Une famille en or

Aurélien Martinez | Vendredi 13 janvier 2012

Photo : Richard Haughton


Deuxième spectacle pour Aurélia Thierrée, artiste issue d'une famille attachée aux arts du cirque : les Chaplin-Thierrée. Chaplin, oui, comme Charlie Chaplin, figure tutélaire qui donna entre autres naissance à Victoria Chaplin, qui deviendra Victoria Chaplin-Thierrée en épousant le pluridisciplinaire Jean-Baptiste Thierrée. Ensemble, ils fondèrent Le Cirque bonjour, puis Le Cirque imaginaire, qui deviendra ensuite Le Cirque invisible. Et ensemble, ils ont eu deux enfants : James Thierrée, artiste prodigieux auteur de spectacles renversants, et Aurélia Thierrée, qui nous intéresse aujourd'hui puisqu'elle présentera son Murmures des murs jeudi 19 et vendredi 20 janvier à l'Hexagone de Meylan. Une création toujours conçue par sa mère, et que l'on nous présente comme la reconstruction sur scène d'un monde étrange, onirique et hypnotique, imbibé de cirque, danse et théâtre. Au vu des autres spectacles des Chaplin-Thierrée que nous avons pu voir, on place beaucoup d'espoir dans ce Murmures des murs. AM

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Chocolat

ECRANS | Avec quatre réalisations en 10 ans (dont trois depuis juin 2011), on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait pourtant intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme de reconnaissance faisant défaut à l’acteur… La preuve avec cette histoire du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française.

Vincent Raymond | Mardi 2 février 2016

Chocolat

Rien de tel, pour un réalisateur désireux de s’assurer un consensus tranquille, qu’un bon vieux film-dossier des familles ou la biographie d’une victime de l’Histoire. Qu’importe le résultat artistique : il sera toujours considéré comme une entreprise morale nécessaire visant à rétablir une injustice, et réduit à sa (bonne) intention de départ, aussi naïve qu’elle soit – on l’a vu il y a peu avec le documentaire mou du genou Demain de Cyril Dion & Mélanie Laurent, encensé pour les vérités premières qu’il énonce, malgré sa médiocrité formelle et sa construction scolaire. Chocolat est de ces hyper téléfilms néo-qualité française qui embaument la reconstitution académique et s’appuient sur une distribution comptant le ban et l’arrière-ban du cinéma figée dans un jeu “concerné“, dans l’attente de séquences tire-larmes. La bande originale de Gabriel Yared, étonnamment proche des mélodies de Georges Delerue (mais ce doit être un hasard, Yared étant plutôt connu pour ses “hommages”

Continuer à lire