Villa Glovettes, résidence d'artistes en Vercors

Villard-de-Lans | Aux Glovettes, énorme complexe résidentiel typique des stations de ski, la majorité de l’année les appartements sont vides. Une association créée par quatre femmes fait vivre le bâtiment en dehors de la saison des neiges en le transformant en résidence d’artistes et en proposant des actions culturelles aux habitants du Vercors.

Valentine Autruffe | Mardi 16 novembre 2021

En cette fin d’automne, le lieu est fantomal. Silence de forêt au milieu de ces énormes bâtiments de béton qui serpentent au creux d’un vallon, en surplomb de Villard-de-Lans. Au pied des immeubles, le télésiège est à l’arrêt, le court de tennis vieillit. Sorti de terre à la fin des années 70, dans la ruée sur l’or blanc, le complexe des Glovettes peut accueillir, au cœur de l’hiver, jusqu’à 5000 vacanciers skieurs. Le reste de l’année, quarante personnes s’y croisent de loin.

Parmi elles Agathe Chion, metteuse en scène qui après avoir bourlingué dans les théâtres de Berlin et Bruxelles, a pris un virage radical avec conjoint, enfants et chien pour s’installer dans l’appartement familial des Glovettes. Au vert. Rapidement elle s’est liée avec trois comparses vertacomicoriennes, Adrianna Wallis, artiste plasticienne, Hélène Fournié, illustratrice médicale, et Célia Vaudaine, professionnelle de l'édition.

© Boris Vigaud

935 copropriétaires éloignés

A force d’arpenter, pour le compte des copropriétaires absents (ils sont 935 au total, une foule), ces longs couloirs habillés de bois brut, avec écorce et nœuds apparents, l’idée a germé : plutôt que de laisser vacants ces appartements neuf ou dix mois par an, pourquoi ne pas y accueillir des artistes en résidence, toutes disciplines confondues ? « En fonction des projets, on les accueille sur trois, six ou douze semaines », précise Agathe Chion, pour qui l’association Villa Glovettes, soutenue par les pouvoirs publics, est déjà en train de créer un poste.

Dans ces appartements à moquette rouge carmin, sept artistes travaillent cet automne : le peintre Thomas Lévy-Lasne, l’autrice Mathilde Segonds avec la vidéaste Frédérique Vivet (elles travaillent ensemble sur un film, Par les cols), l’artiste plasticienne Jenny Feal, le musicien-écrivain Xavier Machault et le réalisateur Méryl Fortunat-Rossi. Pendant leur séjour aux Glovettes, ils prennent part à des initiatives culturelles (ce n’est pas une obligation) qu’ils choisissent en lien avec l’association : conférence, atelier d’écriture, activité avec les collégiens et lycéens de Villard-de-Lans, par exemple.

La première session de résidence aux Glovettes, baptisée Automne 21, touche à sa fin et l’initiative fait beaucoup parler d’elle. Samedi, Agathe Chion et deux de ses pensionnaires sont partis au Musée de Valence, à sa demande, pour exposer le projet Villa Glovettes. Des artistes hors réseau des quatre associées les contactent déjà en vue de s’installer à leur tour dans ces appartements où la quiétude règne, face aux grands espaces du Vercors. La prochaine session, Printemps 22, accueillera entre autres l’essayiste-philosophe-charpentier-alpiniste Arthur Lochmann (Toucher le vertige, 2021, Flammarion).

Source infinie d’inspiration

Agathe Chion déborde d’idées pour les Glovettes, source infinie d’inspiration, mais prend son temps afin de rester loin de la ligne rouge : dénaturer la sérénité et la nature de ce lieu étonnant en le transformant en fourmilière ou en usine événementielle. Pas de grosse fête ou de concert, pas de festival bruyant… « De toute façon, on ne peut pas se la péter ici ! », lâche-t-elle tout sourire, les deux pieds campés dans le champ qui borde la résidence.

Pour le moment, Villa Glovettes se contente de séances cinéma sous les étoiles, de visites architecturales et d’actions culturelles avec les artistes, à l’échelle du territoire. Prochains rendez-vous, "Habiter par la peinture", conférence conviviale de Thomas Lévy-Lasne (vu le personnage, on s’attend à un moment cocasse), le 21 novembre, qui racontera son état de « peintre du banal » et, sans doute, son amour pour le crépi old school des Glovettes. Les ateliers d’écriture de Mathilde Segonds se poursuivent avec des séances les 20 et 27 novembre et le 4 décembre, sur différents thèmes ; et le 12 décembre elle emmènera les familles dans un bien nommé « atelier mystérieux ».

Dans la crise que traverse la montagne, entre le manque régulier de neige et la diversification quatre saisons, Villa Glovettes offre une respiration à la station-village ; tout le monde est content : les propriétaires louent leur bien là où il serait resté vide, les artistes bénéficient d’un cadre propice à la création et à la contemplation, les locaux voient s’étoffer l’offre culturelle à deux pas de chez eux.

Villa Glovettes Plus d’informations sur la page Facebook de Villa Glovettes

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

No One Is Innocent fourbit ses armes à la Belle Electrique

ACTUS | L’inépuisable groupe métal No One Is Innocent a terminé cette semaine une résidence de quelques jours à la Belle Electrique, afin de peaufiner la tournée Ennemis 2022.

Valentine Autruffe | Vendredi 19 novembre 2021

No One Is Innocent fourbit ses armes à la Belle Electrique

Bientôt trente ans que No One Is Innocent écluse toutes les scènes rock et métal du pays et au-delà, avec toujours la même verve chantée en français. Cette semaine, le groupe a passé quelques jours en résidence à Grenoble, à la Belle Electrique, afin de préparer son retour sur les routes (No One ne s’en éloigne jamais bien longtemps) avec un nouvel album, Ennemis, sorti en octobre 2021. Quelques Zénith au programme de lives qui seront toujours aussi rugueux ; il suffit d’écouter le titre qui porte le disque, Forces du désordre, pour imaginer la furie prendre possession de la fosse… De quoi exulter contre les ennemis de No One, explicitement rhabillés pour l’hiver dans Les Hyènes de l’info, La Caste ou Polit Blitzkrieg. Rendez-vous le 19 mai 2022 à la Belle Electrique pour le concer

Continuer à lire

"Flaques, fantômes et le voisin" : couleurs pop et imaginaire spirite

Exposition | L'École supérieure d'art et de design de Grenoble a deux invités jusqu'au 18 décembre : Nicolas Momein et Hoël Duret. Deux imaginaires qui se rapprochent idéalement.

Benjamin Bardinet | Mardi 3 décembre 2019

Une fois par an la Résidence Saint-Ange, à Seyssins, s’invite à l’École supérieure d’art et de design de Grenoble pour y exposer le travail produit par les deux artistes ayant bénéficié de son accompagnement. N’hésitez donc pas à franchir la porte de l’école, car cela donne lieu à des accrochages qui, de ce qu’on a vu jusqu’à présent, valent le détour. Réunis à l’occasion de cette exposition qui conclut leur temps de résidence, Nicolas Momein et Hoël Duret donnent l’impression d’un dialogue spontané entre leurs univers. L’accrochage entremêle joyeusement leurs productions au point qu’on ne sait plus trop qui fait quoi dans cette exposition intitulée Flaques, fantômes et le voisin. Si les flaques du titre renvoient à la technique de Nicolas Momein qui consiste à jouer de la fluidité expansive de la résine colorée pour produire des formes abstraites aux couleurs pop, la présence de "fantômes" est du fait d’Hoël Duret qui joue des représentations archétypales des esprits et des expérimentations à base de matériaux phosphorescents. De l’ensemble se dégage une force plastique indéniable, attestant d’un goût de l’expérimentation oscillant entre formes zoomorphes, co

Continuer à lire

Le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans ? « L'histoire d'un groupe de copains » qui dure depuis 30 ans !

Festival | Du mardi 29 octobre au samedi 2 novembre aura lieu la 30e édition du Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans. Retour sur les origines de ce « grand petit festival », comme se plaît à le nommer Gilles Balesta, son président.

Adeline Gailly | Mardi 15 octobre 2019

Le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans ? « L'histoire d'un groupe de copains » qui dure depuis 30 ans !

Né il y a 30 ans, le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans est « l'histoire d'un groupe de copains tout simplement » résume Gilles Balesta. Spectateur de la première heure et président de l'événement depuis 20 ans, il se rappelle cette première nuit de café-théâtre, là où tout a commencé, en 1989, avec une petite troupe de théâtre amateur. « Ils avaient invité d'autres troupes qu'ils connaissaient. Puis, au fur et à mesure des années, ils ont pu se produire dans la salle des fêtes de Villard, ont obtenu des moyens de la commune et c'est ainsi que le festival est né. » Aujourd'hui, l'événement rassemble des artistes multidisciplinaires, entre théâtre, chansons, contes, humour et bien d'autres, proposant une quinzaine de spectacles sur cinq jours. Avec un seul leitmotiv : « maintenir le même niveau de qualité et d'exigence ». Exit la vulgarité et « priorité à la création » insiste Gilles Balesta. Des énergies nouvelles Mais les rencontres entre artistes constituent le cœur de l'événement. « Ils sont présents toute la semaine. Ils n'arrivent pas la veille

Continuer à lire