Plein Soleil et Panoptique, aventures synthétiques

Damien Grimbert | Mardi 19 octobre 2021

Photo : DR


C'est un plateau hautement recommandable qu'a mis en place, pour son passage à la Bobine à la fin du mois, le label Notte Brigante, dont on a toujours un peu de mal à saisir s'il est basé à Grenoble ou à Lyon, mais là n'est sans doute pas l'important. Au programme, un live de « tribal exotica » signé Plein Soleil (en photo), projet solo du Lyonnais Jonathan Grandcollot dont on a déjà pu apprécier la participation à des formations aussi émérites que La Société Etrange, Pan Pan Pan ou encore Omertà.

Tribal exotica, mais encore ? Entendez par là des successions de polyrythmies envoûtantes qui emmènent le cerveau en escapade, des atmosphères dub qui donnent l'impression de nager sous l'eau, et des nappes ambient synthétiques qui rajoutent encore une part de mystère. Soit amplement de quoi faire de son nouvel album sobrement intitulé U.V., sorti en septembre sur le label Zèbres Records, une écoute des plus rafraîchissantes.

Autre projet solo, fruit cette fois du Marseillais Théo Delaunay, Panoptique propose pour sa part une exploration synthétique de territoires sonores escarpés et lo-fi, quelque part entre punk, indus, kraut et minimal wave, comme en témoigne son excellent album How Did You Find Me ? sorti en mars sur le label Macadam Mambo. Est-ce qu'on a besoin de préciser que tout ça nous excite au plus haut point ?

Plein Soleil, Panoptique et HLM38 mardi 26 octobre à 19h30 à La Bobine


Plein soleil + Panoptique + HLM38


La Bobine 42 boulevard Clemenceau Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Balladur et Société Etrange, voyage et dépaysement

Concert | Balladur ? Non, ce n'est pas l'ancien Premier ministre qui déboule au Bauhaus Bar vendredi. Mais bien un groupe de Villeurbanne, porté par de très nombreuses influences. En première partie : Société Étrange.

Damien Grimbert | Mardi 19 novembre 2019

Balladur et Société Etrange, voyage et dépaysement

On a déjà beaucoup parlé, dans ces pages, du duo de Villeurbanne Balladur. Pour être honnête, à chacun de leurs passages à Grenoble ou presque. Oui mais voilà, force est de reconnaître que leur incroyable capacité à condenser, au sein d’un même écrin pop plus ou moins dansant, un nombre absolument démentiel d’influences a priori hautement inconciliables (pop donc, mais aussi dub, noise, post-punk, ambient, bidouillages électroniques, musiques tropicales et on en passe…), le tout sans la moindre once de prétention, continue album après album à forcer notre respect. La Vallée Étroite, le dernier d’entre eux, tout juste sorti sur l’irréprochable label Le Turc Mécanique, ne déroge d’ailleurs pas à la règle, et l’on se réjouit déjà d’assister à sa restitution en live. Ce qui ne constitue pas pour autant une raison suffisante de snober l’excellent trio Société Étrange avec lequel Balladur partagera l’affiche. Adepte de voyages sonores habités au sein de territoires minimalistes hallucinés et volontiers psychédéliques, le groupe ressuscite avec brio la sacro-sainte alliance rythmique entre organique et électronique expérimentée dès la fin des années 1960 par les pionniers alle

Continuer à lire

Musiques plurielles avec Sacha Mambo

Soirée | Samedi 9 juin, on a rendez-vous au Drak-Art avec un « DJ ambianceur de foule depuis plus de 10 ans » comme l'assurent ceux qui l'invitent (et qui ont raison).

Damien Grimbert | Mardi 5 juin 2018

Musiques plurielles avec Sacha Mambo

On a failli passer à côté de l’info, et ça aurait été dommage comme c’est peu de dire que ses DJ-sets nous enthousiasment au plus haut point : le DJ lyonnais Sacha Mambo sera de passage à Grenoble à l’invitation des collectifs Lorem Ipsum et Mo’Soul, le temps d’une soirée placée sous le signe de l’éclectisme, de la convivialité et de la curiosité. Co-fondateur aux côtés de Guillaume Des Bois de l’excellent label Macadam Mambo, référence incontournable pour les amateurs d’edits irréprochables mais également de productions originales, ce "crate-digger" de premier plan fait en effet partie de ces artistes rares capables de créer en club des ambiances exceptionnelles en jouant exclusivement ou presque des morceaux obscurs et inconnus de tous. Piochant dans une variété sans fin de styles musicaux avec néanmoins une prédilection marquée pour la période des années 1970 à 1990 (afro, cosmic disco, house, indus, balearic, cold-wave, acid, boogie, krautrock, dub, new beat, électro et on en passe…), ses DJ-sets aussi planants que mouvementés ne sont pourtant en rien l’apanage des seuls amateurs érudits. Si vous êtes capable de danser sur autre chose que de la techno au kilomètre

Continuer à lire

Feadz, Claristidge et Mark XIII : les trois soirées de la semaine

MUSIQUES | On va clubber où ces prochains jours ? Réponses : au Vertigo, à la Bobine et au Mark XIII.

Damien Grimbert | Mardi 29 novembre 2016

Feadz, Claristidge et Mark XIII : les trois soirées de la semaine

02.12.16 > Vertigo Feadz Parce qu’il fait partie de ces artistes plus présent derrière les platines que sur les réseaux sociaux, on en viendrait parfois presque à oublier que Feadz reste toujours, plus de quinze ans après ses débuts, parmi les meilleurs DJs français en activité. Pionnier des croisements entre électro old-school, house, rap, techno, club, bass et ghetto music, producteur de l’égérie Uffie à ses débuts, auteur d’excellents maxis pour Ed Banger et BPitch Control, Fabien Planta continue aujourd’hui d’électriser les dancefloors aux côtés de la nouvelle génération avec des sorties sur des labels comme Sound Pellegrino, Moveltraxx ou Paradoxe Club. _______ 01-03.12.16 > Mark XIII Anniversaire de la reprise du bar Pour fêter en beauté l’anniversaire des trois ans de la reprise du bar par les deux nouveaux patron Luc et Pauline, le Mark

Continuer à lire

Delon, de l’ombre au Plein soleil

ECRANS | Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)

Christophe Chabert | Jeudi 4 juillet 2013

Delon, de l’ombre au Plein soleil

Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil – à redécouvrir cette semaine au Méliès. On s’attend à voir l’éternel délire mégalo de l’acteur prendre toute la place mais, surprise, le voici au bord des larmes, submergé par l’émotion, évoquant René Clément comme celui sans qui sa carrière n’aurait pas été celle qu’elle est. En effet, Clément est celui qui a fait de Delon une star, le faisant basculer de son statut de second rôle dans des films populaires à celui de comédien majeur dont le magnétisme noir aspire tout sur son passage. De plus, Plein soleil inscrit à même son intrigue ce passage de l’ombre à la lumière. Delon y est Tom Ripley, mais dans les premières séquences, Tom Ripley n’est pas grand chose. Juste un petit escroc que l’on paie 5000 dollars pour convaincre Philippe, un riche héritier, de cesser sa vie de playboy sous le soleil italien pour revenir dans ses pénates familiales. Ripley fait ce qu’il peut pour accomplir sa mission, mais il est renvoyé dans les cordes par la désinvolture canaille et le tempérament de noceur de

Continuer à lire