"Une étoile pour Noël" : bonté pas si divine par Nasser Djemaï

Théâtre | Avec "Une étoile pour Noël", l’auteur, metteur en scène et comédien (oui, tout ça à la fois) Nasser Djemaï livre un seul-en-scène survolté et drôle au sous-texte percutant. Ou comment un gamin prénommé Nabil va accepter de s’appeler Noël pour se conformer aux désirs de certains adultes – et, plus largement, d’une partie de la société. Une recréation (le spectacle a vu le jour dix ans plus tôt) plus que bienvenue qui nous a donné envie d’en discuter avec son concepteur. Magnéto.

Aurélien Martinez | Mardi 13 octobre 2015

Une étoile pour Noël ou l'ignominie de la bonté : voilà qui est on ne peut plus clair. Nasser Djemaï ne masque pas le propos qui l'anime en l'affichant clairement dans le titre de son spectacle. Il nous l'explique, au lendemain de la première à la MC2 de la nouvelle version de cette pièce qui a vu le jour en 2005. « Le modèle dominant me fascine beaucoup. Toutes ces valeurs et tous ces codes qui se déversent sur nous en permanence : voilà comment il faut être, voilà comment il faut penser. Je trouve qu'il y a une vraie fracture avec une partie de la population qui ne se reconnaît pas dans ces valeurs plutôt bourgeoises, catholiques et blanches. »

Une étoile pour Noël, c'est en partie son histoire : celle d'un gamin que la grand-mère d'un de ses camarades de classe a décidé de prendre sous son aile pour l'élever, « pour en faire une personne modèle ». « C'est vraiment comment faire en sorte, avec la plus grande bonté et le plus grand amour sincère, que ce petit soit à l'abri de tout. C'est toute l'ambigüité de la bienveillance : comment on projette des choses par rapport à soi. »

Une étoile pour Noël, c'est surtout l'histoire de Nabil, gamin sans histoire mais aux hautes ambitions qui croisera sur son chemin divers visages d'une société peu reluisante malgré les sourires et les bons sentiments de ceux-là même qui « pensent avoir la vérité ».

« Énormément romancé »

Nabil, c'est joli comme prénom mais bon, comment réussir dans la vie avec ce handicap ? Alors que Noël, c'est tellement plus acceptable. Et ces cheveux, non, vraiment, ce n'est pas possible… « Le point de départ est autobiographique, mais c'est finalement énormément romancé. Certes, le prénom c'est vrai, les mèches blondes c'est vrai… Mais il a fallu se méfier du côté témoignage dont tout le monde se fout ! Je voulais vraiment trouver la fable intemporelle qui puisse vieillir dans le temps. Du coup, un jour, j'ai imaginé : on prend un petit Nabil, un petit Malik, un petit Kader et on fait tout pour lui enseigner les valeurs qui feront de lui un citoyen modèle, jusqu'à qu'il renie même sa religion. Qu'est-ce qui se passe ? J'ai imaginé que ce petit garçon veuille devenir président de la République. Et, dans cette équation-là, il y a une impasse qui était intéressante. »

Nasser Djemaï a visiblement pris beaucoup de plaisir à croquer les différentes personnalités du spectacle, dont en premier lieu la grand-mère pleine de bonté. Une grand-mère qui, malgré des actes ahurissants, n'est pas violement condamnée dans le texte. Car, chez Nasser Djemaï, il n'y a pas de position moralisatrice hautaine qui dénoncerait frontalement une situation, sans aucune subtilité. « Parce que c'est trop facile de dire que les méchants sont d'un côté et les gentils de l'autre. C'est trop facile de faire de la grand-mère une sorcière et de Nabil une petite victime. On est tous pétris de contradictions. Par exemple, moi, il y a des choses dans mes origines sociales, ethniques et religieuses qui m'insupportent complètement, qui ne demandent qu'à être interrogées. » La figure du père est d'ailleurs elle aussi pétrie de contradictions. « Il pousse son fils à ne pas devenir comme lui. Il lui transmet son complexe, en partant du principe qu'il ne peut rien lui donner. À travers lui, on reconnaît tout le travail d'infériorisation des colonies. »

« Quelque chose de très ludique »

Une étoile pour Noël est chargé en questions brûlantes, comme celle du racisme. Mais des questions abordées en sous-texte, les personnages semblant souvent lutter avec leur inconscient, cherchant parfois leurs mots pour ne pas révéler le fond de leur pensée. « C'est comme notre société. C'est très présent, très palpable, mais jamais prononcé. Si j'ai fait ce travail très précis sur les mots, c'est pour montrer ce que l'on vit tous les jours avec la langue de bois politique. Par cette difficulté à nommer la chose, ça raconte beaucoup. Tout ce que l'on a du mal à nommer est en lien avec tout ce que l'on a du mal à penser. J'aime bien cette espèce d'atmosphère autour d'un mot, comme le mot "arabe" qui n'est jamais prononcé, ou comme le mot "musulman". »

Et des questions traitées avec humour par l'auteur, son texte étant souvent très drôle. « C'est dangereux de se prendre au sérieux. L'humour permet beaucoup plus de profondeur parce qu'on donne la chance aux personnages d'avoir plusieurs niveaux de lecture et de sensibilité. On peut prendre certains passages à la lettre comme comprendre le sous-entendu qu'il y a derrière. »

L'humour est présent notamment dans la forme même du spectacle, un seul-en-scène minimaliste en scénographie dans lequel Nasser Djemaï campe donc tous les rôles : Nabil, son père, la grand-mère, son camarade de classe… Avec pour chacun une recherche précise et sobre sur la gestuelle, pour qu'on les reconnaisse en quelques secondes : c'est Nabil enfant qui bondit naïvement, c'est sa prof qui a des problèmes avec ses cheveux, c'est la grand-mère qui a une posture très droite… « Je voulais quelque chose de très ludique qui stimule l'imaginaire du spectateur. Je trouve qu'on a souvent tendance à enfoncer des portes ouvertes en surlignant des choses. Tandis que là, avec un simple geste, on sait à qui l'on a affaire, où l'on est et ce qui se joue. »

« Douze ans de psychanalyse derrière »

Pour créer ces personnages de théâtre, Nasser Djemaï a du accepter de se détacher de son histoire personnelle. « Je n'ai pas pu faire ça seul. J'ai collaboré à la dramaturgie et à la mise en scène avec quelqu'un d'outillé qui parle la même langue que moi : Natacha Diet. Ensemble, on a d'abord bossé sur des archétypes et, à partir de là, tout le travail a consisté à d'abord se rapprocher le plus près possible de mon histoire pour ensuite s'en éloigner le plus possible, avec tout un travail de distanciation et d'amusement. On a imaginé de vrais personnages de théâtre avec leurs codes, leur logique interne, leur trajectoire… À ce moment, l'histoire ne t'appartient plus, elle appartient à elle-même. »

Un processus qui a été long. « Il y a aussi pratiquement douze ans de psychanalyse derrière. Ça m'a permis de déceler la manière dont les complexes sont véhiculés par la filiation. J'ai dû faire le ménage là-dedans pour ne pas tomber dans un règlement de comptes ou dans la volonté de donner une leçon à qui que ce soit. Il s'agit d'abord d'un geste artistique. »

« L'électrochoc » 21 avril 2002

Une étoile pour Noël est le premier texte que Nasser Djemaï a écrit. Après avoir fini sa formation de comédien en 1998, il écume les plateaux pendant quelques années. « Je l'ai écrit pour moi à une époque où je m'interrogeais beaucoup sur mon avenir. Très vite, en étant comédien, je me suis rendu compte du peu de perspectives et de satisfaction que j'avais en tant qu'acteur. Je voulais dire trop de choses. Je courais les castings, je me retrouvais souvent sur des projets au service d'un propos qui ne racontait rien… J'ai eu besoin de trouver ma forme [le seul-en-scène – NDLR] pour découvrir ensuite ma langue d'écriture. »

Mais pourquoi, d'emblée, ce thème pas forcément facile ? « Le spectacle est parti de manière assez urgente. J'ai commencé à travailler dessus en 2002 : l'un des premiers électrochocs que j'ai eus a été le 21 avril 2002 [quand Jean-Marie Le Pen est arrivé au second tour de l'élection présidentielle – NDLR]. C'est une soirée qui m'a rendu profondément triste. J'ai du coup toute cette histoire de mon enfance qui remonte à la surface. En la racontant à des amis, ils m'ont conseillé de faire quelque chose autour de ça. »

Une étoile pour Noël verra le jour en 2005 et sera un véritable succès, Nasser Djemaï cumulant plus de 300 représentations. Mais, pendant tout ce temps, il a toujours gardé un goût d'insatisfaction. « J'ai mis trois ans pour le monter. Pourtant, au bout du compte, je sentais que je n'avais pas forcément abouti la forme. Par exemple, à l'époque, je n'étais pas arrivé à trouver la clé d'entrée. Et il y avait aussi des zones de texte un peu trop surlignées, des personnages trop dessinés, pas assez proches de moi… »

« Rester dans l'ombre »

D'où l'idée de le reprendre dix ans plus tard. Entre temps, Nasser Djemaï a continué son parcours de metteur en scène et d'auteur, avec un autre seul en scène (Les Vipères se parfument au jasmin) et, surtout, Invisibles, pièce très forte sur les travailleurs immigrés restés en France sans leur famille qui lui a valu d'être nommé l'an dernier aux Molières. « Le fait de reprendre Une étoile pour Noël dix ans plus tard permet de l'ancrer dans une lignée, de réinterroger cette introduction et de rapprocher les personnages de moi. »

Émerge alors au sein du parcours de l'artiste un fil directeur sans doute inconscient au début, mais qui devient de plus en plus présent avec le temps. « Ce fil conducteur est autour de la quête identitaire et de la difficulté à trouver sa place auprès des autres. Un projet nourrit l'autre. » On en aura la preuve la saison prochaine avec la pièce Vertige, qui verra le jour en janvier 2017 à la MC2. « C'est comme si, d'une certaine manière, Nabil tue son père sur Une étoile pour Noël ; le même Nabil, qui s'appelle Martin, retourne dans les enfers pour lui parler dans Invisibles ; et, à la sortie des enfers, ramène la lumière auprès de sa famille – c'est Vertige. Mais le danger est de propager un nouvel incendie. »

Une pièce avec six comédiens sur le plateau dans laquelle Nasser Djemaï ne jouera pas. Ah oui, il avait oublié de nous dire : « Je trouve plus de plaisir à rester dans l'ombre que d'être sous le feu des projecteurs. J'aime jouer mais je préfère mettre en scène et écrire. » D'accord, même si rien ne transparaît sur scène, au contraire !

Une étoile pour Noël, jusqu'au samedi 24 octobre à la MC2


Nasser Djemaï en neuf dates

1971 : naissance à Saint-Martin-d'Hères.

1995 : intègre l'École de la Comédie de Saint-Étienne.

1997 : continue sa formation à Birmingham.

1999 : premier contrat en Angleterre.

2001 : rencontre les metteurs en scène René Loyon et Robert Cantarella.

2005 : création d'Une étoile pour Noël.

2008 : Les Vipères se parfument au jasmin.

2011 : Invisibles.

2014 : Immortels.


Une étoile pour Noël, ou l'ignominie de la bonté

Texte et interprétation Nasser Djemaï
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Une étoile pour Noël, ou l'ignominie de la bonté

Texte et interprétation Nasser Djemaï
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nasser Djemaï : « Je crains qu’après cette crise, la culture soit la dernière roue du carrosse »

Théâtre | Alors que le pays est en plein confinement, nous avons décidé de nous intéresser au sort des professionnels de la culture. On a donc passé plusieurs coups de fil, dont un au metteur en scène et auteur grenoblois Nasser Djemaï qui avait cette saison trois spectacles en tournée dans toute la France, dont sa dernière création "Héritiers". Haut-parleur et dictaphone allumés (télétravail oblige), c’est parti.

Aurélien Martinez | Jeudi 26 mars 2020

Nasser Djemaï : « Je crains qu’après cette crise, la culture soit la dernière roue du carrosse »

CComment, en tant que metteur en scène et auteur, vivez-vous cette période de confinement pendant laquelle vous ne pouvez plus montrer vos spectacles ? Nasser Djemaï : Comme pour beaucoup de monde, ce n’est pas simple, d’autant plus que j’ai aussi une troisième casquette qui est celle du producteur. Cette saison, la compagnie avait trois spectacles – Héritiers, Vertiges et Invisibles – sur les routes, avec environ 70 dates. Ces spectacles devaient s’équilibrer financièrement avec la tournée, mais forcément, avec pratiquement un tiers de dates en moins du fait de la situation actuelle, ça va être compliqué… Les dates de tournée prévues en mars, avril ou mai on

Continuer à lire

"Héritiers" : famille d’écueils par Nasser Djemaï

Théâtre | Nasser Djemaï est un artiste multicasquettes (auteur, metteur en scène et comédien) passionnant que l’on prend plaisir à suivre depuis le début de sa carrière (...)

Aurélien Martinez | Mardi 19 novembre 2019

Nasser Djemaï est un artiste multicasquettes (auteur, metteur en scène et comédien) passionnant que l’on prend plaisir à suivre depuis le début de sa carrière entamée à Grenoble il y a une quinzaine d’années. Au fil de ses propres créations, il propose un théâtre ancré dans le réel, au plus proche de notre monde contemporain et de ses enjeux – il met par exemple souvent en scène des personnages immigrés ou issus de l’immigration, interrogeant ainsi finement la notion de construction identitaire. Pour sa sixième pièce tout juste créée à la MC2, il a quelque peu déplacé son regard en s’intéressant à une jeune trentenaire empêtrée dans des questions d’héritage ; d’où le titre Héritiers et cet astucieux décor d’immense maison bourgeoise. Mais a malheureusement perdu en pertinence. Car malgré une note d’intention (distribuée en salle) plus qu’explicite (« L’idée est qu’après notre propre mort vient celle de nos traces »), les tenants et aboutissants du texte deviennent confus au fil de la représentation, Nasser Djemaï ayant fortement chargé la barque de son récit comme s’il devait impérativement produire un discours exhaus

Continuer à lire

Théâtre : quinze pièces pour une saison parfaite

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Des créations très attendues, des succès enfin à Grenoble, des découvertes... Suivez-nous dans les salles grenobloises et de l'agglo.

La rédaction | Mardi 17 septembre 2019

Théâtre : quinze pièces pour une saison parfaite

La Buvette, le tracteur et le curé Et voici la nouvelle pièce de l’inénarrable humoriste dauphinois Serge Papagalli, qui sera créée début octobre et tournera ensuite dans pas mal de villes autour de Grenoble. Avec toujours cette fameuse famille Maudru, dont Aimé, le chef de famille (Papagalli lui-même, parfait), et Désiré, le neveu un peu attardé (Stéphane Czopek, grandiose). Où cette fois, visiblement, il sera question d’une énième reconversion de cet agriculteur à la retraite, mais aussi d’un curé un peu strict nouvellement venu. Vivement les retrouvailles ! À partir d’octobre dans de nombreuses villes de l’Isère Tournée complète sur www.papagalli.fr Incertain Monsieur Tokbar

Continuer à lire

"Vertiges" de Nasser Djemaï : ma famille va craquer

Théâtre | Avec "Vertiges", l’auteur et metteur en scène grenoblois Nasser Djemaï termine sa trilogie autour de la construction identitaire brillamment entamée avec "Une étoile pour Noël" et "Invisibles". Une nouvelle pièce intense et (trop) dense centrée sur un réel peu vu sur les plateaux de théâtre : c’est justement ce qui fait sa force.

Aurélien Martinez | Lundi 16 janvier 2017

« L’identité n’est pas un héritage mais une création. Elle nous crée, et nous la créons constamment » : voilà ce que déclarait en 2006 le fameux poète palestinien Mahmoud Darwich (1942 – 2008) au journal Le Monde. Des mots qui résonnent parfaitement avec le projet artistique que Nasser Djemaï développe depuis 2005, à tel point qu’il les utilise pour ouvrir la note d’intention de sa nouvelle création Vertiges. Une pièce créée mi-janvier à la MC2 qui clôt ainsi sa trilogie sur l’identité et les racines initiée avec Une étoile pour Noël (dans laquelle un gamin prénommé Nabil va accepter de s’appeler Noël pour se conformer aux désirs d’une partie de la société) et In

Continuer à lire

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

Panorama 2016/2016 | Pour cette saison 2016/2017, on vous a concocté un programme varié entre spectacles coups de poing, aventures atypiques et classiques rassurants. Suivez-nous, que ce soit à la MC2, à l'Hexagone, au Théâtre de Grenoble, à la Rampe, à la Faïencerie, au Théâtre en rond...

Aurélien Martinez | Jeudi 13 octobre 2016

Théâtre : les temps forts de la saison grenobloise

LA 432 « Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires Chiche Capon présentent leur LA 432, que l’on a classé en théâtre parce qu’il faut bien le mettre quelque part. Sauf que c’est beaucoup plus que ça : un déferlement burlesque et musical (leur ritournelle Planète Aluminium reste très longtemps en tête) porté par des comédiens clownesques survoltés qui n’hésitent pas à secouer le public (ou à lui taper dessus). Joyeusement régressif ! Au Théâtre municipal de Grenoble mardi 22 novembre ________ Fables Un spectacle où certaines fables de Jean de La Fontaine (1621 – 1695) sont mises en scène par deux joyeux comédiens qui s’amusent véritablement à camper les différents animaux

Continuer à lire

"Immortels" : Nasser Djemaï en mode mineur

Théâtre | Après s’être intéressé aux aînés avec l’excellente pièce "Invisibles", l’auteur et metteur en scène grenoblois Nasser Djemaï colle aux basques d’une jeunesse plus politisée que désabusée avec "Immortels". Du théâtre en prise directe avec le monde, et notamment la crise économique contemporaine, qui ne convainc néanmoins pas pleinement.

Aurélien Martinez | Mercredi 19 février 2014

Ils étaient sept : quatre garçons et trois filles. Un groupe visiblement uni, qui s’est retrouvé amputé d'un de ses membres. C’est pour comprendre pourquoi son grand frère Samuel est mort que Joachim se rapproche des six autres, de cette famille d’adoption. Chacun réagira différemment face à ce frère apparu soudainement, entre rejet et fascination, voire transfert affectif. Ils sont donc sept comédiens sur scène, habillés comme à la ville (jeans slim, sweats à capuche, baskets...), évoluant dans un décor sobre matérialisant la plupart du temps l’appartement de l’un d’eux – la scénographie est réussie, convoquant avec subtilité la vidéo. Et ils sont donc sept à jouer les grands adolescents, avec tout ce que cela implique : de l’emphase, de l’emportement, de l’empressement... Des attitudes d’« immortels » qui prennent véritablement sens dans les moments les plus théâtraux, comme ce jeu de rôle entre un pays endetté, une agence de notation et les marchés financiers. Le club des losers Ils sont donc sept jeunes, à parler de tout et de rien, mais surtout de tout. Le "tout" pour ces révoltés politisés étant la crise qui s’abat sur eux avec viol

Continuer à lire

Nasser Djemaï, success story

Rencontre | Le Grenoblois Nasser Djemaï doit être un homme comblé : son spectacle Invisibles, créé en novembre 2011 à la MC2, connaît toujours un succès phénoménal. En plus (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 28 novembre 2012

Nasser Djemaï, success story

Le Grenoblois Nasser Djemaï doit être un homme comblé : son spectacle Invisibles, créé en novembre 2011 à la MC2, connaît toujours un succès phénoménal. En plus d’une tournée conséquente dans toute la France (avec des dates en Belgique et en Suisse), il a cartonné au Festival d’Avignon cet été (dans le Off "haut de gamme"), et il sera redonné la semaine prochaine à la MC2 (avant une nouvelle reprise au printemps prochain, les spectateurs affluant en masse). Une réussite due à un projet généreux et exigeant, sur lequel on n’attendait pas forcément l’auteur-interprète d’Une étoile pour Noël et des Vipères se parfument au jasmin (deux comédies douces-amères où il campait seul en scène une dizaine de rôles). Avec Invisibles, il s’intéresse aux travailleurs immigrés d’Afrique du Nord restés en France sans leur famille, en les représentant sur scène grâce à une brochette d’acteurs chibanis (cheveux blancs en arabe) touchants. Un proposition théâtrale forte, sur laquelle Nasser Djemaï est plu

Continuer à lire

"Invisibles" de Nasser Djemaï : mon vieux

Théâtre | Pour sa troisième pièce en tant qu’auteur, le Grenoblois Nasser Djemaï s’intéresse aux travailleurs immigrés restés en France sans leur famille. Et offre un spectacle d’une justesse de ton remarquable.

Aurélien Martinez | Mercredi 23 novembre 2011

Les invisibles, ce sont ces « travailleurs immigrés, écartelés entre les deux rives de la Méditerranée, qui ont vieilli ici, en France » explique en note d’intention l’auteur et metteur en scène Grenoblois Nasser Djemaï. « Ils sont restés seuls, pour des raisons diverses. La France est devenue leur pays, mais ils sont devenus des fantômes. » Un constat cruel et désabusé sur une société française qui a longtemps fait appel à une immigration de travail, mais qui a ensuite refusé de considérer ces travailleurs comme des citoyens à part entière. Nasser Djemaï s’est ainsi servi d’une histoire à la Wajdi Mouawad centrée sur la quête des origines (à la mort de sa mère, un jeune homme apprend qu’il a un père, et part à sa recherche) pour dresser le portrait de ces Chibanis (cheveux blancs en arabe) aujourd’hui à la retraite et vivant en groupe dans des foyers, loin de la collectivité et – surtout – de leur famille restée au bled. Je t’aime, moi non plus En suivant les énigmatiques derniers mots prononcés par sa mère sur son lit de mort, Martin, agent immobilier à la morale douteuse, se retrouve au contact de cinq de ces

Continuer à lire

"Les Vipères se parfument au jasmin" : Nasser Djemaï, conteur moderne

Théâtre | Nasser Djemaï raconte des histoires croisées, enroulées autour de celle de Shéhérazade, jeune apprentie bouchère prise en étau entre les menaces d’expulsion (...)

Aurélien Martinez | Lundi 4 mai 2009

Nasser Djemaï raconte des histoires croisées, enroulées autour de celle de Shéhérazade, jeune apprentie bouchère prise en étau entre les menaces d’expulsion adressées à sa famille et les avances d’un prétendant fortuné. Pourtant, suite à la rencontre avec un prof de chant, et contre toute attente, elle se révèlera avoir une voix en or et espérera ainsi changer de destin. Pour son deuxième solo (après Une étoile de Noël, présenté à l’Hexagone et qui connu un joli succès), Nasser Djemaï y va à fond : il interprète sur scène la petite dizaine de personnages, jonglant entre les uns et les autres sans aucun effet scénique. Il est assez impressionnant de le voir jouer seul une scène écrite pour trois personnages. Mais cet aspect intéressant du spectacle renferme ses limites intrinsèques : notre conteur, pour différencier la fille de la mère ou de la camarade de classe, doit forcer le trait sur chacun de ses héros ordinaires, quitte à tomber quelques fois dans l’excès (on pense à « l’homme de culture », volontairement caricaturé à l’extrême, ce qui serait presque trop). Qu’importe serions-nous tentés de dire : on se laisse tout de même emba

Continuer à lire