueule, Asian Dub Foundation, l'ouvrait plutôt deux fois qu'une pour dénoncer les injustices occidentales et le racisme rampant (souvent tout ça en même temps) à coups de disques napalmés, au croisement du rap, de la bass music et du rock fusion coup de boule à la Urban Dance Squad/Rage Against the Machine.

ADF s'impose alors avec une poignée d'albums tels que Rafi et Facts & Fictions. Mais c'est surtout sur scène que le groupe joue les grenades dégoupillées, dans le sillage du flow incendiaire de Deeder Zaman, qui tient le crachoir du groupe depuis ses 14 ans (il le quittera au début des années 2000 pour travailler dans le social) et de Chandrasonic, guitariste joueur (il accorde son instrument comme un sitar et en joue parfois avec un couteau).

Jamais à court d'innovations, le groupe multiplie les projets sortant du lot, un opéra dub-punk au milieu en 2006 et un ciné-concert sur La Bataille d'Alger pour souligner le parallèle entre la torture lors de la guerre d'Algérie et les exactions américaines en Irak. ADF n'en est alors pas à son coup d'essai ciné-militant. En 2001, le groupe projette La Haine de Mathieu Kassovitz pour sensibiliser aux émeutes qui éclatent en Angleterre sur fond de racisme. Un projet qu'ils ressortent (heureusement et malheureusement) bien souvent des cartons au fur et à mesure que l'histoire se répète. C'est encore le cas en 2021, le film de Kassovitz restant d'une cruelle actualité. Comme le talent d'ADF pour les ambiances insurrectionnelles.

Asian Dub Foundation X La Haine, mardi 28 septembre à la Source, de 17 à 20€


Asian Dub Foundation x La Haine

Le film de Mathieu Kassovitz et l'électro/hip-hop/reggae d'Asian Dub Foundation.
La Source 38 avenue Lénine Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rage contre la machine

MUSIQUES | Même si son dernier album l’éloigne quelque peu de ses racines contestataires, le groupe anglais Asian Dub Foundation reste néanmoins une référence en termes d’engagement, de fusions musicales sans concessions et de grosse, grosse violence scénique. François Cau

François Cau | Mercredi 15 juin 2011

Rage contre la machine

Né au début des années 90 en Angleterre, dans un contexte de recrudescence raciste alimentée par les illuminés du British National Party, Asian Dub Foundation regroupe un peu moins d’une dizaine de musiciens d’origine indienne. Suite à une série d’ateliers destinés à apprendre la musique aux gosses défavorisés (l’initiative perdure toujours aujourd’hui, à l’instigation du groupe), les futurs artistes imaginent un son représentatif du pluralisme de leur identité : des instrus calées sur des schémas traditionnels indiens, d’importantes touches ragga et dub mais revisitées par des guitares rageuses tutoyant régulièrement l’énergie keupon, le tout encore relevé par des flows hip hop déclamant des textes pétris de revendications politiques, et inscrits dans un contexte social des plus hardcore. Ouf. La sauce musicale prendra illico, relayée par des performances live déjà homériques – mais le public anglais n’y sera pas immédiatement réceptif. Il faudra attendre leur deuxième album et le parrainage prestigieux des rockers quasi vétérans de Primal Scream (non contents de participer au single Free Satpal Ram, les écossais proposeront à Asian Dub Foundation d’assurer leurs premières parties

Continuer à lire