Un grand Godot est arrivé grâce à Jean-Pierre Vincent

SCENES | Parfois, une très grande mise en scène fait entendre un classique comme pour la première fois. C’est le cas de cette version d’"En attendant Godot" par Jean-Pierre Vincent. Un travail humble et de haute précision au service d’une œuvre-monstre. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 6 octobre 2015

Photo : Raphael Arnaud


Ils attendent Godot qui ne viendra pas. Fermer le ban ? Non, évidemment pas ! Jean-Pierre Vincent, du haut de sa longue carrière de metteur en scène et de directeur du must de la scène française (TNS, Comédie-Française, Amandiers-Nanterre), possède la sagesse d'écouter Beckett nous parler. L'auteur irlandais, qui écrivait là sa première pièce en langue française, est réputé pour avoir tant semé de didascalies que la marge de l'homme de plateau est réduite à sa portion congrue. Plutôt que d'y voir une obligation castratrice, Vincent a trouvé dans ce respect qui ne vire jamais à la déférence sa plus grande liberté. Et rend à Beckett sa part de drôlerie souvent absente dans les autres adaptations.

Oui, on rit avec Vladimir et Estragon. Égarés dans la « tourbière », ils n'ont plus la notion du temps. « Tu dis que nous sommes venus hier soir – Je peux me tromper. » Sans jamais dater ou situer son action, Beckett, qui publie ce texte en 1948, dit en creux à quel point la Seconde Guerre mondiale et Hiroshima ont anéanti la sensation même d'être au monde. Alors tous se raccrochent aux sensations physiques. Estragon a mal aux pieds, faim, à l'instar d'un Beckett qui, résistant démasqué à Paris, prend la route avec sa femme pour Roussillon.

« Essayer d'exister »

Sur une scène aride agrémentée de cailloux, touffes d'herbe sèche et du fameux arbre décharné, Charlie Nelson et Abbes Zahmani s'inventent une fraternité contre laquelle ils ne peuvent rien. Ils sont indestructibles ; l'ennui et la noirceur pourtant prégnants ne prennent pas le dessus. Même le suicide tant convoité leur échappe car si l'un aide l'autre à se pendre, que deviendra celui qui reste seul ?

Les comédiens ont trouvé une gestuelle – accidentée, maladroite, chaloupée parfois – et une diction teintée d'étonnement permanent qui rend leurs personnages totalement attachants. Quand surgit Pozzo et son esclave Lucky, c'est un peu le monolithe de Kubrick qui leur tombe dessus. Ils regardent cet homme vociférer, s'émeuvent puis acceptent l'humiliation d'un autre devenu bête de foire telle la Vénus noire de Kechiche.

Mais ce leitmotiv « On attend Godot », bien plus que de plomber la pièce, l'illumine. Beckett n'est pas nihiliste. Dans la désespérance sourde qu'il partage avec Thomas Bernhard, il y a chez lui une lueur quasi miraculeuse qui se niche dans l'altérité et une forme d'amour qui n'est jamais aussi puissante que lorsqu'elle est menacée. « Est-ce que je t'ai jamais quitté ? demande Didi à Gogo – Tu m'as laissé partir » répond son acolyte dans le deuxième acte. Et de finir ensemble, souriants, vivants, face à nous pour clore ce travail magistral.

En attendant Godot, du mardi 13 au samedi 17 octobre, à la MC2


En attendant Godot

Texte de Samuel Beckett, par Charlie Nelson, Abbes Zahmani, Alain Rimoux, ms Jean-Pierre Vincent
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

Panorama 2016/2016 | Pour cette saison 2016/2017, on vous a concocté un programme varié entre spectacles coups de poing, aventures atypiques et classiques rassurants. Suivez-nous, que ce soit à la MC2, à l'Hexagone, au Théâtre de Grenoble, à la Rampe, à la Faïencerie, au Théâtre en rond...

Aurélien Martinez | Jeudi 13 octobre 2016

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

LA 432 « Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires Chiche Capon présentent leur LA 432, que l’on a classé en théâtre parce qu’il faut bien le mettre quelque part. Sauf que c’est beaucoup plus que ça : un déferlement burlesque et musical (leur ritournelle Planète Aluminium reste très longtemps en tête) porté par des comédiens clownesques survoltés qui n’hésitent pas à secouer le public (ou à lui taper dessus). Joyeusement régressif ! Au Théâtre municipal de Grenoble mardi 22 novembre ________ Fables Un spectacle où certaines fables de Jean de La Fontaine (1621 – 1695) sont mises en scène par deux joyeux comédiens qui s’amusent véritablement à camper les différents animaux

Continuer à lire

Bolle-Reddat magnifie le Godot de Fréchuret

SCENES | Cinq mois après la version magistrale de "Godot" par Jean-Pierre Vincent (à la MC2), le Grand angle de Voiron reçoit celle du Stéphanois Laurent Fréchuret : si le casting est plus inégal, la vivacité et la férocité de l’époustouflant texte de Beckett sont bien là. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 2 février 2016

Bolle-Reddat magnifie le Godot de Fréchuret

En attendant Godot est un grand Beckett. Plus puissant que Fin de partie ou Premier amour qui tournent partout, c’est un véritable chef-d’œuvre, parfaite alchimie entre une désespérance profonde et un espoir ultime, celui d’être ensemble, toujours, même – et surtout – face à l’inéluctable. Laurent Fréchuret n’a pas souhaité faire le malin face à ce texte-monstre, bien lui en a pris : il suit les très précises indications que Beckett a livrées en didascalies. C’est dans ces contraintes qu’il trouve la liberté de rire. Pour cela, le Stéphanois a convoqué un acteur immense, Jean-Claude Bolle-Reddat. Parfait Estragon qui, entre mille autres choses, a été membre de la troupe du Théâtre National de Strasbourg époque Martinelli et a joué au cinéma sous l’œil de François Ozon (Une nouvelle amie). En une fraction de seconde, Bolle-Reddat est juste : il tiendra cette tension deux heures durant, comme tombé de la lune et bien arrimé à cette terre d’où plus rien ne vient, surtout pas Godot. Face à lui, David Houri (Vladimir) joue moins

Continuer à lire

Théâtre : les dix pièces à voir cette saison

SCENES | Du théâtre contemporain, du classique ; des metteurs en scène stars, des plus confidentiels ; des pièces avec plein de comédiens, d'autres avec beaucoup moins de monde... Voici les coups de cœur et les attentes du "PB" pour cette saison 2015/2016.

Aurélien Martinez | Vendredi 18 septembre 2015

Théâtre : les dix pièces à voir cette saison

L’Avare Dans le très vaste répertoire théâtral français, Molière est l’un des auteurs qui a écrit les plus efficaces machines à jouer. D’où le fait que ses pièces soient si souvent montées. Le metteur en scène Ludovic Lagarde, directeur de la comédie de Reims, a décidé de se confronter à l’efficace Avare, où il est question d’un vieux père qui n’a pas que des qualités – il est on ne peut plus proche de ses sous ! Un rôle monstre que Lagarde a décidé de confier à son comédien fétiche : le fascinant et explosif Laurent Poitrenaux, qui marque de sa présence chaque mise en scène, au risque qu’on ne voie que lui. Ça tombe bien, c’est ce que le rôle veut – au cinéma, Louis de Funès l’avait aussi très bien compris. On espère donc passer un bon moment devant cet Avare rajeuni (Poitrenaux n’a même pas 50 ans) que nous n’avons pas pu découvrir avant sa venue à Grenoble, mais dont on a eu plein de bons échos. AM Du mardi 17 au samedi 21 novembre à la MC2 La Liste de mes envies

Continuer à lire