« Créer un anti-héros »

SCENES | Seul et en silence, Monsieur Fraize renverse les codes du café-théâtre et plonge son auditoire dans l’hilarité comme personne, le long d'un spectacle sur le fil, reflet d’une société infiniment fragile. Rencontre. Propos recueillis par Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 30 septembre 2014

Il fallait le voir l'été 2013 au Festival d'Avignon... où il n'était pas. Dans le capharnaüm d'affiches qui recouvraient les murs, abribus et autres glissières de sécurité de la ville, il y avait la sienne : la photo d'un fil à linge sur lequel séchaient son polo rouge et son pantalon vert en velours, surmontée du texte « Monsieur Fraize, relâche du 8 au 31 juillet ». Pas de visage, à la différence de tous ses congénères comiques, encore moins de spectacle à annoncer, alors que l'année précédente il remplissait le Palace. Voilà résumé ce que Marc Fraize (c'est son véritable nom) essaye de faire avec son personnage : se décaler. Être là où ne l'attend pas, ne pas être là où on l'attend.

« M'amuser et surprendre »

Pourtant, rien ne prédisposait ce tout juste quadragénaire à être sur les planches, si ce n'est « une envie de connaître des gens » née quand sa famille a quitté la banlieue parisienne pour celle de Lyon. Il est alors lycéen, suit un copain dans la troupe du Sol à Charly (département du Rhône) : « J'adorais l'idée de construire quelque chose à plusieurs. J'aimais ce vieux mythe du Café de la Gare, avec des potes qui jouaient, mangeaient des pâtes, se couchaient tard, gagnaient trois francs six sous et faisaient des choses ensemble alors qu'ils ne savaient rien faire. » Il ne devient toutefois pas immédiatement comédien, suivant, pour rassurer ses parents, des études dans une fac où il ne mettra en fait jamais les pieds. Il devient alors bagagiste dans l'hôtellerie de luxe, jusqu'à être concierge de la Villa florentine de Lyon. Malgré des revenus confortables et de gros pourboires, Marc Fraize décide pourtant à 26 ans de vivre de ce qu'il n'avait même pas encore essayé : faire rire.

Il aime Coluche et Fellag, ne connaît pas encore le man on the moon Andy Kaufman, dont il est désormais un troublant descendant, et ignore tout des cafés-théâtres qu'il se met à écumer « pour voir ce qui se faisait ». Las, il constate que tout y est sur des rails et que le business commence à gangrener ce milieu pourtant plus éclectique qu'il ne l'est aujourd'hui : « On ne voyait pas le risque, la goutte de sueur. J'ai alors voulu créer un personnage d'anti-héros, trouver ce qui allait personnellement m'amuser et surprendre. » Soit un type normal, qui ne dit rien ou si peu, se demande où il est, annone et chantonne, mime, fait semblant de n'avoir rien à faire là, arpente le plateau, observe, commente le lieu, cruellement souvent, montre des photos de son chat en aparté, esquisse des situations, les interrompt ou les fait traîner jusqu'au malaise et à l'esclaffement.

« Je suis incapable d'avoir un truc tout prévu »

En 2001, il présente son premier one-man-show au Complexe du rire à Lyon. Puisque personne ne sait à quoi il ressemble, il met un chien sur son affiche, histoire d'interpeller et de se démarquer des « gens les pouces en avant » : « J'étais mort de trouille mais ce sont mes meilleurs souvenirs. Le personnage de Monsieur Fraize était déjà là, comme un fil rouge entre des sketchs. C'était un moment facile où je me découvrais moi-même. Aujourd'hui, il est plus dur de retrouver cette fraîcheur. » Les prix dans les festivals d'humour s'amoncellent. Marc Fraize n'a plus besoin de chercher de travail, on vient à lui. Six ans et 800 dates plus tard, il sent cependant que le spectacle lui échappe ; devient père aussi. Il s'accorde trois ans de break, le temps d'être oublié de ce monde qui zappe plus vite que son ombre. Pour se refaire un nom, le télé-crochet On ne demande qu'à en rire de Laurent Ruquier tombe alors à pic.

Pour son premier passage en mars 2011, sur le thème du mariage de Kate et William qui lui a été donné à une semaine de l'enregistrement, il fait silence : « Un blanc de quarante-cinq secondes, ça n'avait plus été vu à la télé depuis Valéry Giscard-d'Estaing » plaisante-il aujourd'hui. De rires gênés en silences troublants, la sauce prend. « Dès le premier passage, j'ai eu deux ans de travail ! » Il en fera dix, refusant de revenir chaque semaine, optant pour une apparition mensuelle, laissant s'installer l'attente, son premier ressort comique. « J'ai eu la surprise qu'ils [la production – NDLR] me laissent les mains libres. » En coulisses pourtant, on lui reproche de ne pas jouer en bande avec les Arnaud Tsamère et Jérémy Ferrari, menace de ne le payer que la moitié de ce qui lui est dû car il ne tartine pas de textes, au contraire de ses camarades, qui eux bossent. De ce procès en fainéantise, il se défend facilement, arguant qu'il « est plus rassurant d'avoir un texte » que de marcher constamment sur un fil de funambule. Au risque, qu'il dit ne pas craindre, d'aller au casse-pipe : « J'essaye de laisser de moins en moins de place à l'improvisation mais je suis incapable d'avoir un truc tout prévu. »

« L'air du temps est un outil énorme »

En janvier dernier à Lyon, lors des premières dates de son nouveau spectacle, plus bavard, tout n'était d'ailleurs pas encore en place. Pourtant, l'essence de son personnage suffit à provoquer l'hilarité générale. Car si les spectacles de Marc Fraize sont infiniment divertissants, ils ne se limitent pas à cela. « Je ne veux pas faire oublier les problèmes mais jouer avec. » Promettant à son auditoire d'en sortir « inquiet », il ne veut surtout pas gommer la fragilité de son personnage, qui fait paradoxalement sa force comique. « Je ne peux pas décemment ne pas exprimer le malaise que je ressens par rapport aux gens qui s'emmerdent dans leur boulot, sont manipulés toute la journée par des infos. Il y a un moutonisme ambiant qui fait que personne ne l'ouvre. Les manifs ne servent plus à rien. L'air du temps est un outil énorme pour Monsieur Fraize. » En jouant avec cette ambigüité, en osant tout et en mesurant sa chance d'être là, Monsieur Fraize dynamite son métier et s'impose sans conteste comme le meilleur d'entre tous.


Monsieur Fraize

"Nouveau spectacle"
La Basse Cour 18 rue Colbert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

C’est l’histoire d’un mec, y surprend

SCENES | The Promise you made du groupe américain Cock Robin, ça c’est du tube. Le morceau étant sorti en 1986, il s’écoute forcément avec un vieux baladeur et un casque (...)

Aurélien Martinez | Mardi 30 septembre 2014

C’est l’histoire d’un mec, y surprend

The Promise you made du groupe américain Cock Robin, ça c’est du tube. Le morceau étant sorti en 1986, il s’écoute forcément avec un vieux baladeur et un casque sur les oreilles, en fredonnant les paroles (ou ce que l’on croit être les paroles) comme si personne ne nous entendait. En battant le rythme avec son corps en plus, façon de montrer que l’on ne fait qu’un avec la musique. Sauf que l’appareil fait des siennes en plein milieu de la chanson : pas grave, on recommence du début ! Dans son nouveau spectacle, Monsieur Fraize joue à nouveau avec le temps qu’il étire comme un chewing-gum, se servant des ruptures de rythme et des répétitions comme d’outils démoniaques. À l’image de cette incroyable scène où il joue au cerf-volant avec un certain Michel qui ne semble pas bien comprendre ce qui lui arrive – adaptation d’un sketch donné dans l’émission On ne demande qu’à en rire (comme celui du baladeur d’ailleurs, qui était construit autour du thème les Français pas si nuls en anglais).

Continuer à lire

Ramène ton Fraize

SCENES | C’est l’un de ses meilleurs sketchs qui, en plus, résume parfaitement son univers : pour son quatrième passage dans l’émission On ne demande qu’à en rire de (...)

Aurélien Martinez | Mardi 9 septembre 2014

Ramène ton Fraize

C’est l’un de ses meilleurs sketchs qui, en plus, résume parfaitement son univers : pour son quatrième passage dans l’émission On ne demande qu’à en rire de Laurent Ruquier, le surprenant Monsieur Fraize poussa au bout sa logique d’un art comique où une part conséquente revient à l’économie de mots – dans son premier passage télé, sur le sujet imposé du mariage de Kate et William, il avait carrément ouvert avec un blanc de 45 secondes. Pour le thème coiffeur de star à Cannes, il livra donc cinq minutes fascinantes où un coiffeur se retrouve en plein milieu d’un salon visiblement bruyant et appelle un par un ses trois collègues pour récupérer un casque pour Madame Deneuve. Un sommet comique à la gradation impeccable. Un sketch qu’il reprend dans son nouveau spectacle, en l’adaptant à une autre situation (du sport en plein air avec un certain Michel). Un spectacle plus bavard que

Continuer à lire

Le rire par l’absurde

SCENES | Exercice de style impossible : parler d’un spectacle à pleurer de rire sans en révéler la fin, mais en occultant aussi le milieu voire le début pour que le public arrive vierge de toute idée préconçue. On essaie avec l'inénarrable Monsieur Fraize. Nadja Pobel

Aurélien Martinez | Lundi 26 novembre 2012

Le rire par l’absurde

Monsieur Fraize facilite notre travail visant à ne pas raconter son spectacle : lui-même ne raconte à peu près rien. N’allez cependant pas croire que son solo est ennuyeux et lénifiant. Il est précisément tout le contraire : hilarant et imprévisible. Sauf que le comédien n’a aucune envie d’être là et nous le fait savoir. Il entre à reculons sur une chanson de Julien Clerc, Partir. Puis prend le chanteur au mot et part. Il n’aura de cesse de faire des allers et retours, penaud, gêné d’être ici. Alors pour combler le temps, il nous raconte des choses, improvise avec le public et le lieu, l’observe, le commente. Puis, déjouant son auditoire, il parle en aparté à quelqu’un, lui montre son livre de photos de son chat. Vous verrez cela. Ou autre chose tant Monsieur Fraize semble insaisissable. Il esquisse des situations, les arrête dès qu’elles semblent fonctionner. Surtout ne pas s’installer. Ou alors faire traîner, étirer le temps jusqu’à provoquer le rire. Notre préférence Sans avoir l’air d’y toucher, Monsieur Fraize sait pourtant où il va. À la télévision, l’an dernier, il séduisait le jury de l’émission de Laurent Ruquier (un télé-crochet de comiques),

Continuer à lire