Balladur au mal

Stéphane Duchêne | Mardi 21 septembre 2021

Photo : DR


« Tu nous manques Balladur ! », tel le Sébastien du film Libre et Assoupi de Benjamin Guedj incarné par Baptiste Lecaplain, voici les mots régulièrement prononcés par les critiques du Petit Bulletin Grenoble lorsqu'ils se réveillent en sursaut. Peu de concerts de Balladur à Grenoble sans qu'on dise quelques mots de l'affection maison pour le groupe homonyme du plus grand Premier ministre de la Ve République (on déconne, hein). C'est que la formation villeurbannaise n'a jamais cessé de (nous) surprendre en trois albums et autant d'EP d'existence.

Entamé comme un projet porté sur la cold-wave, Balladur s'est rapidement mué en une drôle de machine métamorphe s'autoproclamant d'obédience disco-noise-tropicale (pour ce que ça peut bien vouloir dire). En réalité, Balladur donne une synth-pop ouverte aux quatre vents. La Vallée étroite, qui donne son titre à leur dernier album en date, toujours publié sur le label Le Turc Mécanique, ressemble davantage à la vallée du Nil qu'au goulet d'étranglement d'une rivière sans retour – ou au col de l'Échelle qui est la véritable référence voulue par le groupe pour ce titre, sur lequel il est de tradition que les migrants viennent buter. C'est que derrière la joyeuse ubiquité musicale de Balladur se cache à peine un aveu d'engagement. Balladur est définitivement politique.

Balladur + Lynhood, samedi 25 septembre au Centre d'art Bastille, prix libre


Balladur + Lynhood


Centre d'Art Bastille Site sommital de la Bastille Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bracco, MoulinexxX et Balladur, à contre-courant

Rock / Électro | Trois groupes en une seule soirée au programme de la Bobine vendredi 7 février : avec Bracco, Balladur et MoulinexxX, la diversité sera de mise. La qualité aussi.

Damien Grimbert | Mardi 4 février 2020

Bracco, MoulinexxX et Balladur, à contre-courant

Alors qu’en 2020, certains s’acharnent encore à enfermer rock et musiques électroniques dans des cases hermétiques à ne surtout pas mélanger, le label parisien Le Turc Mécanique a depuis longtemps pris la direction opposée, alignant depuis 2012 au sein de son foisonnant catalogue post-punk, club music et à peu près tout ce qui serait susceptible de combler, musicalement, l’espace entre ces deux catégories. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que l’on attend la soirée du vendredi 7 février à la Bobine, qui, dès 20h30, mettra en avant cette esthétique "fusionnelle" à travers un plateau réunissant trois groupes en tous points irréprochables. Si cela fait déjà longtemps qu’on encense à chacun de ses passages l’excellent duo lyonnais entre pop, post-punk, noise, dance, électronique et musiques tropicales Balladur, il faudra également compter pour l’occasion avec le punk synthétique des Parisiens de Bracco, ainsi qu’avec les expérimentations analogiques entre noise, abstract rock et électronique du très bon duo grenoblois MoulinexxX (en photo).

Continuer à lire

Balladur et Société Etrange, voyage et dépaysement

Concert | Balladur ? Non, ce n'est pas l'ancien Premier ministre qui déboule au Bauhaus Bar vendredi. Mais bien un groupe de Villeurbanne, porté par de très nombreuses influences. En première partie : Société Étrange.

Damien Grimbert | Mardi 19 novembre 2019

Balladur et Société Etrange, voyage et dépaysement

On a déjà beaucoup parlé, dans ces pages, du duo de Villeurbanne Balladur. Pour être honnête, à chacun de leurs passages à Grenoble ou presque. Oui mais voilà, force est de reconnaître que leur incroyable capacité à condenser, au sein d’un même écrin pop plus ou moins dansant, un nombre absolument démentiel d’influences a priori hautement inconciliables (pop donc, mais aussi dub, noise, post-punk, ambient, bidouillages électroniques, musiques tropicales et on en passe…), le tout sans la moindre once de prétention, continue album après album à forcer notre respect. La Vallée Étroite, le dernier d’entre eux, tout juste sorti sur l’irréprochable label Le Turc Mécanique, ne déroge d’ailleurs pas à la règle, et l’on se réjouit déjà d’assister à sa restitution en live. Ce qui ne constitue pas pour autant une raison suffisante de snober l’excellent trio Société Étrange avec lequel Balladur partagera l’affiche. Adepte de voyages sonores habités au sein de territoires minimalistes hallucinés et volontiers psychédéliques, le groupe ressuscite avec brio la sacro-sainte alliance rythmique entre organique et électronique expérimentée dès la fin des années 1960 par les pionniers alle

Continuer à lire

Balladur et Treasure Island : indie rock en toute décontraction

MUSIQUES | Jeudi 8 février, on a rendez-vous à la Baf avec deux duos qui promettent un beau moment de communion primitive.

Damien Grimbert | Mardi 6 février 2018

Balladur et Treasure Island : indie rock en toute décontraction

Il y a toujours quelque chose d’assez jouissif à découvrir des groupes venus d’horizons qu’on imagine plutôt abrasifs et radicaux (noise bruitiste, cold-wave glaciale…) s’ouvrir à des univers plus pop, exotiques et colorés sans jamais renier pour autant leur héritage musical et leur goût pour l’expérimentation. Déjà parce qu’ils font par là preuve d’une ouverture d’esprit et de curiosité qui fait parfois un peu trop défaut à la scène indie rock "canal historique" ; et ensuite – surtout – parce que cette rencontre entre le chaud et le froid, la pop et l’expérimental, aboutit souvent à la création d’entités sonores lo-fi superbement chamarrées, aussi inédites qu’euphorisantes. <a data-cke-saved-href="http://balladur.bandcamp.com/album/super-bravo" href="http://balladur.bandcamp.com/album/super-bravo">Super Bravo by Balladur</a> Déjà venus nous rendre visite chacun de leur côté au cours de ces dernières années, les deux duos Balladur

Continuer à lire

Balladur, bien dans son temps

MUSIQUES | Mercredi 7 décembre, on a rendez-vous au Bauhaus Bar avec un groupe de rock "underground" au drôle de nom. Mais à l'écoute de sa musique, on ne lui demande pas de s'arrêter, bien au contraire.

Damien Grimbert | Lundi 5 décembre 2016

Balladur, bien dans son temps

Si l’on devait décrire à quoi ressemble un (bon) groupe de rock "underground" dans la France des années 2010, Balladur constituerait, à n’en pas douter, un parfait résumé. Un nom un peu déconneur (et absolument pas carriériste), une vraie présence scénique, du genre qu’on acquiert à force de sueur et de tournées sans fin et sans glamour, et surtout des influences musicales aussi vastes que finement canalisées. Lyrisme cold-wave incandescent, virulence post-punk entretenue aux synthés et à la boîte à rythmes, aspirations pop assumées, bidouillages électroniques lo-fi, riffs noisy tranchants, et même embardées tropicales et cowbells sur certains morceaux... On trouve tout ça chez Balladur, mais toujours au bon endroit, au bon moment, et de la bonne manière (jamais démonstrative), loin du fourre-tout indigeste qu’une telle énumération pourrait a priori laisser envisager. Après une première cassette chez AB Records, et deux albums sur le très recommandable label Le Turc Mécanique (le deuxième, Super Bravo, vient tout juste de sortir, et il est excellent), les Balladur reviennent donc jouer à Grenoble, et si vous en avez

Continuer à lire

Balladur on the beach

MUSIQUES | Dans le film Libre et assoupi de Benjamin Guedj, trop librement adapté du roman presque éponyme du Lyonnais Romain Monnery, il y a cette scène inutile mais (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 29 septembre 2015

Balladur on the beach

Dans le film Libre et assoupi de Benjamin Guedj, trop librement adapté du roman presque éponyme du Lyonnais Romain Monnery, il y a cette scène inutile mais drôle où le héros interprété par Baptiste Lecaplain se réveille en sursaut d'un rêve en marmonnant : « Tu nous manques Balladur ! » Et c'est vrai que ce n'est pas faux. C'est sans doute inconsciemment très exactement pour cette raison (ou pour tout à fait une autre) que le groupe villeurbanno-grenoblois Balladur a choisi de se baptiser ainsi plutôt que Wauquiez ou The Nadine Moranos. C'est un détail car, en dehors d'une certaine langueur monotone qui n'est pas sans rappeler Verlaine, certes, mais aussi l'ancien premier ministre de François Mitterrand donc, Balladur a autant à voir avec Balladur que la new wave avec la réforme du CPE. Surtout, Balladur est bien plus sexy que Balladur et cela, on le sait depuis la publication de leur maxi sur... cassette (non, la nostalgie n'a pas de limites), Dream Baby, nanti d'un fort beau scopitone, comme on disait sous De Gaulle. Il s'est passé deux ans mais revoilà ce groupe qui, à l'instar de son homonyme, ne fait pas de pro

Continuer à lire