Julien Clément (Petit travers) : « Avoir un spectateur à l'affût »

Spectacles | Le collectif Petit travers, défenseur depuis treize ans d’un jonglage poétique fort en images, débarque à Grenoble avec deux spectacles – une grande forme pour sept interprètes et un trio avec piano. Deux véritables réussites qui nous ont donné envie de passer un coup de fil à Julien Clément, co-directeur artistique du collectif.

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Photo : Philippe Cibille


Avec le collectif, vous faites du jonglage, mais pas un jonglage simplement limité à la performance…

Julien Clément : Oui. On utilise le jonglage comme un matériau, comme un outil de scène, comme une possibilité de langage. Et tout ça dans une visée poétique et musicale. On essaie de proposer un cadre assez simple pour jouer sur la surprise, pour avoir un spectateur à l'affût, pour l'étonner, le surprendre…

Avec, en stars de chaque spectacle, les balles de jonglage. Même si, dans les deux créations que vous présentez à Grenoble, leur rôle est très différent…

Pour chaque spectacle, on essaie de redéfinir cet objet, de savoir si c'est quelque chose d'abstrait ou si c'est un être animé d'une vie propre. Dans le tout début de Pan-Pot ou modérément chantant, il y a la mise en place de l'histoire de ces balles qui sont comme autonomes, qui ont leur trajectoire de vie : même si on comprend qu'elles sont jonglées, on ne voit pas les jongleurs, on ne voit pas leurs mains, ils sont vraiment dépersonnalisés.

Pour Les Beaux Orages qui nous étaient promis, on a plus pris ces balles comme un élément de construction abstrait : elles permettent de faire comme une espèce de musique d'ensemble avec uniquement des voix séparées. Elles ne sont pas chargées chacune comme dans Pan-Pot, mais leur ensemble devient vivant et se transforme constamment.

Ces balles deviennent alors un vecteur d'imaginaire. Dans Pan-Pot, on peut les voir comme autant de notes de musique échappées d'une partition…

Complètement, même si ça appartient au spectateur. On essaie simplement d'ouvrir un imaginaire. Après, ce qui est perçu est différent selon les personnes. Pour Pan-Pot, on a des retours très différents : certains, en effet, perçoivent des notes comme on est dans un rapport technique à la musique et qu'on a des niveaux de hauteur qui évoquent aussi des notes. Mais certains voient des étoiles filantes, des feux d'artifice ou encore des morceaux de paroles, comme des dialogues.

Le collectif a vu le jour en 2003, mais il a beaucoup évolué au fil des ans…

Le premier spectacle s'appelait Le Petit travers : c'était un duo de Denis Fargetton et Nicolas Mathis qui sont mes deux partenaires de jonglage de Pan-Pot. Tout ça s'est alors transformé en collectif comme d'autres gens les ont rejoints, dont moi en 2006. Ensuite il y a eu un autre spectacle puis, à mon arrivée, on a commencé à travailler sur Pan-Pot qui est sorti en 2009.

Il y a donc 7 ans. Vous concevez ainsi, spectacle après spectacle, un véritable répertoire…

Oui. On en est à environ 230 représentations depuis la création de Pan-Pot ! Les Beaux Orages sont par contre plus récents – 2013. Ce spectacle, on l'a joué à peu près soixante fois. Et d'ailleurs, à Voiron, ce sera notre dernière : on a décidé de l'arrêter comme on est de nouveau en création avec une grosse équipe – il y a sept jongleurs dans Les Beaux Orages. Ce nouveau projet, baptisé Dans les plis du paysage, sortira en septembre à la Biennale de la danse de Lyon [et sera visible ensuite dans l'agglo grenobloise – NDLR].

Pour finir, une interrogation : il n'y a quasiment que des hommes dans vos spectacles. Le jonglage, c'est un truc de mec ?

Dans Les Beaux Orages, il y a une fille qui s'appelle Juliette ! Dans Pan-Pot, on est certes trois jongleurs hommes, mais il y a une pianiste avec nous. Et dans Dans les plis du paysage, il y aura deux jongleuses. Après, oui, il y a beaucoup plus d'hommes dans le jonglage, même chez les très jeunes. Dans les écoles de cirque, ce sont plutôt les garçons qui vont vers cette pratique. Mais, heureusement, il y a quand même quelques femmes !

Les Beaux Orages qui nous étaient promis
Au Grand Angle (Voiron) mardi 10 mai à 20h

Pan-Pot ou modérément chantant
À la Rampe (Échirolles) jeudi 12 mai à 20h


Les beaux orages qui nous étaient promis

Par le Collectif Petit Travers, ms Julien Clément et Nicolas Mathis, à partir de 9 ans
Le Grand Angle Place des Arcades Voiron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Pan-Pot, ou Modérément Chantant

Jonglage par le Collectif Petit Travers, à partir de 7 ans
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des hommes et des balles avec le collectif Petit travers

SCENES | Le collectif lyonnais s'arrête à Voiron et à Échirolles avec deux spectacles différents (une grande forme et un trio) néanmoins portés par la même ambition : celle d'un jonglage poétique fort en images.

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Des hommes et des balles avec le collectif Petit travers

Avec Le Petit travers (à lire : notre interview), on est clairement du côté du jonglage poétique. Une poésie qui se retrouve jusque dans les titres à rallonge des spectacles que le collectif donnera cette semaine dans l’agglo grenobloise. Les Beaux Orages qui nous étaient promis d’abord, ballet pour sept interprètes à la technicité remarquable. Un art du jonglage parfaitement maîtrisé qui s’enrichit de l’apport d’autres arts, comme la danse ou encore la musique – elle a été créée par le compositeur Pierre Jodlowski, très branché musique contemporaine. Pan-Pot ou modérément chantant ensuite, petite forme pour trois jongleurs et une pianiste elle plutôt branchée classique (Liszt, Beethoven, Mozart, Bach, Wagner…) pour une incroyable chorégraphie de balles comme autant de notes de musique échappées de partitions invisibles. Poétique donc. On avait découvert Pan-Pot en

Continuer à lire

Nouveau cirque : nos coups de cœur de la saison

SCENES | Du jonglage, des acrobates vietnamiens et, bien sûr, du Yoann Bourgeois.

Aurélien Martinez | Jeudi 17 septembre 2015

Nouveau cirque : nos coups de cœur de la saison

Les Beaux Orages… / Pan-Pot… Né il y a plus de dix ans, le collectif Petit Travers déploie depuis un langage visuellement impressionnant construit autour de l’art du jonglage. Mais du jonglage grandiose et expressif qui, plus qu’un simple numéro, devient le cœur de leurs spectacles. Leur création de 2009 Pan-Pot ou modérément chantant, qui repasse cette saison à la Rampe, en est un exemple frappant : sur scène, une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre ; point. Un postulat de départ minime qui offre pourtant un grand moment de poésie visuelle, notamment lorsque les balles semblent devenir des notes de musique s’échappant de la portée imaginaire qui les maintient. Ces circassiens d’un autre genre seront également cette année au Grand Angle avec Les Beaux Orages qui nous étaient promis, création de 2013 (que nous n’avons pas vue) pour cette fois-ci sept jongleurs. « Cet effectif d

Continuer à lire

"Pan-Pot ou modérément chantant" : plaisirs sensuels avec le Collectif Petit Travers

SCENES | Une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre : une équation de départ on ne peut plus simple et un brin éculée pour un spectacle (...)

Aurélien Martinez | Lundi 29 mars 2010

Une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre : une équation de départ on ne peut plus simple et un brin éculée pour un spectacle contemporain. Sauf que le Petit Travers (un collectif d’auteurs, jongleurs, danseurs, musiciens et comédiens venus d’horizons divers) transcende ce postulat initial pour y adjoindre de la poésie et du burlesque. Ce qui donne un résultat inattendu et surprenant, où le plaisir des sens est roi, et où l’imaginaire fait office de foi. Dans une scénographie épurée savamment étudiée (très belle création lumière), les trois jongleurs Nicolas Mathis, Julien Clément et Denis Fargeton, tout de noir vêtus, donnent vie à leurs balles, qui deviennent les véritables interprètes du spectacle : elles dansent les unes avec les autres, glissant contre le corps d’un jongleur, s’entrechoquant ici et là, bondissant sauvagement, chutant soudainement, s’évaporant en un clin d’œil. Une chorégraphie de l’aléatoire en somme, même si l’ensemble apparaît rudement maîtrisé. Et c’est bien ce qui séduit dans ce Pan-Pot ou modérément chantant : cette construction qui semble ne tenir qu’à un fil, laissant le spectat

Continuer à lire