Les trois soirées de la fin juin (avec, notamment, un immense DJ)

Damien Grimbert | Mercredi 19 juin 2019

Photo : Joachim Gern


28.06.19 > Belle électrique

Ben Klock

Figure incontournable de la scène techno berlinoise, résident historique du fameux club Berghain et fervent défenseur d'une techno pure, dure, rigide et qui file droit, Ben Klock (photo) est de retour à la Belle électrique pour la quatrième fois en cinq ans. De quoi satisfaire ses nombreux fans, d'autant qu'il se fendra pour l'occasion d'un set exceptionnel de 4 heures en continu. Mais aussi provoquer quelques (compréhensibles) grincements de dents, même s'il faut reconnaître à la Belle électrique d'avoir fait pas mal d'efforts pour diversifier sa programmation électronique depuis un an.


28.06.19 > Drak-Art

Noche de Sonido

Amateurs de cumbia, reggaeton et autres styles musicaux en provenance des tropiques propices aux déhanchements (plus ou moins) contrôlés, cette Noche de Sonido devrait amplement combler vos attentes grâce à un line-up en tout point irréprochable. Aux platines, on retrouvera ainsi le DJ/producteur Mellow, cofondateur du fameux collectif de Bruxelles Lowup et spécialiste des rencontres explosives entre bass music et sonorités afro-caribéennes, mais aussi le toujours au top duo local Narco Polo, sans oublier le fondateur des inoubliables Mercredis pimentés Général Haze.


29.06.19 > Drak-Art

Potion Berbère

Fondateur du collectif The Dare Night, Mazigh a lancé l'an passé les soirées itinérantes Potion Berbère avec, en tête, un projet « très personnel, visant à partager mes influences et à mettre en avant la scène locale sur des esthétiques et rythmiques un peu différentes, au croisement des techniques électroniques et des musiques du monde. Avec surtout derrière l'idée de sortir des sentiers battus, en proposant autre chose que de la house et de la techno : world, italo, électro, breakbeat, IDM… » À ses côtés pour cette première au Drak-Art, Lisa, Mouataz, Maelita ou encore Korben Lauper.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The DARE Night : « Notre programmation a évolué en même temps que notre maturation musicale »

ACTUS | Après une dernière date vendredi 27 septembre à l’Ampérage, l’association grenobloise The DARE Night va mettre en pause l’organisation de soirées pour se concentrer sur le développement de ses artistes. Décryptage avec l’aide de Reda Mazigh, cofondateur du collectif.

Damien Grimbert | Mardi 24 septembre 2019

The DARE Night : « Notre programmation a évolué en même temps que notre maturation musicale »

Ces dernières années, on a beaucoup parlé des soirées de The DARE Night. Et pour cause : depuis quelque temps, le collectif électronique avait mis les bouchées doubles, augmentant non seulement la fréquence de ses évènements mais aussi l’ambition de ses line-ups. De Legowelt à Soichi Terada en passant par DJ Stingray, Objekt, The Pilotwings,

Continuer à lire

Envolées cosmiques grâce à The Dare Night et Hard Fist

Soirée | L'équipe de l'association grenobloise The Dare Night investira toute la Bobine (bar et salle) ce vendredi 8 mars pour une soirée consacrée au très bon label lyonnais Hard Fist, spécialisé en musiques tribales voyageuses et propices à la transe.

Damien Grimbert | Mardi 5 mars 2019

Envolées cosmiques grâce à The Dare Night et Hard Fist

C’est une soirée spéciale à plus d’un titre qu’organise l’équipe de The Dare Night ce vendredi 8 mars. Par sa configuration d'abord, puisqu’elle investira à la fois et le bar et la salle de concert de la Bobine (moyennant une entrée à 6 euros, mais aussi une prolongation du son jusqu’à 1h30). Par sa programmation ensuite, puisqu’elle accueillera pour la première fois des artistes du très bon label lyonnais Hard Fist, spécialisé en musiques tribales voyageuses et propices à la transe – italo, cosmic disco, new wave, rock psychédélique, musiques folkloriques du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie… En tête d’affiche, on retrouvera ainsi le musicien d’origine jordanienne Shadi Khries (photo), découvert par le biais de ses collaborations avec Acid Arab, mais surtout de son très bon projet King Ghazi aux côtés de Gilb’r, boss du fameux label Versatile. Il viendra pour l’occasion dévoiler un nouveau live entre musiques arabes et techno planante, mêlant à la fois machines et instruments acoustiques. Autre live à ne pas manquer, celui du

Continuer à lire

Voici les 12 soirées qui, à Grenoble, marqueront les premiers mois de 2019

Soirées | Et, bien sûr, guettez chaque semaine le PB pour être au courant de celles qui n'ont pas encore été annoncées.

La rédaction | Mercredi 9 janvier 2019

Voici les 12 soirées qui, à Grenoble, marqueront les premiers mois de 2019

Marc Rebillet C’est un peu la sensation virale du moment : un jeune gringalet extraverti originaire de Dallas qui compose, à l’aide de quelques machines et d’un micro, d’irrésistibles tubes house minimalistes et bruts de décoffrage, aussi énergiques que délirants. Et qui ramène un peu de fraîcheur et de second degré bienvenus à une scène électronique qui a parfois tendance à se prendre un brin trop au sérieux. Invité par le crew The Dare Night pour délivrer un des lives délurés dont il a le secret, Marc Rebillet se produira à guichets fermés : si vous n’avez pas déjà votre place, il faudra donc se contenter de ses (innombrables) vidéos sur internet. À l'Ampérage jeudi 17 janvier Paul Nazca + Scan X Pour sa première soirée Deep Inside de l’année, l’équipe de Carton-Pâte Records a vu les choses en grand, en invitant pour l’occasion deux piliers de la scène techno française : en DJ-set, la valeur sûre du label Skryptom Paul Nazca ; et au format live, le vétéran chevronné Scan X, découvert dès le dé

Continuer à lire

Moesha 13 : « Internet c'est le sang, la connexion, la démultiplication des possibles »

Soirée | Auteure de DJ-sets furieusement avant-gardistes où s’entremêlent les cultures apparues sur internet et celles nées dans la rue, la Marseillaise d’adoption Moesha 13 sera vendredi 8 décembre aux platines du Mark XIII à l’invitation du duo Narco Polo. Rencontre en amont.

Damien Grimbert | Mardi 5 décembre 2017

Moesha 13 : « Internet c'est le sang, la connexion, la démultiplication des possibles »

Née dans le quartier de Stalingrad, dans le XIXe arrondissement de Paris, Moesha 13 grandit d’emblée aux confluences d’une multitude d’influences musicales. Celles de ses parents (« zouk, soukouss, musique malienne »), de ses grandes sœurs (« rap, R’n’B, MTV, coupé-décalé, musiques de dessins animés ») et, rapidement, de son environnement immédiat. « Avant l'arrivée d'internet, j'écoutais le Cut Killer Show à la radio [Skyrock – NDLR], je rappais sur les sons trance de l'émission Skyrave, je mixais sur K7 en ridant entre classique et raï sur différentes stations… J'étais également "résidente clubbeuse" au Pulp et au Social Club, je participais à des freestyles, des battles de rap et de tecktonik, j'allais à des raves sauvages... » Le début de phrase « avant l’arrivée d’internet » est ici de première importance. Très vite, en effet, Moesha plonge en immersion totale. « Internet c'est le sang, la connexion, la démultiplication des possibles, la dématérialisation de l’identité… Je suis devenu accro, j’ai eu une période 1000% internet. J’étais à l’intérieur de la matrice. »

Continuer à lire

Somaticae et Graal, musique d’ambiance

Soirée | La nouvelle édition des soirées "Processing Tool" des Grenoblois de Narco Polo promet d'envoyer. Rendez-vous vendredi 14 avril au Mark XIII pour le constater.

Damien Grimbert | Mardi 11 avril 2017

Somaticae et Graal, musique d’ambiance

Depuis leur apparition à l’automne dernier, on a déjà eu plus d’une fois l’occasion de vous vanter les mérites des soirées Processing Tool du duo grenoblois Narco Polo, et leur approche à la fois prospective et expérimentale des musiques électroniques. Après les DJ/producteurs de club music avant-gardiste Celestial Trax et Lechuga Zafiro, c’est cette fois deux artistes français aventureux et partageant un goût affirmé pour la dissonance qui viennent garnir le line-up de cette nouvelle édition. Signé sur le label de référence In Paradisum, Somaticae (en photo) défend depuis ses débuts, il y a maintenant une dizaine d’années, une ligne musicale au croisement de l’ambient, de la noise, de la techno, de l’indus et de l’électro-acoustique à la singularité frappante. Également impliqué dans différents side-projects aux orientations variées (Balladur, Omar Di Bongo, Sacré Numéro), il présentera à l’occasion de son passage un live de techno bruyante et breakée passée au filtre de la saturation analogique.

Continuer à lire

Le Ministère Pimenté est de retour avec DJ Mellow

Soirée | Rendez-vous samedi 25 mars au Drak Art pour retrouver ce fameux collectif de DJs locaux adeptes de musiques tropicales modernes.

Damien Grimbert | Mardi 21 mars 2017

Le Ministère Pimenté est de retour avec DJ Mellow

Depuis l’arrêt à l’automne dernier de leur fameuse résidence du mercredi au Canberra, on était restés sans nouvelles du Ministère Pimenté, foisonnant collectif de DJs locaux défendant avec ferveur les musiques tropicales modernes dans toute leur diversité – dancehall, grime, afrobeats, tropical bass, UK house, club music, jungle, ghetto funk… Avec l’arrivée du printemps, les voici enfin de retour au grand complet, le temps d’un Samedi (25 mars, à 23h) Pimenté exceptionnel au Drak-Art qui s’annonce propice aux pas de danse chaloupés. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, on retrouvera au line-up, aux côtés des dix DJs du Ministère, l’excellent DJ Mellow (en photo), co-fondateur du label bruxellois Lowup et spécialiste incontesté des rencontres entre bass music et sonorités afro-caribéennes, ainsi que BJF, jeune recrue du très bon blog musical Couvre x Chefs et des soirées Plage Club de Nancy qui se chargera pour sa part du warm-up de la soirée.

Continuer à lire

Lechuga Zafiro : avant-garde sans frontières

MUSIQUES | Le jeune DJ/producteur uruguayen à la musique on ne peut plus captivante sera jeudi soir au Mark XIII. Nous aussi.

Damien Grimbert | Lundi 31 octobre 2016

Lechuga Zafiro : avant-garde sans frontières

Il va bien falloir un de ces jours se débarrasser des vieux clichés post-colonialistes consistant à opposer la « modernité » des artistes occidentaux à l’« authenticité » de ceux des pays de l’hémisphère sud. Jeune DJ/producteur originaire de Montevideo, en Uruguay, et récemment installé à Lisbonne, Pablo de Vargas alias Lechuga Zafiro propose en effet avec sa musique et celle de son label Salviatek une vision amplement plus futuriste que celle de bien des artistes du vieux continent. Captivante synthèse d’influences hautement hétérogènes, cette dernière tend ainsi des ponts entre rythmes ancestraux sud-américains et sonorités industrielles synthétiques, auxquels viennent encore s’additionner des emprunts à diverses scènes régionales de l’underground mondial. De la club music avant-gardiste britannique aux funk des favelas brésiliennes, en passant par la tarraxinha des banlieues de Lisbonne et Luanda, ses DJ-sets célèbrent ainsi une esthétique néo-cyberpunk chaotique aussi dansante qu’expérimentale, fusionnant avec autant de grâce que de brutalité mélodies digitales épurées et polyrythmies bruitistes complexes. On citera ains

Continuer à lire

Soirées : les Mercredis Pimentés passent en mode mensuel

MUSIQUES | Après trois années intensives à raison d’une soirée par semaine, les Mercredis Pimentés passent désormais au format mensuel. Amateurs d’ambiances décontractées en (...)

Damien Grimbert | Jeudi 15 septembre 2016

Soirées : les Mercredis Pimentés passent en mode mensuel

Après trois années intensives à raison d’une soirée par semaine, les Mercredis Pimentés passent désormais au format mensuel. Amateurs d’ambiances décontractées en plein air, de rythmes électro tropicaux chaloupés et de sélections éclectiques, rendez-vous les mercredis 21 septembre, 12 octobre, 16 novembre et 14 décembre, au Canberra sur le campus.

Continuer à lire

Le DJ Celestial Trax conjugue le futur au présent

MUSIQUES | Rendez-vous jeudi 15 septembre au Mark XIII pour le constater, dans le cadre de la première édition des soirées "Processing Tool".

Damien Grimbert | Mardi 13 septembre 2016

Le DJ Celestial Trax conjugue le futur au présent

Longtemps indissociables de l’univers des musiques électroniques, les notions de futurisme et d’innovation se sont, depuis une quinzaine d’années, progressivement vu reléguer au second plan. Un déclin que le duo de DJs grenoblois Narco Polo entend bien enrayer avec le lancement d’une nouvelle série de soirées, Processing Tool, dédiée à remettre les visions prospectives et l’expérimentation au premier plan. À ce titre, l’invitation du DJ/producteur de Brooklyn Celestial Trax, pour la première date de sa tournée européenne, fait figure de déclaration d’intention. Inspiré par les atmosphères sombres du grime et des premiers morceaux de jungle comme par les sonorités urbaines des scènes juke et drill de Chicago, ce jeune artiste, expatrié à Londres depuis 2014, est en effet l’auteur d’une club music avant-gardiste semblant tout droit sortie d’un film de science-fiction. Rythmes breakés, saccadés et hachurés, nappes synthétiques digitales flamboyantes… Aussi glacial et dystopique puisse t-il sembler, l’univers sonore de Celestial Trax, qui a su séduire des labels comme Rinse ou Purple Tape Pedigree, n’est pas pour autant fermé aux collaborations vocales.

Continuer à lire

Les soirées de l’été à Grenoble

MUSIQUES | Où danser cet été ? Plusieurs choix s’offrent à vous. Les voici.

Damien Grimbert | Mardi 5 juillet 2016

Les soirées de l’été à Grenoble

La Bobine maintient ses apéro-mixes du mardi tout l’été avec une programmation aussi riche que diversifiée. À ne pas manquer non plus, les deux barbecues-mixes en journée les dimanches 24 juillet (Dub on The Beach) et 28 août (Garden Boogie). Les Mercredis Pimentés restent actifs au Canberra (sur le campus) pendant tout le mois de juillet, avec notamment le crew strasbourgeois cosmopolite Caterva en renfort des Narco Polo le 13, et une soirée réunissant tous les crews résidents le 27. Le bar de la Belle électrique accueillera le collectif de turntablists Downtown Mayhem à deux reprises les vendredis 8 et 29 juillet, mais également les filles du Grenoble Mixing Girls Club le vendredi 22 juillet. Le Drak-Art propose encore quelques soirées les 8, 9, 13 et 16 juillet, avant de clôturer sa saison avec la fameuse Maliboule Pool Party d’Eddy Rumas le samedi 30 juillet. Au programme : barbecue, pétanque, piscine et sound-system en plein air de 15h à 22h, suivi d’une bass party en intérieur jusqu’au petit matin ! Le Mark XIII ne restera

Continuer à lire

Betty et Teki Latex : « Liberté, spontanéité et énergie »

MUSIQUES | Auteurs de DJ-sets épiques et passionnants, Betty et Teki Latex défendent une vision panoramique de la club-culture, largement ouverte aux micro-scènes musicales des quatre coins du monde. De passage à Grenoble à quelques jours d’intervalle, ils reviennent avec nous sur leur conception un peu à part des musiques dansantes.

Damien Grimbert | Vendredi 13 mai 2016

Betty et Teki Latex : « Liberté, spontanéité et énergie »

Vous défendez dans vos DJ-sets des scènes musicales peu connues du grand-public, souvent issues d’un environnement géographique et socio-culturel très spécifique. Ça ne doit pas être pas le plus facile à promouvoir… Betty : Oui, je pense qu’il y a parfois beaucoup d’informations dans mes sets ! Écouter du UK funky, de la ballroom, du grime, du baile funk, de l’afro trap et Drexciya dans un même set de deux heures, c’est probablement plus déroutant que de danser sur un set 100% techno. Je ne dis pas que c’est mieux ou moins bien, c’est juste ma vision du club. Je trouve davantage de liberté, de spontanéité et d’énergie dans ces mouvements. Teki Latex : Déjà tu mets le doigt sur un truc qui est certain : je n'arrive pas à décrire ce que je joue aux gens qui ne font pas partie de ma scène. Si je dis "grime" ça n'est pas exactement vrai, si je dis "expérimental" je passe pour un DJ qui n'est pas là pour faire danser les gens, alors que ça reste ma motivation première. Depuis peu j'ai accepté le fait de me situer entre les scènes, ça me rend moins "lisible" pour les gens mais à force d'insister sur ce

Continuer à lire

Les trois soirées de la semaine

MUSIQUES | Rendez-vous vendredi au Vertigo avec Mark Henning. Le lendemain soir, il faudra faire un choix entre Ben Klock à la Belle électrique et la "Metatek" de l’association La Métamorphose à l'Ampérage

Damien Grimbert | Mardi 15 mars 2016

Les trois soirées de la semaine

18.03.16 > Vertigo Mark Henning (photo) Originaire de Londres mais désormais installé à Berlin, Mark Henning est l’auteur d’une house minimale ouatée, percussive et élégante qui l’a progressivement imposé comme l’une des valeurs sûres de la métropole allemande. En activité depuis le milieu des années 2000, il est l’auteur de Jupiter Jive, premier album sorti en 2008 sur le fameux label écossais Soma Records, ainsi que d’une flopée de maxis pour des institutions aussi recommandables qu’Hypercolour, Poker Flat ou encore son propre label Swing. 19.03.16 > Belle électrique Ben Klock Résident du célèbre club Berghain depuis son ouverture en 2004, et auteur de plusieurs sorties pour le label de référence Ostgut Ton, Ben Klock est devenu ces dernières années l’une des figures de proue les plus incontournables de la scène berlinoise. Après un premier passage à guichets fermés l’an passé à la Belle électrique, le voici de retour le temps d’une soirée elle-aussi complète, pour délivrer l’

Continuer à lire

Fiesta tropicale avec Ghislain Poirier

MUSIQUES | Le pionnier montréalais des fusions afro/éléctro/caribéennes vient faire "bouncer" le Canberra.

Damien Grimbert | Mardi 22 septembre 2015

Fiesta tropicale avec Ghislain Poirier

Si de nombreux artistes réunissent aujourd’hui dans leur DJ set rap, électro, dancehall, soca et bass music sans que personne n’y trouve rien à redire, c’est en grande partie grâce au travail de défrichage forcené d’une poignée de précurseurs officiant sans relâche depuis maintenant plus d’une dizaine d’années. Infatigable DJ/producteur originaire de Montréal, le Québécois Ghislain Poirier fait partie de ces pionniers. Après avoir fait ses premiers pas dans le versant le plus expérimental des musiques électroniques à l’orée des années 2000, puis évolué quelque temps dans l’univers de l’abstract hip-hop underground au sein du renommé label Chocolate Industries, Poirier commence à trouver son rythme de croisière au milieu des années 2000 en lançant dans sa ville natale les fameuses soirées Bounce le gros où s’entrechoquent hip-hop, ragga, grime crunk et favela funk dans un joyeux bordel lourd en basses. C’est d’ailleurs peu ou prou autour de ce même modèle que le producteur va construire ses deux premiers albums pour le label Ninja Tune (No Ground Under en 2007, puis Running High en 2010), ainsi qu’une poignée d’EPs d

Continuer à lire

Les soirées de mai

MUSIQUES | Les cinq temps forts du mois.

Damien Grimbert | Mardi 5 mai 2015

Les soirées de mai

Bass Jump Birthday Bash Fervent défenseur de la scène bass music à Grenoble, que ce soit via ses soirées récurrentes au Drak-Art et à l’Ampérage (Clang !, Est-ce que tu bass ?) ou l’organisation de l’incontournable festival Bassodrome en collaboration avec Eddy Rumas, le crew Bass Jump fête ce mois-ci ces cinq ans d’existence. Et entend bien célébrer ça en musique avec un « birthday bash » d’anthologie qui réunira aux platines, aux côtés des DJs Bass Jump (Don Germano, General Haze, Jayh Mo’Fire, Matt Tracker et Woodslide), une multitude d’activistes bass music venus des quatre coins de la France. Bass Jump Birthday Bash, jeudi 7 mai au Drak-Art

Continuer à lire

Deux ans et tous ses piments

MUSIQUES | L'incontournable soirée hebdomadaire du mercredi fête ses deux ans avec l’intégralité des résidents du Canberra aux platines.

Damien Grimbert | Lundi 27 avril 2015

Deux ans et tous ses piments

Apparus sans crier gare au printemps 2013, les Mercredis pimentés se sont rapidement imposés comme la soirée incontournable du milieu de semaine à Grenoble. Il faut dire aussi que ses atouts ne manquent pas : un cadre idyllique en plein air (l’immense terrasse en hauteur du Canberra, qui jouxte la piscine du campus), un sound-system au son à la fois propre et massif et quatre équipes de DJs se passant le relais de semaine en semaine pour diffuser une sélection musicale rafraîchissante (dancehall, tropical, grime, bass music, afrobeats, jungle, cumbia, jersey club, reggaeton, UK house, ghetto funk, électro-swing et on en passe). Toutes les conditions étaient donc réunies pour aboutir à une ambiance à la fois chaleureuse, festive et décontractée. Après un premier anniversaire qui avait déjà mis la barre très haut l'an passé, ce second mercredi 29 avril promet de battre de nouveaux records : BBQ light-shows, fumée, lance-flammes, concours en tout genre (limbo, street-golf, twerking…), et bien sûr l’intégralité des résidents du lieu aux platines.

Continuer à lire

Les soirées de février

MUSIQUES | Ben Klock C’était en 2006, au Bar MC2, il y a bientôt dix ans de cela. Un DJ talentueux mais encore relativement méconnu, alors affilié au label BPitch (...)

Damien Grimbert | Mardi 3 février 2015

Les soirées de février

Ben Klock C’était en 2006, au Bar MC2, il y a bientôt dix ans de cela. Un DJ talentueux mais encore relativement méconnu, alors affilié au label BPitch Control, retournait le dancefloor en mêlant influences techno venues de Detroit à la rigueur et au minimalisme propres à la scène allemande. Ce DJ, vous l’aurez compris, c’était Ben Klock, devenu depuis l’une des figures de proue les plus incontournables de la scène berlinoise. Résident du célèbre club Berghain depuis son ouverture en 2004, auteur de plusieurs maxis et d’un album pour le label de référence Ostgut Ton, et enfin fondateur de son propre label Klockworks, Ben Klock passera par la Belle électrique pour délivrer l’un des sets techno profonds, hypnotiques et à l’austérité quasi industrielle dont il a le secret. Ben Klock & Antigone, samedi 14 février à la Belle électrique Channel One Fondé en 1979 à Londres par le selector Mikey Dread, Channel One est sans doute l’un des sound-systems les plus légendaires de la scène

Continuer à lire

Pas de repos pour les braves

MUSIQUES | Si jusqu’à présent, la vie nocturne grenobloise entrait dans une phase d’hibernation prolongée passé la mi-juillet, cette année s’annonce enfin un peu différente, (...)

Damien Grimbert | Jeudi 11 juillet 2013

Pas de repos pour les braves

Si jusqu’à présent, la vie nocturne grenobloise entrait dans une phase d’hibernation prolongée passé la mi-juillet, cette année s’annonce enfin un peu différente, grâce à l’acharnement d’une poignée d’organisateurs valeureux. On citera ainsi le team des Mercredis Pimentés (en photo), qui continuera d’inonder de ses sonorités tropicales, dancehall et bass music la terrasse du Canberra tous les mercredis de l’été à l’exception du 14 et du 21 août ; le collectif Soul Gang, qui proposera trois nouvelles éditions de ses Dynamita’s Roller Parties les mercredis 17 juillet, 7 août et 21 août à l’Anneau de Vitesse… Mais aussi l’équipe de la Bobine, dont les apéro-mixes du mardi accueilleront en juillet les DJs Sebic le 23, et Space Jockey - Aka Atso le 30, et en août Drexl & Arms’D le 6, Goodka le 20, et Little Tune & Matt Tracker le 27. À ne pas manquer enfin, les Piknics Electroniks

Continuer à lire

Contre-soirées

MUSIQUES | Grenoble bouge, la nuit aussi. Éphémères, hebdomadaires ou quotidiennes, de nouvelles soirées et de nouveaux lieux se sont installés en ville. À partir de 17h jusqu’à très tard dans la nuit ; autour d’un verre, sur la piste de danse ou à l’air libre, des nouveaux rendez-vous ont illuminé nos nuits cette année. On en a sélectionné trois. Charlotte Haas

Aurélien Martinez | Lundi 27 mai 2013

Contre-soirées

Hold Up Ladies Apéro-mix sur concept-soirée : Dior, Soon et Stéphanie, âgées de 25 à 35 ans, ne font pas les choses à moitié. Pour l’organisation de leurs événements axés sur le mélange des styles, les trois drôles de dames fonctionnent au coup de cœur. En mai, pour leur toute première soirée au bar le DiFérent (photo), elles ont fait appel aux talents du collectif de DJs grenoblois Up Tight, qui possède une collection impressionnante de morceaux allant du rockabilly au jazz, funk, reggae ou même la soul. Rien d’étonnant alors quand elles nous confient qu’elles sont animées par une volonté farouche de promouvoir la scène grenobloise, musicale – et plus largement artistique. Si vous aimez les soirées conviviales, passer du bon temps à discuter en terrasse ou au bar autour d’un verre mais si vous avez aussi envie de vous éclater sur le dance-floor à danser le swing ou le rock’n’roll, seul ou à plusieurs, alors ne manquez pas la prochaine Hold Up Ladies. Horaires : En fonction du lieu (prochaine soirée non encore programmée)Les plus

Continuer à lire

Déferlante tropicale

MUSIQUES | Le problème à Grenoble, pour peu qu’on s’intéresse un minimum aux musiques dansantes et qu’on dispose d’une connexion internet, c’est qu’on en arrive (...)

Damien Grimbert | Vendredi 5 avril 2013

Déferlante tropicale

Le problème à Grenoble, pour peu qu’on s’intéresse un minimum aux musiques dansantes et qu’on dispose d’une connexion internet, c’est qu’on en arrive rapidement à cet implacable constat : ce sont encore et toujours les éternels mêmes styles musicaux qui tiennent le haut du pavé. D’où l’intérêt d’un projet comme Les Mercredis Pimentés, qui propose, à compter de ce mercredi au Canberra (le bar de la piscine du Campus), de mettre en avant de façon hebdomadaire des genres encore sous-représentés comme la cumbia, l’african beat, la tropical bass ou encore le UK garage. Début des hostilités dès ce mercredi de 17h à 1h avec le duo de choc Narco Polo (photo), composé de Missa et Klaus Barf, auquel succèderont les semaines suivantes Velasquez et MotorHaze (le 17 avril), Selecta Lox et MC Flow du Bassroom Sound (le 24 avril) et enfin la « Mercredis Pimentés Team » featuring Matt Tracker (le 15 mai). Une initiative bienvenue qui devrait, le retour des beaux jours arrivant, engendrer un bel engouement chez les amateurs de musiques novatrices et ensoleillées ! Damien Grimbert

Continuer à lire

Gnaoui, dis moi oui

MUSIQUES | Au départ, faire du gnaoui à Grenoble, c'était un peu comme faire le pari d'ouvrir un restaurant de gratin dauphinois au milieu du Sahara. Et pourtant, ça (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 11 janvier 2013

Gnaoui, dis moi oui

Au départ, faire du gnaoui à Grenoble, c'était un peu comme faire le pari d'ouvrir un restaurant de gratin dauphinois au milieu du Sahara. Et pourtant, ça fait plus de vingt ans que ça marche, le gnaoui à Grenoble, pas le gratin : le groupe fondé en 1992 par Amazigh Kateb, fils de l'écrivain Kateb Yacine, a sorti son premier album, Légitime différence, en 1993. Vingt années fêtées en 2012 par la sortie d'une compilation Audio-globine, d'un album original Shock el hal et de la reformation d'un groupe mythique à Grenoble et à l'aura planétaire. Il faut dire que loin de se contenter de l'inspiration gnaouie – dont les ramifications historiques et stylistiques sont aussi enchevêtrées qu'enracinées dans l'Histoire de l'Afrique –, Gnawa Diffusion a toujours cherché, un peu à la manière d'un Rachid Taha, à mêler musique traditionnelle marocaine, algérienne (châabi) et sub-saharienne, avec une matière infiniment plus contemporaine (rock, reggae, ragga) dans plusieurs langues : à savoir l'arabe, le français et l'anglais. Une fusion d'influences multiples nourries de multiculturalisme et de métissage, qui il y a vingt ans, excepté Rachid Taha donc, en é

Continuer à lire