Du côté des festivals

Aurélien Martinez | Vendredi 10 janvier 2014

Photo : Jean-Louis Fernandez


La deuxième partie de la saison est toujours riche en festivals axés spectacle vivant. L'un des gros morceaux sera, comme d'habitude, les traditionnels Arts du récit, prévu cette année du 12 au 24 mai, et dont on reparlera en temps voulu. Ici, on se concentrera plutôt sur des événements plus confidentiels et plus récents. Comme celui co-organisé par le Tricycle, le CLC d'Eybens et le Pot au noir de Saint-Paul-lès-Monestier, et baptisé Les Envolées, éclosions théâtrales (du 28 avril au 11 mai). Une entreprise louable créée en 2012 et destinée à mettre en avant les talents théâtraux émergents – ce qui donne des rendus de qualité inégale, mais c'est le jeu. Au programme ce printemps, un spectacle de l'écrivain local Vincent Karle et un autre du jeune Jérémy Buclon, souvent croisé dans les spectacles de la compagnie Les Gentils.

Niveau danse, quelques beaux spectacles sont programmés dans le Concentré de danse (impulsé par le Pacifique depuis 2012) : notamment l'hypnotique Pardi de la cie La Vouivre (le 4 février à la Rampe d'Échirolles), ou le touchant Pleurage et scintillement de Jean-Baptiste André (le 6 à l'Amphithéâtre du Pont-de-Claix). Et bien sûr, on ne loupera pas la nouvelle édition des Détours de Babel (du 25 mars au 12 avril, dans toute l'agglo), même s'il sera plutôt question de musique – de musique et de nature même pour cette année. AM


Pardi }

Danse musique image par la Cie La Vouivre, chor. et ms Bérengère Fournier et Samuel Faccioli. Vision onirique du paradis. Est-ce une arche, une île, une parenthèse, un instant suspendu ? C’est quoi qu’il en soit un lieu de renouveau, où tout se recompose à la mesure de nos rêves
Theâtre du Vellein Avenue du Driève Villefontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Pleurage et scintillement

Cirque, danse dès 12 ans, par l'Association W. Avec son célèbre Café Müller en 1978, la chorégraphe Pina Bausch inventait la danse-théâtre. Avec Pleurage et scintillement, plus modestement, les circassiens et danseurs Jean-Baptiste André et Julia Christ voudraient imprimer sur scène l’écriture d’un cirque-danse
Amphithéâtre Place Michel Couëtoux Pont-de-Claix
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


La Papalagui

Théâtre conté par la Cie Deux temps trois mouvements. Dès 14 ans
Espace Paul Jargot Rue François Mitterrand Crolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Troisième Bureau entretient la flamme

Théâtre | Le comité de lecture du collectif artistique grenoblois a publié, fin février, la liste des textes qu’il a retenus pour cette année. L’occasion pour nous de solliciter Bernard Garnier, coordinateur artistique, afin de faire un point complet sur son fonctionnement et son actualité, en attendant les prochaines représentations publiques.

Martin de Kerimel | Vendredi 12 mars 2021

Troisième Bureau entretient la flamme

Quelle présentation feriez-vous de Troisième Bureau ? Bernard Garnier : Le collectif a été créé il y a une vingtaine d’années, autour principalement de professionnels du théâtre (comédiens, metteurs en scène, auteurs, scénographes… entre autres). Au départ, il y a un constat : les écritures théâtrales contemporaines restent peu représentées sur les scènes des théâtres subventionnés. Nous aimons jouer les classiques, mais disons que le théâtre contemporain a une manière d’interroger le monde autrement, avec une langue d’aujourd’hui. C’est son intérêt et sa force. Comment travaillez-vous ? Très modestement, notre idée est de mener un travail de groupe en parallèle des projets personnels de chacun, afin de pouvoir faire découvrir ces œuvres au milieu professionnel et de les partager avec le public. Avec Troisième Bureau, nous avons commencé à lire ensemble des pièces contemporaines et à nous réunir pour en discuter. Nous avons ensuite mis en place un certain nombre d’actions, la plus emblématique étant sans doute le festival Regards croisés, qui invite chaque année des auteurs et autrices pour des lectures, rencontres, ateli

Continuer à lire

Les Envolées : pour la beauté du (premier) geste théâtral

ACTUS | Le dispositif grenoblois visant à soutenir régionalement les artistes en devenir est de retour. Celles et ceux qui souhaitent postuler ont jusqu'à mi-août pour le faire.

Aurélien Martinez | Mardi 11 juin 2019

Les Envolées : pour la beauté du (premier) geste théâtral

Dispositif s’adressant « à celles et ceux qui souhaitent rendre visible leur premier geste théâtral dans une démarche de professionnalisation », Les Envolées seront de retour la saison prochaine. Mais pour espérer en profiter et ensuite dévoiler son travail au printemps 2020 dans différents théâtres de l’agglomération grenobloise, il faut d’abord être sélectionné. Les dossiers sont donc à remettre au plus tard le 15 août (trois seront choisis, dont un de théâtre musical), sachant que les postulants doivent venir avec un texte contemporain, ne pas être plus de six en tout ou encore résider dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (du moins le porteur du dossier). « C’est vraiment ce désir d’accompagnement qui fédère toutes les structures associées à l’aventure » explique Bernard Garnier du collectif Troisième bureau qui a repris ce projet à la base créé par le feu collectif Tricycle du temps où il gérait, à Grenoble, le Théâtre de poche et le 145. Aujourd’hui, sont dans la boucle plusieurs salles de l’agglo mais aussi l’Université Grenoble-Alpes (via son équipement haut de gamme l’Espace scénique transdisci

Continuer à lire

Désirs d’avenir théâtral avec les Envolées

Théâtre | Absent du paysage culturel de l’agglo depuis deux ans, le dispositif Les Envolées, qui a pour but de rendre visible le premier geste théâtral d’artistes en devenir, revient du samedi 28 avril au dimanche 6 mai. Avec, en tournée dans trois théâtres, trois jeunes équipes de création qui vont faire le grand saut de la professionnalisation. On a rencontré l’une d’elles, avant d’aller découvrir tout ça sur scène.

Aurélien Martinez | Mardi 24 avril 2018

Désirs d’avenir théâtral avec les Envolées

Rendez-vous a été pris une semaine avant la première représentation avec la metteuse en scène Solène Krystkowiak et son équipe dans le Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-bas qu’ils occupent depuis quelques jours. Assis dans la salle vide, nous assistons à un bout à bout des premières scènes d'Été, pièce de l’autrice contemporaine Carole Thibaut. Soit l’histoire d’un couple en vacances qui, au vu de ce que l’on comprend, ne va pas très bien… Depuis les gradins, Solène Krystkowiak arrête de temps en temps ses comédiens, leur donne des indications de jeu, leur fait essayer tel ou tel déplacement… Bref, un travail que tout metteur en scène se doit de faire. Sauf que dans son cas, c’est presque une première – du moins avec ce confort. Car comme deux autres metteuses en scène, Solène Krystkowiak crée son spectacle dans le cadre des Envolées, projet grenoblois piloté par le collectif (très branché théâtre contemporain) Troisième bureau avec plusieurs théâtres de l’agglo afin « d’accompagner trois projets dans tout le processus de création artistique de la dramaturgie a

Continuer à lire

Théâtre : les Envolées, dispositif pour les artistes émergents, sont de retour

Initiative | Les Envolées, qui « s’adressent à ceux qui souhaitent rendre visible leur premier geste théâtral dans une démarche de professionnalisation », reviendront sur le devant de la scène en 2018 grâce à six structures culturelles de l'agglo et du département. Les artistes qui souhaitent en être ont jusqu'à fin juillet pour se manifester.

Aurélien Martinez | Mardi 23 mai 2017

Théâtre : les Envolées, dispositif pour les artistes émergents, sont de retour

Les Envolées, c’était un dispositif créé par le collectif Tricycle qui gérait les théâtres grenoblois 145 et de Poche. Son but ? « Accompagner de jeunes artistes dans leur premier geste » (mise en scène, jeu, texte...) selon le comédien Gilles Arbona. Un beau projet, que l’on a suivi avec attention pendant quatre éditions (avec ses réussites et ses ratés – c’est le jeu !), mais qui a dû s’arrêter l’an passé, en même temps que le collectif Tricycle. Bonne nouvelle : le voici qui reviendra la saison prochaine, avec une ambition régionale et de nouveaux partenaires locaux. Si les historiques Autre rive d’Eybens, Pot au noir de Saint-Paul-lès-Monestier et festival Textes en l’air de Saint-Antoine-de-l’Abbaye seront toujours de la partie en accueillant les répétitions et la mini tournée des trois spectacles choisis, débarquent dans l’aventure le Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas (pour les répétitions et la tournée), Troisième bureau (pour un accompagnement dramaturgique) et la MC2 (pour une aide sur la scénographie). Au vu du nombre de candidatures reçues précédemment, on imagine que ces Envolées nouvelle version, au budget pour l’ins

Continuer à lire

De la danse en concentré jusqu'à la fin janvier

Festival | Du lundi 23 au mardi 31 janvier aura lieu dans l’agglo grenobloise la sixième édition du mini festival Concentré de danses, consacré comme son nom l’indique à (...)

Aurélien Martinez | Mardi 17 janvier 2017

De la danse en concentré jusqu'à la fin janvier

Du lundi 23 au mardi 31 janvier aura lieu dans l’agglo grenobloise la sixième édition du mini festival Concentré de danses, consacré comme son nom l’indique à la danse. Une danse d’aujourd’hui qui se déploiera dans six lieux différents, avec l’idée de croiser le public. Si nous avons mis en avant le Feu de la compagnie La Vouivre, puisque nous avons pu le voir avant sa venue à Échirolles, d’autres spectacles (pas vus) nous interpellent. Comme celui de la soirée d’ouverture, au Pacifique : Blanc de Vania Vaneau, solo placé explicitement sous le signe de la transe. Ou comme la création de flamenco Una mirada lenta d’Ana Morales dévoilée le jeudi 26 au Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas. Ou encore comme l’intrigant Han Gamjung Memory d’Eun Young Lee (photo), à voir le vendredi 27 à Crolles et annoncé comme une exploration décalée de l’identité culturelle coréenne. En tout, huit spectacles

Continuer à lire

Le goût du risque avec le Concentré de danses

SCENES | Nouvelle édition pour le Concentré de danses, temps fort impulsé par le Pacifique afin de promouvoir dans l’agglo la danse sous toutes ses formes. Cette année, sept lieux se sont prêtés au jeu. Mais que verra-t-on sur leur scène ? Tentatives de réponses. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 19 janvier 2016

Le goût du risque avec le Concentré de danses

Si, lors d’éditions précédentes, on se dirigeait bien informés vers le Concentré de danses, cette année, on y va à l’aveugle. Certes, quelques noms de chorégraphes ou de danseurs nous parlent plus ou moins, mais niveau spectacles, sur la petite dizaine proposée, on n’en a vu qu’un seul en amont, et en plus en vidéo (on y reviendra). Pas grave nous répondront sans doute les organisateurs (les différents boss des salles concernés, avec en guide spirituel le Pacifique, centre de développement chorégraphique de Grenoble), le but de ces douze jours étant de partir à la découverte de la danse d’aujourd’hui sous toutes ses formes et sans aprioris. Avec, par exemple, une pièce qui « convoque l'intime de toute une génération » dixit son chorégraphe Thomas Lebrun (Trois décennies d’amour cerné, sur le sida ; jeudi 21 au Pacifique), une autre dansée et parlée visiblement pleine d’humour sur « un chorégraphe qui s’est engagé à faire un spectacle et qui ne le fera pas, préférant fuir plutôt que d’assumer ses responsabilités » (En souvenir de l'indien d’Aude Lachaise ; lundi 25 au Pacifique), une autre, qui nous intrigue fortement, sur un marathon

Continuer à lire

100% danse

SCENES | « Un temps fort pour faire frémir la danse pendant dix jours dans cinq lieux de l’agglomération grenobloise » dixit le flyer du Concentré de danses. « La (...)

Aurélien Martinez | Mardi 27 janvier 2015

100% danse

« Un temps fort pour faire frémir la danse pendant dix jours dans cinq lieux de l’agglomération grenobloise » dixit le flyer du Concentré de danses. « La danse est un art assez fragile » rajoute Christiane Blaise, la boss du Pacifique, centre de développement chorégraphique basé dans le sud grenoblois qui a été à l’origine du projet en 2012. « Dans l’agglo, on a de très belles scènes pour la danse qui sont moins connues que la Rampe ou la MC2. L’Odyssée d’Eybens par exemple. » Avec l’idée, donc, d’emmener la danse partout, et d’en montrer un max au public sur un temps déterminé – « ça donne un caractère de fête ». Une sorte de petite biennale de la danse, toute proportion gardée – sachant que le Concentré de danses a lieu tous les ans, donc le mot biennale ne va pas. Pour cette édition, on aura ainsi droit à la Rampe à plusieurs propositions de la compagnie grenobloise Épiderme de Nicolas Hubert, d’une soirée au Pacifique avec les lauréats du dernier concours

Continuer à lire

De la danse mais pas que

SCENES | Mettre en avant la danse autour d’un temps fort, telle est l’ambition du Pacifique et de ses petits camarades avec l’événement Concentré de danses. On fait le point. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 27 janvier 2014

De la danse mais pas que

Grenoble est une terre de théâtre, ça va de soi (n’importe quelle ville de l’agglo a son théâtre). Pour la danse, c’est un peu plus compliqué, même si bien sûr nous n’avons pas à nous plaindre – la MC2 et la Rampe sont par exemple deux salles qui en programment beaucoup. Mais le Pacifique (le Centre de développement chorégraphique porté par l’ancienne chorégraphe Christiane Blaise) aimerait qu’il y en ait encore plus, d’où l’idée lancée en 2012 d’un temps fort autour de la danse dans différents lieux de l’agglo. Une ambition qui a grandi puisqu’aujourd’hui, le Concentré de danses dure une semaine, avec sept spectacles à découvrir dans six lieux (le Pacifique donc, mais aussi la Rampe d’Échirolles, l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix, l’Espace 600 de Grenoble, l’Odyssée d’Eybens et l’Espace Paul Jargot de Crolles). Avec aussi bien de la danse ultra contemporaine que du hip-hop ou encore des formes plus proches du théâtre. David Lynch et Pina Bausch C’est justement de ces dernières que nous allons causer ici, parce que ce sont celles que nous avons pu découvrir avant leur passage dans l’agglo. Il y a d’abord Pardi} de la Vouivre, une compagn

Continuer à lire

Envole-moi

SCENES | L’an passé, le Tricycle (Grenoble), l’Autre rive (Eybens) et le Pot au noir (Saint-Paul-les-Monestiers) lançaient la première édition de leur mini festival (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 19 avril 2013

Envole-moi

L’an passé, le Tricycle (Grenoble), l’Autre rive (Eybens) et le Pot au noir (Saint-Paul-les-Monestiers) lançaient la première édition de leur mini festival "Les Jeunes Pousses(ent)", sous-titré "éclosions théâtrales", et censé « offrir une première chance » à de jeunes artistes. Une entreprise louable, tant l’émergence est capitale pour la régénération de la sphère théâtrale. En avril 2012, on avait donc découvert trois jeunes compagnies, avec des spectacles très différents les uns les autres qui n’avaient toutefois pas connu de vie hors de l’agglo. Qu’à cela ne tienne : cette semaine, les trois lieux remettent le couvert, simplifiant au passage le titre du festival (Les envolées). Trois projets ont été sélectionnés, et chacun sera joué une fois dans chaque théâtre. Deux d’entre eux, proposés par de jeunes artistes gravitant autour du conservatoire de Grenoble, sont portés par des compagnies locales (la Comédie du

Continuer à lire

Coup de projo

SCENES | Promoteur acharné de la danse contemporaine, le Pacifique organise cette semaine la deuxième édition de son Concentré de danse, en partenariat avec diverses (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 31 janvier 2013

Coup de projo

Promoteur acharné de la danse contemporaine, le Pacifique organise cette semaine la deuxième édition de son Concentré de danse, en partenariat avec diverses salles de l’agglo. L’idée est la suivante : sur une semaine, le public est amené à déambuler ici et là pour se confronter à des univers artistiques différents. Avec une programmation assez finement dosée entre originalité et classicisme, mais aussi entre les esthétiques. Le jeudi 7 par exemple, à l’Odyssée d’Eybens, sera présenté L’Autre de Claudio Stellato : un spectacle tout public on ne peut plus accessible, entre danse et nouveau cirque, qui émerveille littéralement par ses petites trouvailles (critique sur notre site). Le vendredi 8, c’est à l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix qu’il faudra être, pour découvrir John, la nouvelle proposition de la surprenante Ambra Senatore (une chorégraphe que l’on aime beaucoup au Petit Bulletin). Mais de notre côté, avec toute la subjectivité qui nous caractérise, on retient surtout la soirée du lundi 11 au Pacifique, avec le truculent Mark Tompkins (photo) : un inter

Continuer à lire

Let’s dance

SCENES | Initié par le Pacifique, l’évènement "Concentré de danses" propose, sur une semaine, plusieurs créations autour... de la danse ! Avec notamment la venue du chorégraphe Yuval Pick. Aurélien Martinez, avec Jean-Emmanuel Denave (sur Yuval Pick)

Aurélien Martinez | Jeudi 10 mai 2012

Let’s dance

Un nouveau festival à Grenoble, ville déjà bien fournie en la matière ? Non, plutôt « un temps fort » explique l’équipe du Pacifique, qui, dans la lignée du concours [re]connaissance qu’elle a impulsé, évoque « la suite du développement de ses missions de Centre de développement chorégraphique ». Un CDC avant tout présenté comme « un lieu de fabrique et d’accompagnement pour les compagnies de danse contemporaine ». Il ne rentre donc pas dans la case des salles classiques principalement centrées sur la diffusion de spectacles, activité qui permet au grand public d’identifier un établissement culturel. Ce Concentré de danse offre ainsi de la lumière à une structure grenobloise méconnue. Sur cinq soirs, en partenariat avec l’Amphithéâtre de Pont-de-Claix (qui accueillera un spectacle), le public pourra découvrir des propositions originales, pensées par des artistes atypiques. Notamment Julyen Hamilton, performeur et chorégraphe de renom qui travaille beaucoup sur l’improvisation ; Agnès Izrine, ancienne danseuse devenue r

Continuer à lire