"Je suis Fassbinder" : un trop-plein qui tourne à vide

SCENES | Un metteur en scène adulé, un auteur bankable, des comédiens excellents et l’envie de se confronter à l’actualité la plus brûlante : le "Je suis Fassbinder" du duo Stanislas Nordey-Falk Richter partait très bien sur le papier. Mais à l’arrivée, on se retrouve face à un drôle de gloubi-boulga arty et, surtout, vain. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 25 mars 2016

Photo : Jean-Louis Fernandez


Que restera-t-il dans plusieurs décennies du théâtre de l'Allemand Falk Richter ? Principalement la photo brute d'une époque que l'auteur ne porte pas du tout dans son cœur. Et ensuite ? Pas grand-chose parions-nous depuis longtemps. Mais qu'importe, la volonté de Richter n'est sûrement pas de passer à la postérité. Lui veut plutôt frapper fort dès aujourd'hui, pour réveiller les consciences.

Une volonté qui saute aux yeux (et aux oreilles) dans sa pièce Je suis Fassbinder, qu'il met en scène avec un Stanislas Nordey également comédien sur le plateau. Bourgeois racistes, jeunes complotistes antisémites, réacs ayant manifesté contre le mariage pour tous… Tout le monde en prend pour son grade ; surtout Angela Merkel et la famille Le Pen.

Pourquoi faire du théâtre dans un tel monde se demande Nordey dans un monologue de fin puissant qui pourrait faire office de manifeste. Pas pour remonter « La Cerisaie ou des pièces de Yasmina Reza », mais pour se confronter au réel. Pour s'y « coller ». Ce qu'ils ont fait.

Mad world

Je suis Fassbinder, comme d'autres sont Charlie. Au départ de l'aventure Richter-Nordey, l'envie d'évoquer le mythe qu'est le cinéaste et auteur allemand Rainer Werner Fassbinder (1945-1982). Puis l'actualité les a rattrapés, dont la série d'attentats en France. Richter écrivant ses textes jusqu'aux derniers jours avant la première représentation, il a tout intégré. Même les agressions sexuelles survenues à Cologne le 31 décembre 2015.

Ces personnages, qui sont autant les acteurs qui les campent que des figures sorties des films de Fassbinder, s'emparent donc de cette actualité pour la recracher sur scène. Les idées les plus intéressantes côtoient des propos façon café du commerce. Mais il ne faut pas chercher trop loin, tout ceci n'est que le cri d'un artiste un brin mégalo comme le fait dire Richter à ses comédiens, qui eux s'adressent à Nordey campant Fassbinder. Façon de dédramatiser les enjeux, de montrer qu'on a du recul et, surtout, d'évoquer la figure de Fassbinder, qui mêlait souvent art et "vraie vie".

D'accord. Mais si Richter et Nordey arrivent parfois à faire résonner les deux époques (notamment le parallèle entre le terrorisme sévissant en Allemagne au cours des années 1970 et celui d'aujourd'hui), leurs deux heures très denses de spectacle s'avèrent finalement assez vaines et caricaturales, malgré les nombreux efforts déployés par les cinq très bons comédiens pour habiter le propos. Quel propos d'ailleurs ? Mystère…

Je suis Fassbinder
À la MC2 jusqu'au samedi 2 avril

Je suis Fassbinder

Texte de Falk Richter, avec Thomas Gonzalez, Éloise Mignon, Laurent Sauvage, Judith Henry, ms Stanislas Nordey et Falk Richter
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Souffrances

SCENES | Cet été au Festival d’Avignon, en sortant de la cour d'honneur du Palais des Papes 4h30 après y être entré, un soulagement a envahi l'ensemble des spectateurs (...)

Nadja Pobel | Mardi 3 septembre 2013

Souffrances

Cet été au Festival d’Avignon, en sortant de la cour d'honneur du Palais des Papes 4h30 après y être entré, un soulagement a envahi l'ensemble des spectateurs restés jusqu'au bout du solo de Jeanne Balibar, crispant quand il était audible. Car en adaptant Par les villages, long poème dramatique de Peter Handke, Stanislas Nordey a aussi fait le choix de l'anti spectacle. Un enchaînement de monologues qui produit une ambiance mortifère, les émotions restant enfouies sous des gravas de logorrhée. La faute à une absence de réelle mise en scène – les acteurs (Balibar donc, mais aussi Béart pourtant radieuse et touchante, Nordey lui-même, ...), ultra-statiques, se parlent à dix mètres les uns des autres sur un plateau dont l'immensité offrait pourtant des conditions de jeu inouïes. Quant au texte, il a beau être passionnant (Handke y sonde l'écart se creusant entre les ruraux qui ne sont jamais partis et les urbains qui ont tourné le dos au monde ouvrier pour intégrer des sphères plus intellectuelles), mais on ne cesse de le perdre, tués que nous sommes par l'ennui. Nadja Pobel Par les villages, du jeudi 30 janvier au samedi 1er février, à la MC2

Continuer à lire

"Sous la glace" : crise 2.0

SCENES | Sous la glace est un texte impressionnant dépeignant l’univers austère des multinationales. Un discours très juste qui apparaissait comme plus que pertinent (...)

Aurélien Martinez | Lundi 12 septembre 2011

Sous la glace est un texte impressionnant dépeignant l’univers austère des multinationales. Un discours très juste qui apparaissait comme plus que pertinent lors de sa parution en 2004, sous la plume de Falk Richter. Falk Richter : un des plus grands auteurs et metteurs en scène allemands actuels, qui avait lui-même livré une mise en scène efficace et glaçante de sa pièce, la prenant très justement au pied de la lettre. Mais la crise que l’on connaît tous est depuis passée par là, et, sur scène, cette présentation froide du monde de l’entreprise ne semblait finalement plus si originale que ça, en ces temps chamboulés où même les plus libéraux de chez libéraux essaient de se racheter un profil de gauche en dénonçant à tout va ce monde économique incontrôlable. Nous n’avons pas vu la vision qu’en propose aujourd’hui le metteur en scène installé en Suisse Andrea Novicov, à la scénographie semble-t-il très intéressante au vu des extraits disponibles sur internet. Nous irons donc découvrir ce spectacle avant sa venue à l’Hexagone fin novembre, pour vous en dire plus en temps voulu.

Continuer à lire