Jeu, set et Smashed

SCENES | Dans "Smashed", neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues sur leur discipline. Un spectacle d'une fluidité et d'un raffinement impressionnants. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 9 décembre 2014

Photo : Ludovic des Cognets


Elle a poussé l'humanité à commettre son premier crime de lèse-déité, inspiré à Newton la loi de la Gravitation universelle et à Magritte son tableau le plus fameux, permis à Chirac de remporter l'élection présidentielle de 1995 et à Steve Jobs de faire prospérer sa secte... Y a pas à dire, la pomme est le fruit le plus influent de la Création. Cette assertion, le Gandini Juggling, troupe londonienne qui depuis le début des années 90 repousse les limites esthétiques et techniques de la jonglerie, lui donne encore un peu plus de crédit avec Smashed.

Et pour cause : ce spectacle, l'un de ses plus emblématiques (créé en 2011, il a déjà été joué plus de deux cents fois) se présente comme une transposition de la danse-théâtre, approche expressionniste du geste que la chorégraphe allemande Pina Bausch popularisa dans les années 70, en jonglage-théâtre, et repose, à un service à thé et une rangée de chaises près, uniquement sur le lancer et la passation de pommes. Voire sur leur escamotage. 

Les casseurs jongleurs

Les neufs interprètes de Smashed font en effet montre d'une telle adresse que leurs manipulations confinent parfois à la prestidigitation. Pour autant la prouesse, fut-elle parfaitement synchronisée ou autonome, n'est ici jamais gratuite. Au contraire, elle n'est que la partie émergée d'une chorégraphie des plus millimétrées, évocation toute en élégance et en humour pince-sans-rire, typiquement british en somme, des affres du quotidien.

Engoncés dans de ternes tenues de ville et accompagnés par une bande son toute aussi alternativement surannée et dramatique que leurs gestes (Bach et Vivaldi y côtoient la chanteuse country Tammy Wynette et le compositeur de musique de salon Little Jack Little), Sean Gandini, Kati Ylä-Hokkala (les deux fondateurs de la compagnie) et leurs partenaires s'ennuient puis se font la cour, jubilent puis se déchirent... et finissent par péter les plombs, en une apothéose destructrice aussi forte que troublante. Grandiose, oui.



Smashed
, mardi 16 et mercredi 17 décembre à 20h, à la Rampe (Échirolles)


Smashed

Art du jonglage, danse et théâtre par la Cie Gandini Juggling. À partir de 8 ans
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cirque : nos cinq coups de cœur de l'année

Panorama 2016/2017 | Au Petit Bulletin, on adore les artistes qui s'envoient en l'air. La preuve avec cette sélection de spectacles riche en surprises et émotions fortes.

Aurélien Martinez | Lundi 24 octobre 2016

Cirque : nos cinq coups de cœur de l'année

Fenêtres Recréation d’un spectacle vieux de quinze ans, ce solo initialement interprété par le circassien Mathurin Bolze (qui l’a imaginé) a été transmis à Karim Messaoudi, passé comme lui par Centre national des arts du cirque. Un pur moment de grâce visuelle sur un homme enfermé dans un appartement et qui ne semble trouver d’échappatoire que par les airs, grâce à un sol trampoline. Grandiose. À l’Hexagone (Meylan) mardi 15 et mercredi 16 novembre _______ Patinoire Un solo entre cirque, théâtre et clown qui fonctionne parfaitement. Logique, il est l’œuvre d’un des fondateurs du collectif québécois de circassiens Les 7 doigts de la main. Patrick Léonard, seul en scène donc mais accompagné d’un fatras d’objets (qui auront une importance capitale pendant le spectacle), met en place une drôle de tension qui captive autant qu’elle surprend. Et quelle fin vertigineuse ! À l'Ilyade (Seyssinet-Pariset) mardi 29 novembre _______

Continuer à lire