La douleur à Blanc

SCENES | Dominique Blanc, comédienne, retrouve avec "La Douleur", un texte longtemps oublié par son auteur-même Marguerite Duras, les planches et Patrice Chéreau. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 10 septembre 2014

« Les hasards de la vie » dit-elle. La rencontre avec celui qui est un fil rouge de sa carrière est un hasard. Dominique Blanc était en classe libre au cours Florent, où Patrice Chéreau était professeur. Depuis, ils se sont trouvés, perdus de vue, retrouvés, mais jamais séparés. Trois pièces de théâtre et deux films plus tard, les voici réunis par La Douleur. « C'est moi qui suis revenue vers lui, on a décidé d'une lecture à deux, cherché des textes puis il a trouvé celui-là pour lequel j'ai eu un coup de foudre immédiat. »

Ce ne devait être l'histoire que d'une ou deux lectures données l'année dernière, c'est désormais un spectacle qu'elle va emmener partout avec un bonheur non dissimulé. Chéreau n'est plus à ses côtés sur scène, La Douleur est devenu un monologue, une première pour lui comme metteur en scène, une première pour elle comme comédienne ; « il faut être très rigoureux, je me sens en liberté surveillée, c'est à la fois inquiétant et merveilleux » confesse-t-elle.

Pour ce saut dans l'inconnu, elle ne cherche pas facilité, se confrontant à un texte qui n'a rien de théâtral et qui a même longtemps été gommé de la mémoire de son auteur. C'est l'éditeur Pol Otchakovsky-Laurens qui décide de publier ces notes que l'écrivain a retrouvé dans les années 80 griffonnées sur ses cahiers d'écolière. Durant quelques jours de 1945, Duras, déguisée malgré elle en Godot, a écrit furieusement l'attente de son mari déporté à Dachau, Robert Antelme.

Il y a cinq ans, déjà, lors de son dernier passage au théâtre, Dominique Blanc incarnait une Phèdre torturée, déchirée par son amour pour Hippolyte. Elle portait le poids du monde sur ses épaules comme Marguerite tente de se maintenir debout face à la barbarie et au silence forcé de l'aimé. Il n'est cette fois-ci plus question de hasards pour Dominique Blanc : « Je pense que les gens m'imaginent plus volontiers dans des rôles comme ceux-là que dans des comédies musicales avec des claquettes. Mais il ne faut pas désespérer, ça peut changer. J'aime ce métier pour les changements radicaux qu'il procure et toutes les métamorphoses qu'il peut engendrer. Chaque fois qu'on me propose quelque chose auquel je ne m'attends pas, ça me plait énormément. »

Une autre femme

Au cinéma, loin de se cantonner à des genres trop attendus, elle tente des expériences chez Wargnier, Malle, Bonello, Deville, Belvaux (« La Trilogie, un film mal sorti et pourtant une aventure cinématographique unique ») et bien sûr Chéreau. En février, elle fut aux côtés du plus ovni des duos de cinéastes français : Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard collaborent à nouveau après Dancing. C'est d'ailleurs en voyant ce film que Dominique Blanc a eu l'envie de travailler avec eux. Ils écrivent pour elle une adaptation, une « réponse » même dit-elle, de L'Occupation (devenue L'Autre au cinéma) d'Annie Ernaux, une femme qui se veut libre dans son couple mais déraille lorsque son homme prend une maîtresse

« Marguerite Duras comme Annie Ernaux sont des féministes majuscules, dans le sens le plus noble, je me plais énormément en leur compagnie. C'est tout à fait passionnant de travailler avec des gens qui vous élèvent ». Passionnant et gratifiant car Dominique Blanc est, avec Isabelle Adjani et Nathalie Baye, l'une des trois actrices à posséder quatre César. Mais c'est surtout cet automne, à la Mostra de Venise, qu'elle a reçu sa plus belle distinction, internationale. Wim Wenders et son jury l'ont estimée meilleure comédienne de la sélection de cette moisson pour L'Autre et la voici qui succède à Cate Blanchett. « C'est une émotion fantastique. Et c'est un succès aussi pour le film, pour le rôle. »

Une autre Histoire

Alors ? Théâtre ? Cinéma ? « Je viens du théâtre, je suis contente d'y revenir mais j'ai la chance d'être demandée au cinéma. Mon objectif est de continuer à faire les deux tant que je peux, c'est un luxe inouï. » Lorsqu'il est question de l'importance de jouer un texte engagé comme La Douleur, qui pallie à l'amnésie ambiante sur l'Histoire récente, Dominique Blanc glisse bien volontiers que le théâtre est un des derniers lieux de résistance intellectuelle, un endroit, presque le seul, où il n'y a pas de pause publicitaire, où il est possible de réfléchir librement sur un texte ou une interprétation. Cela lui semble d'autant plus nécessaire lorsqu'elle constate, cynique, que « la culture se porte de moins en moins bien car on sait bien les méfaits qu'elle produit sur les gens ».

La douleur
Jeudi 4 avril à 20h, à l'Hexagone (Meylan)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Douleur" : Mélanie Thierry, étonnante Marguerite Duras

ECRANS | de Emmanuel Finkiel (Fr., 2h06) avec Mélanie Thierry, Benoît Magimel, Benjamin Biolay…

Vincent Raymond | Lundi 22 janvier 2018

L’ironie sordide de l’actualité fait que ce film sort sur les écrans peu après la disparition de Paul Otchakovsky-Laurens, l’éditeur ayant publié le livre dont il est l’adaptation. Un livre qui aurait pu demeurer dans une confidence obstinée : Marguerite Duras prétendait avoir oublié jusqu’à l’existence de la rédaction de cette partie de son journal intime – la mémoire sait être sélective pour s’épargner certaines souffrances. Son mari Robert Antelme ayant été arrêté puis déporté, Marguerite Duras jette sur des cahiers le cri muet de son attente quotidienne ; cette douleur sourde avivée par l’incertitude et la peur pour l’autre, pour le réseau, pour soi. Dans la moiteur d’une Occupation expirante, un flic collabo profite de l’absence de nouvelles (bonnes ou mauvaises) pour engager avec elle un jeu pervers de séduction… Mais qui instrumentalise qui ? Mémoire effacée et ravivée, souvenir de la Shoah… On comprend que le réalisateur Emmanuel Finkiel ait été touché par le thème et la démarche de Duras. Pour cette adaptation naturellement sèche, il convoque la grande Histoire dans ses compartiments les plus intimes, faisant abstrac

Continuer à lire

"Judith Therpauve" : gloire à Simone Signoret au Ciné-Club

ECRANS | Sorti en 1978, "Judith Therpauve", deuxième film de Patrice Chéreau, démontre tout le talent de la comédienne pour la tragédie sans recourir aux grandes eaux et s’imposer sans être massive.

Vincent Raymond | Lundi 2 mai 2016

Après Casque d’Or la semaine dernière, le Ciné-Club de Grenoble poursuit son hommage à la reine Simone Signoret avec une œuvre devenue extrêmement rare, Judith Therpauve (1978) – dans laquelle le personnage qu’elle incarne est justement surnommé Reine. Bien qu’il ne s’agisse que de la deuxième réalisation de Patrice Chéreau, ce sont déjà des retrouvailles avec la comédienne, à qui il avait confié une présence dans le hiératique et théâtral La Chair de l’orchidée trois ans plus tôt. Le rôle est, ici, central : celui d’une femme appelée à diriger un quotidien de province à la dérive, se heurtant aux inerties internes comme à une concurrence roublarde. La mécanique de la presse s’y trouve démontée pièce par pièce par un expert (l’auteur, Georges Conchon, fut journaliste) ; et même si le cadre semble appartenir à quelque lointaine archéologie, les problématiques exposées (politiques et économiques) sont toujours d’actualité. Silhouette prématurément vieillie la faisant ressembler aux vieilles dames de Faizant, Simone Signoret incarne cette “Résistance” à l’adversité de laquelle Judith est issue ; un bloc de stabilité dans un décor en train de se

Continuer à lire