"Regarde maman, je danse" : fille manquée

Théâtre | Sans pathos et avec un humour désarçonnant, la comédienne belge Vanessa Van Durme nous parle de transidentité et du regard des autres. Fort, très fort.

Aurélien Martinez | Vendredi 7 novembre 2008

Photo : Fred Debrock


Quand certains petits garçons grimpent aux arbres ou tapent avec rage dans un ballon de foot, d'autres ne rêvent que d'une chose : devenir une petite fille. C'est ce que nous explique Vanessa Van Durme qui, après de nombreuses questions métaphysiques (« Il y a deux personnes en moi ») décide à 27 ans de se faire opérer pour devenir une femme. Un parcours personnel chaotique à la recherche d'une identité malmenée, qui va plus loin que la seule question du changement de sexe.

« Le problème n'est pas entre les jambes, mais entre les oreilles » souffre-t-elle. Le sujet était a priori casse-gueule, propice aux caricatures les plus lourdingues. Le résultat est pourtant très loin du pathétique : on assiste simplement à la mise à nu poignante et bluffante d'une comédienne épatante, grâce à une mise en scène discrète entièrement au service du texte.

Mélange des genres

Tout part donc de cette volonté de changement, et du regard que portent ses parents dessus. Un regard circonspect du père, un autre plutôt compréhensif de la mère, bien que ce ne soit pas évident pour elle... « Je te demande pardon de t'avoir fait tant de mal, mais je ne pouvais pas faire autrement. » Dialogue à une voix, car Vanessa Van Durme est seule sur scène, dans une nuisette qui ne cherche pas à masquer son corps d'homme. Seule, à soixante ans, face à ses choix passés, au besoin de les assumer.

Mais rien de plombant dans tout ça. Regarde maman, je danse est un spectacle bourré de tendresse. Jamais Vanessa Van Durme ne s'apitoie, jamais elle ne tombe dans le misérabilisme. Toujours avec beaucoup d'humour, elle évoque sa vie de A à Z : ses envies, enfant, de s'habiller en princesse et non en pirate ; la difficile décision de se faire opérer ; sa première pénétration vaginale… Sans omettre les moments les plus durs, les plus violents de son existence, toujours en riant.

Car la force du spectacle est là : propulser l'humanité sur scène, l'envie de vivre, d'exister coûte que coûte. Et surtout rire des préjugés, même si ce n'est pas toujours facile, ce qu'elle montre très bien dans ses diverses anecdotes. Ainsi, quand un douanier marocain lui demande, alors qu'elle est est maintenant femme, combien elle a payé pour l'opération, elle comprend douloureusement qu'elle sera toujours « un phénomène » pour les autres. Le masque tombe, la femme prend le pas sur la comédienne, et c'est vraiment réussi.

Regarde maman, je danse
Mardi 18 et mercredi 19 novembre à 20h
à la Rampe (Échirolles)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Avant que j’oublie" : Vanessa van Durme, la mémoire dans le cœur

Théâtre | Avec tendresse et humour, la comédienne et auteure Vanessa van Durme et le metteur en scène Richard Brunel ont imaginé un spectacle touchant sur le dialogue difficile entre une fille et sa mère atteinte d’Alzheimer. Une belle aventure judicieusement baptisée "Avant que j’oublie".

Aurélien Martinez | Mardi 3 mars 2015

En 2008, on découvrait à la Rampe d’Échirolles Regarde maman, je danse, très beau spectacle de la comédienne belge Vanessa van Durme qui expliquait comment enfant, le petit garçon qu’elle était voulait à tout prix devenir une fille – elle se fera opérer à l’âge adulte. Une grande réussite qui se prolonge aujourd’hui avec Avant que j’oublie, Vanessa van Durme continuant ce dialogue littéraire amorcé avec sa mère des années plus tôt. Une « ombre » de mère aujourd’hui atteinte de maladie d’Alzheimer. « Heure après heure, une main douce et invisible efface tout souvenir, tout événement. » On est dans une autre temporalité, loin de l’incompréhension des débuts, lorsque la mère était violemment déboussolée par les envies de « son garçon qui a si mal grandi », perdant finalement contact avec. Il n’est du reste pas fait référence tout de suite à ce changement de sexe dans le spectacle, le point de tension dramatique se situant ailleurs, dans cette nouvelle renc

Continuer à lire

"Gardenia" : fin de partie

Cabaret | Le cabaret va fermer ses portes. Une dernière fois, les artistes qui l’ont fait vivre montent sur les planches. Des travestis, accompagnés de deux femmes, (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 6 janvier 2012

Le cabaret va fermer ses portes. Une dernière fois, les artistes qui l’ont fait vivre montent sur les planches. Des travestis, accompagnés de deux femmes, qui ont tout simplement vieilli, et qui remballent maintenant les costumes de leur vie passée. Mais avant, ils s’offrent donc un ultime tour de piste, où seront abordés, dans un même élan, la fuite du temps, les rêves brisés, l’humour potache… Une mise en abyme élaborée par trois Belges : l’artiste pluridisciplinaire Frank Van Laecke, le chorégraphe Alain Platel des Ballets C. de la B. (on se souvient de son fabuleux Out of Context vu à la MC2 la saison dernière), et surtout Vanessa Van Durme, comédienne à l’origine du projet, que l’on avait déjà pu découvrir dans le très beau spectacle Regarde maman, je danse, mis en scène par Frank Van Laecke et programmé à la Rampe en 2008. De ce ménage à trois est ainsi né un Gardenia

Continuer à lire