Quand la mer monte

SCENES | Le Turak Théâtre, c’est un monde fantasque fait de bric et de broc qui prend littéralement vie sur le plateau. Comme on en aura une nouvelle fois la preuve cette semaine avec Les Fenêtres éclairées, très beau spectacle convoquant l’esprit maritime et la musique de Rodolphe Burger. Rencontre avec Michel Laubu, le chef de cette drôle de tribu. Propos recueillis par Saad Lahbil et Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Jeudi 10 janvier 2013

Photo : Fabien Lainé


Ce spectacle a pour thème l'insularité…
Michel Laubu : Oui, il s'inscrit dans un projet global, sur lequel le Turak théâtre travaille depuis cinq ans – l'insularité sous toutes ses formes, sur des îles réelles ou imaginaires. On a été en résidence sur de vraies îles, à la Réunion, sur l'île Maurice, en Norvège (îles Lofoten) et on a réfléchi à ce que pouvait être le syndrome insulaire. Dans ce spectacle, l'idée était d'imaginer un appartement isolé comme une île. On a lu des études scientifiques d'éthologues qui étudient le comportement animal, sur une île et sur un continent – le même animal. On s'aperçoit de choses extraordinaires, comme par exemple le fait que dès la seconde génération, les insectes possèdent des ailes plus petites puisqu'ils n'en ont pas l'utilité pour voler loin. Il leur est en effet impossible de quitter l'île.

En observant tout ça, en lisant toutes ces études, on a commencé à transposer ça : j'ai pour ma part grandi dans une cité minière en Moselle, très très loin de la mer, mais cet endroit avait quelque chose de très insulaire. Les gens n'avaient pas besoin d'en sortir : il y avait une épicerie, un médecin… On pouvait d'ailleurs imaginer qu'il ne fallait pas que les enfants d'ouvriers rencontrent les enfants de contremaîtres ou d'ingénieurs … Il y avait à la fois quelque chose de très rassurant, permettant à une solidarité de s'installer (par exemple les voisins étaient comme les gens de la famille : on les appelait Tonton / Tata, ils s'occupaient des enfants des autres etc...) et quelque chose de très inquiétant, qui renvoyait au ghetto. Je me souviens qu'à 17 ans, j'ai eu tout à coup une seule idée en tête : partir ! Je ressentais une envie soudaine d'ouvrir des portes, de faire des rencontres. Je rêvais d'un bateau qui arrive sur une île et qui va amène des choses nouvelles.

Pouvez-vous nous éclairer sur le titre du spectacle ?
On avait d'abord imaginé un projet qui allait se dérouler au musée d'art contemporain de Dunkerque et on a créé une exposition qui s'appelait Appartement témoin. On a alors reconstitué un appartement à partir de débris, de vieux meubles, avec l'idée que les spectateurs pourraient regarder à travers les fenêtres, d'où le titre Les Fenêtres éclairées. D'ailleurs, le premier titre du spectacle était : « De la mer on pouvait voir les fenêtres éclairées et entendre la musique à l'intérieur », parce qu'on s'imaginait sur un bateau à l'approche d'une île, instant magique au cours duquel on voit des maisons éclairées, et on devine qu'il y a des vies à l'intérieur.

Vous êtes à la fois auteur, metteur en scène, scénographe : comment se passe le processus de création de vos spectacles ?
Comme notre compagnie fait du théâtre d'objets, on est très liés à la matière, aux objets, aux univers plastiques qu'on va utiliser. C'est très difficile de créer un spectacle sans dessiner la scénographie, elle fait partie de l'écriture. C'est d'ailleurs la première chose qui existe dans un spectacle. On travaille de manière très simple, et en même temps, on joue à se surprendre nous-mêmes dans le travail. C'est à dire qu'on met en place des règles du jeu dans lesquelles il y a assez peu de préméditation : on essaie de se piéger et de réagir de manière assez simple en jouant avec les objets, en s'inventant des choses, en faisant des jeux de mots comme la marée humaine. On s'amuse avec jusqu'à ce qu'une poésie prenne forme.

Je dis souvent aux spectateurs avant de commencer qu'on est spécialisés dans le théâtre auquel on ne comprend rien, mais qu'on va les aider à ne bien rien comprendre! On essaie d'emmener les spectateurs dans un univers qu'ils ne pourront peut être pas traduire en mots – c'est dans ce sens-là que je dis qu'on ne va rien comprendre.

Vous associez la poésie avec « l'ailleurs »...
Pour moi, la poésie naît de l'angle différent. Au Turak, on essaye de regarder le monde vraiment d'ailleurs, c'est à dire à travers une lentille un peu déformante, ou en se hissant sur un promontoire. On cherche un endroit avec un drôle d'angle de vue, pour pouvoir ensuite raconter le monde d'une drôle de manière.

Ce qui peut surprendre certaines personnes puisqu'il n'y a pas de schéma narratif...
Ce n'est pas une histoire linéaire, il y a une narration... Mais pas une narration linéaire. Ce n'est pas nouveau, on trouve ça beaucoup dans le cinéma, dans des spectacles...

Vous appelez ça l'écriture par strates...
Voilà, on peut entrer dans le spectacle à différents niveaux. Il y a par exemple une écriture plastique avec une évolution des objets. On peut aussi trouver une écriture narrative un peu compliquée, un peu en énigmes ou en mystères. Il y a comme ça des choses en strates, c'est comme s'il y avait des entrées différentes. D'ailleurs le spectacle tourne à l'étranger très souvent, il y a très peu de français dans notre spectacle. Mais une langue, une culture, c'est aussi une organisation des signes, des symboles. Quand on joue par exemple le même spectacle en Indonésie ou en Islande, on n'a pas du tout les mêmes réactions, parce que les signes et la symbolique ne sont pas lus de la même manière et ça c'est passionnant.

Comment s'est déroulée la collaboration artistique avec Rodolphe Burger, qui a composé la musique ?
On avait déjà bossé ensemble. On s'est enfermés dans un studio en Alsace pendant une semaine, et comme on travaillait sur l'isolement, je lui ai demandé des solos de guitare électrique. Ce que je voulais, c'était une guitare fragile. On est sortis de cette semaine avec dix plages, et les deux musiciens avec lesquels je travaille les ont écoutées, ont improvisé dessus, les ont adaptées pour trompette et clarinette. On a brassé de la matière, et l'on a gardé pour le spectacle deux morceaux, avec les musiciens qui jouent par-dessus. On a vraiment l'enregistrement des guitares qu'on n'a même pas mastérisé, car j'aimais bien ce coté brut et très fragile.

Entre Rodolphe et vous, c'est d'ailleurs plus que de la collaboration…
Je suis fasciné par la musique qu'il crée et par son travail artistique avec Olivier Cadiot, qui est magnifique. Je me retrouve dans ses collages, ses découpages. Quand j'écoute ses chansons, je ne sais pas exactement ce qu'il veut dire, j'entends des mots. Même quand je prends le temps de lire ses paroles, le contenu reste mystérieux, poétique, énigmatique : je me retrouve complètement là dedans.

Le Turak théâtre est né il y a bientôt trois décennies. Comment avez-vous vu votre univers évoluer depuis tout ce temps ?
Difficile d'avoir du recul sur son propre travail. Je crois néanmoins qu'on est sortis d'une période un peu " antiquaire", notamment grâce à Rodolphe. Maintenant, on se retrouve plus dans les dépôts-vente à récupérer ce qui date d'il y a quelques années, ce qu'on trouve dans les garages : des Butta Gaz, des Tupperware, du plastique, des guitares électriques. Les dépôts-vente ont amené une archéologie beaucoup plus récente, qui traîne au fond des placards, à l'arrière boutique de la mémoire. Ça parle d'un monde un peu plus présent, mais il y a toujours quelque chose de nostalgique car ce sont des vieux Tupperware, des tables en formica, alors qu'avant c'était des tables en chêne. On a aussi évolué dans la sonorité, on diffuse maintenant des sons de guitares électriques ou des boucles électro, puisque Rodolphe nous a amené ça.

C'est vrai que la guitare occupe une place à part entière dans votre spectacle, ce qui peut surprendre vu votre univers...
Je n'ai jamais eu de guitare électrique. Pour mon quatorzième anniversaire, mes parents m'avaient promis une guitare. Alors on était partis avec ma mère dans un petit magasin de musique de la ville d'à coté, où on avait trouvé une guitare qui n'était pas chère. Mais au moment du passage en caisse, le vendeur nous demanda ce qu'on voulait comme ampli. Et là ma mère comprit qu'il fallait encore acheter un truc : ça a duré 5 secondes et je me suis retrouvé dans la voiture. Je crois que ma rencontre avec Rodolphe est aussi chargée de ça, un peu comme si le destin me permettait de me "venger".


Les Fenêtres éclairées, jeudi 17 janvier à 14h30 et 20h, et vendredi 18 janvier à 20h, à l'Hexagone de Meylan.

 

Les Fenêtres éclairées

La mer monte donc. Le propriétaire des lieux, marionnette aux drôles de formes comme l'on en voit souvent dans les spectacles du Turak, craint logiquement pour son habitation située au bord de l'eau. D'où son envie de sauver son univers, en flanquant notamment des palmes au mobilier. Caché derrière cet homme étrange, le manipulateur Michel Laubu, qui donne vie à tout ce bric-à-brac, source d'images fortes. La musique de Rodolphe Burger, intense, finit d'emporter les spectateurs vers un ailleurs poétique et loufoque.


Les fenêtres éclairées

Par le Turak théâtre, ms Michel Laubu en complicité avec Émili Hufnagel Il y a la mer, la musique et des fenêtres éclairées. Mais qu’y a-t-il donc derrière ces fenêtres éclairées ? Un habitant. Un habitant qui, pour peupler sa solitude, écoute la voix de son répondeur « Vous n’avez pas de nouveaux messages ». Avec pour seule compagnie la présence d’un vieux chat qui ronronne, ce personnage au chômage découvre à la radio que la mer va monter, que le président va prendre la fuite, etc…
Hexagone 24 rue des Aiguinards Meylan
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Théâtre : quinze pièces pour une saison parfaite

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Des créations très attendues, des succès enfin à Grenoble, des découvertes... Suivez-nous dans les salles grenobloises et de l'agglo.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Théâtre : quinze pièces pour une saison parfaite

La Buvette, le tracteur et le curé Et voici la nouvelle pièce de l’inénarrable humoriste dauphinois Serge Papagalli, qui sera créée début octobre et tournera ensuite dans pas mal de villes autour de Grenoble. Avec toujours cette fameuse famille Maudru, dont Aimé, le chef de famille (Papagalli lui-même, parfait), et Désiré, le neveu un peu attardé (Stéphane Czopek, grandiose). Où cette fois, visiblement, il sera question d’une énième reconversion de cet agriculteur à la retraite, mais aussi d’un curé un peu strict nouvellement venu. Vivement les retrouvailles ! À partir d’octobre dans de nombreuses villes de l’Isère Tournée complète sur www.papagalli.fr Incertain Monsieur Tokbar

Continuer à lire

En avant la musique

SCENES | On a énormément écrit sur le Turak Théâtre dans les colonnes de ce journal. Il faut dire que le travail du génialement barré Michel Laubu plaît beaucoup aux (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 3 janvier 2014

En avant la musique

On a énormément écrit sur le Turak Théâtre dans les colonnes de ce journal. Il faut dire que le travail du génialement barré Michel Laubu plaît beaucoup aux programmateurs de la région (la compagnie est lyonnaise), qui du coup ne se privent pas pour l’accueillir. Un systématisme qui peut parfois lasser... Mais l’univers de Laubu, auréolé d’un joyeux esprit foutraque reconnaissable entre mille, est toujours aussi vivace et créatif, comme l’on a pu s’en rendre compte avec Sur les traces du ITFO, la toute dernière livraison made in Turakie à découvrir du mercredi 8 au vendredi 10 janvier à l’Hexagone de Meylan. Une création très narrative (ce qui est loin d’être l’habitude de la maison) centrée sur un orchestre brutalement licencié par une autorité supérieure. Reste donc des musiciens-marionnettes d’abord contraints de sauver leur peau, mais qui finiront par s’associer pour avancer ensemble. Un spectacle bourré d’inventivité (le travail sur les instruments et la musique est remarquable) qui est sans doute ce que Michel Laubu a fait de mieux ces dernières années – notamment grâce au très subtil sous-texte. On voulait faire les grincheux à la sauce "encore un spectac

Continuer à lire

Le vieil homme et la mer

SCENES | Il y a des métiers plus mystérieux que d’autres. Gardien de phare par exemple, profession en voie d’extinction – il n’y en aurait plus aucun en France, du (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 31 mai 2012

Le vieil homme et la mer

Il y a des métiers plus mystérieux que d’autres. Gardien de phare par exemple, profession en voie d’extinction – il n’y en aurait plus aucun en France, du fait de l’automatisation de ces grandes vigies des côtes. Michel Laubu, créateur d’univers bigarrés et bricolés avec son Turak Théâtre, a décidé de consacrer un spectacle à cet univers source de nombreux fantasmes. Si nous n’avons pas pu découvrir son Gardien de phare(s) et autres loupiotes avant sa venue à l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix, on parie sur sa grande tenue. Car spectacle après spectacle, même si la recette est toujours sensiblement la même, le Turak Théâtre arrive à transporter le public avec trois fois rien –  juste quelques marionnettes et objets en tous genres (on nous annonce ici un travail fort sur la lumière, avec notamment des phares de voitures !), et une sacrée dose d’imagination. Des moments de grande poésie, comme l’on pourra s’en rendre compte mardi 12 juin à 14h, jeudi 14 à 20h, et vendredi 15 à 19h. AM

Continuer à lire

Capharnaüm loufoque

SCENES | Pour sa première année en tant que directrice de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix (nouvelle terminologie, on vous l’a déjà expliqué !), Emmanuelle Bibard a (...)

François Cau | Vendredi 12 novembre 2010

Capharnaüm loufoque

Pour sa première année en tant que directrice de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix (nouvelle terminologie, on vous l’a déjà expliqué !), Emmanuelle Bibard a souhaité poser des jalons en vue de collaborations sur le long terme avec certains artistes – qu’elle nomme "compagnons de route". Après une ouverture de saison réussie en octobre dernier avec les Lyonnais de l’Association Woo, on rencontre en cette fin novembre le Turak Théâtre. Compagnie lyonnaise de référence que l’on a souvent pu voir au festival de l’Arpenteur, le Turak Théâtre propose un univers poétique étudié et extrêmement drôle au travers de créations débridées et hors normes. Car le monde du metteur en scène Michel Laubu est un véritable bric-à-brac d'ustensiles vieillots détournés de leurs usages traditionnels, qui reprennent littéralement vie sur scène. L’été dernier, nous avions pu découvrir Deux pierres, soit plusieurs petites histoires racontées par Michel Laubu et sa verve inimitable. Derrière une table des plus désuètes, il embarquait le public dans un voyage loufoque, où nos repè

Continuer à lire